La langue matérielle de l’exil (1). 3 mars 2016

La langue matérielle de l’exil (1)

La carte mémoire d'Adama / Ils me laissent l'exil-les objets (c) Laetitia Tura 2015
La carte mémoire d’Adama / Ils me laissent l’exil-les objets (c) Laetitia Tura 2015

Plusieurs séances du programme auront lieu autour de cette thématique en 2016.

La première rencontre aura lieu jeudi 3 mars 2016 de 16 à 18h30, salle 587 (EHESS, 190 av.  de France, 75013 Paris) en collaboration avec l’Institut de recherche interdisciplinaire sur les enjeux sociaux (IRIS – EHESS/CNRS). Elle s’articulera autour des processus de passage entre l’intime de l’expérience et la sphère publique.

Avec :

  • Laetitia Tura : projection de Ils me laissent l’exil – les objets (2015) film réalisé lors d’une résidence du GREC, Musée de l’Immigration.

Discutante principale : Chowra Makaremi

  • Alexandra Galitzine-Loumpet –  le projet Displaced Objects, avec la participation de Rachel Cohen et Cécile Oumhani.

Discutante principale : Brigitte Natanson

 

Coordination : Alexandra Galitzine-Loumpet (CESSMA & NLE)Chowra Makaremi (IRIS EHESS/CNRS & NLE), Brigitte Natanson (Université d’Orléans & NLE)

iris logo      logo NLE

Présentation des intervenantes : 

Alexandra Galitzine-Loumpet est anthropologue. Longtemps MCF à l’université de Yaoundé I (1990-2008), elle travaille désormais auprès de différentes institutions (FMSH, Paris I, INALCO), a coordonné l’ANR EsCA et est chercheure associée au CESSMA (UMR 245). Ses axes de recherche portent sur les processus de patrimonialisation et le musée comme espace politique (Afrique, Europe), et l’expérience de l’exil à travers la culture matérielle.   Parmi ses publications sur l’exil : « A la croisée des chemins, la deuxième génération née en France », postface in Marina Gorboff, La Russie Fantôme, Editions L’Age d’homme, Lausanne, 1995, pp. 263-271; «Displaced objects, Objects in Exile ? Changing virtues of Cameroon’s Grassfield objects in the West » Crossing Cultures,Conflicts, Migration and Convergence, 32nd CIHA Melbourne University Press (Australia),  2009 : pp.621-624; « Pour une typologie des objets de l’exil », Working paper / FMSH sur HAL-SHS 2013 (10 p.) http://halshs.archives-ouvertes.fr/FMSH-WP/halshs-00862480 ; “Exil (Objets)”, Glossaire des mobilités culturelles, Z. Bernd et N. Dei Cas eds.  Peter LanG eds. 2014 ; “The Material Culture of Displacement: from the Artefact to the Imaginary Museum” (à paraitre University of Chicago, 2016).  Elle a créé et co-dirigé le programme Non-lieux de l’exil entre 2011 et 2015 (avec A. Nuselovici-Nouss) et en est la responsable depuis janvier 2016. Elle coordonne également le projet Displaced Objects.
 
Chowra Makaremi est anthropologue, chargée de recherche CNRS à l’Institut de Recherche Interdisciplinaire sur les enjeux Sociaux (IRIS). Ses travaux portent sur l’anthropologie de l’Etat, les formes juridiques et ordinaires de la violence et l’expérience qu’en font les sujets, notamment en situation d’exil. Ils s’articulent autour de deux thèmes : Une ethnographie des expériences migratoires qui se penche sur les régimes juridiques, humanitaires, moraux de prise en charge de populations migrantes catégorisées comme vulnérables et les parcours négociés à l’intérieur et en marge des espaces de prise en charge, ainsi que sur l’expérience des sujets, à travers une approche biographique et une ethnographie du quotidien. Une anthropologie de la violence qui s’attache aux constructions d’une mémoire de la violence post-révolutionnaire en Iran et ses usages politiques (répression collective et massacres de masse, dispositifs d’invisibilités, pratiques intergénérationnelles de souvenir). Parmi ses publications :  Le cahier d’Aziz. Au cœur de la révolution iranienne,  Paris, Gallimard, coll. Témoins, 2011 ; (avec D. Fassin, Y. Bouagga, I. Coutant, J.-S. Eideliman, F. Fernandez, N. Fischer, C. Kobelinsky, S. Mazouz, S. Roux)  Juger, Réprimer, Accompagner. Essai sur la morale de l’Etat, Paris, Seuil, 2013 ; et (avec C. Kobelinsky) (dir.), Le confinement des étrangers: l’enfermement dehors, Éditions du Croquant, 2009. http://iris.ehess.fr/index.php?1240
 

Brigitte Natanson est Professeure des Universités à l’Université d’Orléans, où elle enseigne la littérature et la civilisation latino-américaines. Elle est membre de l’équipe de recherche Rémélice (Réceptions et médiations des littératures et cultures étrangères etcomparées), de l’Université d’Orléans. Elle conduit ses recherches sur la littérature de l’immigration vers l’Amérique latine, l’américanisme, le théâtre latino-américain, le théâtre etl’enseignement des langues-cultures, la traduction et a publié de nombreux articles sur cessujets. Elle est l’auteure d’un essai sur la littérature de l’immigration (D’une fin de siècle à l’autre, récits d’immigration dans le Río de la Plata, encore inédit, HDR), sa thèse de Doctorat portait sur l’immigration juive au Mexique, et  elle a traduit plusieurs ouvrages de l’écrivain mexicain Alfonso Reyes. Elle travaille actuellement aussi sur un projet intitulé« Écritures décentrées et multilinguisme », sur les transformations des langues dans la migration, sujet sur lequel elle a communiqué dans différents colloques. Dernière publication : Ariel, appel à la jeunesse latino-américaine et autres textes, (sélection introduction, traduction et notes de Brigitte Natanson, et Emmanuelle Rimbot) de José Enrique Rodó (Uruguay), Saint-Étienne, Publications de l’Université de Saint-Étienne, 2014.

Laetitia Tura mène un projet photographique et audiovisuel autour de la mise en scène des frontières, l’invisibilité et la mémoire des parcours migratoires. Après Jnoub à la frontière du Sud-Liban (2001), Linewatch consacré au dispositif frontalier entre le Mexique et les Etats-Unis (2004- 2006), elle poursuit au Maroc et Melilla un travail sur la mise à l’écart des migrants, Je suis pas mort, je suis là (2007-2012). Elle a développé une démarche où le recueil de la parole fait partie intégrante du dispositif de prise de vue. Son travail prend désormais plusieurs formes, notamment celle de la réalisation filmique. Elle coréalise avec Hélène Crouzillat son premier long métrage, Les Messagers (2014). Elle développe actuellement Ils me laissent l’exil, un projet en plusieurs volets autour de la transmission et l’héritage de l’exil.
 

Rachel Cohen est née au Caire, de parents Juifs de nationalité française. En 1956, sa famille doit quitter l’Egypte. Installée à Paris, elle étudie la danse, la sociologie, le théâtre. Co-fondatrice de la Cie Le Théâtre Chez Vous et créatrice d’Eden Théâtre, comédienne, metteur en scène, formatrice, elle écrit également (théâtre, récits-promenade, textes-lettres). Sa formation de sociologue l’amène à réaliser des interviews (exemple : Mémoire d’enfance, exil) et à écrire l’histoire. Parmi ses publications : Revue de femmes en Méditerranée étoiles d’encre, éditions Chèvre-feuille étoilée, thème « quelles frontières ? » parution mars 2016, haleine de lendemain, Paris du 16 au 26 novembre 2015, thème « sommes-nous folles ? » 2015 Ommi (ma mère en arabe égyptien), thème « nos révoltes » 2015 métaphore chant A métamorphose et volt en ré, thème « légèreté » 2013 les valises et Le Caire, ma valise et moi ou voyage avec ma valise. Une enfance juive en Méditerranée musulmane, Bleu autour, 2012, récits inédits recueillis par Leïla Sebbar, écrivain, nouvelliste ;  A propos du Colloque Jacques Hassoun de mémoire, mars 2009, ENS Paris, récit-promenade, Revue Nahar Misraïm juillet 2009 ; p’tite promenade d’exils, fragment paru au Grape, la transmission, 2001  ; avec l’Association de l’Atelier du Non Faire EPS Maison Blanche : Les aventures de Monsieur Emmanuele, 2002, récit – Les gestes de l’urgence, des gestes pour le dire, 2003, théâtre, Désir … Non Faire … 

Cecile Oumhani a grandi entre l’anglais de sa mère et le français de son père. À l’âge adulte, elle a développé des liens personnels très forts avec la Tunisie. Agrégée de l’Université et docteur en littérature anglaise, elle a été maître de conférences à l’Université de Paris-Est Créteil jusqu’en 2012. Poète et romancière, elle se consacre désormais entièrement à l’écriture. Elle est aussi membre du comité de rédaction de Siècle 21 et collabore à plusieurs autres revues, dont  Europe, Babelmed et  Words Without Borders. Elle participe à de nombreuses rencontres et festivals en France et à l’étranger (Etonnants Voyageurs à Rabat, Voix Vives de Méditerranée  en Méditerranée à Sète en 2014, Marathon des Mots à Toulouse en 2015…). Son écriture aime à investir des lieux et des cultures autres. Les liens qu’elle a noués avec la Tunisie ont nourri plusieurs de ses livres. Passeurs de rives, recueil de poèmes, est paru aux éditions La Tête à l’envers en 2015. Tunisian Yankee, roman, paraîtra en septembre 2016 aux éditions Elyzad, après la réédition en format poche des Racines du mandarinier prévue pour juin 2016.

 


Une réflexion sur « La langue matérielle de l’exil (1). 3 mars 2016 »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *