Exil et expulsions. Rencontre du 19 octobre 2016.

Exil et expulsions.

en collaboration avec l’IRIS (CNRS-EHESS)

16-19h  salles CNRS 640 noyau A, bât. Le France, 190-198 av de France 75013 Paris, entrée libre

m-lecadetPrésentation de l’ouvrage Le manifeste des expulsés, Errance, survie et politique au Mali (PUFR 2016) par son auteure, Clara LECADET (IIAC-LAUM, EHESS)

Discutants : Nicolas JAOUL  (IRIS -CNRS/EHESS) & Stefan LE  COURANT  (IIAC-LAUM, EHESS)

Avec la participation de Laurent Bazin (CESSMA-IRD) & Mohamed Bridji

Coordination : Alexandra Galitzine-Loumpet, Chowra Makaremi, Christiane Vollaire

Présentation des intervenants : 

Nicolas JAOUL chargé de recherche CNRS à l’IRIS (EHESS-CNRS) a soutenu en 2004 à l’EHESS une thèse sur le mouvement ambedkariste d’émancipation des dalits (« intouchables ») dans un de ses bastions en Inde du Nord.  Il développe une approche ethnographique de la politique des défavorisés en Inde, dans le but de faire apparaître les régularités et les particularités du militantisme dans ces milieux selon les contextes locaux et selon les idéologies. Ces mouvements d’obédience idéologique différente (nationalistes hindous, gandhiens, dalits ambedkaristes, naxalistes), défendent ainsi différentes conceptions politiques  des Dalits, qu’ils tentent de façonner à leur image à travers leur travail politique. L’émergence du sujet politique est abordée sous plusieurs angles qui permettent d’en restituer les significations, les enjeux et les aspects sensibles et matériels. Le travail est ainsi abordé du point de vue des rapports sociaux entre les militants et les populations, des médiations qu’ils proposent avec l’administration, de la pédagogie mise en œuvre pour vulgariser l’idéologie, de la matérialité (importance des corps et des objets), mais aussi des résistances subalternes à la domination morale et politique des militants et des travailleurs sociaux. Il travaille aujourd’hui dans le cadre de l’ANR Babels sur  les formes de subjectivités politiques émergentes dans les luttes des migrants.

Clara LECADET est anthropologue, chercheure au CNRS est membre de l’Institut interdisciplinaire de l’anthropologie du contemporain (IIAC), unité mixte CNRS-EHESS. Titulaire d’un doctorat en anthropologie sociale et ethnologie de l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales (2011), d’un DEA de philosophie politique (1999) et d’un DESS en psychologie clinique (2001), elle a été membre du programme ANR « Mobilités globales et gouvernance des migrations » dirigé par Catherine Wihtol de Wenden et Hélène Thiollet (CERI-Sciences-Po). Elle a co-organisé le colloque international « Un paysage global de camps » (22-24 octobre 2014, EHESS) ainsi que les journées d’études « Gouverner par l’expulsion : perspectives historiques et anthropologiques sur les politiques de renvoi des étrangers » (27-28  juin 2016, EHESS). Elle a été membre du conseil scientifique de l’exposition « Habiter le campement », section « Exilés » à la Cité de l’architecture et du patrimoine (avril-août 2016). Ses recherches portent sur l’émergence d’un mouvement de protestation propre aux expulsés en Afrique et sur les formes que prenne leur organisation dans la période post-expulsion. Elles examinent également les dispositifs institutionnels et les mesures humanitaires mises en place pour les expulsés à leur arrivée et pour faciliter leur retour. Ses travaux analysent ainsi la mise en place d’une « approche globale » des migrations, promue par l’Organisation Internationale des Migrations (OIM) et par l’Union Européenne (UE), son impact sur la gestion des expulsions dans les pays d’arrivée, et les formes de résistance et de protestation qui en émergent. Elle a codirigé avec Michel Agier Un monde de camps(Editions de la Découverte, 2014) et vient de publier « Le Manifeste des expulsés » (PUFR, 2016)

Stefan LE  COURANT,  postdoctorant (LAUM-IIAC-EHESS), a soutenu une thèse intitulée Vivre sous la menace. Ethnographie de la vie quotidienne des étrangers en situation irrégulière en France (Université Paris Ouest Nanterre La Défense) qui analyse les effets de la politique d’expulsion. Il travaille actuellement, au sein du programme Babels dirigé par Michel Agier, sur les politiques de la Ville de Paris à l’égard des migrants. Dernières publications : « Trapped to the Local: The effects of immigration detention in France » dans Detaining the Immigrant Other: Global and Transnational Issues (avec C. Kobelinsky, 2016) ; « Le poids de la menace : l’évaluation quotidienne du risque d’expulsion », Ethnologie française, (2015) ; « Être ‘le dernier jeune’. Les temporalités contrariées des migrants irréguliers »Terrain (2014).

Crédit photo : « Un homme assis dans le foyer de Kidal  » Clara Lecadet (c) 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *