Balkans, non-lieux de l’exil.

BALKANS, NON-LIEUX DE L’EXIL.

(c) Klavdij Kluban http://www.sluban.com/
(c) Klavdij Kluban http://www.sluban.com/

 reporté à une date ultérieure

 Balkans 2015-2016. L’actualité de la ‘crise grecque’ et des ‘flux migratoires’, mais aussi les attentats de novembre 2015 à Paris font grand usage de cette désignation dans le paysage médiatique d’Europe occidentale. Sont ainsi évoquées ‘la route des Balkans’,  ‘l’antichambre de l’Europe’ et de façon plus floue encore ‘les migrants des Balkans’.

Les Balkans, dans leur pluriel constitutif, apparaissent comme une entité spatiale et symbolique indéterminée entre Méditerranée et Mitteleuropa, aux frontières extérieures fluctuantes et intérieures morcelées, marquées par le nationalisme le plus extrême justement parce qu’elles sont supposées constituer un en-deçà des Etats-nations. Laboratoire de l’Europe à la frontière de l’Asie, champ d’intervention des politiques européennes, les Balkans signalent à la fois un lieu et un non-lieu, des entités en permanence traversées, reconfigurées, par l’histoire, le religieux, l’économique, les conflits et, de nouveau, l’érection de murs – en d’autres termes, une multiplicité d’expériences de l’exil.

Dans son acception singulière, l’espace balkanique demeure « un lieu de mémoire où l’Europe a testé les limites de son identité » (Benou & Mayali 2013-2014 : 8). A partir d’une histoire des relations de pouvoir et de la constitution d’altérités, il permet d’interroger  les imaginaires littéraires, cinématographiques, artistiques ou médiatiques au croisement de l’utopie et de la différence. Il oblige à penser les relations entre le territoire et le politique et engage dès lors à aborder la singularité du sud-est européen en multipliant les points de vue et les disciplines.socio-culturelle « Balkans » fonde-t-elle une singularité politique réelle ou conjoncturelle, sinon commode ? Comment et pourquoi s’approprier une identité ‘balkanique’, réelle ou imposée ? En quoi ce qu’on a appelé historiquement « question des Balkans » est-elle emblématique des violences politiques de l’espace européen, dont elle cristallise les enjeux ? Comment penser l’expérience de l’exil dans les Balkans, des exils historiques aux exilés les plus contemporains ? Quelles fonctions les notions liées de Balkans et d’exil prennent-elles en Europe occidentale comme dans les pays concernés ?

Le programme Non-lieux de l’exil, et la revue d’Etudes Balkaniques- Cahiers Pierre Belon, s’associent pour proposer une réflexion sur ces différentes questions.

  Programme détaillé dans les prochains jours

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *