Rencontre du 07 mars 2012 : « Traduire : figures du rythme, figures non traduites ». André Markowicz, Béatrice Gonzales-Vangell, Arno Renken.

Langues de l’exil et exil des langues II  : André Markowicz : « Traduire : figures du rythme, figures non traduites »

Cliquer sur l’image pour accéder à France Culture

 

Que signifie traduire le rythme ? — dans quelle mesure la perception du rythme est-elle transmissible ? quand pouvons-nous parler d’équivalence rythmique ? et que faire pour ce qui reste en dehors de toute équivalence ? — de cet en-dehors que j’appelle « figures », pas même des présences, pas même des contours, — comment faire sentir ces existences non verbales sans lesquelles rien du texte n’a de sens, sans lesquelles le sens et l’auteur se trouvent en exil ?

 

 

Bio-bibliographies

GONZALES-VANGELL Béatrice  germaniste française, a vécu 23 ans à Berlin. Elle est docteur de l’université de Paris XII en lettres et cultures germaniques, auteur de « Kaddish et Renaissance », Septentrion (2005) et de nombreux articles sur la littérature viennoise du XXe siècle dans son rapport à la mémoire de la Shoah. Elle s’est également intéressée aux intellectuels Juifs des Lumières et de la République de Weimar ainsi qu’aux enjeux intellectuels liés à la période qui suivit la chute du mur de Berlin. Elle est également traductrice littéraire de l’allemand et de l’anglais.

MARKOWICZ André Traducteur de théâtre, de poésie et de prose, il a traduit une centaine de livres, dont toutes les oeuvres de fictions de Dostoïevski, Eugène Onéguine de Pouchkine et une quinzaine de pièces de Shakespeare (Hamlet, Macbeth, Othello,; Richard II, etc.). Avec Françoise Morvan, il a traduit tout le théâtre de Tchekhov, et Le songe d’une nuit d’été. Son dernier livre, Le Soleil d’Alexandre, chez Actes Sud regroupe deux cents poèmes lyriques de Pouchkine et de poètes de sa génération. Il a publié deux livres de « poèmes non-traduits »,  Figures, au Seuil, et, chez Publie.net, Les gens de cendre.

RENKEN Arno  Docteur de l’Université de Lausanne en 2009, maître assistant en littérature allemande moderne et en traductologie, enseigne également à la Haute école des arts de Berne. Il est membre du comité de rédaction de la revue trilingue Viceversa littératur et participe aux travaux du collectif de chercheur/se/s Groupe de la Riponne qui codirige les collections Par ailleurs et Rip on/off chez Van Dieren Editeur. Parmi ses dernières publications et traductions : Arno Renken, Boris Vejdovsky, « Translation and Strangeness or the Strangeness of Translation » in Genre. Forms of Discourse and Culture, XLIII (3 & 4), 2010, pp. 459-465., Arno Renken, « Oui – et non. Traduction, herméneutique et écriture du doute » In: Larisa Cercel (éd) Übersetzung und Hermeneutik / Traduction et herméneutique, Zeta Books, Bucarest, 2009, pp. 117-134., Arno Renken, Babel heureuse. Pour lire la traduction, Van Dieren, Paris, à paraître en automne 2011. Bernhard Waldenfels, Topographie de l’étranger. Essais pour une phénoménologie de l’étranger 1 (trad. Francesco Gregorio, Frédéric Moinat, Arno Renken, Michel Vanni), Van Dieren, Paris, 2009. Christiaan L. Hart Nibbrig, Voix fantômes. La littérature à portée d’oreille (trad. Clara Hendriks et Arno Renken), Van Dieren, Paris, 2008. Page personnelle 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *