Displaced Objects. Textes (2)

Vingt deux textes sont désormais publiés sur le site Displaced Objects et de nouveaux devraient paraitre sous peu.

L’objectif du projet intitulé Displaced Objects (D.O.), paraphrasant la désignation de Displaced Persons (D.P),  est de collecter de courts textes rendant compte d’objets singularisés par une expérience, celle de l’exil, et d’en constituer un corpus.

Textes publiés : 

  1. The Recipe Book / Gerden Jonker
  2. Les bâtons de manioc / Kidi Bebey
  3. Les juttis de ma mère / Cécile Ouhmani
  4. Le placenta / Elena Bonelli
  5. Le plat / Marina Gorboff
  6. Le roman français / Olivier
  7. La gourde et le ballot / Saskia Cousin
  8. Les gants / Marie Darrieussecq
  9. Le dictionnaire / Nada Abillama-Masson
  10. L’album / Kateryna Lobodenko
  11. La couverture / Alexandra Galitzine-Loumpet
  12. Le bois des épaves / Evelyne Ritaine
  13. The wall fragment / Elena Montanari
  14. La valise / Rachel Cohen
  15. Le feu / Christiane Vollaire
  16. La boite en cerisier / Emmanuel Guibert
  17. La couverture de cheval / Monique Selim
  18. La peluche / Elzbieta Neyman
  19. Le kanoun / Radia Lemoust
  20. Les pagnes / Sylvie Berbaum
  21. La jobbana / Dominique-Marie Godfard
  22. Le Smartphone / Laurent Bazin et Mohammed Djibril

Le principe est simple et ouvert à tous : choisir un objet (matériel, littéraire, cinématographique, artistique, muséal) et dérouler une expérience de l’exil. Le projet est ouvert toute l’année 2016. Le principe est simple et ouvert à tous.

Appel à textes : 

En mai 1922, une exilée dénommée Marina Tsvetaieva quitte Moscou pour Berlin, décrivant soigneusement les objets qu’elle emporte avec elle. En 1939, de Paris à Moscou, elle consigne une liste des objets qu’elle ramène. Ce ne sont pas tout à fait les mêmes et n’importe comment ils sont devenus autres. Mais ils sont siens ; comme elle, ils sont en et de l’exil et leurs destins sont partiellement liés, dans les voyages successifs comme dans l’épreuve de la famine et de la disparition.  En quoi ces objets seraient-ils différents de ceux des plages de Lampedusa, des camps de la frontière marocaine ou mexicaine, des centres de rétention, des campements de  Calais ou de la Porte de la Chapelle à Paris ? Que savons-nous de leur importance, souvent vitale ? De leur manière de porter trace ? De leurs  métamorphoses ? (suite ici, et en versions anglaise et russe).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *