Exil : Mettre en images, mettre en scène / Séminaire EHESS IIAC/NLE (3) 20 décembre 2017

La troisième séance du séminaire Non-lieux de l’exil – IIAC (EHESS-CNRS)  aura  lieu le mercredi 20 décembre de 17 à 20h au 105 bd Raspail 75006 Paris, salle 2 (Métro Notre Dame des Champs, Raspail ou Sèvres Babylone) Entrée libre

Exil : Mettre en images, Mettre en scène

Modération : Marie-Caroline Saglio Yatzimirsky 

(Photographie  © Philippe Bazin, Sans titre, vider Calais, février 2016)

Une parution et un projet théâtral seront présentés lors de cette séance :

Présentation et discussion autour de Pour une photographie documentaire critique (Créaphis, parution octobre 2017), de Philippe Bazin

avec Phillipe BAZIN –  discutante :  Claire ANGELINI   (réalisatrice)

&

 

 Présentation de la création théâtrale Leros – un Exil Insulaire chez les Damnés, de Milena Kartowski-Aïach – De l’enquête ethnographique menée auprès des réfugiés yezidis sur l’île de Leros à la création théâtrale, L’impossible témoignage.

(c) Lucy Winkelmann​​​

Avec Milena KARTOWSKI-AIACH

Des extraits de l’oratorio de la pièce seront lus par les comédiennes Juliette Kempf, Charlène Lecoq et Yaël Tama.

– discutant : Samir Reyad MAMDOH (metteur en scène et écrivain) 

Présentation des intervenant.e.s : 

ANGELINI Claire.  Formée à l’Ecole Nationale Supérieure des Beaux-arts de Paris, à la Sorbonne et à la Hochschule für Film und Fernsehen de Munich, Claire Angelini utilise aussi bien la photographie, le cinéma, l’installation, que le dessin et l’écriture, pour interroger les rapports entre l’art, la politique et l’histoire sous les espèces de la trace, la ruine, la réminiscence et la survivance des images. Son travail, qui se situe à la conjonction d’un récit historique et des lieux contemporains, a été présenté dans les lieux aussi divers que l’ISELP à Bruxelles, Topographie de l’art à Paris, la Cinemateca brasileira de São Paulo ou encore la Fundaçao Casa de Rui Barbosa à Rio de Janeiro au Brésil. Son film La Guerre est proche (War is looming) a été primé aux Rendez-vous de l’Histoire de Blois en 2011 et le long-métrage Ce gigantesque retournement de la terre (This gigantic furrowing of the ground), a été sélectionné à la Berlinale 2015. Claire Angelini vit entre Paris et Munich.

BAZIN Philippe a étudié la photographie à l’ENSP Arles entre 1986 et 1989 et développe depuis le début des années 80 un travail prenant en compte les relations que nous entretenons avec les différents phénomènes institutionnels qui encadrent et organisent souvent notre existence. Après faces (1990), Adolescents (1995), Les Bourgeois de Calais (1995) et Nés (1999), il publie un ouvrage définitif sur son travail sur les visages, La Radicalisation du Monde (2009). Son travail artistique se développe depuis le début des années 2000 sur les relations entre esthétique et politique. Ouvrages récents : John Brown’s Body (2016), Reconstruction (2014), Le Milieu de nulle part (2012). Pour une photographie documentaire critique (paru en octobre 2017) . Vient de paraître, un ouvrage sur le monde agricole, Les Coupes (décembre 2017). HDR en arts plastiques, il dirige à l’ENSA Dijon où il enseigne la photographie le programme de recherche Travail, migrations et ruralité. Membre  des conseils scientifiques des revues Focales et Études balkaniquesIl est également membre du programme Non-lieux de l’exil.  

KARTOWSKI-AIACH Milena est titulaire d’une licence en philosophie et d’un master de recherche en socio-anthropologie des religions ainsi que d’un diplôme de l’école des arts politiques de l’Institut de Sciences Politiques de Paris. Elle poursuit un doctorat en anthropologie à l’université d’Aix-Marseille/Idemec. Sa thèse porte sur : « Un chant d’exil en terre promise ? La création artistique engagée chez les jeunes artistes Mizrahim en Israël : construction identitaire, rébellion et désir de retour. » Elle est également chanteuse, auteure, metteure en scène et développe depuis plusieurs années un théâtre anthropologique laboratoire de recherche et création, en lien avec ses terrains de recherche. 

MAMDOH Samir R. , né à Mossoul en Irak, est un metteur en scène et écrivain. Après cinq années d’Études Théâtrales à l’Institut de Mossoul, suivies de quatre années à l’Académie de Mossoul, il est devenu l’assistant de plusieurs professeurs de théâtre de cette université. Pendant ce cursus de onze années, il a mis en scène huit pièces de théâtre. Il est arrivé à Paris en octobre 2013. Au cours de la première année, il s’est consacré à l’apprentissage de la langue française. Ensuite il s’est inscrit en master 1 à l’Université Sorbonne Nouvelle Paris 3. Il a participé à différents stages et ateliers à l’ARTA (Association de Recherche des Traditions de l’Acteur) et au Théâtre du Soleil, où il a travaillé avec des grands maîtres du théâtre contemporain comme Ariane Mnouchkine, Eugenio Barba, Anatoli Vassiliev, Ippei et Shime Shigeyama, etc. Il a fondé la compagnie Fan Al Hayat (l’Art de la Vie) à Paris en 2015. Il a travaillé sur une adaptation de la pièce Les Bonnes de Jean Genet, qu’il a baptisée Nuit maîtresse, et présentée en juin 2016 à l’Université Sorbonne Nouvelle Paris 3. Après avoir obtenu son Master 2 en Études Théâtrales en 2016, il poursuit aujourd’hui un doctorat autour du thème de l’art théâtral et de ses effets thérapeutiques. Pour maintenir un équilibre entre la théorie et la pratique, il poursuit ses recherches à travers de nombreuses lectures tout en travaillant à la réalisation d’un projet artistique, mettant en scène des comédiens européens aux côtés de personnes réfugiées récemment arrivées en France. 

SAGLIO YATZIMIRSKY Marie-Caroline est Professeur des Universités en anthropologie de l’Asie du Sud à l’Institut National des Langues et Civilisations Orientales (INALCO), chercheur au Centre d’Etudes en Sciences Sociales des Mondes Africains, Américains et Asiatiques, CESSMA (UMR 245, IRD-Paris Diderot-Inalco), et psychologue clinicienne auprès de demandeurs d’asile depuis 2010 (Consultation de psycho traumatologie, hôpital Avicenne 93). Elle a coordonné le projet ANR SETUP (2007-2010),  et le programme  Réfugiés, Villes, Santé Mentale  (CESSMA, U. Paris 13, U. de Sao Paulo 2014-2015).  Elle participe activement aux actions scientifiques autour des migrants  et coordonne aujourd’hui le programme ANR LIMINAL (Linguistic and Intercultural Mediations in a context of International Migrations). Ses récents travaux portent sur les questions de la culture, du traumatisme et de situation des demandeurs d’asile. Son prochain ouvrage, La voix de ceux qui crient paraîtra en mars 2018 chez Albin Michel.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *