Archives par mot-clé : exiliance

Spatialiser l’exil. Alexis Nuselovici (Nouss). Séminaire L’Expérience de l’exil (1). Collège d’études mondiales. 7 nov.2013

Escher
Escher

Le séminaire L’expérience de l’exil (CEM) dirigé par Alexis Nuselovici (Nouss) poursuit et compète les travaux du programme Non-lieux de l’exil.

Sa rentrée aura lieu le 7 novembre prochain de 17 à 19h.

La première conférence, donnée par A. Nuselovici (Nouss) est intitulée “Spatialiser l’exil”  

Elle sera suivie de conférences données par : 

 

  • 16 janvier : L’Expérience de l’exil.  Hélène CIXOUS  (17h-19h, salle 638)
  • 13 mars : L’Expérience de l’exil.   Marie DARRIEUSSECQ (17h-19h, salle 638)

Salles CNRS. 6 étage, noyau A. Bâtiment Le France, 190-196  avenue de France, 75013 Paris, M° Quai de la gare, Bus 89

 

 

ETUDIER L’EXIL. 5 Working Papers des séminaires « L’expérience de l’exil » (CEM) & « Non-lieux de l’exil »

exil1-300x199 (2)

  • Etudier l’exil
  •  L’exil comme expérience
  • Exiliance : condition et conscience
  • Exil et post exil – par Alexis Nuselovici (Nouss)
  • Pour une typologie des objets de l’exil par A. Galitzine-Loumpet

Logo FMS-PS-CEM pngLe séminaire « L’expérience de l’exil » associé au programme scientifique « Non-lieux de l’exil »  publie ses premières réflexions, sous forme de 5 Working Papers de la FMSH sur HAL-SHS , ouvrant une série de publications.

Les différentes publications sont introduites par  le Position paper  d’Alexis Nuselovici intitulé « Etudier l’exil ».

Elles sont disponibles sur le carnet scientifique des Working papers de la FMSH , notamment sur la page dédiée au séminaire (ici) et le seront également sur le site du Collège d’études mondiales, et téléchargeables en pdf sur le site HalSHS.

Les contributions sont les suivantes : 

Continuer la lecture de ETUDIER L’EXIL. 5 Working Papers des séminaires « L’expérience de l’exil » (CEM) & « Non-lieux de l’exil »

Lectures croisées de « Le milieu de nulle-part » (Ch. Vollaire, Ph. Bazin /2012)

arton287-9f516

Projet de lectures croisées

Le milieu de nulle-part, Textes de Christiane Vollaire, photographies de Philippe Bazin, Créaphis 2012, 176 pages, 46 photographies en couleurs (plus d’information ici)

Avant-propos

Il existe des livres qui viennent à vous et  vous trouvent avec une évidence à chaque fois saisissante. Un jour Le milieu de nulle-part fut là, forçant l’attention par le ferme regard de ses quatre yeux. Deux paires d’yeux et de bras, ceux de la philosophie Christiane Vollaire et du photographe Phillipe Bazin,  pour une manière unique de saisir.

L’ouvrage porte sur dix-huit centres d’hébergement ou de rétention de réfugiés, essentiellement tchétchènes, en Pologne.  Est ce important que ceux dont le livre parle et qui parlent à travers le livre soient tchétchènes et en Pologne ? Oui. Non, tant l’expérience de l’exil ainsi restituée engage l’universel – c’est à dire chacun.

Continuer la lecture de Lectures croisées de « Le milieu de nulle-part » (Ch. Vollaire, Ph. Bazin /2012)

L’expérience de l’exil. 20 juin 2013. Exil, ville, territoire. Sherry Simon, Alexis Nuselovici

Lower_Manhattan_Map_LES20 Juin /  Collège d’études mondiales 

15h- 18h30, salles 638-640

  • 15 h – Alexis Nouss : « Exil et territoire »
  • 17h- Sherry Simon (Professeur, Université Concordia, Montréal) : « À la rencontre de la ville fragmentée : l’exil à Montréal »

 

 

Sherry SIMON est professeure au Département d’études françaises de l’Université Concordia  où elle enseigne la littérature et la traduction. Elle a dirigé de 1995 à 2000 le programme de doctorat interdisciplinaire en lettres et sciences humaines,  et en 2005   la Chaire de recherche du Canada Senior en Traduction et histoire culturelle, Glendon College, York University. Elle  a  longtemps collaboré à la revue Spirale qu’elle a co-dirigée avec Jean-François Chassay durant une dizaine d’années. Ses essais portent sur les relations interculturelles au Québec et ailleurs. Elle s’intéresse tout particulièrement aux villes multiculturelles et multilingues, dont Montréal en premier lieu. Sur Montréal elle a publié Traduire le Montréal Yiddish (en collaboration),  plusieurs essais sur le poète A.M.Klein, et Traverser Montréal. Une histoire culturelle par la traduction (version française de Translating Montreal) qui a reçu les prix Gabrielle-Roy et  Mavis-Gallant. Parmi ses autres publications en français: Le Trafic des langues et Fictions de l’identitaire au Québec. Elle a collaboré à la traduction des essais de Michel Foucault en anglais.

Voir également : Sherry Simon – The Flow of Languages, the Grace of Cultures

ss

L’expérience de l’exil, 23 mai 2013. Exil, Art, Ecriture. Alexis Nuselovici / Svetlana Boym

  P1100882 salles 638-641 / 190 avenue de France, 75013 Paris.

15h- Alexis Nouss Exil et écriture

17h – Svetlana Boym  Immigrant Arts and Cosmopolitan Solidarities

[Conférence en anglais avec traduction]

Svetlana Boym est professeur au Département de littérature comparée de l’Université Harvard où elle enseigne également à l’Ecole de design et d’architecture. Ecrivain, théoricienne et artiste, elle est l’auteur de The Future of Nostalgia (2001), Architecture of the Off-Modern (2008), le roman Ninochka (2003) et, plus récemment,  Another Freedom: The Alternative History of an Idea (2011). Elle a donné des conférences et des performances au Kunsthalle de Vienne, au Freud Museum de Londres, au Centre Pompidou, au Centro de Arte Contemporaneo de Madrid, au Théâtre Royal de Copenhague et dans les grandes universités américaines. Les trois projets artistiques sur lesquelles elle travaille actuellement s’intitulent « Nostalgic Technologies »,  « Phantasmagorias » et « Phantom Limbs ». Elle a pris part à la Biennale d’architecture de Venise en 2010 et prépare l’exposition « Off-Modern » qui s’ouvrira au Ludwig Múzeum de Budapest en 2013 (www.svetlanaboym.com).

Née à Saint-Petersbourg, elle vit et travaille maintenant à Cambridge (Etats-Unis)

Le migrant/l’étranger se révèle une figure centrale dans la modernité du XXe et du XIXe siècle alors que son expérience vient brouiller nos métaphores théoriques en apportant d’encombrantes histoires politiques et personnelles.

Il demeure central dans la recherche universitaire autant que dans l’œuvre artistique de Svetlana Boym. Son traitement de la question a évolué d’une réflexion sur la nostalgie et ses interprétations à une approche  transculturelle de la liberté comme expérience de création collective dans l’espace public.

Dans sa conférence, elle abordera diverses théorisations de la nostalgie en rapport avec l’expérience du migrant avant de présenter sa recherche actuelle et le travail artistique qu’elle mène sur un camp de transit oublié qui accueillait des immigrants d’Europe de l’Est et dont l’emplacement dans la banlieue de Vienne demeurait secret. C’est en 2012 que des consultations d’archives lui ont fait découvrir où était situé ce camp, lieu d’extraterritorialité et d’histoires dérangeantes dans lequel elle séjourna dans les années 1980.

Image