Archives par mot-clé : mémoire

Rencontre du 02 mai 2012 « Le désir de traduire naît de l’impossibilité à traduire un plaisir ou une perte ».Janine Altounian, Boris Chukhovich, Anouche Kunth.


 Janine Altounian : « Le désir de traduire naît de l’impossibilité à traduire un plaisir ou une perte »

J’apporterai un exemple qui cherche à montrer comment, chez un héritier de survivants exilés,  la « pulsion à traduire » peut promouvoir aussi bien le travail de la cure et de l’écriture que l’activité de traduction. Dans les postures à l’œuvre dans ces deux modes d’activités linguistiques, ce besoin de traduire naît d’une nécessité à défier paradoxalement l’impossibilité de la traduction, soit d’un plaisir, soit d’une perte.

Discutants : Boris Chukhovich et Anouche Kunth 


 

 

 

 

 

 

 

Bio-bibliographies

ALTOUNIAN Janine  essayiste et traductrice, un des membres fondateurs d’AIRCRIGE, est co-traductrice de Freud depuis 1970 et responsable de l’harmonisation dans l’équipe éditoriale des œuvres complètes de Freud aux Presses Universitaires de France sous la direction de Jean Laplanche. Née à Paris de parents arméniens rescapés du génocide de 1915, elle travaille par ailleurs sur la « traduction » de ce qui se transmet d’un trauma collectif aux héritiers des survivants. Elle a publié de nombreux articles sur la langue de Freud, la transmission traumatique et les ouvrages suivants: Ouvrez-moi seulement les chemins d’Arménie  / Un génocide aux déserts de l’inconscient (Préface de René Kaës), Les Belles Lettres/ Confluents psychanalytiques, 1990, 2003 (2° éd.). ; La Survivance / Traduire le trauma collectif (Préface de Pierre Fédida, Postface de René Kaës), Dunod ; Inconscient et Culture, 2000, 2003 (réimp.) ; L’écriture de Freud/ Traversée traumatique et traduction, PUF, bibliothèque de psychanalyse, 2003 ; Mémoires du Génocide arménien. Héritage traumatique et travail analytique, Vahram et Janine Altounian, avec la contribution de K. Beledian, J.F. Chiantaretto, M. Fraire, Y. Gampel, R. Kaës, R. Waintrater, PUF, 2009.

CHUKHOVICH Boris  est un historien de l’art dont les intérêts sont particulièrement liés à l’art moderne et contemporain de l’Asie centrale, de la Russie et de l’Amérique du Nord. Sa carrière débute dans son pays d’origine, l’Ouzbékistan. Il complète sa formation avec un stage post-doctoral à la Maison des Sciences de l’Homme à Paris en 2000, puis, en 2002, un stage post-doctoral à l’UQAM. Depuis 2003, Boris Chukhovich travaille aussi dans le domaine de la muséologie. Il est conservateur et commissaire de plusieurs projets dont l’exposition Lingua franca (Biennale de Venise 2011),  Retour de la Métaphore (Biennale de Montréal 2007),  Après Babel  (Université d’Ottawa, 2004),  Musée virtuel d’art centre-asiatique . Membre du groupe Poexil depuis 2004, il a participé à plusieurs événements organisés par ce collectif international de chercheurs et de créateurs. Concepteur du site Internet de POexil, il vit et travaille à Montréal.

KUNTH Anouche , Chercheur en histoire (CERCEC-EHESS). À travers l’étude de la diaspora arménienne en France (XXe siècle), Anouche Kunth interroge les notions d’exil, de dispersion et de refuge. Elle est l’auteur, avec Claire Mouradian, d’un ouvrage intitulé Les Arméniens en France. Du chaos à la reconnaissance, paru à Toulouse, aux Éditions de l’Attribut, 2010. Suite à un colloque organisé par le groupe Poexil à Montréal (2008) sur les objets de l’exil, elle a publié « Le portrait confisqué de Joseph Mantachev. Histoire d’exils et de spoliations », L’Homme. Revue française d’anthropologie, 2010. Elle a en outre consacré plusieurs documentaires radiophoniques à l’errance, l’exil et l’exclusion (France culture, émission Atelier de création radiophonique).

 

Rencontre du 01 février 2012 : « Der Verbannte, der Verbrannte [Le banni, le brûlé] – lecture de Paul Celan ». Alexis Nuselovici (Nouss), Claire Le Foll, Eloi Recoing.

Langues de l’exil et exil des langues

Alexis Nouss : « Der Verbannte, der Verbrannte [Le banni, le brûlé] – lecture de Paul Celan »

Si l’exil fournit une thématique centrale de la poésie celanienne en raison de données historico-biographiques, il serait réducteur et trivial de ne lui accorder que cette considération. L’expérience exilique, perçue à l’extrême de sa phénoménalité, engage pour le poète les conditions de son écriture et détermine les conditions de réception de l’œuvre. Cette analyse sera menée à partir d’une lecture des cinq derniers poèmes de « La rose de personne ».

Discutants : Eloi Recoing et Claire Le Foll (empèchée)

 

  

 

 

Bio-bibliographies

LE FOLL Claire  Maître de Conférences en histoire et culture juive est-européenne, Parkes Institute and History, University of Southampton, chercheur associée au CERCEC (EHESS/CNRS). Ses travaux portent sur l’histoire culturelle des Juifs en Europe orientale aux XIXe et XXe siècles, avec un intérêt particulier pour la Biélorussie, et s’articulent autour de trois thèmes principaux : l’émergence d’un art national juif en Europe orientale, à Vitebsk, Minsk et Kiev ; la constitution d’une identité spécifique juive biélorusse au XIXe et XXe siècles ; les transferts culturels entre nations et minorités en Europe orientale dans la première moitié du XXe siècle. Quelques publications et traductions : L’école artistique de Vitebsk (1897-1923). Eveil et rayonnement autour de Pen, Chagall et Malevitch (Paris: L’Harmattan, 2002), “The ‘Belorussianisation’ of the Jewish population in Interwar Belorussia: Discourses and Achievements in Political and Cultural Spheres”, East European Jewish Affairs 38/1 (April 2008), pp. 65-88., “The Missing Pogroms of Belorussia, 1881-1882: Conditions and Motives of an Absence of Violence”, forthcoming in Anti-Jewish Violence: Reconceptualizing “the Pogrom” in European History, 17th-20th Century. Edited by J. D. Klier, D. Gaunt, J. Dekel-Chen, Indiana University Press. L. Miliakova, N. Werth (ed.), Le Livre des Pogroms : antichambre d’un génocide. Ukraine, Russie, Biélorussie, 1917-1922. Traduit du russe par Nicolas Werth, Patrice Bensimon, Claire Le Foll and Ekaterina Pichugina (Paris: Calmann-Lévy, 2010).Traductions du yiddish pour le projet de recherche et festival de cinema Kinojudaica (2009). Page personnelle 

NUSELOVICI (NOUSS) Alexis est professeur à la School of European Studies de l’Université de Cardiff (Royaume-Uni) où il occupe le poste de Chair of Modern Cultural Studies et est également responsable du MA Translation Studies. Il est aussi professeur associé au Département de linguistique et de traduction de l’Université de Montréal où il a enseigné pendant une quinzaine d’années et il a été professeur invité au Brésil, en Turquie, en Espagne et en France. Membre de plusieurs équipes de recherche internationales, il a en outre créé et dirige le groupe de recherche montréalais POexil (http://www.poexil.umontreal.ca) qui se consacre aux manifestations culturelles des expériences de l’exil et de la diaspora ainsi que le Cardiff Research Group on Politics of Translating qui étudie l’acte traductif sous ses aspects éthiques et politiques. Il a publié une dizaine de livres dont La modernité (Paris, PUF, collection « Que sais-je? », 1995), Dire l’événement, est-ce possible? (avec Jacques Derrida et Gad Soussana, Paris, L’Harmattan, 1997), Métissages. De Arcimboldo à Zombi (avec François Laplantine, Paris, Pauvert, 2001), Plaidoyer pour un monde métis (Paris, Editions Textuel, 2005) et Paul Celan. Les lieux d’un déplacement (Lormont, Éditions Le Bord de l’Eau, 2010).Il est également traducteur et a écrit les livrets de plusieurs opéras.

RECOING Eloi, metteur en scène et traducteur, maître de conférences à l’université de La Sorbonne Nouvelle Paris 3. Il a vingt ans lorsqu’Antoine Vitez met en scène sa première pièce : La ballade de Mister Punch (1975). Il en deviendra l’assistant pendant 6 ans au Théâtre National de Chaillot, puis à la Comédie Française. Il fonde La Compagnie du Passeur et signe ses premières mises en scène, parmi lesquelles  : La conjecture de Babel d’Eloi Recoing (Théâtre Gérard Philipe de St Denis 1987), Partage de Midi de Paul Claudel (1991), Essai sur l’innommable d’après Heiner Müller (Théâtre du Rond-Point 1993), Le constructeur Solness d’Henrik Ibsen (Théâtre de la Commune Pandora 1994), Théâtre/Roman de Louis Aragon (1997) Scène Nationale du Parvis à Tarbes, Penthésilée de Heinrich von Kleist (ESNAM, mars 1998), L’amour, champ de bataille d’après l’œuvre de Heiner Müller (Festival d’Avignon 2000), Ellen Foster d’après l’œuvre de Kaye Gibbons (Festival « Frictions », Dijon 2002) , Kaddish d’Alan Ginsberg, création à la Maison de la Poésie à Paris en 2005. Vitez en effigie (festival d’Avignon en 2008), Un instant suicidaire d’Eloi Recoing (Théâtre aux Mains Nues, 2008). Eloi Recoing mène simultanément à son travail de dramaturge et de metteur en scène une activité de traducteur dans le domaine allemand et scandinave (Brecht, Kleist, Wedekind, Ibsen).

Eloi Recoing « La traduction du sens »

Rentrée 2012 : Table ronde Festival d’Ile-de-France/Non-lieux de l’exil

La rentrée des  rencontres Non-lieux de l’exil aura lieu le lundi 17 septembre 2012, dans le cadre d’une table-ronde au Collège des Bernardins en partenariat avec le Festival  d’Ile-de-France (8 sept-14 oct. 2012) , dont le thème sera cette année « Diasporas, musique en partance« .

La table-ronde « Mémoires de diasporas, entre effacement et transmission » est programmée le lundi 17 septembre 2012 à 20h au Grand auditorium du Collège des Bernardins, Paris (75)

avec Alexis Nouss, professeur à la School of European Studies de l’Université de Cardiff (Royaume-Uni), fondateur et directeur du groupe de recherche montréalais POexil, Michel Bruneau, géographe, directeur de recherche émérite au CNRS, auteur notamment de « Les Grecs Pontiques: diaspora, identité, territoires » ( 1998, CNRS-Editions), Paul Alerini, psychanalyste, et Zad Moultaka, compositeur.

Animée par Virginie Symaniec, chercheur et traductrice, docteur en Études théâtrales en 2000 de l’Université Paris III, et Alexandra Galitzine-Loumpet, anthropologue, docteur de l’Université Paris I.

Projection de  Amers lointains (7′), film de Catherine Peillon.

Attention ! entrée libre mais réservation  obligatoire au 01 58 71 01 01 ou par mail : rencontres@festival-idf.fr (merci de préciser vos nom, prénom et adresse postale afin de pouvoir vous envoyer les billets correspondant à votre réservation)

Alexandra Galitzine-Loumpet & Virginie Symaniec