LA POSITION DOCUMENTAIRE FACE À L’EXIL. 11 juin 2015

 

© Philippe Bazin, Siekierki, Varsovie, Pologne été 2008. De la série Antichambres.
© Philippe Bazin, Siekierki, Varsovie, Pologne été 2008. De la série Antichambres.

La position documentaire face à l’exil

Jeudi 11 juin 2015 de 16h30  à 19h30

salles 638-640

Rencontre proposée par Christiane Vollaire.

Avec Philippe Bazin, Claudine Bories, Patrice Chagnard et Christiane Vollaire.

Dans le champ de la photographie comme dans celui du cinéma, la position documentaire s’oppose, d’une manière qui pourrait sembler paradoxale, à celle du reportage : l’esthétique documentaire est la forme donnée à cette position. Et la question de l’exil, dans les enjeux dont elle est porteuse autour de l’espace, nécessite par excellence une manière de se positionner par rapport à son sujet pour lui donner corps.

C’est cette position qu’on interrogera ici, en croisant les problématiques esthétiques à celles des sciences humaines et de la philosophie, dans leur rapport au terrain.

Présentations biographiques

bazinBAZIN Philippe

photographe et Professeur HDR de photographie à l’Ecole Supérieure d’Art et de Design de Dijon. Il développe depuis le début des années 80 un travail sur les relations avec les différents phénomènes institutionnels qui encadrent et organisent l’existence. Son travail sur les visages a été publié en 2009 dans La Radicalisation du monde par l’Atelier d’Edition et Filigranes (textes de Georges Didi-Huberman et Christiane Vollaire). Il a été Prix Niépce en 1999, lauréat de la Villa Medicis Hors-les-Murs en 2001 et allocataire d’une bourse de recherche du Centre National des Arts Plastiques en 2009. Depuis les années 2000, son travail se développe sur différents territoires du politique, comme à Chypre (2006), en Albanie (2007), en Pologne (2008), aux États-Unis autour de John Brown (John Brown’s Body, 2007-2010), ou récemment en Égypte et au Chili (2012) et en Turquie (2013). L’ouvrage Le Milieu de nulle part (avec Christiane Vollaire), explore les conditions actuelles des politiques migratoires de l’Europe. Ses photographies ont été montrées dans différents lieux comme le Musée de l’Elysée à Lausanne, la Hayward Gallery à Londres, le Centre National de la Photographie et la Maison Européenne de la Photographie à Paris, le Musée des Beaux-arts de Calais ou encore les Rencontres Internationales de la Photographie à Arles.

BORIES Claudine. Après une formation théâtrale, Claudine Bories réalise son premier film pour le cinéma, « Juliette du côté des hommes », sélectionné au Festival de Cannes 81 (« Perspectives du cinéma français »). Entre 1992 et 2002 , elle dirige « Périphérie », Centre de création implanté en Seine Saint Denis consacré au cinéma documentaire. Elle y crée les « Rencontres du cinéma documentaire ». En 1994 elle est vice-présidente de l’association ADDOC , lieu de réflexion des cinéastes documentaristes français. C’est là qu’elle rencontre Patrice Chagnard. À partir de 1995 ils collaborent aux films l’un de l’autre. Ils coréalisant depuis 2005. Parmi ses différents films, de multiples fois primés :  Les Règles du Jeu (2014, Colombe d’Or Leipzig 2014, Sélection ACID Cannes 2014, États généraux du film documentaire Lussas 2014…);  Les Arrivants (2009, Colombe d’Or Leipzig 2009, Best Film Award Varsovie 2009, Grand Prix Festival DOKFEST Munich 2010, Amnesty International Award et World Pulse Award  IndieLisboa 2010, Peace Film Award Osnabrück 2010, Doc Alliance Award 2010…)  ;  Les femmes des douze frontières (2003) Monsieur contre Madame (1999);  La fille du magicien (1989, Prix Michel Simon, Prix Festival Montecatini…);  Portrait imaginaire de Gabriel Bories (1984),   Juliette du côté des hommes (1981Grand Prix Sélection française au Festival du Réel 81 –  Festival de Cannes 81 (« Perspectives du cinéma français »); Femmes d’Aubervilliers (1977) …

CHAGNARD Patrice. Après des études de philosophie, il voyage plusieurs années en Orient et en Asie. De retour en France il se consacre à la réalisation de films documentaires pour la télévision. Il filme les paysans sans terre au Brésil, en Afrique au Bangladesh. Dans les années 80, il s’intéresse aux sagesses orientales. En 1995, son premier film pour le cinéma, « Le convoi », est un road movie.

En 1992, il fonde avec d’autres cinéastes documentaristes l’association ADDOC dont il est le Président. Sa rencontre avec Claudine Bories en 1995 marque une nouvelle étape dans son travail. Ils collaborent de plus en plus étroitement aux films l’un de l’autre. Ils coréalisant depuis 2005. Parmi ses différentes réalisations, de multiples fois primées :  Les Règles du Jeu (2014, Colombe d’Or Leipzig 2014, Sélection ACID Cannes 2014, États généraux du film documentaire Lussas 2014…);  Les Arrivants (2009, Colombe d’Or Leipzig 2009, Best Film Award Varsovie 2009, Grand Prix Festival DOKFEST Munich 2010, Amnesty International Award et World Pulse Award  IndieLisboa 2010, Peace Film Award Osnabrück 2010, Doc Alliance Award 2010…);  Dans un camion rouge (2005)Impression, Musée d’Alger (2003);  Istambul, Jérusalem, Kathmandu et Des sources du Gange à Bénarès  (2000-2002,  carnets de voyage dans la série « Voyages, voyages » d’Arte);   Le Convoi (1995; Prix Spécial au Prix Europa 96, Prix Louis Marcorelles  et Prix du Patrimoine au Cinéma du Réel 96, Prix du Public et Prix du Jeune Jury au Festival de Chaumont…). 

VOLLAIRE Christiane est docteur en philosophie. Elle mène ses recherches sur les liens entre politique, esthétique et médecine,  est membre du Comité de rédaction des revues Pratiques, Chimères et Outis, et collabore régulièrement aux revues LignesCahiers de philosophieTranseuropéennes, Medium, Revue d’ethnologie, Symposium, Ah ! et Empan. Elle a présenté pendant six ans une série d’interventions au Collège International de philosophie sur Les Processus de désesthétisation en médecine, et intervient également à Paris 7, à Paris 8 et à l’IRI (Centre Georges Pompidou).  Elle a publié de nombreux articles sur la philosophie esthétique (photographie, chorégraphie, architecture, espace) et notamment plusieurs essais sur des artistes contemporains, la philosophie politique et la philosophie de la médecine. Parmi ses derniers ouvrages parus : Humanitaire, le cœur de la guerre, ed. L’Insulaire, Paris, mars 2007 ; Le Milieu de nulle part (en collaboration avec le photographe Philippe Bazin), ed. Créaphis, Paris, octobre 2012. http://christiane-vollaire.fr/. Elle est membre du programme « Non-lieux de l’exil » (FMSH).

Inscription conseillée : marine.sam@cnrs.fr

La séance sera filmée par le programme ESCOM-Archives Audiovisuelles de la recherche 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *