Archives par mot-clé : Exil

Langues nationales, langages d’exil : journées d’étude 9-10 mai 2012 (NLE/ IEA-Paris)

 

Depuis octobre 2011, le séminaire mensuel Non-lieux de l’exil  s’est proposé d’interroger les expressions de l’exil dans une perspective transversale et pluridisciplinaire. Il s’associe aujourd’hui avec l’Institut d’études avancées (IEA) de Paris dans le cadre de deux journées d’études consacrées à l’analyse, au travers de l’expérience exilique, des limites du pacte liant Langue et Nation. 

DESCRIPTIF

Si l’exil est communément perçu comme la conséquence d’une sanction ou d’une contrainte idéologique ou économique, il peut également résulter d’un choix délibéré. Quelles qu’en soient les circonstances, il apparait au fondement de nouvelles formes d’expression. Qu’il s’agisse d’inventer, par le biais du fait littéraire, des espaces éphémères de l’ailleurs, des récits renouvelés de la mémoire et de l’appartenance, l’exil s’est en effet imposé, tout au long du XXe siècle, comme un phénomène qui n’a cessé de nourrir la création littéraire et artistique contemporaine.
Dans cet espace particulier de l’entre-deux, du seuil, du déséquilibre identitaire, l’éloignement plus ou moins consenti de la langue maternelle peut constituer le point de départ de la recherche d’une lingua franca, d’un multilinguisme littéraire, d’un idiolecte ou encore d’une « minorisation » de la langue (Deleuze). Ainsi, la figure de l’écrivain, de l’intellectuel ou de l’artiste exilé, historiquement associée à une position juridique indéterminée et à des idées potentiellement subversives, interroge la notion de culture nationale et sa formation, la représentation de la langue comme vecteur de rassemblement identitaire, et exige la perception de filiations complexes et non-linéaires. Le purgatoire dans lesquels les oeuvres sont souvent longtemps tenues, les formes parfois paradoxales de leur assimilation progressive, sinon de leur canonisation, tendent en effet à limiter la compréhension de phénomènes esthétiques singuliers. Ils invitent à réfléchir à la manière dont un auteur en exil, sujet décentré et marginalisé, tisse ses relations à une tradition et à une langue devenues multiples pour aboutir à des productions esthétiques fondées sur le transfert ou encore à une pratique littéraire qui passe par la déterritorialisation des langues.
Nombreux sont les cas qui permettent de questionner la construction nationale de l’histoire culturelle, et d’engager la réflexion sur la dimension transnationale des oeuvres à l’époque contemporaine. Cette réflexion sur les limites du « national » touche donc aussi à la question d’une construction de l’histoire de la littérature qui, autant que l’histoire de la dramaturgie, se révèle défaillante face aux pratiques d’écriture en exil. L’étude des figures littéraires, linguistiques et plus largement artistiques du déplacement, pose par ailleurs une question de méthode et réclame un regard critique capable de saisir la relation entre les langues, le passage de l’une à l’autre qu’elle conditionne éventuellement, ainsi que la spécificité du travail qui est engagé. Enfin, le réseau de circulation qui relie les oeuvres et les savoirs, au sein de cette géographie mouvante de l’exil, peut permettre d’en observer la trajectoire et la construction, les modalités de leur traduction, pour interroger ainsi l’effet du déplacement des sujets sur les formes du langage

PROGRAMME  programme Langues Exil (avec bio-bibliographies des intervenants)

MERCREDI 9 MAI

Réseau Asie & Pacifique, Bâtiment France, noyau A, Salles 640-641, 190 av. de France 75013 Paris (Bus 89, Métro Quai de la Gare)
9 h : Accueil
9 h 30 – 10 h 30 Présidence : Alexandra Galitzine-Loumpet (Réseau Asie et Pacifique, CNRS-FMSH)
Javier Vargas (Université Laval/IEA) : L’espagnol en Amérique : la littérature au risque de la grammaire
Pour l’historien de la littérature latino-américaine, la fin du XIX siècle représente l’arrivée à l’âge de majorité d’une imagination qui ose faire parler ses personnages comme des individus « natifs » plutôt que comme des « sujets grammaticaux ». Après les débats entre classicisme et modernité, la fin du siècle met en évidence un usage de la langue espagnole qui commence à réclamer une spécificité nationale, voire une identité trans-hispanique. Les « régionalismes », les « colloquialismes » et les expressions ancrées dans leur statut « amérindien » – même quelques « barbarismes » -, sont autant d’éléments qui, à travers la fiction, s’offrent comme des pièces à conviction identitaire. Si les romans latino-américains commencent à parler différemment, c’est que, au sein de leur réalité historique, il y a déjà une vérité sociale qui se veut « propriétaire » du dictionnaire hispanique, et jamais plus « locataire ».


Régine Robin (Université du Québec à Montréal) : L’exil dans sa propre langue (empéchée) 
C’est peut-être quand on partage le même code linguistique au niveau formel – mais rien d’autre – que l’exil se fait sentir plus encore que lorsqu’on s’inscrit dans une autre langue. Ma communication voudrait aborder les problèmes de la langue de migrance quand on aborde en Amérique – au Canada dans mon cas. C’est la migrance qu’on écrit avec son passé et sa culture qui vous colle aux semelles. Que le nouvel espace parle aussi français (le Québec) n’arrange rien.

 Ephrain KRISTAL (UCLA) : « La tache du traducteur selon Jorge Luis Borges ».

Efrain Kristal est spécialiste de littérature latino-américaine dans des contextes comparatistes ; des études de traduction ; et d’esthétique. Il est auteur de plus de 80 articles ainsi que plusieurs livres y compris Invisible Work. Borges and Translation (2002) et le Cambridge Companion to the Latin American Novel (2005). Il a édité l’édition bilingue des Penguin Books des Poems of the Night (2010) de Jorge Luis Borges. Il est aussi un des trois éditeurs associés du Blackwell Encyclopedia of the Novel (2010). Il est en France ce semestre comme professeur invité de l’institut de langues et des études internationales (ILEI) à l’Université de Versailles, St. Quentin en Yvelines où il a enseigné un cours sur les littératures des Amériques.

 

10 h 30 – 10 h45 : Pause
10 h 45 – 11 h 45 Présidence : Alexandra Galitzine-Loumpet (Réseau Asie et Pacifique, CNRS-FMSH)

Julie Brock (Kyôto Institute of Technology) : L’intersubjectivité dans la langue japonaise et l’exil du sujet dans la littérature en kanbun – L’exemple d’un poème de Tôshô Shûgen (1391-1462)

Visioconférence avec la collaboration de l’Institut Français du Kansaï, Kyoto
La langue japonaise possède deux systèmes d’écriture, les kanji et les kana, et deux systèmes de langue, le japonais et le kanbun. Le kanbun (qui s’employait jusqu’au début du XXe siècle) s’écrit exclusivement avec des idéogrammes empruntés au chinois (kanji), le japonais avec des kanji et des signes phonétiques (kana). En kanbun aussi bien qu’en japonais, les kanji servent à indiquer le sens sémantique des mots. Il s’y ajoute en japonais les kana, qui servent à indiquer notamment les désinences grammaticales, les mots de politesse, et à transcrire, d’une manière générale, les marques de l’oralité et de la subjectivité. Traditionnellement, le kanbun servait à la rédaction des ouvrages de la pensée intellectuelle (politique, religieuse, philosophique, etc.), le japonais aux ouvrages de littérature (théâtre, poésie, correspondances, narrations ou fictions, etc.). Mais il existe au moins deux moments dans l’histoire de la pensée japonaise, lors de l’introduction du zen à l’époque des Cinq-Montagne (XIV-XVIe siècles) et celle de l’introduction du confucianisme à l’époque d’Edo (XVII-XIXe siècles), où se développa une littérature poétique en kanbun, et même une littérature poétique de l’amour. Etant donné que le kanbun est une langue qui évacue les marques de la subjectivité et de l’oralité, on peut se demander quelle conception de l’amour se développe dans cette « langue de l’exil », et par quelle nécessité les poètes japonais ont cultivé dans cette langue l’une des thématiques les plus représentatives de la littérature japonaise. Tel est le propos du questionnement que nous illustrerons par un poème d’amour composé en kanbun par le moine japonais Tôshô Shûgen (1391-1462).


Sylvie Courtine-Denamy (Cevipof/Item) : “Une seule langue, un seul peuple ?” De Babel à Ben Gourion
En Genèse 11, 1-9, alors que “tout le monde se servait d’une même langue et des mêmes mots”, Dieu punit l’audace des hommes qui avaient entrepris de se bâtir une tour dont le sommet s’élèverait jusqu’au ciel et de se faire un nom, en confondant leurs langues et en les dispersant sur la surface de la terre. Le 5 Iyar 5708, était proclamée l’indépendance de l’État d’Israël et le premier ministre David Ben Gourion lançait le slogan Am ekhad, safa akhat (une langue, un peuple !), événement qu’Emmanuel Levinas salua comme le retour d’exil de l’hébreu.

11 h 45 – 12 h 30 : Discussion générale
12 h 30 – 14 h 30 : Déjeuner

14 h 30 – 15 h 30 Présidence : Patrice Duran (ENS-Cachan, IEA)

Virginie Symaniec (Réseau Asie & Pacifique, CNRS – FMSH) : Boulgakov, l’Occitan : traduire « la langue » ou « la question de la langue »?
En 1971, Paul Kalinine présente sa traduction des Journées des Tourbine de Mikhaïl Boulgakov aux éditions Robert Laffont. Les parties russes du texte sont traduites en français, tandis que ses parties ukrainiennes sont traduites en occitan. Le traducteur traduit-il « la langue » ou « la question de la langue » ? Paul Kalinine explicite son parti pris en produisant un discours sur la langue qui nous en apprend autant sur la manière dont il cautionne l’existence d’une hiérarchie entre idiomes que sur sa représentation de la langue comme vecteur de la lutte des classes. Il conviendra donc d’analyser ce discours au miroir du pacte langue/nation pour comprendre ce que cette transposition de l’histoire de la langue ukrainienne à celle de la langue occitane entre la Russie des années 1920 et la France des années 1970 nous apprend de la relation difficile que le théâtre entretient toujours à la notion de bilinguisme lorsque les langues ne sont pas considérées comme équivalentes par ceux qui les traduisent.

Isabelle Poulin (Bordeaux 3) : Écrire à la limite : le corps fou de la langue dans l’oeuvre de Vladimir Nabokov
Il s’agira d’analyser la façon dont l’écrivain Vladimir Nabokov, tout autant que le traducteur ou le professeur de littératures qu’il fut aussi, a inscrit sa pratique de la langue anglaise à la limite : folie, scandale, tragédie, tyrannie sont autant de termes qui ont servi à qualifier une pratique de l’écriture ostensiblement sortie de ses gonds. « La langue est une chose physique », fait dire l’écrivain exilé au protagoniste de son premier roman écrit en anglais, et c’est bien à la petite échelle des corps que s’aperçoivent les enjeux politiques d’une oeuvre réputée trop esthète pour être engagée. Elle a pourtant donné naissance à une véritable dramaturgie de la lecture, espace sans lieu, certes, mais violemment incarné.


15 h 30 – 15 h 45 : Pause
15 h 45 – 16 h 45 Présidence : Patrice Duran (ENS-Cachan, IEA)
Emilio Sciarrino (ENS) : La genèse des langues dans la poésie d’Amelia Rosselli
La poésie d’Amelia Rosselli (1930-1996) se situe d’emblée entre les langues. Le français, l’anglais et l’italien sont tour à tour convoqués et fusionnés. Afin de retracer la genèse de cette poétique, nous interrogerons les archives de l’auteure. Si la bibliothèque montre une conscience théorique des enjeux linguistiques, les brouillons révèlent que les langues sont concrètement toujours à l’oeuvre dans son écriture. Nous verrons ainsi les origines d’un tel multilinguisme littéraire, ses évolutions au fil du temps et ses manifestations formelles.


Susanna Spero (Université de Sienne/IEA) : La « no man’s langue » de Gherasim Luca
Gherasim Luca, d’origine roumaine, quitte son pays pour la France en 1952 et adopte très tôt le français comme langue d’écriture. Il est l’inventeur d’une poésie qui brise le mot et fait résonner le sens. Une poésie de la pensée qui, par le recours aux valeurs plastiques et sonores de la langue, oeuvre à la transmutation du réel. Mais ni la pratique du roumain d’origine, ni celle du français, langue d’adoption, ne correspondent chez lui à la volonté d’enraciner sa poésie dans un patrimoine national. Gherasim Luca revendique un statut d’apatride qui se prolonge dans son écriture et il crée au contraire une langue interstitielle qui cherche à « bâtir le non-lieu de la poésie ». Il s’agira donc d’analyser, à travers son oeuvre mais également grâce aux archives de l’auteur, la construction de cette langue excentrée et son pouvoir de subversion.
16 h 45 – 17h 30 : Discussion générale

JEUDI 10 MAI
IEA Paris, Maison Suger 16-18 rue Suger 75006 Paris (bus 21, 27, 38, M° Odéon, Saint Michel)
9h 30 – 10 h 30 Présidence : Catherine Bouthors-Paillart (LPS Sèvres)

Boris Chukhovich (Celat/Université Laval) : Lingua franca : de l’imposition à la quête (à partir d’une exposition présentée à la 54e Biennale de Venise)
Dans ma communication, j’examinerai des moyens de communication exiliques et post-exiliques propres à un domaine d’expression non-verbale, tel que l’art visuel. Mon exposé portera sur les questionnements suivants : quels sont les rapports de force entre les langages visuels vernaculaires et ceux qui conviennent à la scène internationale? Quelles stratégies sont privilégiées par les artistes qui se présentent sur un terrain éloigné de leur lieu d’origine et/ou de leur aire culturelle? Quels sont les rapports entre les langues parlées et les enjeux qui conditionnent aujourd’hui la vie de l’artiste?

10h 30 – 11h : Pause
11 h – 13h Présidence : Catherine Bouthors-Paillart (LPS Sèvres)
Table ronde : « Transnational/Translational : la traduction comme acte éthique et politique »
Avec Galia Ackerman, Isabelle Kalinowski (ENS), Alexis Nouss (Cardiff University), Eloi Recoing (Paris 3)

 

 

 

 

 

13h-14h : Buffet

 

 

 

Rencontre du 02 mai 2012 « Le désir de traduire naît de l’impossibilité à traduire un plaisir ou une perte ».Janine Altounian, Boris Chukhovich, Anouche Kunth.


