Archives par mot-clé : Objets de l’exil

Rencontre du 21 Février 2013. Objets de l’exil II. Objets absents /Objets de l’absence. Debesh Goswami, Catherine Servan-Schreiber, Laure Wolmark

 

Photo Galerie Hélène Lamarque, Paris

Intervenant : Debesh Goswami

Discutantes : Catherine Servan-Schreiber (CEIAS, CNRS-EHESS), Laure Worlmark (Comede)

14h30-18h, salles 640-641, Plateau CNRS, Noyau A, 190 avenue de France, 75013 Paris (M° Quai de la Gare, bus 89)

Eléments bio-bibliographiques

Debesh Goswami dans son atelier parisien, avec les sculptures du jeu
d’échecs sans échiquier (photo Dominique Champion)

GOSWAMI Debesh vit et travaille entre Rennes, Paris et Calcutta. Formé  à la   Rabindra Bharati University, Kolkata, Inde (Bachelor of Arts, 1994) et à  l’Université de Rennes 2 (doctorat en 2001), il est professeur à l’Ecole des Beaux-Arts de Rennes. Son oeuvre interroge le corps et les frontières, et plus largement, le déplacement, territorial et culturel. Il a réalisé de nombreuses expositions personnelles, en Inde et en Europe, depuis 1996, parmi lesquelles :  « A place called body » (Galerie Hélène Lamarque Paris, France, 2008), « Bread for everybody »(Champs Libres, Rennes, 2008),  « Uprooted » ( Galerie Chemould, Kolkata, India, 2005), «  »Flexible borders » (Galerie du Haut Pavé, Paris, France, 2004),  « Existence », (Ashutosh Centenary Hall, Indian Museum, Kolkata, India, 2003), « Sculptures and drawings » (Artmediair Gallery, The Hague, Netherlands, 2003), « Body into temple into body » (Galerie Atelier ADAC, Paris, France, 2003), « From my garden », Cité Internationale des Arts, Paris, France, 2002), « Installation »  (Bangladesh National Museum, Dhaka, Bangladesh, 2001). Il a également participé à diverses expositions collectives, à Hong-Kong, aux Etats-Unis, en Europe et en Asie. Enfin, il a été lauréat de différents prix (Prix de Sculpture, Annual Exhibition of Rabindra Bharati University, Inde 1990 & 1993) et résidences d’artistes en Pologne, aux Etats-Unis et en France (Drac Bretagne, Cité internationale des Arts, France).  Site personnel

SERVAN-SCHREIBER Catherine, chargée de recherche au Centre d’Etudes de l’Inde et de l’Asie du Sud (CEIAS, CNRS, Ehess). Chargée de cours à l’Inalco (littérature médiévale indienne). S’intéresse à l’histoire de la musique en migration, et plus précisément, l’histoire de la musique indienne à l’Ile Maurice , au Surinam et au Trinidad. Dirige l’équipe « La diaspora indienne de l’Océan Indien après l’engagisme ». Co editrice du volume « Diaspora indiennes dans la vile, Hommes et Migrations ». Auteur de « Histoire d’une musique métisse à l’île Maurice. Chutney indien et séga Bollywood » (2010).S’intéresse à l’intégration des artistes indiens dans la Cité.

 WOLMARK  Laure devient psychologue clinicienne après des études de philosophie. Elle oriente ses recherches et sa pratique dans le champ de la clinique de l’exil et de la violence, ce qui la conduit à devenir volontaire pour Médecins sans Frontières en tant que psychothérapeute, puis comme coordinatrice spécialisée dans les contextes de violence et de conflits armés. Son engagement dans la clinique de l’exil et de la violence se prolonge désormais en région parisienne au Comede (Comité médical pour les exilés), où elle poursuit l’expérience de la pratique clinique avec des interprètes. Parmi ses publications :« Une mission à Aceh »,  PsychoMedia, 2005. « Portraits sans visages, des usages photographiques de la honte », Revue Science et Video, Université d’Aix-en Provence, 2010.« Santé mentale des migrants, mieux caractériser pour mieux soigner », », Bulletin d’épidémiologie hebdomadaire, n°2-3-4/2012, Santé et recours au soin des migrants en France.

Inscription conseillée : marine.sam@cnrs.fr

Rencontre en partenariat avec l’IRIS du 21 mars 2013. Objets de l’exil III. « Culture matérielle et exil: une autre vie des objets »

Les Sables d’Olonne (cliché M. Gorboff)

Les rencontres Non-lieux de l’exil (FMSH) s’associent pour cette séance avec le séminaire « La deuxième vie des objets » coordonné par Elisabeth Anstett et Nathalie Ortar (IRIS, EHESS et LET/ ENTPE) et avec l’IRIS.

11309287931129112624retr-becair-gdcouv (1)

À la fois objets disjoints de leurs contextes d’origine et objets acquis/inventés au cours d’un déplacement volontaire ou imposé, les objets de l’exil en viennent à incarner l’expérience même du déracinement. Ressortant de l’ordinaire, de l’identitaire et du mémoriel, ils sont à la fois traces et supports et peuvent être tour à tour chéris, perdus, fantasmés, hérités, patrimonialisés. C’est dire la singularité et la pluralité des régimes de valeur que cette culture matérielle en déplacement convoque dans l’analyse, sinon son potentiel heuristique pour penser les vies de l’objet et les modalités de ses recyclages, symboliques ou matériels.

14h-18h30, salles 638-640, Plateau CNRS, Noyau A, bâtiment « Le France », 190 avenue de France, 75013 Paris (M° Quai de la Gare, bus 89)

Introduction : Elisabeth Anstett (Iris EHESS-CNRS) , Nathalie Ortar (LET/ENTPE), Alexis Nuselovici (NLE)

Intervenants :
Fabrice Grognet (MNHN) « Quand les mémoires se transforment en patrimoine national » (et Françoise Vergès – empêchée)

Pause café

– Présentation d’extraits du film documentaire « Lettres de nos voisines » (2009) de Manuela Frésil, en présence de la réalisatrice.

 Alexandra Galitzine-Loumpet (FMSH) « Le musée-valise »

Stéphanie Tabois (MCF, U.de Savoie) &

2013-03-21 16.34.10

2013-03-21 16.40.16

Eléments bio-bibliographiques

ANSTETT  Elisabeth est anthropologue, chargée de recherche au CNRS et membre de l’IRIS (Institut de Recherche Interdisciplinaire sur les Enjeux Sociaux). Ses travaux portent sur la postérité de l’expérience concentrationnaire en Europe de l’Est, et plus particulièrement sur les usages sociaux des traces matérielles laissées par le Goulag. Elle a notamment publié Une Atlantide russe, anthropologie de la mémoire en Russie postsoviétique (Paris, La découverte, 2007), Un patrimoine sous influence, usages politiques, religieux et identitaires de l’image dans le monde slave (Paris, Pétra, 2009) et (avec Luba Jurgenson) Le Goulag en héritage, pour une anthropologie de la trace (Paris, Pétra, 2009) et récemment1 Les objets ont-ils un genre, culture matérielle et production des identités sexuées (Armand Colin, 2012).

GALITZINE-LOUMPET Alexandra, est archéologue et anthropologue. Elle travaille actuellement à la Fondation Maison des Sciences de l’Homme (ANR Esca, Programme Non-lieux de l’exil) et est chargée de cours à Paris I. Spécialiste de la culture matérielle et des patrimonialisations, des représentations (épistémologiques, muséographiques) de l’altérité, elle s’intéresse autant à des terrains et objets africains, qu’aux objets de et en exil. Parmi ses publications Njoya et le royaume bamoun (Karthala, 2006), « The Bekom Mask and the White Star: The fate of Others’ objects at the Musée du quai Branly (Paris)” in S. Byrne, A. Clarke, R. Harrison and R. Torrence (eds)   Unpacking the Collection: Museums, Identity and Agency, One World Archeological Series, Springler, USA ,2011, pp. 141-163, et plus récemment « L’embarras patrimonial. Mémoires croisées Galitzine/Pouchkine dans l’oussad’ba Viaziomy (Moscou) » à paraitre dans Architecture et patrimoine dans les Etats post-soviétiques, sous la dir. de Taline Ter Minassian, Presses Universitaires de Rennes,  (2013). Elle coordonne aux mêmes éditions un ouvrage sur les patrimonialisations coloniales (à paraitre en 2013).  Elle  dirige la collection « Displaced Objects » (D.O.), et est coordinatrice  du programme Non-lieux de l’exil (FMSH).

GROGNET Fabrice, Ethnologue et commissaire d’expositions. Responsable des collections ethnographiques et de la « Galerie des dons » du musée de la Cité nationale de l’histoire de l’immigration de 2006 à 2011. Actuellement, concepteur muséographique dans le cadre de la rénovation du Musée de l’Homme. Il est également l’auteur de nombreux articles, parmi lesquels « Ethnology : a science on display », in Bettina Carbonell (dir), Museum Studies, an Anthology of Contexts, Blackwell Publishing,2012, pp : 163-169., « Une mémoire gommée en héritage », Hommes & Migrations n°1293, 2011, pp : 120-124.,  Allez la France ! Football et immigration, Claude Boli, Yvan Gastaut et Fabrice Grognet (dir.), Paris, Gallimard, 2010,192p.,   « Un phœnix de l’imaginaire : le concept anthropologique de « race » et son éternel succès », in Mariane Amar, Yvan Gastaut et Olivier Dornel (dir.), A chacun ses étrangers, Paris, Gallimard,2009,  pp : 73-79., « Quand une mémoire familiale devient patrimoine national », Hommes & Migrations n°1277,2009, pp : 116-120.,   « Du sens perdu de l’Autre et du Semblable », L’Homme n° 185-186, 2008, , pp : 455-477.,  « Les objets témoins d’un exil », Hommes & Migrations n°1271, 2008,  pp : 132-136.

FRESIL Manuela, est réalisatrice. Diplômée de la Fémis, elle a collaboré avec Jean Rouch, réalisé différents documentaires pour la télévision et collaboré à l’écriture de scénarios (« Traverser le jardin » de D. Cabrera 1992). Son travail s’oriente ces dernières années sur la création d’une écriture cinématographique qui mêle le documentaire et la fiction Parmi ses réalisations : « Terras-Neuvas » (en co-réalisation avec Ariane Doublet, Juliette Cahen, Francoise Bernard, Pascal Goblot, 1993, prix du public Vision du réel à Nyon et Grand prix du Festival de Douarnenez en1994), « La femme de mon mari » (Canal +, 1992) , « Par chance, la terre est ronde » (Arte, 1996), « Notre campagne » (1999), « Pour de vrai » (1999), « Si loin des bêtes » (2003), « Nuits de la préfecture » (2010). Elle a animé différents ateliers d’écriture cinématographique et vidéos en direction de publics fragilisés, notamment avec des patients de l’hopital psychiatrique de Reims (« 7+ un épilogue », 2005/2006, Festival du Réel),  des femmes africaines (projet « Voisines », 2008-2009). Elle a remporté le prix du scénario Genève-Europe pour « Seconde épouse » (1993). Son dernier film « Entrée du personnel » (2011) a reçu le Grand prix de la compétition nationale du FID Marseille, une mention spéciale du jury au festival Crossing Europe de Linz et le prix du meilleur moyen métrage du Cinemambiente Turin.

ORTAR Nathalieanthropologue, est chargée de recherche (UMR n°5593). L’anthropologie de l’habiter est au cœur de ses recherches passées et actuelles. Ses terrains d’enquête en cours se situent en France et aux Etats-Unis où elle aborde la question du quotidien du développement durable au travers d’une anthropologie du quotidien et de la culture matérielle.

TABOIS Stéphanie, sociologue et anthropologue, est maître de conférences à l’Université de Savoie. Ses recherches portent sur la mémoire, les objets, la famille et la territorialisation (migration, sentiment d’appartenance et espaces du quotidien). Elles concernent plus précisément les ressorts les plus ordinaires de la production mnésique, examinés en tenant compte du rôle des environnements matériels les plus banals (objets, espaces domestiques). Cette perspective a d’abord été adoptée dans le cadre d’une enquête consacrée à la « petite production mnésique » d’une population exilée (les Pieds-Noirs). Elle trouve aujourd’hui ses prolongements dans des travaux dédiés aux effets des espaces domestiques sur la catégorisation, le « droit de cité » et le « devenir-déchet » des biens qui peuplent le foyer.

VERGES Françoise, politologue (Yale University), a enseigné aux Etats-Unis et en Angleterre (Goldsmiths College ) et est la présidente du comité pour la mémoire et l’histoire de l’esclavage depuis mai 2009. Outre ses activités de recherche, et ses nombreuses publications, elle collabore à des événements culturels et d’art contemporain : Latitudes (2003), Une agora réunionnaise (2003), Documenta 11 (2002) ; aux films  Frantz Fanon, Black Skin, White Mask (1996) et Noirs (2006), au projet de la Maison des Civilisations et de l’Unité réunionaise (MCUR). Elle a dirigé des programmes de recherches financés par des fondations américaines dont A Corridor of Cities (2002-2004) et Cartographie d’une zone de contacts sur les migrations et diasporas sud-sud dans l’océan Indien(1999-2001). Parmi ses nombreuses publications : La République coloniale. Essai sur une utopie, avec Pascal Blanchard et Nicolas Bancel, Édition de poche, Hachette Littérature, collection Pluriel, 2006., Nègre, je suis, Nègre je resterai. Entretiens avec Aimé Césaire, Albin Michel 2007, Fractures postcoloniales, avec Nicolas Bancel, Pascal Blanchard et Achille Mbembe. La Découverte, 2010,  L’homme prédateur, ce que nous enseigne l’esclavage sur notre temps. Albin Michel Bibliothèque Idées, 2011, et « Archéologie de l’esclavage, archéologie de l’absence », Jean-Paul Demoule et Bernard Stiegler, eds., L’Avenir du passé. Modernité de l’archéologie. Paris : La Découverte-INRAP, 2008, 105-113.

 inscription conseillée : marine.sam@cnrs.fr

  1. avec Marie-Luce Gélard []

Programme définitif des Rencontres 2012-2013. Objets & langages d’exil

Rencontres 2012-2013

   Objets & Langages d’exil

 Les rencontres Non-lieux de l’exil sont dorénavant partie constitutive d’un programme scientifique de la Fondation Maison des Sciences de l’homme (FMSH) plus ample, en cours d’élaboration. Le programme s’ouvre ainsi à différentes collaborations avec des institutions et  séminaires partenaires, tout en conservant la forme spécifique de ses rencontres mensuelles. Cette année, les rencontres auront lieu, selon les mois, soit le mercredi soit le jeudi. A partir de février 2013, les rencontres seront prolongées par le séminaire « L’expérience de l’exil », coordonné au Collège d’études mondiales (FMSH) par A. Nuselovici (Nouss).

Sauf mention contraire qu’il convient de vérifier, les séances auront lieu dans les salles du plateau CNRS, 6 étage, Noyau A, Bâtiment « Le France » , 190 avenue de France, 75013 Paris (M°Quai de la gare, bus 89). L’heure de démarrage  peut varier.  

Programme définitif 

Les bio-blibliographies des intervenant (e)s et discutant(e)s sont données au fur et à mesure de l’annonce des séances

  •  Lundi 17 septembre  2012– 20h / Langages de l’exil 1 / NLE – Festival d’Ile de France- Collège des Bernardins

Mémoires de diasporas, entre effacement et transmission

Grand auditorium du Collège des Bernardins, 20 rue de Poissy – Paris 5e
Dans le cadre du Festival d’Ile de France. En partenariat avec le Collège des Bernardins et en collaboration avec les rencontres Non-lieux de l’exil (Réseau Asie, CNRS/FMSH).

Table ronde avec Alexis Nouss (professeur à la School of European Studies de l’Université de Cardiff), Michel Bruneau (directeur de recherche émérite au CNRS), Paul Alerini, psychanalyste, et Zad Moultaka, compositeur.

Animée par Virginie Symaniec, études théâtrales  et Alexandra Galitzine-Loumpet, anthropologue, coordinatrices du programme Non-lieux de l’exil (FMSH)

Enregistrement de l’intégralité de la table-ronde sur le site du Festival  Ile de France (ici)

  • 25 Octobre 2012 : Langages de l’exil II (10h-12h30, salle 638)

Intervenante : Olga Hazan (Université du Québec à  Montréal) «Textes, images et rites : l’exode évoqué en exil dans les haggadoth sépharades du XIVe siècle»

Discutants : Emmanuel Guibert (dessinateur) & David Lengyel ( Paris 3)

  •  21 Novembre 2012 : Langages de l’exil III « Paradigmes du déplacement» (14h-18h30, salles  638-640)

en association avec le séminaire « Décolonisation et géopolitique de la connaissance » (anciennement Décolonisation des savoirs) coordonné par Orazio Irrera, Daniele Lorenzini, Matthieu Renault (Université Paris-Est Créteil (ED CS – EA LIS)/ Fondation Maison des Sciences de l’Homme (Programme Migrations Internationales) (leur programme ici)

Avec  Stéphane Dufoix « Diaspora » (Université Paris-Ouest Nanterre), Claire Hancock « