Archives de catégorie : Rencontres 2014-2015

Objets photographiques – Objet documentaire. Texte de Phillipe Bazin

Objets photographiques – Objet documentaire : À propos dexil et documentaire

008
Philippe Bazin. « Antichambres » (2008). Courtoisie de l’artiste. http://www.philippebazin.fr/

Contribution de Philippe BAZIN, photographe, pour la séance « La position documentaire face à l’exil« , 11 juin 2015

Historique

 Au XIXe siècle, les considérations sur la photographie comme document s’élaborent en regard d’une photographie qui s’est développée comme science, dès sa proclamation devant les grilles de l’Académie des Sciences le 19 août 1839. Ainsi, n’étant pas un objet d’art, elle peut produire un regard désaffecté sur les choses du monde. Peu de gens ont alors le sentiment que le médium photographique interpose entre le monde et l’image une transformation radicale. La photographie est plutôt généralement perçue comme « transparente », n’affectant pas, dans l’image, le monde de ses effets. L’objet photographié peut ainsi apparaître comme étant « copié » dans l’image dont la fonction utilitaire devient patente. C’est en partie ce que tend à montrer The Pencil of Nature[1] de Talbot.

Continuer la lecture de Objets photographiques – Objet documentaire. Texte de Phillipe Bazin

Le centre du monde. Texte de Marie Darrieussecq

CLAIRE FONTAINE "Foreigners Everywhere" (Arabic) vue de l’installation QDM dans le quartier Sainte Marthe, Nuit Blanche Octobre 2010.Courtesy the artist http://www.clairefontaine.ws/bio_fr.html
CLAIRE FONTAINE « Foreigners Everywhere » (Arabic) vue de l’installation QDM dans le quartier Sainte Marthe, Nuit Blanche Octobre 2010.Courtesy the artist

Où est le centre du monde ? Ça continue à me tracasser. Je me suis rendue à Marseille, à un colloque sur l’exil. Pour les exilés, en particulier ceux des diasporas, il y a plusieurs centres : Téhéran et la Little Teheran de Los Angeles, Kinshasa et Paris pour beaucoup de Congolais, Erevan et Kiev pour les Arméniens. Le centre se diffuse, ou se replante. Un autre paysage pousse comme un arbre ou un rhizome, et les exilés sont des jardiniers parfois involontaires, avec des graines sous leurs semelles. Où va se replanter la belle Alep, où se redépose Bagdad qui fut le centre d’un monde ?

Et on se demandait, à ce colloque, comment s’appelle ce qui se passe en ce moment en Méditerranée, ce massacre. La Méditerranée n’a pas de centre, à moins que son nom soit Lampedusa. Elle ne peut que se traverser, les graines n’y poussent pas, elle n’est pas un « endroit », elle est presque un envers. Et le Sahara : les migrants d’aujourd’hui doivent souvent franchir ces deux non-lieux, le jaune et le bleu des géographies. On discutait ce mot migrant, ce participe présent qui n’en finit pas, comme si migrer était un état pour toujours. Une identité qui n’en est pas une : il faudrait la noblesse du mot voyageur, la poésie du mot exilé.

Continuer la lecture de Le centre du monde. Texte de Marie Darrieussecq

Mise en ligne. « Transcultural spaces », 16 avril 2015

La captation de la rencontre Transcultural Spaces in videos from North Africa and the Middle East vient d’être mise en ligne sur le site des Archives audiovisuelles de la recherche.

Avec Catherine Bernard et Seloua Louste Bulbina.

seloua
Cliquer sur l’image pour accéder à la vidéo.

Informations sur cette séance : ici.

 

Colloque Etudier l’exil (19-23 mai 2015). Retour sur images

Quelques images des 4 jours de riches débats du colloque international « Etudier l’exil » (programme complet : ici) , dans l’attente de la mise en ligne des captations sur le site des Archives audiovisuelles de la recherche.

N’hésitez pas à transmettre vos photos.

Et  à tous : merci.

 

 

 

LA POSITION DOCUMENTAIRE FACE À L’EXIL. 11 juin 2015

 

© Philippe Bazin, Siekierki, Varsovie, Pologne été 2008. De la série Antichambres.
© Philippe Bazin, Siekierki, Varsovie, Pologne été 2008. De la série Antichambres.

La position documentaire face à l’exil

Jeudi 11 juin 2015 de 16h30  à 19h30

salles 638-640

Rencontre proposée par Christiane Vollaire.

Avec Philippe Bazin, Claudine Bories, Patrice Chagnard et Christiane Vollaire.

Dans le champ de la photographie comme dans celui du cinéma, la position documentaire s’oppose, d’une manière qui pourrait sembler paradoxale, à celle du reportage : l’esthétique documentaire est la forme donnée à cette position. Et la question de l’exil, dans les enjeux dont elle est porteuse autour de l’espace, nécessite par excellence une manière de se positionner par rapport à son sujet pour lui donner corps.

C’est cette position qu’on interrogera ici, en croisant les problématiques esthétiques à celles des sciences humaines et de la philosophie, dans leur rapport au terrain.

Présentations biographiques

Continuer la lecture de LA POSITION DOCUMENTAIRE FACE À L’EXIL. 11 juin 2015

Transcultural Spaces in videos from North Africa and the Middle East. Catherine Bernard / Seloua Luste Boulbina,16 avril 2015 17h-19h.

&- avrilLa séance de l’initiative “Non-lieux de l’exil” du 16 avril 2015  (17-19h) accueillera Catherine BERNARD , autour de la thématique :

Transcultural Spaces in videos from North Africa and the Middle East.

Discutante : Seloua LUSTE BOULBINA

(bio-bibliographies ci dessous)

« Transcultural Spaces; Videos from North Africa and the Middle East » investigates the films of Lamia Joreige, Zineb Sedira, Mohamed Bourouissa,Yto Barrada, Mounir Fatmi, and others artists who navigate the interstitial spaces that have been created through the entangled histories of the African continent and Europe. Their films resist the use of binary opposites to analyze the historical process by proposing alternatives and configurations that reflect on power relations, exploitation, hierarchies, in- and exclusion processes. They describe the experience of transition for generations of migrants; discuss the transgression of imposed social and political rules; contend with the hybridization process at work in new socio cultural spaces and acknowledge the composite character of post migrant life. As these artists examine a diversity of scenarios generated by these (dis)junctions, they establish transcultural experience as a critical new paradigm.

Attention la séance aura exceptionnellement lieu de 17 à 19h en salle  B du conseil, niveau -1 (190 av. de France)

Continuer la lecture de Transcultural Spaces in videos from North Africa and the Middle East. Catherine Bernard / Seloua Luste Boulbina,16 avril 2015 17h-19h.

« Etudier l’exil »Colloque international Aix & Marseille 19-23 mai 2015

L’initiative Non-lieux de l’exil  (Fondation maison des sciences de l’homme) organise en collaboration avec l’Université d’Aix-Marseille (CIELAM, axe Transpositions) le colloque international :

Malka N.
Malka N.

Etudier l’exil

19-23 mai 2015

19-21 mai Maison de la recherche (Aix en Provence) / 22-23 mai MUCEM (Marseille)

  • Direction scientifique  : Alexis Nuselovici (Nouss) (AMU)
  • Comité scientifique : Alexandra Galitzine-Loumpet (NLE/CEM), Alexis Nuselovici (AMU/CEM), Crystel Pinçonnat (AMU)
  • Coordination et administration : Absa D’Agaro-Ndiaye (AMU) contact : absa.ndiaye@univ-amu.fr

Attention le colloque est soumis à frais d’inscription et les places peuvent être limitées selon les salles. Inscription :  etudierlexil@gmail.com

Présentation

Argumentaire 

Alors que le nombre des migrants dans le monde est estimé à près d’un milliard (migrants externes et internes) et que le nombre des déplacés à l’intérieur de leurs propres pays vient de dépasser celui de la Seconde guerre mondiale, ce qui entraîne de graves crises en Europe comme ailleurs, les sciences sociales et humaines se doivent de mieux comprendre ce qu’impliquent ces phénomènes sur le plan social comme sur le plan politique. Les réalités migratoires contemporaines sont complexes en raison d’une quadruple caractéristique : mobilité accrue ; extension planétaire ; diversité du sens des flux ; variété des causes (économiques, politiques, environnementales). Elles créent en conséquence des catégories migratoires extrêmement variées qu’il importe de penser ensemble, comme il importe de penser conjointement les rencontres multiples de langues et de cultures et les tensions politiques et sociales suscitées.

À cette fin, il est proposé de définir un objet d’étude à nommer expérience de l’exil et un domaine de recherche à nommer études exiliques dont le présent colloque contribuera à la fondation.

Continuer la lecture de « Etudier l’exil »Colloque international Aix & Marseille 19-23 mai 2015