Représenter l’exil : la différence. Rencontre du 18 avril 2014. P. Akana, Ph. Bazin, M. Bernardot / REPORTEE

600px-African_Refugees_from_Egypt_on_board_an_Israeli_bus
African Refugees from Egypt on board an Israeli bus (wikicommons)

Représenter l’exil : la différence

Attention séance reportée à une date ultérieure.

18 avril 2014

 avec  Parfait Akana (EHESS-Yaoundé II),  Marc Bernardot (Université de Normandie), Cyril Wolmark  (Université Paris Ouest-Nanterre)

14h30-17h, salle 638  Noyau A, Bâtiment le France, 6ème étage, 190 avenue de France, 75013 Paris (M° Quai de la Gare, bus 89).

Intervenants :

AKANA DTEMATIO Parfait, est sociologue, titulaire d’un doctorat mené conjointement à l’EHESS et à l’Université de Yaoundé II sur le thème « Une ethnographie de la folie à Yaoundé. La rue, la politique et la clinique » (2012). Il co-dirige la revue Terroirs, revue africaine de sciences sociales et de philosophie., fondée au Cameroun par le philosophe Fabien Eboussi Boulaga. Parmi ses publications « Notes sur la dénudation publique du corps féminin au Cameroun : à propos d’une explication médiatique » (L’Autre, Cliniques, cultures et sociétés 2011, vol 13) et « À propos du temps rétréci. Economies occultes et folie.Remarques sur quelques étiologies populaires à Yaoundé » ( revue Psychopathologie africaine)

BERNARDOT Marc, est  Professeur de sociologie à l’université du Havre. Ses recherches portent sur la globalisation dans une perspective sociohistorique selon les trois axes de l’espace, des liens entre souveraineté et marché, de la culture. Ses publications couvrent ainsi un domaine situé à l’intersection de la sociologie urbaine et des mobilités, la sociologie de l’Etat et de la société de marché, la sociologie de la culture et des mobilisations. Il est l’auteur de « Captures« , « Camps d’étrangers« , et de  » Loger les immigrés. La Sonacotra 1956-2006 » (Ed. du Croquant). Il est co-animateur du réseau scientifique TERRA, et rédacteur en chef de la revue Asylon(s).

BAZIN Philippe, photographe et Professeur HDR de photographie à l’Ecole Supérieure d’Art et de Design de Valenciennes. Il développe depuis le début des années 80 un travail sur les relations avec les différents phénomènes institutionnels qui encadrent et organisent l’existence. Son travail sur les visages a été publié en 2009 dans « La Radicalisation du monde » par l’Atelier d’Edition et Filigranes (textes de Georges Didi-Huberman et Christiane
Vollaire). Il a été Prix Niépce en 1999, lauréat de la Villa Medicis Hors-les-Murs en 2001 et allocataire d’une bourse de recherche du Centre National des Arts Plastiques en 2009. Depuis les années 2000, son travail se développe sur différents territoires du politique, comme à Chypre (2006), en Albanie (2007), en Pologne (2008), aux États-Unis autour de John Brown (John Brown’s Body, 2007-2010), ou récemment en Égypte et au Chili (2012) et en Turquie (2013). L’ouvrage « Le Milieu de nulle part » (avec Christiane Vollaire), explore les conditions  actuelles des politiques migratoires de l’Europe. Ses photographies ont été montrées dans différents lieux comme le Musée de l’Elysée à Lausanne, la Hayward Gallery à Londres, le Centre National de la Photographie et la Maison Européenne de la Photographie à Paris, le Musée des Beaux-arts de Calais ou encore les Rencontres Internationales de la Photographie à Arles.

Inscription conseillée : marine.sam@cnrs.fr


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *