Tous les articles par Alexandra Galitzine-Loumpet

Actualité des parutions : André Markowicz, Arno Renken, Serpilekin Adeline Terlemez, Janine Altounian

Riche actualité de parutions des membres de l’équipe, d’intervenants et de participants à des rencontres du programme scientifique « Non-lieux de l’exil ».

A signaler, ainsi   :

Janine Altounian

De la cure à l’écriture, l’élaboration d’un héritage traumatique  PUF, juin 2012  

 

 

 

 

André Markowicz :

 

A. Markowicz, Les gens de cendre

 

 Les gens de cendre, juillet 2012

téléchargeable sur  Publie.net 

 

 

 

 

 

Arno Renken (Université de Lausanne)

Babel heureuse, pour lire la traduction, 2012

   Babel heureuse. Pour lire la traduction, Van Dieren Éditeur, Paris, octobre 2012

Un vernissage du livre  aura lieu le samedi 6 octobre 2012, à 18 h à la librairie de la Louve, Place de la Louve 3, à Lausanne (www.librairiedelalouve.ch).

 

Serpilekin Adeline Terlemez

Le théâtre innommable de Samuel Beckett, L’harmattan, mai 2012

S.A. Terlemez

Programme définitif des Rencontres 2012-2013. Objets & langages d’exil

Rencontres 2012-2013

   Objets & Langages d’exil

 Les rencontres Non-lieux de l’exil sont dorénavant partie constitutive d’un programme scientifique de la Fondation Maison des Sciences de l’homme (FMSH) plus ample, en cours d’élaboration. Le programme s’ouvre ainsi à différentes collaborations avec des institutions et  séminaires partenaires, tout en conservant la forme spécifique de ses rencontres mensuelles. Cette année, les rencontres auront lieu, selon les mois, soit le mercredi soit le jeudi. A partir de février 2013, les rencontres seront prolongées par le séminaire « L’expérience de l’exil », coordonné au Collège d’études mondiales (FMSH) par A. Nuselovici (Nouss).

Sauf mention contraire qu’il convient de vérifier, les séances auront lieu dans les salles du plateau CNRS, 6 étage, Noyau A, Bâtiment « Le France » , 190 avenue de France, 75013 Paris (M°Quai de la gare, bus 89). L’heure de démarrage  peut varier.  

Programme définitif 

Les bio-blibliographies des intervenant (e)s et discutant(e)s sont données au fur et à mesure de l’annonce des séances

  •  Lundi 17 septembre  2012– 20h / Langages de l’exil 1 / NLE – Festival d’Ile de France- Collège des Bernardins

Mémoires de diasporas, entre effacement et transmission

Grand auditorium du Collège des Bernardins, 20 rue de Poissy – Paris 5e
Dans le cadre du Festival d’Ile de France. En partenariat avec le Collège des Bernardins et en collaboration avec les rencontres Non-lieux de l’exil (Réseau Asie, CNRS/FMSH).

Table ronde avec Alexis Nouss (professeur à la School of European Studies de l’Université de Cardiff), Michel Bruneau (directeur de recherche émérite au CNRS), Paul Alerini, psychanalyste, et Zad Moultaka, compositeur.

Animée par Virginie Symaniec, études théâtrales  et Alexandra Galitzine-Loumpet, anthropologue, coordinatrices du programme Non-lieux de l’exil (FMSH)

Enregistrement de l’intégralité de la table-ronde sur le site du Festival  Ile de France (ici)

  • 25 Octobre 2012 : Langages de l’exil II (10h-12h30, salle 638)

Intervenante : Olga Hazan (Université du Québec à  Montréal) «Textes, images et rites : l’exode évoqué en exil dans les haggadoth sépharades du XIVe siècle»

Discutants : Emmanuel Guibert (dessinateur) & David Lengyel ( Paris 3)

  •  21 Novembre 2012 : Langages de l’exil III « Paradigmes du déplacement» (14h-18h30, salles  638-640)

en association avec le séminaire « Décolonisation et géopolitique de la connaissance » (anciennement Décolonisation des savoirs) coordonné par Orazio Irrera, Daniele Lorenzini, Matthieu Renault (Université Paris-Est Créteil (ED CS – EA LIS)/ Fondation Maison des Sciences de l’Homme (Programme Migrations Internationales) (leur programme ici)

Avec  Stéphane Dufoix « Diaspora » (Université Paris-Ouest Nanterre), Claire Hancock « Terrains »  (Université de Créteil),  Rada Ivekovic  (GTM, CNRS, Paris 8)) « Traduction », Alexis Nouss « Exil » (Cardiff University), Dominique Rolland« Métissage » (Inalco)

Coordination : Alexandra Galitzine-Loumpet, Matthieu Renault, Virginie Symaniec

  • 19 Décembre 2012 : Langages de l’exil IV ( 14h30-18h, salles 640-641)

Intervenante : Nurith Aviv,  réalisatrice,
Discutantes : Eloi Recoing (Paris 3) et Léda Mansour (Paris X, Nanterre)

  • 15 janvier 2013 : Objets de l’exil I : Objets de l’exil / objets en exil (14h30-18h, salle du conseil B, 190 avenue de France 75013 Paris)  Séance reportée

Intervenant : Laurier Turgeon (Chaire de recherche du Canada en patrimoine ethnologique et professeur d’ethnologie et d’histoire à l’Université Laval, Québec, Canada) : « Objets en exil chez les immigrants du Québec »

  •  31 Janvier 2013 Langages de l’exil V( 14h30-18h, salles 638)
Intervenant : Habib Tengour, écrivain, poète et sociologue.
Modératrice : Catherine Bouthors-Paillart (LSP, Sevrès) ,
Discutants :   Mourad Yelles (INALCO), Pierre Oster (poète)
  • 21 Février 2013 Objets de l’exil II Objets absents /Objets de l’absence ( 14h30-18h, salles 638-640)

Intervenant :  Debesh Goswami, artiste,

Discutantes : C. Servan-Schreiber  (CEIAS, CNRS/EHESS), Laure Wolmark (Comede)

  •  21 Mars 2013 Objets de l’exil III « La culture matérielle de l’exil : une autre vie des objets » (14h-18h30, salles 638-640)

Séminaire commun Rencontres Non-lieux de l’exil (Programme FMSH) et séminaire « La deuxième vie des objets » (IRIS-EHESS/CNRS, coordonné par E. Anstett & N. Ortar)

Introduction : Elisabeth Anstett (Iris/CNRS), Nathalie Ortar (LET/ENTPE), Virginie Symaniec (FMSH)
Intervenants : Fabrice Grognet (MNHN) « Quand les mémoires se transforment en patrimoine national » et Françoise Vergès (CPMHE)

Présentation d’extraits du film documentaire « Lettres de nos voisines » de Manuela Frésil

Discutantes :  Stéphanie Tabois (MCF, U.de Savoie) / Alexandra Galitzine-Loumpet (FMSH)

  • 29 mars 2013 : Langages d’exil V : « Le théâtre et l’exil » en partenariat avec le Laboratoire international de recherche sur les Arts (LIRA, Paris 3) et le Théâtre aux mains nues  (14h-18h, Médiathèque Marguerite Duras, 115 Rue de Bagnolet  75020 Paris)

Après-midi d’étude, organisée par Eloi Recoing, membre du programme Non-lieux de l’exil et du laboratoire LIRA (Paris 3) et Alexis Nuselovici (directeur programme Non-lieux de l’exil).

Deux tables- rondes :

1) La scène comme exil (14h15)

Coordination : Eloi Recoing / Intervenants : Alexis Nuselovici (Nouss), André Markowicz, Wajdi Mouawad, Sedef Ecer, Marie Lelardoux

2) Solitude de Kleist  (16h30)

Coordination : Alexis Nuselovici (Nouss)
Intervenants : Eloi Recoing, Béatrice Gonzales-Vangell, Anne Françoise Benhamou, Flore Garcin-Marrou, Maëlle Dequiedt.

20 h Représentation de la pièce « « Käthchen, mon amour » d’après l’oeuvre de Kleist  (traduction et mise en scène Eloi Recoing) , Théâtre aux mains nues

Réservation obligatoire au 01 43 72 19 79, rp.mediation.tmn@wanadoo.fr

  • 25 Avril 2013 : Objets de l’exil IV Le corps-objet de l’exil (14h30-18h, salle 638-640)

Intervenant : Ibrahima Thioub (professeur d’histoire à l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar , Chaire Collège d’Etudes mondiales (FMSH), responsable du programme La route des esclaves, Unesco)
« Le corps exilé: un lieu de marquage identitaire »

Discutantes : Olga Odgers Ortiz ( El Colegio de la Frontera Norte, Departamento de Estudios Sociales, Tijuana, Mexico/ Visioconférence),  Eugenia Vilela (Université de Porto , Dpt de Philosophie & Esthétique)

  • 22 mai 2013 : Objets de l’exil V « Objets des exclus / Objets perdus » (10h-12h30, salles 638-640)

Intervenant :  Octave Debary  (Maître de conférences, Université Paris Descartes, LAHIC)

« Objets perdus, mémoires retrouvées : Jochen Gerz et l’art contemporain ».

Discutants :  Marie Morelle (Prodig, Paris I), Sébastien Ledoux (Paris I)

 

 

CFP « Displaced Objects (D.O.) »

safe_image

 « Displaced objects (D. O.)  »,

Une version actualisée du projet se trouve ici 

le site web dédié au projet est accessible à cette adresse : displacedobjects. com  

En mai 1922, Marina Tsvetaieva quitte Moscou pour Berlin, décrivant soigneusement les objets auxquels elle tient et emporte avec elle. En 1939, dans un sens inverse, de Paris à Moscou, elle consigne une liste des objets qu’elle ramène. Ce ne sont pas tout à fait les mêmes et n’importe comment ils sont devenus autres. Mais ils sont siens – ils la représentent autant qu’ils sont représentés par elle ; comme elle, ils sont en et de l’exil et leurs destins sont liés, y compris dans leur ultime dispersion. 

L’objectif de cette collection de textes de1 à 3 pages est de rendre compte du parcours d’objets singuliers, les objets de l’exil, de leurs inventions, requalifications et métamorphoses, des narrations et affects qu’ils soutiennent, des processus enfin, par lesquels ils sont vécus mais échappent également à leurs détenteurs.

Continuer la lecture de CFP « Displaced Objects (D.O.) »

Exposition « Objets de l’exil / Objets en exil »

Le principe d’exposition  a été élaboré en 2007 par Alexandra Galitzine-Loumpet, Alexis Nuselovici(Nouss) et Boris Chukhovich. Il est  présenté parmi les projets du groupe de recherche POexil, fondé à Montréal par Alexis Nouss en 2001, et dont le programme  » Non-lieux de l’exil » poursuit et renouvelle  l’esprit à Paris, et a également été enrichi par le colloque Les objets de l’exil, tenu à Montréal en novembre 2008.

Le principe est fixe et simple : un objet servant de support à une narration qui peut prendre autant de formes et de modes d’expression que d’intervenants qui en signent le contenu (individuel, collectif) ;  dix sections, volontairement larges, permettant d’aborder les différentes catégories de l’exil. Un  contenu évidement variable selon les lieux d’accueil.

OBJETS DE L’EXIL  

Commissaires : Boris Chukhovich,  Alexandra Galitzine-Loumpet, Alexis Nouss 

Descriptif

Mettre en scène une exposition itinérante sur les objets de l’exil, éléments supports marquant le déplacement, symbolique, affectif et physique (objets de l’exil) et les transformations que l’exil entraîne sur la valeur et le statut de ces objets (objets en exil).

Au travers d’espaces liés à une thématique, associant un objet et une mise en récit sur des supports multiformes (textes, musiques, images), il s’agit de mettre au jour les traces de l’exil, de procéder à une archéologie des mémoires de l’exil et en exil et d’en dégager la stratigraphie.

Le parcours muséographique devrait également inclure une compilation libre d’écrits et de récits des visiteurs. Une telle installation permettrait d’engager plus avant le public dans les questions, très actuelles et politiques, de l’exil comme interrogation sur l’immigration, l’intégration, l’assimilation, la citoyenneté, l’identité, l’appartenance.

Les institutions et pays hôtes de l’exposition auraient le choix entre :

Monter l’exposition sous sa forme originale, construite à Montréal, mais enrichie d’un nouvel espace, celui de l’institution d’accueil,
Reprendre le principe d’exposition et récréer ses contenus sur la base des thématiques initiales (voir infra).
L’exposition invite ainsi à reconsidérer les modes de présentation des identités en déplacement, fluctuantes et constamment modifiées. C’est dire que l’aléatoire se donne comme principe directeur et que l’exposition devient métaphore de l’exil dans ses dimensions d’imprédictibilité et de transformation. Si le point de départ de l’exposition est connu, son parcours ultérieur ne dépend que des lieux et des équipes d’accueil prêts à l’accueillir, sans aucune limitation temporelle et donc sans anticipation de sa durée.

Face à la mondialisation des mouvements migratoires, cette exposition à contenu variable, se veut ainsi une tentative de muséographie mouvante.

Le catalogue pourra prendre la forme d’un site web, progressivement enrichi au fur et à mesure des voyages et des métamorphoses de l’exposition. Des publications complémentaires, éditées par les divers lieux d’accueil, des colloques ou autres manifestations pourront éventuellement accompagner l’exposition.

Principes muséographiques

L’exposition est bâtie sur les notions de déplacement, de basculements permanents entre le personnel et le collectif, la singularité (de l’exil, de l’histoire, du lieu) et la multiplicité des contextes (sociaux, politiques, mémoriels), la fragmentation et la recomposition, les ruptures effectives et les permanences recherchées.

Concrètement, cette approche se traduit par une élaboration en trois niveaux :

1/ Le choix d’un objet : image fixe ou non, objet du quotidien (icône, vêtement, gramophone, clef, cuillère, photographie, livre, lettre manuscrite, etc.), promu à une qualité nouvelle de symbole exilique.

2/ Un récit sur tout support choisi par l’intervenant accompagne l’objet, en raconte l’expérience et en déploie la charge affective et le potentiel spéculatif. Le discours peut être écrit, oral, visuel, musical, homogène ou fragmenté et peut utiliser les matériaux les plus divers. Il est lié au thème majeur de chaque section mais utilise autant de sous-thèmes que nécessaire (voir infra).

3/ Un fonds sonore trame le parcours de l’exposition et est constitué par le mélange des atmosphères propres à chacune des dix sections.

L’exposition se divise en dix sections, correspondant aux dix thématiques présentées ci-dessous, dont chacune est réalisée librement et assumée par son concepteur. Le statut des responsables est extrêmement varié et dépend du lieu d’accueil. Chacune des thématiques sera signée par son réalisateur.

Le cahier de charges de l’exposition se réduit à la liste des dix thématiques que chaque équipe d’accueil (les responsables de l’organisation et les responsables de chacune des dix sections thématiques) peut illustrer à sa guise et avec les moyens dont elle dispose.

Ainsi, le cadre d’accueil peut varier d’une simple salle de classe dans une école à un centre communautaire, d’une bibliothèque à un musée, d’une institution établie à un lieu alternatif.

Les dix sections thématiques

 

Versions réalisées.

Deux versions de l’exposition ont été réalisées jusqu’à présent, l’une virtuelle, l’autre,  prête, qui n’a finalement pas pu être mise en place, mais dont l’affiche est présentée ci dessous.

© Défap-Service protestant de mission, 2008

 

La première version, virtuelle, a été réalisée en 2008 au Défap-Société Protestante de Missions, héritière de la Société des missions évangéliques de Paris. Le très riche fonds d’archives photographiques, aujourd’hui consultable grâce à sa numérisation,  à permis d’interroger les différents exils mis en jeu.

Commissariat d’exposition : Alexandra Loumpet-Galitzine, Claire-Lise Lombard, Emilie Gangnat
Réalisation : Emilie Gangnat

 

 

La seconde version, dont la composition et la scénographie ont été achevés en 2009 n’a pu être installée dans la galerie Nikki Marquardt, place des Vosges,  faute, à la dernière minute, de financement adéquat.  Les dix sections ont cependant été investies par des intervenants différents, chercheurs, critiques d’art, réalisateurs, chorégraphes, dans une sélection dense et diversifiée, et à donné lieu à des performances et expérimentations dont un dossier de presse (dossierPresse2009) retrace les propositions. Cette exposition, dont la mise en ligne est en projet, est servie par le magnifique cliché extrait de l’oeuvre de Said Atabekov, utilisé en affiche (voir également son installation dans le Central Asia Pavilion, 54e biennale de Venise).

Exposition (c) 2009 / oeuvre S. Atabekov (2005)

Rencontre du 04 avril 2012 « L’exil comme aventure culturelle, l’exil heureux ». Matéi Visniec, Aurélia Klimkiewicz, Elena Prus.

Matéi Visniec « L’exil comme aventure culturelle, l’exil heureux »

« Vous avez un léger accent…» – voici une phrase qui m’a été dite un bon millier de fois depuis que je vis en France et qui fut le point de départ de nombreuses conversations intéressantes. D’habitude, je propose à mon interlocuteur un jeu : deviner en trois essais de quelle origine je suis. C’est ainsi que commence une petite leçon de géographie et de culture générale que patiemment j’ai offerte à de nombreuses personnes. En général, je suis transporté dans divers endroits où l’on parle français, mais avec une légère particularité musicale: « Vous êtes Belge ? Suisse ? Québécois ? ». L’homme perd ainsi les trois cartouches que je lui avais offert afin de gagner le jeu, et j’essaie donc de l’aider un peu: « Je viens d’un pays latin mais situé en Europe de l’Est ». A ce stade du jeu, je sens sur le visage de l’homme en face de moi une légère contrariété. Un pays latin en Europe de l’Est ? Quand je dis la Roumanie, mon partenaire de jeu réagit comme s’il avait été heurté par le souffle d’une petite explosion… La Roumanie, bien sûr, évidemment… La Roumanie est un pays latin! Après ça, mon interlocuteur enchaine d’habitude avec la phrase : « Et ça a été dur, j’imagine, pour vous, de continuer votre vie en France ». Et là, je le déçois encore : « Non, je suis heureux dans ce pays ».     

Discutantes : Elena Prus et Aurelia Klimkiewicz

 

Bio-bibliographies

KLIMKIEWICZ Aurelia  est professeur à l’Université York à Toronto où elle dirige présentement le Research Group in Translation and Transcultural Contact. Théoricienne de la traduction, elle s’intéresse à l’herméneutique, la subjectivité du traducteur, l’éthique de la traduction et l’interaction multilingue. Ses travaux les plus récents portent sur l’analyse des commentaires métalangagiers dans la littérature migrante en tant que formes d’auto-dialogue multilingue. Elle a codirigé quatre collectifs et publié plusieurs articles dont « Faire l’épreuve de soi au travers de l’auto-dialogue multilingue. À propos du commentaire métalangagier dans la littérature migrante », « Les configurations chronotopiques de l’exil : de l’exil au post-exil » et « L’interprétation communautaire : un modèle de communication trialogique ». Elle a traduit un livre témoignage, Babouchka de Nadia Erchof-Skrzetuska (2001), le film documentaire Paradis perdu. Paradis retrouvé (2006), et a collaboré à l’adaptation scénique de Le banquet chez la comtesse Fritouille de Witold Gombrowicz pour le Théâtre Prospero (Montréal 2004). Elle est membre du groupe de recherche Poexil depuis sa fondation en 2001 à l’Université de Montréal.

PRUS Elena  Directrice de l’Institut de Recherches philologiques et interculturelles, Université Libre Internationale de Moldova (ULIM). Docteur d’Etat ès lettres, Professeur universitaire. Critique littéraire, spécialiste en littérature française et comparée, fondatrice et rédacteur en chef de la revue scientifique Intertext (ULIM) ; Fondatrice et coordinatrice du colloque international Francopolyphonie, ULIM (éd. 2006-2010) ; Coordonnatrice nationale du projet du Conseil de l’Europe L’éducation pour la démocratie dans une société démocratique (2001-2002). Auteur de plus de 200 publications (parus en France, Roumanie, Etats-Unis, Canada, Syrie, Russie, République de Moldova), parmi lesquelles : Pariziana romanescă: mit şi modernitate [La Parisienne romanesque : mythe et modernité], Iaşi (Roumanie) : Institutul European, 2006 ; Poetica modalităţii la Proust [Poétique de la modalité chez Proust], Kishinev : Ruxanda, 1998.  Po(i)etosfere şi proiecţii hermeneutice [Po(i)etosphères et projections herméneutiques],  Kishinev : Foxtrot, 2009. Page personnelle 

VISNIEC Mateï  Dans la Roumanie communiste de Ceausescu, il découvre dans la littérature un espace de liberté et devient très actif au sein de la génération 80 et commence à écrire des pièces de théâtre en 1977. Auteur interdit à partir de septembre 1987, il demande asile politique en France, rédige une thèse de doctorat à l’EHESS et travaille également pour la BBC entre 1988 et 1989, et à partir de 1990 pour Radio France Internationale. Sa pièce Les chevaux à la fenêtre  rencontre le succès en 1991 et à partir de cette date il est régulièrement joué en France (Festival d’Avignon (off), Théâtre du Rond Point, Studio des Champs Elysées, Théâtre de l’Est Parisien, Théâtre International de Langue Française, Théâtre du Guichet Montparnasse, Théâtre de l’Opprimé…) et dans de nombreux autres pays (Europe, Amérique, Asie). Il remporte ainsi plusieurs prix, notamment pour la pièce Les détours Cioran, ou Mansarde à Paris avec vue sur la mort (Avignon 2008). Il est également l’auteur dramatique le plus joué en Roumanie. Ses pièces de théâtre sont publiées en France aux éditions Sud-Papiers, Lansman, L’Harmattan, Crater et l’Espace d’un Instant (Maison d’Europe et d’Orient). Il est également l’auteur de romans, partiellement inédits. Parmi ses nombreux écrits : Du sexe de la femme comme champ de bataille dans la guerre en Bosnie (1997), Petit boulot pour vieux clown suivi de L’histoire des ours pandas racontée par un saxophoniste qui a une petite amie à Francfort (1998), Du pain plein les poches et autres pièces courtes (2004), L’histoire du communisme racontée aux malades mentaux (2000), Le roi, le rat et le fou du roi (2002), Attention aux vieilles dames rongées par la solitude (2004), Richard III n’aura pas lieu ou scènes de la vie de Meyerhold (2005), La machine Tchekhov (2005), Le spectateur condamné à mort (2006), Les détours de Cioran ou mansarde à paris avec vue sur la mort (2007), Les chevaux à la fenêtre & Mais qu’est-ce qu’on fait du violoncelle ? (2010).

 

Rencontre du 07 mars 2012 : « Traduire : figures du rythme, figures non traduites ». André Markowicz, Béatrice Gonzales-Vangell, Arno Renken.

Langues de l’exil et exil des langues II  : André Markowicz : « Traduire : figures du rythme, figures non traduites »

Cliquer sur l’image pour accéder à France Culture

 

Que signifie traduire le rythme ? — dans quelle mesure la perception du rythme est-elle transmissible ? quand pouvons-nous parler d’équivalence rythmique ? et que faire pour ce qui reste en dehors de toute équivalence ? — de cet en-dehors que j’appelle « figures », pas même des présences, pas même des contours, — comment faire sentir ces existences non verbales sans lesquelles rien du texte n’a de sens, sans lesquelles le sens et l’auteur se trouvent en exil ?

Continuer la lecture de Rencontre du 07 mars 2012 : « Traduire : figures du rythme, figures non traduites ». André Markowicz, Béatrice Gonzales-Vangell, Arno Renken.

Non-Lieux de l’exil, Programme 2011-2012

RENCONTRES  2011-2012

Coordination scientifique : Virginie Symaniec & Alexandra Galitzine-Loumpet

Comité scientifique : Catherine Bouthors-Paillart, Boris Chukhovich, Alexandra Loumpet-Galitzine, Alexis Nuselovici (Nouss), Virginie Symaniec

Cliquer sur l'image pour accéder au pdf

Initiées par le groupe de recherche POexil (Université de Montréal) en partenariat avec le Réseau Asie – Imasie (FMSH / CNRS) , le Cardiff Research Group on Politics of Translating (Cardiff University), le programme Russie de la FMSH et des Editions Non-lieu , les rencontres de l’année 2011-2012 ont porté sur  la diversité des expressions de l’exil,  principalement abordée au travers des expressions dramatiques, les Scènes de l’exil (axe 1), les questions de multilinguisme et de traduction, Langues de l’exil et exil des langues (axe 2).

Les rencontres ont été les suivantes (pour un programme détaillé et les bio-bibliographies des intervenants voir ici programme 2011-2012) :

02 novembre 2011 : Scènes de l’exil I
Introduction, présentation du séminaire : Virginie Symaniec et Alexandra Loumpet-Galitzine
Intervenante : Sedef Ecer « Les non-lieux comme espace dramatique »

Pour ma première pièce en langue française, je m’étais déjà attachée à la notion de « l’entre deux ». Intitulée « Sur le Seuil », ce texte parlait des espaces où l’on n’est ni à l’intérieur ni à l’extérieur d’un temps ou d’un lieu définis. J’ai aujourd’hui l’intime conviction que ce « seuil » continue d’être vital pour l’auteur bilingue que je suis : je dis du français qu’elle est ma « langue d’accueil » comme on dit « terre d’accueil » car je crois profondément que l’on habite une langue de la même manière que l’on habite un pays. Mon statut « d’écrivaine immigrée » m’emmène sans cesse vers des thèmes qui questionnent l’identité déracinée et je travaille d’une manière obsessionnelle sur la notion du « lieu » et du « non lieu ». Je ne parle pas du lieu où se situe l’action mais le lieu comme espace dramatique. D’ailleurs, les titres de mes pièces et films en français l’attestent: « Entre deux rives », « Comme chez soi », « Sur le seuil », « À la périphérie » ou encore ma dernière pièce « Les descendants » où il est question de verticalité: Un personnage d’astrophysicien qui regarde toujours en haut et un personnage d’archéologue dont le regard est toujours porté vers le bas.

Discutantes : Catherine Bouthors-Paillart et Sevgi Terlemez

16 novembre 2011 : Scènes de l’exil II
Intervenante : Kéthévane Davrichewy  « Autour de La mer Noire : exil à la géorgienne »

Si Kéthévane Davrichewy est née à Paris en 1965, ses souvenirs sont liés à un pays plus lointain, celui de la Géorgie dont sont originaires ses grands-parents. Petite, elle vit avec leur exil et leur mémoire qui alimentent son imaginaire. Il y a, dans cette famille unie et nombreuse, des traditions conservées, des repas où on chante et où on danse, un bonheur à vivre qu’on voudrait immuable…

Discutantes : Taline Ter Minassian et Sylvie Gangloff

07 décembre 2011 : Scènes de l’exil III
Intervenante : Claire Gatineau « Autour de Au-dessus de la plaine »

Je parlerai de ma pièce « Au-dessus de la plaine », qui croise deux voyages, l’un qui va de l’extérieur de l’Europe vers l’intérieur, et l’autre qui, à rebours, va de l’intérieur vers l’extérieur. Je parlerai de l’écriture, comme un lieu qui permet de lier un événement collectif, les déplacements humains à travers différents espaces, à l’intime de celui qui écrit. Je parlerai de l’écriture comme un lieu qui permet de rapprocher, faire des liens entre différentes époques, de l’Antiquité grecque, à certains temps de l’histoire des frontières européennes jusqu’au 21ème siècle. Comment à travers ces temps et ces mouvements se dessine la silhouette du demandeur d’asile, du Suppliant.

Discutants : Dominique Dolmieu et Eugenia Vilela

01 février 2012 : Langues de l’exil et exil des langues IIntervenant : Alexis Nouss : « Der Verbannte, der Verbrannte [Le banni, le brûlé] – lecture de Paul Celan »

Si l’exil fournit une thématique centrale de la poésie celanienne en raison de données historico-biographiques, il serait réducteur et trivial de ne lui accorder que cette considération. L’expérience exilique, perçue à l’extrême de sa phénoménalité, engage pour le poète les conditions de son écriture et détermine les conditions de réception de l’œuvre. Cette analyse sera menée à partir d’une lecture des cinq derniers poèmes de « La rose de personne ».

Discutants : Eloi Recoing et Claire Le Foll

07 mars 2012 : Langues de l’exil et exil des langues II
Intervenant : André Markowicz : « Traduire : figures du rythme, figures non traduites »

Que signifie traduire le rythme ? — dans quelle mesure la perception du rythme est-elle transmissible ? quand pouvons-nous parler d’équivalence rythmique ? et que faire pour ce qui reste en dehors de toute équivalence ? — de cet en-dehors que j’appelle « figures », pas même des présences, pas même des contours, — comment faire sentir ces existences non verbales sans lesquelles rien du texte n’a de sens, sans lesquelles le sens et l’auteur se trouvent en exil ?

Discutants : Arno Renken et Béatrice Gonzales-Vangell


04 avril 2012 : Langues de l’exil et exil des langues III
Intervenant : Matéi Visniec « L’exil comme aventure culturelle, l’exil heureux »

« Vous avez un léger accent…» – voici une phrase qui m’a été dite un bon millier de fois depuis que je vis en France et qui fut le point de départ de nombreuses conversations intéressantes. D’habitude, je propose à mon interlocuteur un jeu : deviner en trois essais de quelle origine je suis. C’est ainsi que commence une petite leçon de géographie et de culture générale que patiemment j’ai offerte à de nombreuses personnes. En général, je suis transporté dans divers endroits où l’on parle français, mais avec une légère particularité musicale: « Vous êtes Belge ? Suisse ? Québécois ? ». L’homme perd ainsi les trois cartouches que je lui avais offert afin de gagner le jeu, et j’essaie donc de l’aider un peu: « Je viens d’un pays latin mais situé en Europe de l’Est ». A ce stade du jeu, je sens sur le visage de l’homme en face de moi une légère contrariété. Un pays latin en Europe de l’Est ? Quand je dis la Roumanie, mon partenaire de jeu réagit comme s’il avait été heurté par le souffle d’une petite explosion… La Roumanie, bien sûr, évidemment… La Roumanie est un pays latin! Après ça, mon interlocuteur enchaine d’habitude avec la phrase : « Et ça a été dur, j’imagine, pour vous, de continuer votre vie en France ». Et là, je le déçois encore : « Non, je suis heureux dans ce pays ».

Discutantes : Elena Prus et Aurelia Klimkiewicz


02 mai 2012 : Langues de l’exil et exil des langues IV
Intervenante : Janine Altounian : « Le désir de traduire naît de l’impossibilité à traduire un plaisir ou une perte »

J’apporterai un exemple qui cherche à montrer comment, chez un héritier de survivants exilés,  la « pulsion à traduire » peut promouvoir aussi bien le travail de la cure et de l’écriture que l’activité de traduction. Dans les postures à l’œuvre dans ces deux modes d’activités linguistiques, ce besoin de traduire naît d’une nécessité à défier paradoxalement l’impossibilité de la traduction, soit d’un plaisir, soit d’une perte.

Discutants : Boris Chukhovich et Anouche Kunth

9-10 mai 2012 ; Journées d’étude « Langues nationales, langages d’exil  »  en partenariat avec l’IEA-Paris (comité scientifique des journées : Alexis Nouss, Susanna Spero, Virginie Symaniec,  Xavier Vargas de Luna). Programme

06 juin 2012 : Langues de l’exil et exil des langues V : 

Intervenante : Galia Ackerman : « L’exil tchernobylien et les sauveurs du patrimoine »

Après la catastrophe de Tchernobyl, près de 200 000 personnes ont quitté les lieux les plus contaminés, notamment dans la région de Poléssié, située entre la Biélorussie et l’Ukraine, où les populations locales vivaient encore souvent comme au XIX siècle, en préservant des rites et des traditions perdus ailleurs (outils de travail, objets de la vie quotidienne, broderies, costumes, meubles) souvent à caractère unique. Dès l’accession de ces deux pays à l’indépendance, des ethnographes de l’extrême ont fait de multiples expéditions pour collecter et décontaminer les vestiges de ce monde abandonné. En Biélorussie, ce travail s’est arrêté peu de temps après l’arrivée de Loukachenko au pouvoir, mais en Ukraine, la collecte continue toujours. C’est à ce monde tombé dans l’oubli (les ethnographes ukrainiens parlent de l’Atlantide tchérnobylienne) et au travail des ethnographes intrépides qui luttent pour la préservation d’un pan de la culture nationale que je consacre mon intervention.

Discutantes : Elisabeth Anstett et Virginie Symaniec

Conclusions : Alexandra Galitzine-Loumpet