Femme(s) & exil(s). 17 decembre 2015. Sedef Ecer, Chowra Makaremi, Monique Selim, Laure Wolmark

nle 17 dec 15Femme(s) et exil(s)

séance du 17 décembre 2015, 17h-19h30

Femme(s) et exil(s) : ce double pluriel met en regard la multiplicité des situations et des vécus. Au-delà du fait migratoire (un tiers des migrants sont aujourd’hui des migrantes), les expériences féminines de l’exil recouvrent un champ bien plus vaste et cumulé : constructions socio-culturelles du genre et du sexe, exploitation du corps féminin, accès diversifié au travail, essentialisations culturelles et religieuses… Cette énumération non exhaustive souligne déjà la spécificité constitutive des récits, mais aussi des traumas, du sujet féminin en exil, que cette rencontre voudrait contribuer à préciser en liant l’analyse macro et micro sociologique,  les expériences individuelles et les prises en charge, le biographique et sa restitution.

Avec Sedef ECER, Chowra MAKAREMI,  Monique SELIM, Laure WOLMARK

17h-19h30, salle CNRS 638, Batiment Le France, 190-198 av. de France 75013 Paris (M°Quai de la gare, Bus 89)

Entrée libre (inscription conseillée : marine.sam@cnrs.fr)

Présentation des intervenantes :

Sedef Ecer est née à Istanbul. Romancière, auteure dramatique, scénariste, elle pratique plusieurs formes d’écriture en turc et en français. Comédienne, elle a joué dans plus de vingt longs métrages, des téléfilms et des pièces de théâtre, et a reçu des prix ou des nominations d’interprétation. Elle a commencé à écrire en langue française en 2008. Depuis, ses différentes pièces ont été accueillies par des théâtres ou des festivals importants, traduites en polonais, en turc, en allemand, en arménien, en anglais et montées à l’étranger. Parmi celles-ci, Sur le seuil a été lauréate du CNT et premier prix des Rencontres Méditerranéennes, Les descendants a été nominée pour le prix SACD de langue française et Trois arbres à Istanbul a été enregistrée pour France Culture. Sa pièce À la périphérie, lauréate de la Région Ile de France, a reçu le prix d’écriture théâtrale de Guérande en 2011, le «coup de coeur des lycéens» en 2012 et a été nominée pour les prix Collidram 2013 et Godot 2013. Cette pièce a eu un grand succès dans une mise en scène de Thomas Bellorini au Théâtre de Suresnes en mars 2014.Comme chez soi, le téléfilm qu’elle a co-écrit et dans lequel elle interprète un des rôles principaux, a été sélectionné dans la catégorie «meilleure comédie» au Festival de la Rochelle. Récemment elle a adapté une partie des dialogues du scénario du prochain film de Russell Crowe, The Water Diviner. Elle est représentée par Zelig en France, Merlin Verlag en Allemagne et Yeni Metin en Turquie. Ses pièces sont publiées par l’Espace d’un Instant, L’Amandier, l’Avant-Scène et Lansman. Sedef interviendra autour de son projet « Le chant maternel ». http://www.sedefecer.com/

(c) C. Makaremi
(c) C. Makaremi

Chowra Makaremi est anthropologue, chargée de recherche CNRS à l’Institut de Recherche Interdisciplinaire sur les enjeux Sociaux (IRIS). Ses travaux portent sur l’anthropologie de l’Etat, les formes juridiques et ordinaires de la violence et l’expérience qu’en font les sujets, notamment en situation d’exil. Ils s’articulent autour de deux thèmes : Une ethnographie des expériences migratoires qui se penche sur les régimes juridiques, humanitaires, moraux de prise en charge de populations migrantes catégorisées comme vulnérables et les parcours négociés à l’intérieur et en marge des espaces de prise en charge, ainsi que sur l’expérience des sujets, à travers une approche biographique et une ethnographie du quotidien. Une anthropologie de la violence qui s’attache aux constructions d’une mémoire de la violence post-révolutionnaire en Iran et ses usages politiques (répression collective et massacres de masse, dispositifs d’invisibilités, pratiques intergénérationnelles de souvenir). Parmi ses publications :  Le cahier d’Aziz. Au cœur de la révolution iranienne,  Paris, Gallimard, coll. Témoins, 2011 ; (avec D. Fassin, Y. Bouagga, I. Coutant, J.-S. Eideliman, F. Fernandez, N. Fischer, C. Kobelinsky, S. Mazouz, S. Roux)  Juger, Réprimer, Accompagner. Essai sur la morale de l’Etat, Paris, Seuil, 2013 ; et (avec C. Kobelinsky) (dir.), Le confinement des étrangers: l’enfermement dehors, Éditions du Croquant, 2009. http://iris.ehess.fr/index.php?1240

Monique Selim est anthropologue, directrice de recherche à l’IRD, responsable de l’axe Travail, Finance, Globalisation au sein de l’UMR 245 CESSMA (Centre d’Etudes en Sciences Sociales sur les Mondes Africains, Américains et Asiatiques), Université Paris Diderot / INALCO / IRD.  Ses recherches d’abord axées sur des espaces urbains stigmatisés de la société française ont ensuite privilégié l’entreprise et les rapports sociaux de travail (processus économiques et contextes culturels) de l’Inde, du Bangladesh, du Laos, du Vietnam, de l’Ouzbékistan.  Elle travaille aujourd’hui  sur le développement de la société civile  en  Chine.  Ses principaux thèmes de recherche portent sur l’anthropologie politique de la globalisation, l’anthropologie critique des catégorisations, du travail et des organisations sociales et l’anthropologie des mobilisations concernées par des enjeux de sexe et de genre. Parmi ses dernières publications :   (avec A. Querien) La libération des femmes, une plus-value mondiale, l’Harmattan 2014; Hommes et femmes dans la production de la société civile à Canton, l’Harmattan,304 p. 2013; (avec B. Hours) Anthropologie politique de la globalisation, l’Harmattan, 284 p., 2012.)  http://www.cessma.univ-paris-diderot.fr/spip.php?article278

Laure Wolmark devient psychologue clinicienne après des études de philosophie. Elle oriente ses recherches et sa pratique dans le champ de la clinique de l’exil et de la violence, ce qui la conduit à devenir volontaire pour Médecins sans Frontières en tant que psychothérapeute, puis comme coordinatrice spécialisée dans les contextes de violence et de conflits armés. Son engagement dans la clinique de l’exil et de la violence se prolonge désormais en région parisienne au Comede (Comité pour la santé pour les exilés), où elle poursuit sa pratique clinique et collabore à l’élaboration de projets à destination des femmes exilées. Parmi ses publications : «Portraits sans visages, des usages photographiques de la honte», dans la revue Science et Video, en 2010; « L’intime et le politique : les certificats annuels d’absence de mutiliation(s) sexuelle(s) féminine(s) » dans l’ouvrage collectif Devenir des traumas d’enfance (editions la Pensée sauvage, 2014)

nle 17 dec 15

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *