Tous les articles par Alexis Nuselovici (Nouss)

Professeur de littérature générale et comparée
Université d’Aix-Marseille

Triple non-lieu au Canal de Sicile : 45 morts / Alexis Nuselovici (Nouss)

'Untitled' Malka N. (c)
‘Untitled’ Malka N. (c) 

 

 

Triple non-lieu au Canal de Sicile : 45 morts

Les 45 exilés morts débarqués mardi dernier, le 1er juillet, dans la petite ville sicilienne de Pozzallo bénéficiaient d’un triple non-lieu. Face à l’horreur des drames provoqués par la crise des migrations contemporaines, notamment en Europe, le non-lieu désigne une réalité propre à l’expérience exilique, à savoir une spatialité géographiquement localisée mais échappant au type d’assignation qui dans la culture des humains ferait d’un lieu un endroit habitable et habité; bref, le non-lieu est un nulle-part qui serait malgré tout quelque part.

Triple non-lieu que le lieu de leur mort. La mer, d’abord : une immensité sans signes ni repères, interdisant toute inscription individuelle, rendant impossible l’ancrage subjectif.

Continuer la lecture de Triple non-lieu au Canal de Sicile : 45 morts / Alexis Nuselovici (Nouss)

Alexis Nuselovici (Nouss)

Professeur de littérature générale et comparée
Université d’Aix-Marseille

More Posts - Website

« Il faut beaucoup aimer les exilés ». Alexis Nuselovici (Nouss)

IL FAUT BEAUCOUP AIMER LES EXILÉS

Il faut beaucoup les aimer, comme le dit Marguerite Duras des hommes : « Il faut beaucoup aimer les hommes. Beaucoup, beaucoup. Beaucoup les aimer pour les aimer. Sans cela, ce n’est pas possible, on ne peut pas les supporter ». La dernière phrase n’est pas moins vraie rapportée aux exilés à en croire certains qui estiment respirable l’air de quelque-part que pour ceux qui y sont nés. La citation a été choisie par Marie Darrieussecq en exergue de son dernier roman, Il faut beaucoup aimer les hommes (Paris, P.O.L., 2013), au-dessus d’une autre, empruntée à Joséphine Baker, « On dit qu’au-delà des mers […] ». Duras et Baker, deux exilées  venues en France depuis un lointain lieu de naissance, l’une d’Asie, l’autre d’Amérique. « J’ai deux amours, mon pays et Paris » chante en 1331 la noire diva alors que la petite Donnadieu arrive dans l’hexagone. Techniquement et juridiquement, pour elle qui est née en Indochine française, ce voyage n’est qu’un retour. Quant à Joséphine, la venue en France est volontaire, même si aux États-Unis elle ne pouvait s’asseoir dans les bus que sur les sièges du fond. Quoiqu’il en soit et dans les deux cas, les circonstances ne revêtent pas la nature dramatique des parcours exiliques prenant fin aujourd’hui, par exemple, dans les eaux chaudement indifférentes de la Méditerranée à quelques encablures d’un rivage européen rêvé.

Continuer la lecture de « Il faut beaucoup aimer les exilés ». Alexis Nuselovici (Nouss)

Alexis Nuselovici (Nouss)

Professeur de littérature générale et comparée
Université d’Aix-Marseille

More Posts - Website

Esthétique exilique (À propos de l’exposition De Anima de Camila Moreira) Textes Alexis Nouss / Eliane Chiron

Alexis NOUSS  « Une esthétique de la suspension » 

      S’il est un art de l’exil, il révèlera une esthétique de la suspension. Quoique ces dimensions puissent aider à l’appréhension du phénomène, l’approche, ici, ne concerne ni le biographique (Monsieur X réfugié dans tel pays) ni le thématique (le thème de la migration dans l’œuvre de Madame Y). Il s’agit davantage de comprendre comment l’expérience exilique ou l’exiliance qu’elle manifeste ou suscite influence un faire artistique. La suspension ne renvoie donc pas à un vécu suspendu entre deux langues et deux territoires mais à une manière esthétique.

Continuer la lecture de Esthétique exilique (À propos de l’exposition De Anima de Camila Moreira) Textes Alexis Nouss / Eliane Chiron

Alexis Nuselovici (Nouss)

Professeur de littérature générale et comparée
Université d’Aix-Marseille

More Posts - Website

Diaspora, mémoire et musique : sur l’exemple de la musique klezmer

 Diaspora, mémoire et musique : sur l’exemple de la musique klezmer.

 Intégralité  de la table ronde « Mémoires de diasporas, entre effacement et transmission » du lundi 17 septembre 2012 au Grand auditorium du Collège des Bernardins à Paris disponible sur le site du Festival Ile de France (cliquer  ici.)

Visuel du festival Ile de France 2012

 

Qu’est-ce qu’une diaspora ?

On a pu appeler Vilnius la Jérusalem de Lithuanie  et Cordoue la Jérusalem du Sud. Aux Etats-Unis, on trouve  Little Havanah (La pequeňa Habana) à Miami ou Little Odessa à New York. On trouve une Little Italy à Manhattan et une autre dans le nord de Montréal. On trouve un peu partout dans le monde des Chinatown. Ici même, à Paris, on en compte deux : une dans le 20e arrondissement, une dans le 13e.

Qu’est-ce que ces désignations nous apprennent ? Que la diaspora défait l’opposition centre et périphérie. Plus précisément, qu’elle juxtapose un centre et la possibilité d’un second centre ou de plusieurs autres qui n’annulent pas la valeur du premier. Non pas un décentrage suivi d’un recentrage mais une multicentralité. Cela distingue la diaspora d’autres expériences exiliques qui se définissent par l’abandon d’un centre unique, détenteur de l’autorité.

L’exil n’est pas simple. Il y a par exemple lieu de distinguer entre exil et post-exil, le premier frappant la première génération migrante, le second la seconde et les suivantes. Lorsque l’étrangeté de l’exil devient ontologique, lorsqu’elle se détache des conditions empiriques, avec intégration puis implantation sur une ou plusieurs générations, on parlera de post-exil. L’exilé a quitté un pays. Le post-exilé est celui qui est davantage hors d’une identité que d’un territoire. L’exil se nourrit de l’effectivité d’un territoire quitté, volontairement ou non, alors que le post-exil nourrit le fantasme d’un territoire perdu. Le chant africain des esclaves en exil devient blues puis jazz, porteurs, eux, de la complainte post-exilique qui transforme la douleur du déracinement en souffrance ontologique. Post-exiliques sont fado et flamenco car s’ils pleurent un pays absent, ils n’en représentent pas les paysages. Cependant, exil et post-exil sont encore des notions qui nécessitent une référentialité exospatiale, réelle ou fantasmée. Peut-on s’en passer? Il faut une troisième notion pour penser une expérience exilique libérée d’une telle attache, pour penser un exil sans centralité ou plutôt multipolarisé: la diaspora dont la dynamique se profilait déjà dans la situation post-exilique.

Dès le départ terminologique, la notion de diaspora échappe à toute fixation territoriale, ici linguistique, puisque le mot apparaît dans la traduction en grec du texte hébreu et araméen de l’Ancien Testament, traduction dite des Septante, à l’usage des communautés hellénistiques du IIIe siècle avant l’ère chrétienne. Une traduction est elle aussi un parcours, celui dans lequel un texte connaît une patrie quittée et une patrie trouvée. Diaspora : un terme en exil de l’hébreu pour dire la condition des Juifs exilés. Un terme grec positivé – spora signifie « semence » – pour dire une expérience juive en apparence négative, l’exil du peuple juif.

L’expérience diasporique juive n’a fait que perpétuer ce décentrement fécond et, à ce titre, la notion peut s’utiliser comme catégorie pour décrire d’autres histoires et traditions d’exil. L’histoire diasporique enrichit l’imaginaire initial d’une large gamme d’imaginaires formés par la rencontre entre la communauté migrante et la culture du pays d’accueil, devenant aussi fertiles que les représentations matricielles. De Franz Fanon à Salman Rushdie et à Edward Said, l’accord se fait sur la créativité diasporique, due au fait que toute migration entraîne de fait une transformation. En ce sens, la position diasporique s’offre comme exemple d’une identité libre et riche de se réinventer selon les parcours migratoires. La diaspora comble deux exigences: je suis de quelque part mais ce quelque part, je peux le retrouver ailleurs, voire partout. De sorte que l’expérience diasporique, détachée de sa référentialité matricielle, peut se redialectiser avec les cultures d’accueil en une fécondité mutuelle.

Dans la condition diasporique, la fonction de la mémoire ne vise ni l’effacement, ni la transmission d’un matériau premier ou initial ou antérieur car une telle dynamique, qu’elle soit négative (effacement) ou positive (transmission) suppose une linéarité, entre un centre et une périphérie, alors que la diaspora implique une superposition de territoires qui invite la mémoire à ne pas être simple support mémoriel : elle devient mémoire active, mémoire au présent, mémoration, un passé au présent, selon une dynamique de transfert ou de traduction.

De tels aspects, la musique qui nous réunit dans ce festival peut, plus que tout autre medium expressif, les illustrer. Ce qui dans la musique permet cette expressivité spécifique est le rythme qui la constitue et qu’elle véhicule.  Le rythme n’est pas seulement la mesure ou la cadence mais ce qui organise un espace autour du vivant pour que celui-ci puisse être quelque part. Il y a du rythme dans l’architecture, dans la cuisine, dans le langage mais dans la musique, cette dimension est primordiale, intrinsèque et manifeste. Or, comme dirait Deleuze[1], ce n’est pas le territoire qui crée un rythme mais le rythme qui crée un territoire et qui, dès lors, peut le déplacer et lui faire rencontrer d’autres territoires. Les diasporas se constituent précisément par le réaménagement de structures culturelles d’origine dans l’interaction avec les structures d’accueil ou d’autres structures co-existantes. La musique est propice à de tels métissages et, en condition diasporique, elle exercera cette fonction mémorielle qui n’est ni d’effacement, ni de transmission mais de réactivation.

Je prendrai ainsi l’exemple de la musique dite klezmer. Celle-ci est typiquement une musique de diaspora puisqu’elle accompagne les déplacements d’un peuple hors de son territoire d’origine et les rencontres inévitables avec d’autres configurations culturelles. La musique klezmer – d’un mot yiddish venant d’un syntagme en hébreu (kli zemer) signifiant les contenants ou les récipients du chant – renvoie à la tradition musicale et culturelle propre aux communautés juives d’Europe de l’Est au XIXe siècle et au début du XXe siècle, ayant donc déjà quitté un supposé lieu originel, l’Israël biblique. Le klezmer naît de la rencontre entre la musique religieuse (mélodies de la liturgie, mode de cantilation du texte sacré, chants hassidiques), la musique populaire juive et les traditions folkloriques locales dont la musique tsigane, elle aussi musique diasporique, ou les styles de musique de danse tels que la mazurka ou la valse.

Avec les émigrations juives aux Etats-Unis du début du XXe siècle, le klezmer connaît une deuxième phase en rencontrant le jazz. La troisième et dernière phase s’appuie sur un mouvement de revival dans les 20 dernières années qui voit dans l’ensemble des territoires diasporiques (Amérique du Nord, Amérique du Sud, Europe occidentale, Europe de l’Est) aussi bien une reprise de la tradition « pure » que les expérimentations les plus diverses.

En voici deux exemples. Le premier est un extrait du CD Speak with Ghosts du groupe toulousain Anakronic qui fait se rencontrer l’électro et le klezmer. Le morceau s’intitule « Terk in America ». Enregistré à l’origine par le maître de la clarinette klezmer Naftule Brandwein en 1924, il reprend, en un classique effet diasporique, une mélodie populaire turque intitulée « Uskudar ». (03 TERK in AMERICA – trimmedAnakronic Electro Orchestra, CD Speak with Ghosts, Labels: Balagan Box/Jumu, 2010)

Le second exemple vient d’Israël où le klezmer connaît un extrême popularité, ce qui montre la multicentralité propore à la disapora puisque le lieu supposé matriciel admet la légitimité d’autres centres. Dans cet exemple, le klezmer, musique de diaspora, en rencontre une autre, celle de la culture palestinienne. Le morceau s’intitule « Abu’s Hatzer » et figure dans un CD du groupe israélien Andra La Moussia qui dit composer sa musique à partir de tout ce qui s’entend dans les rues de Jérusalem. Le morceau fait se marier une mélodie palestinienne,  jouée au oud et une mélodie klezmer, jouée par les vents.  (02 Abu’s Hatzer – trimmedAndraLaMoussia, CD ב [Beth], Label: Hatav Hashmini, 2010)

Ce dernier exemple choisi au regard de l’actualité pour souligner que la diaspora, comme tout phénomène géo-sociologique, est aussi une réalité politique. La mémoire de diaspora, pour être fidèle à sa fonction, porte aussi un message éthique affirmant la possibilité et les bienfaits de la co-existence pacifique des peuples.

Alexis Nuselovici (Nouss), Cardiff University, Directeur du programme Non-lieux de l’exil (FMSH)

 

 


[1] Voir notamment G. Deleuze et F. Guattari, Mille plateaux, Paris, Minuit, 1997, « De la ritournelle », pp. 381- 433.

Alexis Nuselovici (Nouss)

Professeur de littérature générale et comparée
Université d’Aix-Marseille

More Posts - Website

« Well-tempered Multiculturalism »

« Well-tempered multiculturalism »

Adapted from Alexis Nouss, Plaidoyer pour un monde métis, Paris : Textuel, 2005

Multiculturalism is undeniably a conceptual and discursive success story since it has been  able to replace the old-fashioned humanism on a new stage called post-modernism and to  revamp its message of tolerance.However, this very success has to be questioned and the notion of multiculturalism should be located within a wider framework, namely ‘cultural pluralism’. It would be wrong to mistake
one for the other given that cultural pluralism takes different forms, the three main ones being multiculturalism, interculturalism and transculturalism. Futhermore, there are different brands of multiculturalism which are not carrying a similar  semantic and political value, e.g. conservative multiculturalism, environnemental multiculturalism, left-wing multiculturalism, liberal multiculturalism, essentialist multiculturalism, state multiculturalism, Benetton multiculturalism, ‘World music’ multiculturalism…

A more neutral definition will claim that multiculturalism is a concept which describes a social setting (be it urban, regional, national or supranational) in which different communities are in contact, no matter what their importance and/or hierarchical positions are. Big scale examples are the Roman Empire, the Habsburg Empire, the Ottoman Empire, the ancient African kingdoms or, nowadays, the Western states.

Interculturalism calls for a different conceptual approach. It designates at both individual and collective levels the dynamics of encounter and of exchange as well as of clash and of rejection which occur when two communities or more are in contact. Intercultural potentials are dependant of the social, economical, and political conditions of the host society and rely on its cultural tradition. Democracy, by instance, does not receive the same definition in, say,France and China. Interculturalism is not a policy one could impose. A good example is the limited success of multiple languages teaching programmes in schools due to the prevalent belief in the virtues of monoculturalism for social harmony. Multiculturalism, thus, describes a social reality and interculturalism a mode of functioning  operating in its midst. Problems begin when they are transformed into governmental programmes.

Transculturalism, lastly, should be used to name the common adoption of cultural forms by different communities in a given society. Unlike the two previous notions, transculturalism supposes the willingness of actors to play a role on the sociocultural stage. It could also bedefined as an ethical drive. As such, it should be considered as the ultimate goal of a welltempered multiculturalism.

(Adapted from Alexis Nouss, Plaidoyer pour un monde métis, Paris : Textuel, 2005)

Cliquez sur l'image pour accéder à une présentation

Prof Alexis Nuselovici (Nouss)
European Languages, Translation and Politics
Cardiff University
NuseloviciA@cardiff.ac.uk

Well-tempered Multiculturalism

Alexis Nuselovici (Nouss)

Professeur de littérature générale et comparée
Université d’Aix-Marseille

More Posts - Website