Tous les articles par Alexandra Galitzine-Loumpet

L’objet de la migration : La construction de la figure de l’exilé par les objets dans l’espace narratif. 21 novembre 2016 (INALCO)

Michael Johansson "Packa Pappas Kappsäck" 2006
Michael Johansson « Packa Pappas Kappsäck » 2006

L’objet de la migration  : 

La construction de la figure de l’exilé par les objets dans l’espace narratif.

21 novembre 2016 I 09h30-20h

Salons d’honneur, salles des plaques et salle 131, Inalco pôle recherche, 2, rue de Lille 75007 Paris

(M° Palais Royal, Saint Germain des Prés, rue du Bac/  Bus 24, 27, 39, 68, 69, 95 / R.E.R C – station Musée d’Orsay)

Entrée libre

Argumentaire

Dans Pnine (1957), Nabokov présente son héros éponyme, un russe émigré, fasciné par les objets de la modernité occidentale, sa maladresse signifiant sa condition d’étranger. Dans les pages finales du roman, le seul bien auquel il tient est mis en danger par un objet « bipède » significativement aigu et lourd, leur collusion incarnant les affects engagés par une situation singulière, celle de l’exil. A la précieuse coupe de Pnine répondent en écho le bol à raser de Sender Roth (Philip Roth, Patrimoine, une histoire vraie, 1992), la valise de Sergueï Dovlatov (La valise, 1984), le fauteuil d’Hélène Cixous (Les Rêveries de la femme sauvage, 2000), le costume de Mohammed Saleh (Alaa El Aswany, Chicago, 2007), le sac vert olive de Velibor Colić (Manuel d’exil, 2016), bien d’autres encore entrelaçant expériences personnelles et espaces fictionnels dans un topos de l’exil à la fois pérenne et réactualisé.

Continuer la lecture de L’objet de la migration : La construction de la figure de l’exilé par les objets dans l’espace narratif. 21 novembre 2016 (INALCO)

Objets en exil / Objects in exile. Exposition Glendon College – York University

Objets en l’exil. Glendon College

12801213_10101353934836341_4584924310802176476_n

Une version du principe d’exposition « Objets en l’exil » vient d’être réalisée par Aurelia Klimkiewicz, avec ses étudiants du programme de traductologie de l’Université York (Glendon College, Canada) : Dana Amarascu, Virginie Barrouillet, Yun Gao, Diego Pardo Quitian et Preet Shikha.

12798994_10101353934891231_4148663928869581133_n
 Le concept de l’exposition « Objets de l’exil » est le fruit d’un travail commun mené par Boris Chukhovich, Alexandra Loumpet-Galitzine  et Alexis Nouss  en 2009 dans le cadre du programme POexil (Université de Montréal) .

Displaced Objects. Textes (2)

Vingt deux textes sont désormais publiés sur le site Displaced Objects et de nouveaux devraient paraitre sous peu.

L’objectif du projet intitulé Displaced Objects (D.O.), paraphrasant la désignation de Displaced Persons (D.P),  est de collecter de courts textes rendant compte d’objets singularisés par une expérience, celle de l’exil, et d’en constituer un corpus.

Textes publiés : 

  1. The Recipe Book / Gerden Jonker
  2. Les bâtons de manioc / Kidi Bebey
  3. Les juttis de ma mère / Cécile Ouhmani
  4. Le placenta / Elena Bonelli
  5. Le plat / Marina Gorboff
  6. Le roman français / Olivier
  7. La gourde et le ballot / Saskia Cousin
  8. Les gants / Marie Darrieussecq
  9. Le dictionnaire / Nada Abillama-Masson
  10. L’album / Kateryna Lobodenko
  11. La couverture / Alexandra Galitzine-Loumpet
  12. Le bois des épaves / Evelyne Ritaine
  13. The wall fragment / Elena Montanari
  14. La valise / Rachel Cohen
  15. Le feu / Christiane Vollaire
  16. La boite en cerisier / Emmanuel Guibert
  17. La couverture de cheval / Monique Selim
  18. La peluche / Elzbieta Neyman
  19. Le kanoun / Radia Lemoust
  20. Les pagnes / Sylvie Berbaum
  21. La jobbana / Dominique-Marie Godfard
  22. Le Smartphone / Laurent Bazin et Mohammed Djibril

Le principe est simple et ouvert à tous : choisir un objet (matériel, littéraire, cinématographique, artistique, muséal) et dérouler une expérience de l’exil. Le projet est ouvert toute l’année 2016. Le principe est simple et ouvert à tous.

Continuer la lecture de Displaced Objects. Textes (2)

Balkans, non-lieux de l’exil.

BALKANS, NON-LIEUX DE L’EXIL.

(c) Klavdij Kluban http://www.sluban.com/
(c) Klavdij Kluban http://www.sluban.com/

 reporté à une date ultérieure

 Balkans 2015-2016. L’actualité de la ‘crise grecque’ et des ‘flux migratoires’, mais aussi les attentats de novembre 2015 à Paris font grand usage de cette désignation dans le paysage médiatique d’Europe occidentale. Sont ainsi évoquées ‘la route des Balkans’,  ‘l’antichambre de l’Europe’ et de façon plus floue encore ‘les migrants des Balkans’.

Les Balkans, dans leur pluriel constitutif, apparaissent comme une entité spatiale et symbolique indéterminée entre Méditerranée et Mitteleuropa, aux frontières extérieures fluctuantes et intérieures morcelées, marquées par le nationalisme le plus extrême justement parce qu’elles sont supposées constituer un en-deçà des Etats-nations. Laboratoire de l’Europe à la frontière de l’Asie, champ d’intervention des politiques européennes, les Balkans signalent à la fois un lieu et un non-lieu, des entités en permanence traversées, reconfigurées, par l’histoire, le religieux, l’économique, les conflits et, de nouveau, l’érection de murs – en d’autres termes, une multiplicité d’expériences de l’exil.

Dans son acception singulière, l’espace balkanique demeure « un lieu de mémoire où l’Europe a testé les limites de son identité » (Benou & Mayali 2013-2014 : 8). A partir d’une histoire des relations de pouvoir et de la constitution d’altérités, il permet d’interroger  les imaginaires littéraires, cinématographiques, artistiques ou médiatiques au croisement de l’utopie et de la différence. Il oblige à penser les relations entre le territoire et le politique et engage dès lors à aborder la singularité du sud-est européen en multipliant les points de vue et les disciplines. Continuer la lecture de Balkans, non-lieux de l’exil.

Présentation « La condition de l’exilé », 11 janvier 2015, 19h30

27351100031600MTschann libraire et les Editions de la Maison des sciences de l’homme
sont heureux de vous inviter  à la soirée de présentation

du dernier livre d’Alexis Nouss,

Inaugurant une nouvelle méthode en sciences sociales à propos du sujet en migration, l’auteur, Alexis Nouss, propose une grille politique pour tenter de comprendre  les crises migratoires de notre actualité. C’est à adopter la perspective subjective du sujet en déplacement que s’emploie l’auteur. L’exil représente d’abord la prise en compte de l’histoire de l’individu, détaché de toute appartenance à un groupe. Maryse Emel mettra en avant les sources littéraires choisies par l’auteur et leurs sens par rapport à la définition de l’exil.

Avec
Alexis NOUSS,
Professeur de littérature générale et comparée à l’université d’Aix-Marseille, co-responsable de l’initiative de recherche “Non-Lieux de l’exil” au Collège d’études mondiales de la FMSH

Maryse EMEL,
Professeure de philosophie, chargée de mission au rectorat de Créteil

Lundi 11 janvier 2016 à 19h30, Tschann Librairie, 125 bd du Montparnasse • 75006 Paris / 01 43 35 42 05, Réservation conseillée : fernando@tschann.fr

Displaced Objects : premiers textes et site web


Les premiers textes du projet « Displaced Objects«  (appel à textes de 1 à 3 pages : ici) ont été mis en ligne.

doa
Cliquer sur l’image pour accéder au site

Le site displacedobjects.com est spécifiquement dédié au projet, associé au site du programme Non-lieux de l’exil par la rubrique consacré à « Displaced Objects » dans la barre de menu. Il a été ainsi concu pour permettre une autre forme de présentation des textes reçus.

Les textes sont publiés sur le site du projet Displaced Objects par groupe de 4. et régulièrement annoncés dans un billet du carnet nle.hypotheses.org. Le projet est pour l’instant sans limitation de durée.

Les 8 premiers textes mis en ligne sont les suivants. Nous en remerçions les auteurs.

A Recipe Book par Gerdien JONKER

Mes bâtons de manioc.  par Kidi BEBEY

Les juttis de ma mère, par Cécile OUMHANI

Le placentapar Elena BONELLI

Un plat. par Marina GORBOFF

Le roman français par Olivier

La gourde et le ballot. par Saskia COUSIN

Les gantspar Marie DARRIEUSSECQ

D’autres devraient prochainement suivre.

« La condition de l’exilé. » Présentation au Comptoir des Presses, 25 novembre 2015

Le migrant est d’abord un exilé
Autour de La Condition de l’exilé, d’Alexis Nouss. Editions de la MSH, coll. Interventions, 2015.

Mercredi 25 novembre 2015 à 19h

Le Comptoir des Presses

86, rue Claude Bernard

75005 Paris, Paris (75)

Rencontre avec Alexis Nouss et Michel Zumkir

Immigré, émigré, réfugié, déplacé, etc. quel que soit l’épithète dont est gratifié l’homme en mouvement, celui-ci est d’abord pour Alexis Nouss un exilé qui doit être en mesure de bénéficier d’un droit d’exil « similaire aux droits de la personne ». L’exil représente le noyau commun à tous les phénomènes de mobilité contrainte. L’exilé n’abandonne rien et n’oublie rien de son passé. Pour faire tenir ensemble ces deux pôles, le recours à la narration, roman, journal intime, film, est nécessaire pour dire sans les réduire les tensions entre ces deux lieux. Cette expérience, partagée aussi par les intervenants, formera le cœur de l’entretien.

En présence de : 

• Alexis Nouss, professeur de littérature générale et comparée à l’université d’Aix-Marseille, co-responsable de l’initiative de recherche “Non-Lieux de l’exil” au Collège d’études mondiales de la FMSH, 

• Michel Zumkir, directeur du service de diffusion à la FMSH, écrivain et critique, a codirigé le groupe de travail étrangers/immigrés à la Ligue des droits de l’homme de 2008 à 2011.