Tous les articles par coordination2

Une reterritorialisation symbolique. Texte de Cécile Oumhani

Une reterritorialisation symbolique.

"A genuine_harem skirt at Ellis Island" Wikicommomns
« A genuine harem skirt at Ellis Island » (1913) Wikicommomns

Intervention de Cécile Oumhani le 3 mars 2016, lors de la rencontre « La langue matérielle de l’exil » (NLE & IRIS)

Penser au « langage matériel de l’exil » suffit à faire déferler des images d’Ellis Island, où les photos en noir et blanc se mêlent à mes propres souvenirs du lieu. Avant de parler d’une visite qui remonte au début des années 1990,  je dois évoquer mon premier passage à New York en 1963, soit moins de dix ans après la fermeture d’Ellis Island, le 12 novembre 1954.

Continuer la lecture de Une reterritorialisation symbolique. Texte de Cécile Oumhani

La Langue matérielle de l’exil (2). 01 avril 2016.

Plusieurs séances du programme travailleront cette thématique en 2016.

(c) Chowra Makaremi
(c) Chowra Makaremi

La seconde rencontre aura lieu vendredi 01 avril 2016 de 14 à 17hsalle 640 (190 av.  de France, 75013 Paris) en collaboration avec l’Institut de recherche interdisciplinaire sur les enjeux sociaux (IRIS – EHESS/CNRS). Elle s’articulera autour des enjeux et dispositifs de représentation de l’expérience de l’exil.

Avec :

  • Daniele Manno & Celestin de Meeûs   : Le musée éphèmère de l’exil (MEDEX-Museum, Bruxelles)
  • Chowra Makaremi (IRIS/ EHESS-CNRS): Objets-témoins, objets-archives
  • Brigitte Natanson (Université d’Orléans)  : Déclencher et porter les récits: de la fonction de quelques objets d’exils dans le Rio de la Plata

Discutantes : Alexandra Galitzine-Loumpet & Marie Lelardoux

Coordination : Alexandra Galitzine-L oumpet (CESSMA & NLE)Chowra Makaremi (IRIS EHESS/CNRS & NLE), Brigitte Natanson (Université d’Orléans & NLE)
2016-04-01_NLE_affiche_V7

Présentation des intervenants :

Continuer la lecture de La Langue matérielle de l’exil (2). 01 avril 2016.

Le camp de Norrent Fontes (second retour). Phillipe Bazin

Le photographe Philippe Bazin a réalisé  un travail dans les camps de Norrent-Fontes, Calais et la Grande Synthe, fin février 2016.

fd82637d-6125-4034-bbf6-64d8e8024b53 - Copie

 

Ces oeuvres seront publiées progressivement. Certaines sont déjà en ligne sur son site  : http://www.philippebazin.fr/, rubrique Documents critiques.

 

Traduire Calais (premier retour). Alexandra Galitzine-Loumpet

Traduire Calais.

 Traverser.

66Aller à Calais, traverser des frontières déplacées. Je suis partie à Calais, rejoindre deux membres des Non-lieux de l’exil. Avec hésitation, avec l’inquiètude d’une obscénité du regard. Erreur. On passe la frontière du camp et cette frontière nous transperce. Espace de confinement, le camp condense les heures et les densifie. Le vif de l’exil mobilise le cœur de l’intelligence et le déroute,  aiguise une ardeur qui suffit en elle-même à transformer la stupeur en ébranlement de l’être. Quatre jours – rien en somme, mais un temps suffisant pour affleurer la complexité du camp, sa force vitale, ses tensions sous-jacentes, ses limites internes, la diversité de ses usagers, de ces temporalités diurnes et nocturnes, la violence de sa destruction aussi. Un temps adéquat pour que cet ersatz de lieu impose l’incomplétude de nos épistémologies sédentaires[1], pour que les mots s’épuisent à rendre compte d’un monde hors du sens commun. Certes, on peut mentir ou omettre à Calais,  mais la condition de l’exilé et celle du visiteur éprouvent leur substance dans l’immédiat présent de la situation.

Continuer la lecture de Traduire Calais (premier retour). Alexandra Galitzine-Loumpet