Archives par mot-clé : exiliance

Mise en ligne, journée d’étude « Représenter l’exil : la mémoire, la trace ».

Mise en ligne, sur le site des Archives audiovisuelles de la recherche (AAR-ESCom)  que nous remercions une fois encore, de la journée d’étude « Représenter l’exil : la mémoire, la trace » , tenue le 12 juin 2014, en trois parties :

1) Alexis  NUSELOVICI (Nouss) , Professeur de littérature générale et comparée, Université d’Aix-Marseille, France ; Ana Paula  COUTINHO , Docteur en Littérature Comparée & professeur associé, Faculté de Lettres de l’Université de Porto, Portugal ; Victoria  PAZ, Collège Freudien de Paris, Université de Paris VIII, France

2) Alexis  NUSELOVICI (Nouss) , Professeur de littérature générale et comparée, Université d’Aix-Marseille, France ; Alexandra  GALITZINE-LOUMPET , Anthropologue, Responsable programme Afrique, FMSH, Paris, France ; Luba  JURGENSON , Maître de conférences, HDR, Paris-Sorbonne/CIRCE, Paris, France

3) Alexandra  GALITZINE-LOUMPET , Anthropologue, Responsable programme Afrique, FMSH, Paris, France ; Alain-Philippe  DURAND , Professor, Université d’Arizona, USA ; Ada  SAVIN , Professeure d’études américaines, Institut d’Etudes Culturelles et Internationales (IECI), Université de Versailles–Saint Quentin, France ; Anh Thuân  DOAN , Ecrivain, Paris, France ; Frieda  EKOTTO , Professor of Afroamerican and African Studies and Comparative Literature, University of Michigan Ann-Arbor, USA

Programme ici 

la mémoire

L’exil dans les cinémas d’Afrique et de ses diasporas. Journée d’étude, 13 février 2015

L’initiative Non-lieux de l’exil (FMSH) organise, en partenariat avec le département Afrique de l’INALCO et avec  le séminaire « Cinéastes d’Afrique et d’ailleurs. influence du cinéma soviétique »  (EHESS), une journée d’étude consacrée aux représentations de l’exil dans les cinémas d’Afrique et de ses diasporas.

Extraits "The Nine Muses" (2010) de Johh Akomfrah
Extrait  « The Nine Muses » (2010) de John  Akomfrah (courtoisie)

L’exil dans les cinémas d’Afrique et de ses diasporas

Journée d’étude, 13 février 2015 

Entrée libre

Coordination scientifique : Alexandra Galitzine-Loumpet (FMSH)  Alexis Nuselovici, (FMSH/AMU),  Melissa Thackway (INALCO)

logos3

  • ARGUMENTAIRE

Associé à la quête d’identité et au centre des thèmes développés par les cinémas d’Afrique subsaharienne nés après les indépendances, l’exil continue cinquante ans plus tard d’y occuper une place centrale, au point d’en devenir une de ses principales caractéristiques.

 Qu’il s’agisse de l’exil interafricain, d’une région ou d’un pays à un autre, ou d’un exil au-delà du continent, l’exil y est à la fois thème et fil narratif. De nombreuses figures exiliques apparaissent et se superposent – candidats au départ, immigrés arrivés en Europe, descendants diasporiques, sujets postcoloniaux. Tous sont confrontés à cet appel de l’ailleurs, aux conditions de vie souvent difficiles dans le territoire d’accueil et à la question d’un retour éventuel au pays.

 Incarnations de ce mouvement inexorable, de ce va-et-vient, de cet entre-deux, ou de cet « être dans les deux », ces films dessinent un cinéma des interstices, de quêtes réelles ou symboliques, où se pose la question de la (de)territorialité, de la frontière, de l’imbrication des espaces, ainsi celle des appartenances – une itinérance d’une rive à l’autre qui confère aux écritures cinématographiques une extériorité et une distance critique mais aussi une hybridité de codes et de genres cinématographiques. Quelles représentations émergent de cet état exilique ? Quels regards portent ces films sur l’expérience de l’exil ?    

-> La chronique cinéma de Mariam Diop du mardi 27 janvier 2015 à 10h45 sur AFRICA N°1 – 107.5. sera consacrée à la journée d’étude.

  • PROGRAMME

Journée  salle CNRS 638-640 (190 avenue de France, 75013 Paris)
Continuer la lecture de L’exil dans les cinémas d’Afrique et de ses diasporas. Journée d’étude, 13 février 2015

« Noirs éclats / Or cruel », autour de l’oeuvre de Sylvain George. 20 novembre 2014

Qu'ils reposent en révolte (2011) (c) S. George.
Qu’ils reposent en révolte (2011) (c) S. George. 

NOIRS ECLATS   /  OR CRUEL 

La rencontre de l’initiative « Non-lieux de l’exil » (Collège d’études mondiales, FMSH) du 20 novembre (16h-19h) sera consacrée à l’oeuvre du réalisateur Sylvain George, en sa présence.

Elle aura exceptionnellement lieu à la Fondation Calouste Gulbenkian.

Le réalisateur présentera les extraits des films suivants :

  • « Ils nous tueront tous » (2009)
  • « Les Eclats (ma gueule, ma révolte, mon nom) » (2011)
  • « Les nuées (My mama’s face) » (2012)

Cinéaste et écrivain, formé en philosophie, droit et sciences politiques, Sylvain George réalise depuis 2006 des films radicaux, poétiques, politiques et expérimentaux, sur la thématique de l’immigration et des mouvements sociaux et collabore avec de nombreux artistes. Ses films ont été plusieurs fois primés dans des festivals internationaux.

Continuer la lecture de « Noirs éclats / Or cruel », autour de l’oeuvre de Sylvain George. 20 novembre 2014

« Ecrire l’exil » I La Fabrique de l’histoire – France Culture, 22 mai 2014

« Ecrire l’exil »,  4e élement d’une série consacrée par « La fabrique de l’histoire  » aux exils, avec la participation d’Alexis Nuselovici (Nouss)

A réécouter en cliquant sur l’image

Cliquez sur l'image pour accéder à l'émission
Cliquez sur l’image pour accéder à l’émission

 

 

Exposer l’expérience de l’exil (1). New York, mars 2014 . A. Galitzine-Loumpet

Ellis Island, 24 mars 2014 (c) Galitzine
Ellis Island, 24 mars 2014 (c) Galitzine 
Exposer l’expérience de l’exil (1)

           New York, mars 2014                                                        Reconnaître ce lieu. (G.Perec)

De ma visite  à Ellis Island le 24 mars 2014, il reste des notes – et deux photographies. Deux seulement parmi des centaines d’autres, symboliquement prises alors que le ferry  « Miss Liberty » s’éloignait de la petite île  – la fatigue, le froid, la crainte de manquer le bateau, sont à l’origine de l’effacement accidentel de la carte mémoire,  disparition qu’aucun logiciel de récupération ne réussira à rattraper : les clichés ne sont plus que cases vides, que petits fantômes.

Continuer la lecture de Exposer l’expérience de l’exil (1). New York, mars 2014 . A. Galitzine-Loumpet

CFP Panel « Heritage in/of Exile », Second Conference of the Association of Critical Heritage Studies, Canberra 2014

 Heritage in/of Exile

Le double panel ‘Heritage in/of Exile’ présenté par le programme Non-lieux de l’exil (FMSH) et le séminaire « L’expérience de l’exil » (Collège d’études mondiales, FMSH) a été retenu dans le cadre de la seconde conférence de l’Association of Critical Heritage Studies (ACHS) qui se tiendra à l’Australian National University de Canberra du 2 au 4 décembre 2014 ( plus d’informations ici :  ACHS’ website) dans le cadre de la thématique Multiculturalism, migration and diaspora (coordinator John Giblin) .

Les coordonnateurs du double panel ‘Heritage in/of Exile’, Alexandra Galitzine-Loumpet et Alexis Nuselovici (Nouss),  ouvrent un appel à contribution pour  5 propositions de communications.

Continuer la lecture de CFP Panel « Heritage in/of Exile », Second Conference of the Association of Critical Heritage Studies, Canberra 2014

Figurer l’exil. Colloque international 14-15 mars 2014. Programme et intervenants

Figurer lexil affiche-A3-150FIGURER L’EXIL 

Coordination scientifique : Alexandra Galitzine-Loumpet, Sara Guindani-Riquier, Alexis Nuselovici (Nouss).

Lieu : Institut d’études avancées de Paris – Hôtel de Lauzun, 17 quai d’Anjou, 75004 Paris

Attention : entrée libre sur inscription indispensable (ici)

 Figurer l’exil Programme(pdf)

Argumentaire     

L’expérience de l’exil met en crise les dichotomies induites par un discours « territorialisé » autour de l’identité et de la différence, l’origine et le devenir, l’autochtone et l’étranger. En montrant à quel degré ces oppositions appartiennent à l’épistémè des sociétés d’accueil et à une pensée de l’appartenance nationale, elle invite justement à en déplacer les paradigmes. 

Or, cette expérience, comme tout phénomène humain, n’existe et ne prend sens que médiatisée par un ensemble de codes affectifs et culturels. Sa spécificité, toutefois, tient au fait que la figuration de l’exil convoque d’emblée une multiplicité de systèmes référentiels, au minimum une dualité entre le lieu de départ et le lieu d’arrivée, entre l’avant et l’après, entre l’individuel et le collectif, entre le communautaire et le national. Cette diversité, articulée par  des temporalités et des contextes historiques distincts,  se reflète dans celle des supports et des régimes expressifs choisis.

Continuer la lecture de Figurer l’exil. Colloque international 14-15 mars 2014. Programme et intervenants