Lectures croisées de « Le milieu de nulle-part » (Ch. Vollaire, Ph. Bazin /2012)

arton287-9f516

Projet de lectures croisées

Le milieu de nulle-part, Textes de Christiane Vollaire, photographies de Philippe Bazin, Créaphis 2012, 176 pages, 46 photographies en couleurs (plus d’information ici)

Avant-propos

Il existe des livres qui viennent à vous et  vous trouvent avec une évidence à chaque fois saisissante. Un jour Le milieu de nulle-part fut là, forçant l’attention par le ferme regard de ses quatre yeux. Deux paires d’yeux et de bras, ceux de la philosophie Christiane Vollaire et du photographe Phillipe Bazin,  pour une manière unique de saisir.

L’ouvrage porte sur dix-huit centres d’hébergement ou de rétention de réfugiés, essentiellement tchétchènes, en Pologne.  Est ce important que ceux dont le livre parle et qui parlent à travers le livre soient tchétchènes et en Pologne ? Oui. Non, tant l’expérience de l’exil ainsi restituée engage l’universel – c’est à dire chacun.

Le milieu de nulle part n’a pas attendu longtemps qu’on s’y absorbe – il s’est vite imposé comme nécessaire et nous a obligé à  rendre compte.

Rendre compte, précisément.   Nous rendre compte.

Des discussions autour de ce livre et avec l’auteure est née l’idée de ces comptes-rendus croisés et, au delà de toute intention laudative, celle de faire écho aux voix en exil, d’accueillir leur désir de visibilité dans l’espace public évoqué par Christiane Vollaire (ici). Est ce important d’être psychologue, anthropologue, philosophe, réalisatrice, rien de cela  ? Probablement oui. Peut être non. Cette mise en commun permettra  justement d’en prendre la mesure, comme de bien d’autres choses. 

 Les comptes-rendus sollicités doivent être brefs  (une page, deux au plus). Ils seront postés  au fur et à mesure.  L’exercice est ouvert à tous, mais modéré par la coordination du programme. Que celles et ceux qui se sont lancés dans l’aventure les premiers en soient remerciés.  
Les auteurs, Christine Vollaire et Philippe Bazin, auront libre champ pour intervenir à un moment ou à un autre.
Bien sur, les textes et photographies appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne peuvent être cités sans leur mention ni sans celle du carnet scientifique des Non-lieux de l’exil sur hypotheses.org selon un modèle présenté à la fin de chaque compte-rendu.
Voilà, tout est dit.
Lectures 1 & 2

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *