MIGROBJETS. Projet de recherche INALCO.

MIGROBJETS

Représentation et circulation des objets de la culture matérielle des exilés dans les nouveaux médias et construction de la figure du migrant dans l’espace public.

Projet financé par l‘INALCO dans le cadre de l’AAP Migrations & Altérités (mars 2016-mars 2018).

Coordination : Peter Stockinger (INALCO) & Alexandra Galitzine-Loumpet (CESSMA / NON-LIEUX DE L’EXIL)

Carnet de recherche : http://migrobjets.hypotheses.org/

Les Non-lieux de l’exil participent au programme Migrobjets. Ce projet réunit également des chercheurs du PLIDAM (INALCO), du CESSMA (UMR 245, IRD- Paris Diderot – INALCO), du LICIA (Université Catholique de l’Ouest) et propose une analyse multilingue et pluridisciplinaire des images d’objets des exilés diffusés sur internet (journaux en ligne, plateformes pour les migrants, blogs, reportages photographiques, réseaux sociaux) afin d’en mesurer les impacts en termes de construction des figures du migrant dans les pays de destination et de départ.

Depuis le naufrage d’octobre 2013 au large de l’île de Lampedusa , la multiplication d’images d’objets abandonnés par les migrants atteste de leur pouvoir d’évocation de la « crise migratoire » entre reconnaissance d’une communauté de biens et différenciation des appartenances culturelles.

Le choix de certains objets plutôt que d’autres ; les affects et les usages sociaux diversifiés qu’ils véhiculent dans les pays de départ, de transit et d’arrivée ; les discours associés pour faire « parler » ces objets, contribuent à assigner une identité culturelle et sociale aux migrants, constituant ainsi un topos de l’exilé à la fois pérenne et régulièrement actualisé. Le statut des objets dans la migration apparait marqué par une dualité constitutive, tour à tour marchandise tangible et valeur affective; mémoire du pays d’accueil et symbole d’un nouvel établissement ; signe de l’intemporalité du fait migratoire et icone de l’actualité la plus dramatique, sphère privée et de l’espace public; objet de peu et de patrimoine. L’objet s’inscrit dans une doxa, i.e. de régimes de sens commun (de preuve, de vérité, de moralité, d’esthétique, d’utilité …) s’imposant à la parole de l’exilé et parfois se substituant au sujet migrant dans un transfert des propriétés des choses à celui des corps, minorés ou défunts. De fait, en tant que signe, l’objet pallie à l’absence de relation humaine et constitue un puissant vecteur d’intégration. En tant qu’acteur social, il révèle la condition faite à l’exilé.

Migrobets-logo-e1457287863693


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *