Archives par mot-clé : exposition

Séminaire EHESS NON-LIEUX DE L’EXIL. Séance 2 : Esthétique et politique, la question de l’exposition. 5 Janvier 2017

Séminaire EHESS Non-lieux de l’exil 2016-2017

Séance 2

Esthétique & Politique,  la question de l’exposition. 

Exposition "Ceux qui restent" de Wiame Haddad. Dans le cadre de l'évènement Green House. Hay Mohammadi. 20/05/2016 Casablanca, Maroc
Exposition « Ceux qui restent » de Wiame Haddad.
Dans le cadre de l’évènement Green House.
Hay Mohammadi. 20/05/2016 Casablanca, Maroc

Jeudi 5 janvier 2017 de 17 à 20h,  salle 3, bât. Le France, 190-198 av de France 75013 Paris

(entrée libre)

Séminaire EHESS intitulé Non-lieux de l’exil, coordonné par Chowra Makaremi (IRIS / EHESS-CNRS), Alexandra Galitzine-Loumpet (NLE/ CESSMA), Eugenia Vilela (U. de Porto) et Christiane Vollaire (NLE)(Descriptif et informations ici). En collaboration avec Philippe Bazin (Photographe, Professeur à l’Ecole Nationale Supérieure d’Art de Dijon) pour la thématique Esthétique & Politique.

Deux thématiques seront en effet  abordées : Esthétique & politique (1er déc. 2016, 5 janv. 2017,  2 fév. 2017 ) et Murs 2 mars, 4 mai, 2 juin 2017)

Introduction  : Alexandra Galitzine-Loumpet

avec Elise ATANGANA (commissaire d’exposition), Wiame HADDAD  (photographe), Dominique MALAQUAIS (Politilogue et historienne de l’art, CNRS- IMAF) et Philippe ZOURGANE (Architecte, ENSAPVS)

Présentation des intervenants :

Elise ATANGANA est curatrice et productrice d’exposition. Basée à Paris, elle aborde son parcours dans l’art par des expériences individuelles et collectives. Elle s’intéresse à la façon dont les mobilités physiques et virtuelles, incluant les mouvements de personnes, des idées, des objets et de l’information, nous affectent dans notre quotidien. Son récent projet curatorial Seven Hills réalisé pour la Biennale de Kampala 2016, interrogeait principalement la relation entre espaces et mobilités. En 2015, Entry Prohibited to Foreigners, présentée au centre d’art Havremagasinet en Suède, était une mise en perspectives de divers déplacements. Elle a également été, aux côtés de Abdelkader Damani et Smooth Ugochuckwu Nzewi, co-commissaire de Produire le commun  exposition internationale de la Biennale de Dakar 2014. Auparavant, elle a mené plusieurs collaborations avec d’autres commissaires Elvira Dyangani Osé, Simon Njami et le collectif On The Roof.

Wiame HADDAD Née à Lille d’un père tunisien et d’une mère marocaine, Wiame Haddad travaille actuellement à Lille. Après l’obtention de son DNSEP (diplôme national supérieur d’expression plastique) à l’école Supérieur d’Art et de Design de Valenciennes et après un Erasmus à l’Ecole Nationale Supérieure des Arts Visuels de la Cambre à Bruxelles, elle concentre son travail, ses réflexions et sa pratique photographique autours de la question du Corps entre Occident et Orient. Pour cela elle se nourrit de tout ce qui met en évidence la manière dont le corps exprime une situation d’enfermement, de conflit intérieur, ou de conflit provoqué par un contexte historique ou social, se focalisant ainsi sur le corps comme signifiant du politique. Parmi ses dernières expositions : Des équilibres à l’ Institut Français de Tunis (Octobre 2016); Ceux qui restent au Cube Independent art room Rabat. (Octobre 2016 ), The Green-House, Ceux qui restent avec l’Atelier de l’Observatoire, replique du comissariat Derb moulay Cherif, Hay mohammadi, Casablanca (2016);   Intension, Masnaâ à la Galerie Venize Cadre, Casablanca, Curateur, Ismaël et David Ruffel (2016);  Dubai Photo Exhibition, curateur Hicham Khalidi et Laila Hida (2016). site

Dominique MALAQUAIS est  historienne d’art et politiste, chargée de recherche à l’Institut des mondes africains (CNRS) et enseignante à Sciences Po. Auteur d’Architecture, pouvoir et dissidence au Cameroun (2002) et de nombreux articles sur les intersections entre violence politique et cultures urbaines au Cameroun, en République Démocratique du Congo et en Afrique du Sud, elle est fondatrice et co-directrice de la plateforme curatoriale SPARCK (Space for Pan-African Research, Creation and Knowledge – Cape Town) et présidente d’ACASA (Arts Council of the African Studies Association). Parmi ses toutes dernières publications : (avec N. Khouri dir.) Afrique – Asie, arts, espaces, pratiques PURH 2016; « Playing (in) the Market, Hervé Youmbi and the Art World Maze » in De l’art (d’être) contemporain, Cahiers d’Etudes Africaines 2016/3. Bibliographie

Phillipe ZOURGANE est un architecte, il est maître de conférence titulaire dans la discipline Théorie et Pratique de la Conception Architecturale et Urbaine à l’ENSA Paris Val de Seine. Il est chercheur au laboratoire AMP – Architecture Milieu Paysage, laboratoire CNRS lavue situé à Paris. Il co-dirige le post master DPEA, pour le laboratoire AMP labo à l’ENSA Paris La Villette. Il a obtenu son PhD au Centre for Research Architecture, Goldsmiths College (University of London) in 2013. Il a étudié l’Architecture à l’ENSA Paris Versailles où il a été diplômé. Il travaille actuellement sur plusieurs livres collectifs en France, au Canada, au Portugal et en Allemagne publiés en 2016 et en 2017.Il publiera à l’automne 2017 son livre d’analyse et de théorie “La Révolution par les plantes” pour l’éditeur Eterotopia France. Il travaille actuellement sur son Habilitation à Diriger des Recherches (HDR), avec Didier Fassin à l’EHESS.

 

Objets en exil / Objects in exile. Exposition Glendon College – York University

Objets en l’exil. Glendon College

12801213_10101353934836341_4584924310802176476_n

Une version du principe d’exposition « Objets en l’exil » vient d’être réalisée par Aurelia Klimkiewicz, avec ses étudiants du programme de traductologie de l’Université York (Glendon College, Canada) : Dana Amarascu, Virginie Barrouillet, Yun Gao, Diego Pardo Quitian et Preet Shikha.

12798994_10101353934891231_4148663928869581133_n
 Le concept de l’exposition « Objets de l’exil » est le fruit d’un travail commun mené par Boris Chukhovich, Alexandra Loumpet-Galitzine  et Alexis Nouss  en 2009 dans le cadre du programme POexil (Université de Montréal) .

UN ATELIER D’ÉCRITURE POUR LES EXILÉS? 19 NOVEMBRE 2015, Sara Greaves, Jean-Luc di Stefano, Bruno Le Dantec

UN ATELIER D’ÉCRITURE POUR LES EXILÉS?

nle nov 15

Séance du 19 novembre 2015, 17h-19h. Séance proposée par Sara Greaves.

Avec

Sara Greaves, professeur de littérature anglaise (LERMA, Université d’Aix-Marseille) & Jean-Luc di Stefano, psychiatre (CAMSP Polyvalent, IDEC, Hôpital Salvator, APHM Marseille), Association «Ecrits et voix», Marseille.

Discutant : Bruno Le Dantec, écrivain et journaliste, auteur avec Mahmoud Traoré de Partir et raconter. Récit d’un clandestin africain en route vers l’Europe, Lignes, 2012.

Continuer la lecture de UN ATELIER D’ÉCRITURE POUR LES EXILÉS? 19 NOVEMBRE 2015, Sara Greaves, Jean-Luc di Stefano, Bruno Le Dantec

Eprouver l’interculturalité, colloque-atelier 19-20 nov. 2015

eprouverUn colloque organisé par Hélène Hatzfeld et le GIS IPAPIC avec le soutien du Ministère de la Culture, évoquera, les 19 et 20 novembre 2015, les enjeux de la patrimonialisation des migrations ou des frontières et les acteurs de celles ci.

La singularité du colloque tient, aussi, en plus de la qualité des intervenants, à la forme en session-ateliers ouvrant à une large plage de débats.

Non-lieux de l’exil y sera représenté par Alexandra Galitzine-Loumpet qui interviendra dans l’atelier « Exposer les frontières » , jeudi 19 novembre de 16h30 à 18h.

Programme complet ici 

Continuer la lecture de Eprouver l’interculturalité, colloque-atelier 19-20 nov. 2015

L’infra-muséal et l’extra-patrimonial (Musée d’Aquitaine, Camp des Milles, Exhibit B / 2014) A. Galitzine-Loumpet

 Exposer l’expérience de l’exil (2)  :

L’INFRA-MUSEAL & L’EXTRA-PATRIMONIAL (Musée d’Aquitaine, Camp des Milles, Exhibit B (2014))

Alexandra Galitzine-Loumpet 

Interroger l’habituel  (G. Perec, L’infra-ordinaire,  Seuil 1989)

 L’expérience de l’exil ne s’expose pas seulement dans les musées consacrés à l’immigration, au risque de privilégier l’intégration dans le pays d’accueil, l’arrivée à la totalité du parcours, mais s’inscrit dans un système référentiel plus lâche se déployant dans d’autres musées et au travers d’œuvres multiples, dans la rue comme dans la sphère privée. Le principe est celui de l’écho, variable selon la situation et la place de chacun. Dans ce musée imaginaire construit par chaque sujet exilique, se retrouvent lieux, textes et images, éléments de transmission familiale et de recherche individuelle mais aussi sons, odeurs, goûts[1]. Le résultat, par essence instable et inachevé, est un manteau d’arlequin,  association de fragments dont l’une des principales caractéristiques est l’asynchronie.

Pour personnelle que puisse être pour chacun la rencontre avec des éléments de son histoire ou de celle des siens, elle est également structurellement organisée, à des degrés divers selon les sphères concernées. Le hasard est borné par le jeu social et le contexte idéologique, il s’incarne dans des espaces particuliers.

L’institution muséale constitue l’un de ces espaces performatifs, à la fois construits et imprévisibles.  Le musée est à la fois un appareil  et un dispositif  (Agamben 2007) d’une extraordinaire plasticité, une scène pouvant accueillir un large spectre d’expériences et être dupliqué en d’autres lieux publics ou privés. Comme exposition et comme représentation, il appelle donc une lecture critique au-delà de la simple appréciation ; instance politique tout autant qu’expérience subjective, il se lit aussi bien en plein qu’en creux, aussi bien dans la monstration que dans l’omission.

Or, ces espaces interstitiels de l’institution muséale constituent un champ négligé par l’analyse. Invisibles et en quelque sorte insensibles, presque scandaleux par leur apparente  insignifiance,  ils participent pourtant de l’exhaustivité fonctionnelle et de ce que l’on pourrait nommer, en empruntant à Barthes,  l’effet de réel du musée et à Perec,  son infra-ordinaire [2]. Leur diversité même les laisse échapper, soit qu’ils paraissent délibérément dramatisés comme une série de sas nécessaires,  soit qu’ils marquent incidemment l’articulation entre expositions de différentes natures  (permanente, temporaire). Leur caractère volontaire ou imprévu  dépend de paramètres aussi divers que la destination initiale de l’édifice et son architecture, la juxtaposition de choix curatoriaux ou de contraintes institutionnelles et budgétaires.  L’hypothèse centrale est justement que ces couloirs, détours mais aussi réserves, coulisses et espaces vacants ou de déambulation jouent le rôle de seuils et de frontières. Ceux-ci influent sur la perception du visiteur, contribuant à renforcer la cohérence du parcours muséal ou à la désagréger – jusqu’aux lapsus musei.  À la fois normés et hérétopiques, intra-muséaux et extra-patrimoniaux, ces seuils doivent être intégrés à l’analyse muséographique, comme ces lignes voudraient le souligner en recourant à quelques exemples réunis au hasard de visites en 2014.   

Continuer la lecture de L’infra-muséal et l’extra-patrimonial (Musée d’Aquitaine, Camp des Milles, Exhibit B / 2014) A. Galitzine-Loumpet

Figurer l’exil. Colloque international 14-15 mars 2014. Programme et intervenants

Figurer lexil affiche-A3-150FIGURER L’EXIL 

Coordination scientifique : Alexandra Galitzine-Loumpet, Sara Guindani-Riquier, Alexis Nuselovici (Nouss).

Lieu : Institut d’études avancées de Paris – Hôtel de Lauzun, 17 quai d’Anjou, 75004 Paris

Attention : entrée libre sur inscription indispensable (ici)

 Figurer l’exil Programme(pdf)

Argumentaire     

L’expérience de l’exil met en crise les dichotomies induites par un discours « territorialisé » autour de l’identité et de la différence, l’origine et le devenir, l’autochtone et l’étranger. En montrant à quel degré ces oppositions appartiennent à l’épistémè des sociétés d’accueil et à une pensée de l’appartenance nationale, elle invite justement à en déplacer les paradigmes. 

Or, cette expérience, comme tout phénomène humain, n’existe et ne prend sens que médiatisée par un ensemble de codes affectifs et culturels. Sa spécificité, toutefois, tient au fait que la figuration de l’exil convoque d’emblée une multiplicité de systèmes référentiels, au minimum une dualité entre le lieu de départ et le lieu d’arrivée, entre l’avant et l’après, entre l’individuel et le collectif, entre le communautaire et le national. Cette diversité, articulée par  des temporalités et des contextes historiques distincts,  se reflète dans celle des supports et des régimes expressifs choisis.

Continuer la lecture de Figurer l’exil. Colloque international 14-15 mars 2014. Programme et intervenants

Séminaire “L’expérience de l’exil », Exil et Patrimoine, 24 avril 2013. Laurier Turgeon, D. Poulot, A.L. Galitzine

logo cemLa prochaine séance du séminaire “L’expérience de l’exil” consacrée à la thématique « Exil et patrimoine » aura lieu le 24 avril 2013, salles 638-640, “Le France.  (Détails et informations disponibles ici)

Attention, la séance commencera exceptionnellement à 17 h.

L. Turgeon, D. Poulot
L. Turgeon, D. Poulot

Argumentaire

L’expérience de l’exil engage des régimes de mémoration spécifiques, processus de restitution dont l’une des scènes peut être le musée et qui touchent, plus largement, à la conservation d’objets. Or l’objet de l’exil est nécessairement singulier par l’aléatoire de son existence, par une valorisation affective disjointe de sa valeur intrinsèque, par des modalités d’exposition ou de réception différentes selon les politiques des États concernés.
Par quelles voies l’exil, souvent expérience du dénuement et de l’abandon, peut-il justement engendrer la patrimonialisation de l’expérience exilique ? Cette séance se propose d’en cerner certaines modalités en distinguant notamment entre objets de et objets en exil..

Programme :

17h –   Laurier TURGEON (Chaire du patrimoine ethnologique du Canada / Université Laval) « Patrimoine et expérience de l’exil: exemples québecois

18h- Dominique POULOT (Université de Paris I)

       – Alexandra Galitzine-Loumpet (FMSH)

800px-Norsewood007