Philosophie et actions autour de l’exil / Séminaire EHESS IIAC/NLE (2)

La seconde séance du séminaire Non-lieux de l’exil – IIAC (EHESS-CNRS) (coordination A. Galitzine-Loumpet, Cl. Lecadet, Ch. Makaremi, M.-C; Saglio Yatzimirsky, E. Vilela et Ch. Vollaire),  dont les thématiques sont Traces, empreintes et engagements (Argumentaire iciaura  lieu le mercredi 15 novembre de 17 à 20h au 105 bd Raspail 75006 Paris, salle 2 (Métro Sèvres Babylone) Entrée libre

Philosophie et actions autour de l’exil

Autour de la dernière parution de Christiane Vollaire Pour une philosophie de terrain (Créaphis, 2017)

avec Christiane VOLLAIRE (philosophe), Sophie DJIGO (philosophe) et Wenjing GUO (anthropologue, CESSMA)

Modération : Alexandra Galitzine-Loumpet

 

Présentation des intervenantes : 

Sophie DJIGO est philosophe, spécialiste de philosophie morale et sociale, Elle enseigne la philosophie au lycée Baudelaire de Roubaix. Elle est notamment l’auteure de La Raison vivante, l’improviste, 2013,; L’Éthique du gangster au cinéma, PUR, 2016 et Les Migrants de Calais, Agone, 2016.

Wenjing GUO est anthropologue et chercheure associée au Centre d’études en sciences sociales sur les mondes africains, américains et asiatiques (CESSMA), Université Paris Diderot/INALCO/IRD). Elle travaille sur Internet, les nouvelles technologies et des dynamiques sociales et politiques liées à leurs usages. Ces dynamiques sont étroitement liées à la notion d’une société civile, et touchent le travail social par la question des inégalités. Après des enquêtes de recherche sur le travail social en Chine, ses expériences professionnelles actuelles dans le travail social en France, auprès des personnes sans-abri et des demandeurs d’asile, enrichissent une perspective comparative sur l’évolution du rôle de travail social en Chine et en France, et une réflexion sur l’articulation d’une posture d’anthropologue et celle d’acteurs associatifs du terrain. Elle est notamment l’ auteure de l’ouvrage Internet entre État-parti et société civile en Chine (L’Harmattan 2015), Des sexualités globalisées à l’avant-garde ?, (avec Monique Selim) l’Harmattan, 2017 ,  « Chine : le travail social sous influences », Multitudes, 67,(2), 2017 : 211-217 et  « L’illégitimité des personnes sans-abri en France : entre donner et recevoir », Réparer les inégalités ?, Bernard Castelli, Monique Selim (dir.), l’Harmattan, 2016 : 103-140.

Christiane VOLLAIRE est philosophe. Elle mène ses recherches sur les liens entre politique, esthétique et médecine,  est membre du Comité de rédaction des revues Pratiques et Chimères  et collabore régulièrement aux revues LignesCahiers de philosophieTranseuropéennes, Medium, Revue d’ethnologie, Symposium, Ah ! et Empan.   Elle a publié de nombreux articles sur la philosophie esthétique (photographie, chorégraphie, architecture, espace) et notamment plusieurs essais sur des artistes contemporains, la philosophie politique (migrations, politiques sécuritaires, biopolitiques) et la philosophie de la médecine (politiques de santé, travail du soin…). Parmi ses derniers ouvrages parus : Humanitaire, le cœur de la guerre, ed. L’Insulaire, Paris, mars 2007 ; Le Milieu de nulle part (en collaboration avec le photographe Philippe Bazin),ed. Créaphis, Paris, octobre 2012 et récemment Pour une philosophie de terrain, Créaphis 2017. Elle est membre des Non-lieux de l’exil.

Image du billet : A. Galitzine-Loumpet, Porte de la Chapelle, mars 2017


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *