Transcultural Spaces in videos from North Africa and the Middle East. Catherine Bernard / Seloua Luste Boulbina,16 avril 2015 17h-19h.

&- avrilLa séance de l’initiative “Non-lieux de l’exil” du 16 avril 2015  (17-19h) accueillera Catherine BERNARD , autour de la thématique :

Transcultural Spaces in videos from North Africa and the Middle East.

Discutante : Seloua LUSTE BOULBINA

(bio-bibliographies ci dessous)

« Transcultural Spaces; Videos from North Africa and the Middle East » investigates the films of Lamia Joreige, Zineb Sedira, Mohamed Bourouissa,Yto Barrada, Mounir Fatmi, and others artists who navigate the interstitial spaces that have been created through the entangled histories of the African continent and Europe. Their films resist the use of binary opposites to analyze the historical process by proposing alternatives and configurations that reflect on power relations, exploitation, hierarchies, in- and exclusion processes. They describe the experience of transition for generations of migrants; discuss the transgression of imposed social and political rules; contend with the hybridization process at work in new socio cultural spaces and acknowledge the composite character of post migrant life. As these artists examine a diversity of scenarios generated by these (dis)junctions, they establish transcultural experience as a critical new paradigm.

Attention la séance aura exceptionnellement lieu de 17 à 19h en salle  B du conseil, niveau -1 (190 av. de France)

Catherine Bernard vit aux Etats-Unis depuis 1985. Elle est Associate Professor d’histoire de l’art et enseigne actuellement à l’université de New York, Old Westbury campus. Elle a un Doctorat d’état de l’université de Paris I, Panthéon Sorbonne, dirigé par le Professeur Jean Laude et Edouard Glissant.

Elle s’intéresse particulièrement aux questions de diaspora et d’identité dans l’art contemporain ainsi qu’à la creation d’espaces transculturels liée aux déplacements de populations et aux migrations.

Parmi ses récentes publications, Out of Bounds dans le magazine African Arts, publié par UCLA (2015), et plusieurs essays sur la video et l’art contemporain, dont: Fractures: Report on the State of Things publié par le Musée Gurvich de Montevideo sur le travail d’Ana Tiscornia (2013), The Supermarket History, publié par Blaffer art Museum et Parkett magazine, (2011), ainsi que: It’s a Poor sort of Memory that Only Works Backwards, en collaboration avec Johan Grimonprez, publié par Les Carnets du Bal, Paris, 2010. Elle a organisé une vingtaine d’expositions d’art contemporain principalement dans des galleries et musées de l’état de New York, dont plusieurs ont été critiquées par le New York Times.

Seloua Luste Boulbina grandit dans l’Alger de l’après indépendance. Elle poursuit ses études de philosophie et de sciences politiques à Paris (agrégation, doctorat, habilitation à diriger des recherches). Théoricienne du postcolonial, elle s’intéresse aux phénomènes de subjectivation, qu’ils soient politiques, littéraires ou artistiques. Elle est actuellement directrice du programme « La décolonisation des savoirs » au Collège International de Philosophie et chercheuse associée au Laboratoire de changement social et politique de l’Université Denis Diderot Paris 7. Elle est également membre du comité de rédaction de la revue d’art contemporain Afrikadaa. Elle a notamment publié Le Singe de Kafka et autres propos sur la colonie (Sens Public, 2008), Les Arabes peuvent-ils parler? (Blackjack, 2011) et L’Afrique et ses fantômes (Présence africaine, 2015). Elle collabore avec des artistes : Kader Attia, Ernest Breleur; écrit dans des catalogues d’exposition : Mohamed Khadda, Choukri Mesli; des livres de photographie : Autour de l’extrême (MEP, 2010) ou Algérie Indépendance (Le Bec en l’air, 2009).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *