La Langue matérielle de l’exil (2). 01 avril 2016.

Plusieurs séances du programme travailleront cette thématique en 2016.

(c) Chowra Makaremi
(c) Chowra Makaremi

La seconde rencontre aura lieu vendredi 01 avril 2016 de 14 à 17hsalle 640 (190 av.  de France, 75013 Paris) en collaboration avec l’Institut de recherche interdisciplinaire sur les enjeux sociaux (IRIS – EHESS/CNRS). Elle s’articulera autour des enjeux et dispositifs de représentation de l’expérience de l’exil.

Avec :

  • Daniele Manno & Celestin de Meeûs   : Le musée éphèmère de l’exil (MEDEX-Museum, Bruxelles)
  • Chowra Makaremi (IRIS/ EHESS-CNRS): Objets-témoins, objets-archives
  • Brigitte Natanson (Université d’Orléans)  : Déclencher et porter les récits: de la fonction de quelques objets d’exils dans le Rio de la Plata

Discutantes : Alexandra Galitzine-Loumpet & Marie Lelardoux

Coordination : Alexandra Galitzine-L oumpet (CESSMA & NLE)Chowra Makaremi (IRIS EHESS/CNRS & NLE), Brigitte Natanson (Université d’Orléans & NLE)
2016-04-01_NLE_affiche_V7

Présentation des intervenants :

MAKAREMI Chowra est anthropologue, chargée de recherche CNRS à l’Institut de Recherche Interdisciplinaire sur les enjeux Sociaux (IRIS). Ses travaux portent sur l’anthropologie de l’Etat, les formes juridiques et ordinaires de la violence et l’expérience qu’en font les sujets, notamment en situation d’exil. Ils s’articulent autour de deux thèmes : Une ethnographie des expériences migratoires qui se penche sur les régimes juridiques, humanitaires, moraux de prise en charge de populations migrantes catégorisées comme vulnérables et les parcours négociés à l’intérieur et en marge des espaces de prise en charge, ainsi que sur l’expérience des sujets, à travers une approche biographique et une ethnographie du quotidien. Une anthropologie de la violence qui s’attache aux constructions d’une mémoire de la violence post-révolutionnaire en Iran et ses usages politiques (répression collective et massacres de masse, dispositifs d’invisibilités, pratiques intergénérationnelles de souvenir). Parmi ses publications :  Le cahier d’Aziz. Au cœur de la révolution iranienne,  Paris, Gallimard, coll. Témoins, 2011 ; (avec D. Fassin, Y. Bouagga, I. Coutant, J.-S. Eideliman, F. Fernandez, N. Fischer, C. Kobelinsky, S. Mazouz, S. Roux)  Juger, Réprimer, Accompagner. Essai sur la morale de l’Etat, Paris, Seuil, 2013 ; et (avec C. Kobelinsky) (dir.), Le confinement des étrangers: l’enfermement dehors, Éditions du Croquant, 2009. http://iris.ehess.fr/index.php?1240

Daniele Manno est philosophe de formation et peintre social. Fondateur du Musée éphémère de l’exil. Il travaille avec des demandeurs d’asile depuis octobre 2014, proposant des atelier de poèsie, des atelier de reparation de velo pour les plus jeunes. Ses recherches philosophiques actuelles tournent autour de la notion du sujet éphémère.

De Meeûs Célestin vit et travaille à Bruxelles. Son premier recueil de nouvelles a été publié en 2014. Il Collabore avec le Medex depuis le mois de janvier dans l’organisation d’ateliers d’écriture avec des demandeurs d’asile. Il est également cofondateur et animateur de la revue poétique et d’arts graphiques « On peut se permettre »

medexMEDEX-Museum. Le projet de musée est né en octobre 2014. Depuis, nous récoltons diverses histoires, des histoires de gens qui ne voyagent pas pour leur plaisir, des gens qui trop souvent voyagent dans des conditions précaires et qui ont laissés derrière eux un mode de vie que le quotidien difficile rappelle inlassablement. L’objectif n’est cependant pas de rendre un hommage inconditionné à ceux qui partent, mais plutôt de vivre avec eux un bout de chemin. La production qui compose nos expositions est pensée lors des ateliers d’écriture organisés avec des primo-arrivants en attente de savoir s’ils auront ou non le droit de trouver l’asile en Europe. Le Medex est un musée éphémère car la précarité est un élément d’inspiration essentiel. L’écriture est considérée comme un fondement dans la démarche créative,

NATANSON Brigitte est  professeure des universités à l’Université d’Orléans, où elle enseigne la littérature et la civilisation latino-américaines. Elle est membre de l’équipe de recherche Rémélice (Réceptions et médiations des littératures et cultures étrangères et comparées) de l’Université d’Orléans. Elle conduit ses recherches sur la littérature de l’immigration vers l’Amérique latine, l’américanisme, le théâtre latino-américain, le théâtre et l’enseignement des langues-cultures, la traduction et a publié de nombreux articles sur cessujets. Elle est l’auteure d’un essai sur la littérature de l’immigration (D’une fin de siècle à l’autre, récits d’immigration dans le Río de la Plata, encore inédit, HDR), sa thèse de Doctorat portait sur l’immigration juive au Mexique, et  elle a traduit plusieurs ouvrages de l’écrivain mexicain Alfonso Reyes. Elle travaille actuellement aussi sur un projet intitulé« Écritures décentrées et multilinguisme », sur les transformations des langues dans la migration, sujet sur lequel elle a communiqué dans différents colloques. Dernière publication : Ariel, appel à la jeunesse latino-américaine et autres textes, (sélection introduction, traduction et notes de Brigitte Natanson, et Emmanuelle Rimbot) de José Enrique Rodó (Uruguay), Saint-Étienne, Publications de l’Université de Saint-Étienne, 2014.


Une réflexion sur « La Langue matérielle de l’exil (2). 01 avril 2016. »

  1. Bouleversant récit que cette « Reterritorialisation symbolique » écrit par Cécile Oumhani dans une prose qui touche l’âme : « Ces objets qui portaient au creux l’empreinte charnelle de vies aujourd’hui muettes ». Combien évocateur le lieu Ellis Island où furent retenus des milliers de migrants, lieu fermé en 1954, devenu musée depuis et visité en 1990 par Cécile Oumhani. Ellis Island, ombre de toujours dans la baie de New York que Cécile cherchait à discerner lorsque son père lui en parlait lors de leur long voyage en 1963. Voyage sans fin depuis l’Europe pour atteindre la Colombie Britannique et tenter de rejoindre la famille maternelle, Quelle émotion de partager sa mémoire, tous les instants sont forts, sous l’épreuve du danger et de l’impossible atteinte. L’évocation des chaussures ballerines en cuir marquées pour toujours par l’effort d’une danseuse venue d’Europe centrale témoigne de ces grandes souffrances sans réponse. Récit d’une modernité vibrante, qui invite au courage, à l’espoir, à la persévérance. Merci à son auteure.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *