Archives de catégorie : Rencontres 2012-2013

Programme, compte-rendus et matériaux des rencontres.

Mise en ligne, journée d’étude « Représenter l’exil : la mémoire, la trace ».

Mise en ligne, sur le site des Archives audiovisuelles de la recherche (AAR-ESCom)  que nous remercions une fois encore, de la journée d’étude « Représenter l’exil : la mémoire, la trace » , tenue le 12 juin 2014, en trois parties :

1) Alexis  NUSELOVICI (Nouss) , Professeur de littérature générale et comparée, Université d’Aix-Marseille, France ; Ana Paula  COUTINHO , Docteur en Littérature Comparée & professeur associé, Faculté de Lettres de l’Université de Porto, Portugal ; Victoria  PAZ, Collège Freudien de Paris, Université de Paris VIII, France

2) Alexis  NUSELOVICI (Nouss) , Professeur de littérature générale et comparée, Université d’Aix-Marseille, France ; Alexandra  GALITZINE-LOUMPET , Anthropologue, Responsable programme Afrique, FMSH, Paris, France ; Luba  JURGENSON , Maître de conférences, HDR, Paris-Sorbonne/CIRCE, Paris, France

3) Alexandra  GALITZINE-LOUMPET , Anthropologue, Responsable programme Afrique, FMSH, Paris, France ; Alain-Philippe  DURAND , Professor, Université d’Arizona, USA ; Ada  SAVIN , Professeure d’études américaines, Institut d’Etudes Culturelles et Internationales (IECI), Université de Versailles–Saint Quentin, France ; Anh Thuân  DOAN , Ecrivain, Paris, France ; Frieda  EKOTTO , Professor of Afroamerican and African Studies and Comparative Literature, University of Michigan Ann-Arbor, USA

Programme ici 

la mémoire

Mise en ligne. Séance inaugurale « L’expérience de l’exil » (CEM). A. Nuselovici (Nouss) – M. Wieviorka

Logo FMS-PS-CEM pngMise en ligne de la séance inaugurale du séminaire « l’expérience de l’exil » (Collège d’études mondiales) du 20 février 2013 sur le site de l’ESCOM Archives audiovisuelles de la recherche. avec

  • Alexis  Nuselovici (Nouss) : L’exil comme expérience
  • MichelWieviorka : Pour un concept d’exil

Cette mise en ligne s’inscrit dans une série, qui sera accessible progressivement. Pour les séances déjà disponibles, voir ici.

Mise en ligne des rencontres Non-lieux de l’exil / Expérience de l’exil

Logo FMS-PS-CEM pngC’est avec un grand plaisir et avec tous nos remerciements aux artisans de cet important travail au programme ESCOM- Archives audiovisuelles de la recherche, que nous annonçons la mise en ligne progressive des rencontres Non-lieux de l’exil et des séances du séminaire « l’expérience de l’exil ». Vous trouverez également les vidéos intégrées aux billets .

La présentation de la mini-collection exil du programme ESCOM-AAR est disponible ici .

Les premières rencontres disponibles sont les suivantes.

Continuer la lecture de Mise en ligne des rencontres Non-lieux de l’exil / Expérience de l’exil

Exil et création. Autour de l’exposition ‘De Anima’ de Camila Moreira. 21 juin 2013, galerie du CROUS

exil et créativitéUne activité hors-murs pour le programme « Non-lieux de l’exil  » en partenariat avec la galerie du CROUS.

À l’occasion de l’exposition De Anima (Galerie du CROUS, Paris) de Camila Moreira, artiste brésilienne vivant en France,  une discussion autour du thème « Exil et créativité » aura lieu

vendredi 21 juin prochain

de 17 à 19h 

Galerie du CROUS de Paris

11, rue des Beaux-Arts

75006 Paris

 

L’expérience de l’exil. 20 juin 2013. Exil, ville, territoire. Sherry Simon, Alexis Nuselovici

Lower_Manhattan_Map_LES20 Juin /  Collège d’études mondiales 

15h- 18h30, salles 638-640

  • 15 h – Alexis Nouss : « Exil et territoire »
  • 17h- Sherry Simon (Professeur, Université Concordia, Montréal) : « À la rencontre de la ville fragmentée : l’exil à Montréal »

 

 

Sherry SIMON est professeure au Département d’études françaises de l’Université Concordia  où elle enseigne la littérature et la traduction. Elle a dirigé de 1995 à 2000 le programme de doctorat interdisciplinaire en lettres et sciences humaines,  et en 2005   la Chaire de recherche du Canada Senior en Traduction et histoire culturelle, Glendon College, York University. Elle  a  longtemps collaboré à la revue Spirale qu’elle a co-dirigée avec Jean-François Chassay durant une dizaine d’années. Ses essais portent sur les relations interculturelles au Québec et ailleurs. Elle s’intéresse tout particulièrement aux villes multiculturelles et multilingues, dont Montréal en premier lieu. Sur Montréal elle a publié Traduire le Montréal Yiddish (en collaboration),  plusieurs essais sur le poète A.M.Klein, et Traverser Montréal. Une histoire culturelle par la traduction (version française de Translating Montreal) qui a reçu les prix Gabrielle-Roy et  Mavis-Gallant. Parmi ses autres publications en français: Le Trafic des langues et Fictions de l’identitaire au Québec. Elle a collaboré à la traduction des essais de Michel Foucault en anglais.

Voir également : Sherry Simon – The Flow of Languages, the Grace of Cultures

ss

L’expérience de l’exil, 23 mai 2013. Exil, Art, Ecriture. Alexis Nuselovici / Svetlana Boym

  P1100882 salles 638-641 / 190 avenue de France, 75013 Paris.

15h- Alexis Nouss Exil et écriture

17h – Svetlana Boym  Immigrant Arts and Cosmopolitan Solidarities

[Conférence en anglais avec traduction]

Svetlana Boym est professeur au Département de littérature comparée de l’Université Harvard où elle enseigne également à l’Ecole de design et d’architecture. Ecrivain, théoricienne et artiste, elle est l’auteur de The Future of Nostalgia (2001), Architecture of the Off-Modern (2008), le roman Ninochka (2003) et, plus récemment,  Another Freedom: The Alternative History of an Idea (2011). Elle a donné des conférences et des performances au Kunsthalle de Vienne, au Freud Museum de Londres, au Centre Pompidou, au Centro de Arte Contemporaneo de Madrid, au Théâtre Royal de Copenhague et dans les grandes universités américaines. Les trois projets artistiques sur lesquelles elle travaille actuellement s’intitulent « Nostalgic Technologies »,  « Phantasmagorias » et « Phantom Limbs ». Elle a pris part à la Biennale d’architecture de Venise en 2010 et prépare l’exposition « Off-Modern » qui s’ouvrira au Ludwig Múzeum de Budapest en 2013 (www.svetlanaboym.com).

Née à Saint-Petersbourg, elle vit et travaille maintenant à Cambridge (Etats-Unis)

Le migrant/l’étranger se révèle une figure centrale dans la modernité du XXe et du XIXe siècle alors que son expérience vient brouiller nos métaphores théoriques en apportant d’encombrantes histoires politiques et personnelles.

Il demeure central dans la recherche universitaire autant que dans l’œuvre artistique de Svetlana Boym. Son traitement de la question a évolué d’une réflexion sur la nostalgie et ses interprétations à une approche  transculturelle de la liberté comme expérience de création collective dans l’espace public.

Dans sa conférence, elle abordera diverses théorisations de la nostalgie en rapport avec l’expérience du migrant avant de présenter sa recherche actuelle et le travail artistique qu’elle mène sur un camp de transit oublié qui accueillait des immigrants d’Europe de l’Est et dont l’emplacement dans la banlieue de Vienne demeurait secret. C’est en 2012 que des consultations d’archives lui ont fait découvrir où était situé ce camp, lieu d’extraterritorialité et d’histoires dérangeantes dans lequel elle séjourna dans les années 1980.

Image

 

Séminaire “L’expérience de l’exil », Exil et Patrimoine, 24 avril 2013. Laurier Turgeon, D. Poulot, A.L. Galitzine

logo cemLa prochaine séance du séminaire “L’expérience de l’exil” consacrée à la thématique « Exil et patrimoine » aura lieu le 24 avril 2013, salles 638-640, “Le France.  (Détails et informations disponibles ici)

Attention, la séance commencera exceptionnellement à 17 h.

L. Turgeon, D. Poulot
L. Turgeon, D. Poulot

Argumentaire

L’expérience de l’exil engage des régimes de mémoration spécifiques, processus de restitution dont l’une des scènes peut être le musée et qui touchent, plus largement, à la conservation d’objets. Or l’objet de l’exil est nécessairement singulier par l’aléatoire de son existence, par une valorisation affective disjointe de sa valeur intrinsèque, par des modalités d’exposition ou de réception différentes selon les politiques des États concernés.
Par quelles voies l’exil, souvent expérience du dénuement et de l’abandon, peut-il justement engendrer la patrimonialisation de l’expérience exilique ? Cette séance se propose d’en cerner certaines modalités en distinguant notamment entre objets de et objets en exil..

Programme :

17h –   Laurier TURGEON (Chaire du patrimoine ethnologique du Canada / Université Laval) « Patrimoine et expérience de l’exil: exemples québecois

18h- Dominique POULOT (Université de Paris I)

       – Alexandra Galitzine-Loumpet (FMSH)

800px-Norsewood007