Archives de catégorie : Publications de l’équipe

Le camp de Norrent Fontes (second retour). Phillipe Bazin

Le photographe Philippe Bazin a réalisé  un travail dans les camps de Norrent-Fontes, Calais et la Grande Synthe, fin février 2016.

fd82637d-6125-4034-bbf6-64d8e8024b53 - Copie

 

Ces oeuvres seront publiées progressivement. Certaines sont déjà en ligne sur son site  : http://www.philippebazin.fr/, rubrique Documents critiques.

 

Traduire Calais (premier retour). Alexandra Galitzine-Loumpet

Traduire Calais.

 Traverser.

66Aller à Calais, traverser des frontières déplacées. Je suis partie à Calais, rejoindre deux membres des Non-lieux de l’exil. Avec hésitation, avec l’inquiètude d’une obscénité du regard. Erreur. On passe la frontière du camp et cette frontière nous transperce. Espace de confinement, le camp condense les heures et les densifie. Le vif de l’exil mobilise le cœur de l’intelligence et le déroute,  aiguise une ardeur qui suffit en elle-même à transformer la stupeur en ébranlement de l’être. Quatre jours – rien en somme, mais un temps suffisant pour affleurer la complexité du camp, sa force vitale, ses tensions sous-jacentes, ses limites internes, la diversité de ses usagers, de ces temporalités diurnes et nocturnes, la violence de sa destruction aussi. Un temps adéquat pour que cet ersatz de lieu impose l’incomplétude de nos épistémologies sédentaires[1], pour que les mots s’épuisent à rendre compte d’un monde hors du sens commun. Certes, on peut mentir ou omettre à Calais,  mais la condition de l’exilé et celle du visiteur éprouvent leur substance dans l’immédiat présent de la situation.

Continuer la lecture de Traduire Calais (premier retour). Alexandra Galitzine-Loumpet

Présentation « La condition de l’exilé », 11 janvier 2015, 19h30

27351100031600MTschann libraire et les Editions de la Maison des sciences de l’homme
sont heureux de vous inviter  à la soirée de présentation

du dernier livre d’Alexis Nouss,

Inaugurant une nouvelle méthode en sciences sociales à propos du sujet en migration, l’auteur, Alexis Nouss, propose une grille politique pour tenter de comprendre  les crises migratoires de notre actualité. C’est à adopter la perspective subjective du sujet en déplacement que s’emploie l’auteur. L’exil représente d’abord la prise en compte de l’histoire de l’individu, détaché de toute appartenance à un groupe. Maryse Emel mettra en avant les sources littéraires choisies par l’auteur et leurs sens par rapport à la définition de l’exil.

Avec
Alexis NOUSS,
Professeur de littérature générale et comparée à l’université d’Aix-Marseille, co-responsable de l’initiative de recherche “Non-Lieux de l’exil” au Collège d’études mondiales de la FMSH

Maryse EMEL,
Professeure de philosophie, chargée de mission au rectorat de Créteil

Lundi 11 janvier 2016 à 19h30, Tschann Librairie, 125 bd du Montparnasse • 75006 Paris / 01 43 35 42 05, Réservation conseillée : fernando@tschann.fr

Displaced Objects : premiers textes et site web


Les premiers textes du projet « Displaced Objects«  (appel à textes de 1 à 3 pages : ici) ont été mis en ligne.

doa
Cliquer sur l’image pour accéder au site

Le site displacedobjects.com est spécifiquement dédié au projet, associé au site du programme Non-lieux de l’exil par la rubrique consacré à « Displaced Objects » dans la barre de menu. Il a été ainsi concu pour permettre une autre forme de présentation des textes reçus.

Les textes sont publiés sur le site du projet Displaced Objects par groupe de 4. et régulièrement annoncés dans un billet du carnet nle.hypotheses.org. Le projet est pour l’instant sans limitation de durée.

Les 8 premiers textes mis en ligne sont les suivants. Nous en remerçions les auteurs.

A Recipe Book par Gerdien JONKER

Mes bâtons de manioc.  par Kidi BEBEY

Les juttis de ma mère, par Cécile OUMHANI

Le placentapar Elena BONELLI

Un plat. par Marina GORBOFF

Le roman français par Olivier

La gourde et le ballot. par Saskia COUSIN

Les gantspar Marie DARRIEUSSECQ

D’autres devraient prochainement suivre.

« La condition de l’exilé. » Présentation au Comptoir des Presses, 25 novembre 2015

Le migrant est d’abord un exilé
Autour de La Condition de l’exilé, d’Alexis Nouss. Editions de la MSH, coll. Interventions, 2015.

Mercredi 25 novembre 2015 à 19h

Le Comptoir des Presses

86, rue Claude Bernard

75005 Paris, Paris (75)

Rencontre avec Alexis Nouss et Michel Zumkir

Immigré, émigré, réfugié, déplacé, etc. quel que soit l’épithète dont est gratifié l’homme en mouvement, celui-ci est d’abord pour Alexis Nouss un exilé qui doit être en mesure de bénéficier d’un droit d’exil « similaire aux droits de la personne ». L’exil représente le noyau commun à tous les phénomènes de mobilité contrainte. L’exilé n’abandonne rien et n’oublie rien de son passé. Pour faire tenir ensemble ces deux pôles, le recours à la narration, roman, journal intime, film, est nécessaire pour dire sans les réduire les tensions entre ces deux lieux. Cette expérience, partagée aussi par les intervenants, formera le cœur de l’entretien.

En présence de : 

• Alexis Nouss, professeur de littérature générale et comparée à l’université d’Aix-Marseille, co-responsable de l’initiative de recherche “Non-Lieux de l’exil” au Collège d’études mondiales de la FMSH, 

• Michel Zumkir, directeur du service de diffusion à la FMSH, écrivain et critique, a codirigé le groupe de travail étrangers/immigrés à la Ligue des droits de l’homme de 2008 à 2011.

Si ce sont des hommes… A propos de migrants et d’objets. Texte de A. Galitzine-Loumpet

Une fois n’est pas coutume, ce billet est une réaction, à chaud, à un article publié par Le Monde en ligne du 28 aout 2015 avec deux titres : sur la page d’accueil « Argent, souvenirs, écrits… ce que les migrants retrouvés morts avaient sur eux », et après ouverture   « « Gazelle », le poignant texte de rap retrouvé parmi les corps de migrants ».

Au-delà du glissement sémantique, déjà signifiant, il a en effet beaucoup à écrire à propos de  ce court article signé par Salvador Aloïse reprenant en  partie le travail de deux journalistes d’un quotidien italien.

Retour sur texte.

Cela commence ainsi :

« Jusqu’ici, ils n’étaient connus qu’à travers un chiffre et une date : les 49 cadavres du 15 août. Un parmi les nombreux naufrages de cet été, le long de la route des migrants, dans le canal de Sicile. Mais ce chiffre commence à « parler » : on sait à présent comment certains de ces hommes, enfermés dans la cale de l’embarcation qui devait les mener vers l’Italie, ont passé les derniers moments de leur vie. »

Continuer la lecture de Si ce sont des hommes… A propos de migrants et d’objets. Texte de A. Galitzine-Loumpet

Pirogues- le vol. Texte de A. Galitzine-Loumpet

P1140643Pirogues – le vol

Vol Bruxelles-Yaoundé, le 24 juillet 2015. Embarquement normal, aéroport de Bruxelles.  A l’arrière de l’appareil, dans les tarifs les plus économiques, les passagers sont presque tous assis. Bagages à main empilés, personnes installées,  conversations nouées entre voisins. On vante Douala ou Yaoundé, on parle vacances au pays. Les enfants regardent le programme des jeux et des films.  Je remarque la rubrique « Films Africains »  et, parmi trois titres,   La pirogue de Moussa Touré (2012) – les films ‘africains’ sont presque toujours d’Afrique de l’Ouest, mais ce fait est légèrement étonnant pour une compagnie belge.  J’avais déjà vu cette coproduction franco-sénégalaise décrivant l’errance d’une pirogue et le terrible destin de ses passagers en Méditerranée dans un vol Air France pour la même destination, à la fois émue par le film et troublée par sa programmation dans un vol à destination de l’Afrique. Me souvenant d’une discussion lors d’un colloque sur le rire que ce film avait suscité lors d’une projection à Dakar[1], je me promets de le revoir une fois encore.  Un pré-décollage sans histoire donc, des passagers heureux du départ imminent, des enfants qui s’agitent et des bébés qui pleurent.

C’est sans doute la raison pour laquelle les hurlements étouffés n’ont pas été immédiatement identifiés comme tels, ni par mes voisins immédiats ni par moi-même. Il a fallu qu’ils se répètent, incompréhensibles comme les vagissements terrifiés, amplifiés, d’un nouveau-né pour que je me lève avec ma voisine. D’autres étaient déjà debout. Au fond de l’appareil, on ne voyait que des hommes en uniforme, de dos, masquant quelqu’un qui criait. D’abord personne n’a tout à fait compris ce qui se passait. Puis les rangs les plus proches ont décrit au fur et à mesure : quatre ou cinq hommes de la police des frontières,  vêtus de bleu foncé, mains gantées de noir, tentaient d’attacher sur un siège un clandestin qui se débattait, le bâillonnant.

Continuer la lecture de Pirogues- le vol. Texte de A. Galitzine-Loumpet