 Janine Altounian : « Le désir de traduire naît de l’impossibilité à traduire un plaisir ou une perte »

J’apporterai un exemple qui cherche à montrer comment, chez un héritier de survivants exilés,  la « pulsion à traduire » peut promouvoir aussi bien le travail de la cure et de l’écriture que l’activité de traduction. Dans les postures à l’œuvre dans ces deux modes d’activités linguistiques, ce besoin de traduire naît d’une nécessité à défier paradoxalement l’impossibilité de la traduction, soit d’un plaisir, soit d’une perte.

Discutants : Boris Chukhovich et Anouche Kunth 


 

 

 

 

 

 

 

Bio-bibliographies

ALTOUNIAN Janine  essayiste et traductrice, un des membres fondateurs d’AIRCRIGE, est co-traductrice de Freud depuis 1970 et responsable de l’harmonisation dans l’équipe éditoriale des œuvres complètes de Freud aux Presses Universitaires de France sous la direction de Jean Laplanche. Née à Paris de parents arméniens rescapés du génocide de 1915, elle travaille par ailleurs sur la « traduction » de ce qui se transmet d’un trauma collectif aux héritiers des survivants. Elle a publié de nombreux articles sur la langue de Freud, la transmission traumatique et les ouvrages suivants: Ouvrez-moi seulement les chemins d’Arménie  / Un génocide aux déserts de l’inconscient (Préface de René Kaës), Les Belles Lettres/ Confluents psychanalytiques, 1990, 2003 (2° éd.). ; La Survivance / Traduire le trauma collectif (Préface de Pierre Fédida, Postface de René Kaës), Dunod ; Inconscient et Culture, 2000, 2003 (réimp.) ; L’écriture de Freud/ Traversée traumatique et traduction, PUF, bibliothèque de psychanalyse, 2003 ; Mémoires du Génocide arménien. Héritage traumatique et travail analytique, Vahram et Janine Altounian, avec la contribution de K. Beledian, J.F. Chiantaretto, M. Fraire, Y. Gampel, R. Kaës, R. Waintrater, PUF, 2009.

CHUKHOVICH Boris  est un historien de l’art dont les intérêts sont particulièrement liés à l’art moderne et contemporain de l’Asie centrale, de la Russie et de l’Amérique du Nord. Sa carrière débute dans son pays d’origine, l’Ouzbékistan. Il complète sa formation avec un stage post-doctoral à la Maison des Sciences de l’Homme à Paris en 2000, puis, en 2002, un stage post-doctoral à l’UQAM. Depuis 2003, Boris Chukhovich travaille aussi dans le domaine de la muséologie. Il est conservateur et commissaire de plusieurs projets dont l’exposition Lingua franca (Biennale de Venise 2011),  Retour de la Métaphore (Biennale de Montréal 2007),  Après Babel  (Université d’Ottawa, 2004),  Musée virtuel d’art centre-asiatique . Membre du groupe Poexil depuis 2004, il a participé à plusieurs événements organisés par ce collectif international de chercheurs et de créateurs. Concepteur du site Internet de POexil, il vit et travaille à Montréal.

KUNTH Anouche , Chercheur en histoire (CERCEC-EHESS). À travers l’étude de la diaspora arménienne en France (XXe siècle), Anouche Kunth interroge les notions d’exil, de dispersion et de refuge. Elle est l’auteur, avec Claire Mouradian, d’un ouvrage intitulé Les Arméniens en France. Du chaos à la reconnaissance, paru à Toulouse, aux Éditions de l’Attribut, 2010. Suite à un colloque organisé par le groupe Poexil à Montréal (2008) sur les objets de l’exil, elle a publié « Le portrait confisqué de Joseph Mantachev. Histoire d’exils et de spoliations », L’Homme. Revue française d’anthropologie, 2010. Elle a en outre consacré plusieurs documentaires radiophoniques à l’errance, l’exil et l’exclusion (France culture, émission Atelier de création radiophonique).

 

Rencontre du 04 avril 2012 « L’exil comme aventure culturelle, l’exil heureux ». Matéi Visniec, Aurélia Klimkiewicz, Elena Prus.

Matéi Visniec « L’exil comme aventure culturelle, l’exil heureux »

« Vous avez un léger accent…» – voici une phrase qui m’a été dite un bon millier de fois depuis que je vis en France et qui fut le point de départ de nombreuses conversations intéressantes. D’habitude, je propose à mon interlocuteur un jeu : deviner en trois essais de quelle origine je suis. C’est ainsi que commence une petite leçon de géographie et de culture générale que patiemment j’ai offerte à de nombreuses personnes. En général, je suis transporté dans divers endroits où l’on parle français, mais avec une légère particularité musicale: « Vous êtes Belge ? Suisse ? Québécois ? ». L’homme perd ainsi les trois cartouches que je lui avais offert afin de gagner le jeu, et j’essaie donc de l’aider un peu: « Je viens d’un pays latin mais situé en Europe de l’Est ». A ce stade du jeu, je sens sur le visage de l’homme en face de moi une légère contrariété. Un pays latin en Europe de l’Est ? Quand je dis la Roumanie, mon partenaire de jeu réagit comme s’il avait été heurté par le souffle d’une petite explosion… La Roumanie, bien sûr, évidemment… La Roumanie est un pays latin! Après ça, mon interlocuteur enchaine d’habitude avec la phrase : « Et ça a été dur, j’imagine, pour vous, de continuer votre vie en France ». Et là, je le déçois encore : « Non, je suis heureux dans ce pays ».     

Discutantes : Elena Prus et Aurelia Klimkiewicz

 

Bio-bibliographies

KLIMKIEWICZ Aurelia  est professeur à l’Université York à Toronto où elle dirige présentement le Research Group in Translation and Transcultural Contact. Théoricienne de la traduction, elle s’intéresse à l’herméneutique, la subjectivité du traducteur, l’éthique de la traduction et l’interaction multilingue. Ses travaux les plus récents portent sur l’analyse des commentaires métalangagiers dans la littérature migrante en tant que formes d’auto-dialogue multilingue. Elle a codirigé quatre collectifs et publié plusieurs articles dont « Faire l’épreuve de soi au travers de l’auto-dialogue multilingue. À propos du commentaire métalangagier dans la littérature migrante », « Les configurations chronotopiques de l’exil : de l’exil au post-exil » et « L’interprétation communautaire : un modèle de communication trialogique ». Elle a traduit un livre témoignage, Babouchka de Nadia Erchof-Skrzetuska (2001), le film documentaire Paradis perdu. Paradis retrouvé (2006), et a collaboré à l’adaptation scénique de Le banquet chez la comtesse Fritouille de Witold Gombrowicz pour le Théâtre Prospero (Montréal 2004). Elle est membre du groupe de recherche Poexil depuis sa fondation en 2001 à l’Université de Montréal.

PRUS Elena  Directrice de l’Institut de Recherches philologiques et interculturelles, Université Libre Internationale de Moldova (ULIM). Docteur d’Etat ès lettres, Professeur universitaire. Critique littéraire, spécialiste en littérature française et comparée, fondatrice et rédacteur en chef de la revue scientifique Intertext (ULIM) ; Fondatrice et coordinatrice du colloque international Francopolyphonie, ULIM (éd. 2006-2010) ; Coordonnatrice nationale du projet du Conseil de l’Europe L’éducation pour la démocratie dans une société démocratique (2001-2002). Auteur de plus de 200 publications (parus en France, Roumanie, Etats-Unis, Canada, Syrie, Russie, République de Moldova), parmi lesquelles : Pariziana romanescă: mit şi modernitate [La Parisienne romanesque : mythe et modernité], Iaşi (Roumanie) : Institutul European, 2006 ; Poetica modalităţii la Proust [Poétique de la modalité chez Proust], Kishinev : Ruxanda, 1998.  Po(i)etosfere şi proiecţii hermeneutice [Po(i)etosphères et projections herméneutiques],  Kishinev : Foxtrot, 2009. Page personnelle 

VISNIEC Mateï  Dans la Roumanie communiste de Ceausescu, il découvre dans la littérature un espace de liberté et devient très actif au sein de la génération 80 et commence à écrire des pièces de théâtre en 1977. Auteur interdit à partir de septembre 1987, il demande asile politique en France, rédige une thèse de doctorat à l’EHESS et travaille également pour la BBC entre 1988 et 1989, et à partir de 1990 pour Radio France Internationale. Sa pièce Les chevaux à la fenêtre  rencontre le succès en 1991 et à partir de cette date il est régulièrement joué en France (Festival d’Avignon (off), Théâtre du Rond Point, Studio des Champs Elysées, Théâtre de l’Est Parisien, Théâtre International de Langue Française, Théâtre du Guichet Montparnasse, Théâtre de l’Opprimé…) et dans de nombreux autres pays (Europe, Amérique, Asie). Il remporte ainsi plusieurs prix, notamment pour la pièce Les détours Cioran, ou Mansarde à Paris avec vue sur la mort (Avignon 2008). Il est également l’auteur dramatique le plus joué en Roumanie. Ses pièces de théâtre sont publiées en France aux éditions Sud-Papiers, Lansman, L’Harmattan, Crater et l’Espace d’un Instant (Maison d’Europe et d’Orient). Il est également l’auteur de romans, partiellement inédits. Parmi ses nombreux écrits : Du sexe de la femme comme champ de bataille dans la guerre en Bosnie (1997), Petit boulot pour vieux clown suivi de L’histoire des ours pandas racontée par un saxophoniste qui a une petite amie à Francfort (1998), Du pain plein les poches et autres pièces courtes (2004), L’histoire du communisme racontée aux malades mentaux (2000), Le roi, le rat et le fou du roi (2002), Attention aux vieilles dames rongées par la solitude (2004), Richard III n’aura pas lieu ou scènes de la vie de Meyerhold (2005), La machine Tchekhov (2005), Le spectateur condamné à mort (2006), Les détours de Cioran ou mansarde à paris avec vue sur la mort (2007), Les chevaux à la fenêtre & Mais qu’est-ce qu’on fait du violoncelle ? (2010).

 

Rencontre du 07 mars 2012 : « Traduire : figures du rythme, figures non traduites ». André Markowicz, Béatrice Gonzales-Vangell, Arno Renken.

Langues de l’exil et exil des langues II  : André Markowicz : « Traduire : figures du rythme, figures non traduites »

Cliquer sur l’image pour accéder à France Culture

 

Que signifie traduire le rythme ? — dans quelle mesure la perception du rythme est-elle transmissible ? quand pouvons-nous parler d’équivalence rythmique ? et que faire pour ce qui reste en dehors de toute équivalence ? — de cet en-dehors que j’appelle « figures », pas même des présences, pas même des contours, — comment faire sentir ces existences non verbales sans lesquelles rien du texte n’a de sens, sans lesquelles le sens et l’auteur se trouvent en exil ?

Continuer la lecture de Rencontre du 07 mars 2012 : « Traduire : figures du rythme, figures non traduites ». André Markowicz, Béatrice Gonzales-Vangell, Arno Renken.

Rencontre du 01 février 2012 : « Der Verbannte, der Verbrannte [Le banni, le brûlé] – lecture de Paul Celan ». Alexis Nuselovici (Nouss), Claire Le Foll, Eloi Recoing.

Langues de l’exil et exil des langues

Alexis Nouss : « Der Verbannte, der Verbrannte [Le banni, le brûlé] – lecture de Paul Celan »

Si l’exil fournit une thématique centrale de la poésie celanienne en raison de données historico-biographiques, il serait réducteur et trivial de ne lui accorder que cette considération. L’expérience exilique, perçue à l’extrême de sa phénoménalité, engage pour le poète les conditions de son écriture et détermine les conditions de réception de l’œuvre. Cette analyse sera menée à partir d’une lecture des cinq derniers poèmes de « La rose de personne ».

Discutants : Eloi Recoing et Claire Le Foll (empèchée)

 

  

 

 

Bio-bibliographies

LE FOLL Claire  Maître de Conférences en histoire et culture juive est-européenne, Parkes Institute and History, University of Southampton, chercheur associée au CERCEC (EHESS/CNRS). Ses travaux portent sur l’histoire culturelle des Juifs en Europe orientale aux XIXe et XXe siècles, avec un intérêt particulier pour la Biélorussie, et s’articulent autour de trois thèmes principaux : l’émergence d’un art national juif en Europe orientale, à Vitebsk, Minsk et Kiev ; la constitution d’une identité spécifique juive biélorusse au XIXe et XXe siècles ; les transferts culturels entre nations et minorités en Europe orientale dans la première moitié du XXe siècle. Quelques publications et traductions : L’école artistique de Vitebsk (1897-1923). Eveil et rayonnement autour de Pen, Chagall et Malevitch (Paris: L’Harmattan, 2002), “The ‘Belorussianisation’ of the Jewish population in Interwar Belorussia: Discourses and Achievements in Political and Cultural Spheres”, East European Jewish Affairs 38/1 (April 2008), pp. 65-88., “The Missing Pogroms of Belorussia, 1881-1882: Conditions and Motives of an Absence of Violence”, forthcoming in Anti-Jewish Violence: Reconceptualizing “the Pogrom” in European History, 17th-20th Century. Edited by J. D. Klier, D. Gaunt, J. Dekel-Chen, Indiana University Press. L. Miliakova, N. Werth (ed.), Le Livre des Pogroms : antichambre d’un génocide. Ukraine, Russie, Biélorussie, 1917-1922. Traduit du russe par Nicolas Werth, Patrice Bensimon, Claire Le Foll and Ekaterina Pichugina (Paris: Calmann-Lévy, 2010).Traductions du yiddish pour le projet de recherche et festival de cinema Kinojudaica (2009). Page personnelle 

NUSELOVICI (NOUSS) Alexis est professeur à la School of European Studies de l’Université de Cardiff (Royaume-Uni) où il occupe le poste de Chair of Modern Cultural Studies et est également responsable du MA Translation Studies. Il est aussi professeur associé au Département de linguistique et de traduction de l’Université de Montréal où il a enseigné pendant une quinzaine d’années et il a été professeur invité au Brésil, en Turquie, en Espagne et en France. Membre de plusieurs équipes de recherche internationales, il a en outre créé et dirige le groupe de recherche montréalais POexil (http://www.poexil.umontreal.ca) qui se consacre aux manifestations culturelles des expériences de l’exil et de la diaspora ainsi que le Cardiff Research Group on Politics of Translating qui étudie l’acte traductif sous ses aspects éthiques et politiques. Il a publié une dizaine de livres dont La modernité (Paris, PUF, collection « Que sais-je? », 1995), Dire l’événement, est-ce possible? (avec Jacques Derrida et Gad Soussana, Paris, L’Harmattan, 1997), Métissages. De Arcimboldo à Zombi (avec François Laplantine, Paris, Pauvert, 2001), Plaidoyer pour un monde métis (Paris, Editions Textuel, 2005) et Paul Celan. Les lieux d’un déplacement (Lormont, Éditions Le Bord de l’Eau, 2010).Il est également traducteur et a écrit les livrets de plusieurs opéras.

RECOING Eloi, metteur en scène et traducteur, maître de conférences à l’université de La Sorbonne Nouvelle Paris 3. Il a vingt ans lorsqu’Antoine Vitez met en scène sa première pièce : La ballade de Mister Punch (1975). Il en deviendra l’assistant pendant 6 ans au Théâtre National de Chaillot, puis à la Comédie Française. Il fonde La Compagnie du Passeur et signe ses premières mises en scène, parmi lesquelles  : La conjecture de Babel d’Eloi Recoing (Théâtre Gérard Philipe de St Denis 1987), Partage de Midi de Paul Claudel (1991), Essai sur l’innommable d’après Heiner Müller (Théâtre du Rond-Point 1993), Le constructeur Solness d’Henrik Ibsen (Théâtre de la Commune Pandora 1994), Théâtre/Roman de Louis Aragon (1997) Scène Nationale du Parvis à Tarbes, Penthésilée de Heinrich von Kleist (ESNAM, mars 1998), L’amour, champ de bataille d’après l’œuvre de Heiner Müller (Festival d’Avignon 2000), Ellen Foster d’après l’œuvre de Kaye Gibbons (Festival « Frictions », Dijon 2002) , Kaddish d’Alan Ginsberg, création à la Maison de la Poésie à Paris en 2005. Vitez en effigie (festival d’Avignon en 2008), Un instant suicidaire d’Eloi Recoing (Théâtre aux Mains Nues, 2008). Eloi Recoing mène simultanément à son travail de dramaturge et de metteur en scène une activité de traducteur dans le domaine allemand et scandinave (Brecht, Kleist, Wedekind, Ibsen).

Eloi Recoing « La traduction du sens »

Rencontre du 07 décembre 2011 « Autour de Au-dessus de la plaine ». Claire Gatineau, Dominique Dolmieu, Eugenia Vilela.

 Claire Gatineau « Autour de Au-dessus de la plaine »

Je parlerai de ma pièce « Au-dessus de la plaine », qui croise deux voyages, l’un qui va de l’extérieur de l’Europe vers l’intérieur, et l’autre qui, à rebours, va de l’intérieur vers l’extérieur. Je parlerai de l’écriture, comme un lieu qui permet de lier un événement collectif, les déplacements humains à travers différents espaces, à l’intime de celui qui écrit. Je parlerai de l’écriture comme un lieu qui permet de rapprocher, faire des liens entre différentes époques, de l’Antiquité grecque, à certains temps de l’histoire des frontières européennes jusqu’au 21ème siècle. Comment à travers ces temps et ces mouvements se dessine la silhouette du demandeur d’asile, du Suppliant.

Projection d’un film en plan fixe, avec choeur albanais

Discutants : Dominique Dolmieu et Eugenia Vilela (empêchée) / Guldem Durmaz

Bio-bibliographies

DOLMIEU Dominique est metteur en scène et artiste associé à la Maison d’Europe et d’Orient (MEO), centre culturel européen, indépendant et solidaire, basé à Paris, qui regroupe notamment le réseau européen de traduction théâtrale Eurodram, les éditions l’Espace d’un instant et le Théâtre national de Syldavie. Il a notamment participé à l’élaboration de différentes anthologies sur le théâtre dans les Balkans, la Turquie et le Caucase. Il est également à l’origine du projet collectif international et itinérant des Petits/Petits en Europe orientale, ainsi que des festivals du Printemps de Paris et de l’Europe des Théâtres. Les activités de la MEO lui ont permis de présenter de nombreuses productions dans une vingtaine de pays, principalement en Europe orientale. Après Cette chose-là du bulgare Hristo Boytchev, il prépare la création du Démon de Debarmaalo du macédonien Goran Stefanovski, au Théâtre de l’Opprimé à Paris puis au Théâtre Roustavéli de Tbilissi.

GATINEAU Claire  est auteur et metteur en scène, fondatrice de la compagnie  En marche  en 1998. Elle écrit et met en scène des spectacles dans des théâtres bruxellois: le théâtre de L’L (1998 à 2001), le Centre Culturel Jacques Franck (2003-2004) et le théâtre de la Balsamine (2007-2011). Elle y monte En marche, suite (…)  (2000),  André, Andréas  (2001), La question humaine (2002), La femme à barbe bleue  (2004), Anila et moi  (2006) et La flûte enchantée  (2008). Elle collabore depuis 2008 avec le comédien japonais Fujio Ishimaru et la compagnie de théâtre pour enfants « L’EVNI » et avec qui elle crée en 2008  Hana-bi silencieux  et prépare un nouveau spectacle Maurice Toppack a disparu . Ses textes André, Andréas , La femme à barbe bleue , Les pieds nus  et  Je suis à la maison  sont publiés aux éditions Lansman dans le recueil  D’Andréas à la maison (2011).  Au-dessus de la plaine est édité en France à  « L’espace d’un instant » en 2006. Elle travaille aussi comme pédagogue avec L’L, le centre culturel Jacques Franck, Pierre de Lune, le CDWEJ et le théâtre de la montagne Magique, en compagnie d’enfants et d’adultes.

VILELA Eugénia  est professeur au Département de philosophie de la Faculté de lettres de l’Université de Porto (Portugal), docteur en philosophie de l’Université de Porto, et directrice du groupe de recherche Esthétique, Politique et Art de l’Institut de Philosophie. Auteur de conférences et textes dans le domaine de la Philosophie et des Arts, a publié, parmi d’autres textes dans des œuvres collectives, les livres Du corps équivoque (1998) et Silences Tangibles. Corps, résistance et témoignage dans les espaces contemporains d’abandon (2010). Son travail se développe dans l’espace d’intersection entre l’esthétique, la philosophie politique contemporaine et l’art.

Rencontre du 16 novembre 2011 « Autour de La mer Noire : exil à la géorgienne ». Kéthévane Davrichewy, Sylvie Gangloff, Taline Ter Minassian.

 

Intervenante : Kéthévane Davrichewy  « Autour de La mer Noire : exil à la géorgienne »

Si Kéthévane Davrichewy est née à Paris en 1965, ses souvenirs sont liés à un pays plus lointain, celui de la Géorgie dont sont originaires ses grands-parents. Petite, elle vit avec leur exil et leur mémoire qui alimentent son imaginaire. Il y a, dans cette famille unie et nombreuse, des traditions conservées, des repas où on chante et où on danse, un bonheur à vivre qu’on voudrait immuable…

Extraits de l’intervention de Khéthévane Dawrichevy.

Cliquer pour accèder à la lecture d'extraits de l'oeuvre (Alice Butaud / K. Davrichewy)

Discutantes : Taline Ter Minassian et Sylvie Gangloff

Bio-bibliographies

DAVRICHEWY Kéthévane  est née et vit à Paris. Elle est journaliste et romancière et a publié de nombreux livres pour la jeunesse à L’École des loisirs dont La lucarne, Par amour, La glace au chocolat, Les pieds dans le Plat et Viens (avec Christophe Honoré). Son premier roman pour adultes Tout Ira bien, est paru en 2004 aux éditions Arléa, il a ensuite inspiré un spectacle musical, une histoire pour piano, voix et violoncelle que l’auteur a interprété pendant deux ans en France aux côtés d’Alex Beaupain et de Valentine Duteil. Son dernier roman La mer Noire, paru en 2010 chez Sabine Wespieser Editeur et inspiré de ses origines géorgiennes, a obtenu le Prix Landernau, le Prix Version Fémina/Virgin Mégastore et le Prix du Roman de l’île Maurice. Kéthévane Davrichewy collabore également à des scénarios de films documentaires.

GANGLOFF Sylvie  docteur en science politique, membre associé du CETOBAC (Centre d’études turques, ottomanes, balkaniques et centrasiatiques, CNRS/EHESS/Collège de France , UMR 8032), chargée de cours à l’INALCO (département d’études turques) et ingénieur à la FMSH. Elle travaille, entre autre, sur les logiques d’affirmation et de construction identitaire dans les Balkans et en Turquie ; les pratiques, les représentations et les discours sur la consommation d’alcool (approche anthropologique, politique, sociale et culturelle), les réseaux et logiques d’influence dans la migration turque, et la minorité chrétienne turcophone des Gagaouzes en Moldavie. Parmi ses publications : (direction), La perception de l’héritage ottoman dans les Balkans / The perception of the Ottoman Legacy in the Balkans, Paris, L’Harmattan, « Varia Turcica » (XXXV), 2005, 215 p., (direction). Page personnelle

TER MINASSIAN Taline   est professeur des universités à l’INALCO où elle enseigne l’histoire de la Russie et du Caucase. Elle a publié Colporteurs du Komintern, l’Union Soviétique et les minorités au Moyen Orient, Presses de Sciences po, 1997,  en collaboration avec Jean Robert Raviot, la Civilisation soviétique de l’URSS à la Russie, Ellipses, 2006 et Erevan, la construction d’une capitale à l’époque soviétique, PUR 2007