D’ailleurs elle est d’ici. A propos de « La mort du dieu serpent » de D. Froidevaux

la mortA l’occasion des projections de « La mort du Dieu serpent »  film de Damien Froidevaux au Festival du Réel (les 20 et 28 mars prochains) et dans de nombreux autres festivals dans les prochains mois, le texte écrit par Alexandra Galitzine-Loumpet, à la suite de ceux de Marie Darrieussecq et de Laurent Mauvignier (télécharger le dossier de presse ici).

D’ailleurs, elle est d’ici.

        Le film commence par le récit haché d’une jeune femme – un débit de mitraillette, des gestes désorientés. Une stupeur qui prend la caméra à témoin. Il est question d’une bagarre, d’une malchance, d’un différend entre filles un jour d’ennui à Paris et d’une sanction foudroyante : le renvoi au Sénégal. D’un basculement dont on pressent le caractère irréversible, quelle que puisse en être l’issue.

Un mot caractérise ce dont Koumba fait l’expérience : l’exil.

Koumba n’est pas une immigrée (c’est l’histoire de ses parents), ni une migrante (n’étant pas vraiment partie, elle n’arrive pas à arriver) ; ni à proprement parler une déracinée (sinon à penser les éventuelles racines vers le haut, vers les attachements et les imaginaires). Exilée donc dans le sens ancien du terme, celui de bannissement, et dans son sens le plus contemporain, celui d’une discontinuité entre plusieurs mondes ; mais aussi exilée à plusieurs titres, de corps et d’esprit, dans un nulle part qui la place d’emblée au bord de la déraison. Koumba souffre moins de son « identité » – elle se sent de France -, que d’un tourment de l’origine, une assignation à résidence au nom d’un hypothétique lien de sol – cercle de craie contre lequel elle bute, elle et son fils né là. Son altérité est double, par son comportement différent et par cette maladie du refus qui ne lui laisse d’autre voix que celle de sa révolte et de ses invectives, de sa parole incontrôlable et de son accent singulier, langages d’exil qui répercutent en écho ceux d’autres vaincus de l’histoire. Koumba, figure pathétique et tragique, petite sœur indocile d’Iphigénie sacrifiée pour d’improbables batailles.

Aussi Koumba nous hante comme elle hante l’impuissance de son père, frappé d’aphasie, les conseils inutiles de sa mère, l‘embarras de ses sœurs, comme elle devrait hanter le dispositif rhétorique de la mobilité et de la globalisation. Que faire de ce destin immobilisé, de ce présent empêché – vécu au passé ? La pousser à espérer est périlleux, l’engager à se résigner est faire fi de l’histoire et de cette notion si complexe, l’appartenance.

Il me semble que c’est le mérite de Damien Froidevaux que de rendre compte et de Koumba et de lui face à elle. Tour à tour convoquée ou révoquée, tolérée ou insistante, sa présence saisit l’extrême violence d’une situation que l’on pourrait résumer ainsi : Koumba, d’ailleurs elle est d’ici.                                                                                                                                                                                                                   A.G.L. 2014

Informations techniques, prix et projections  : entre2prises 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *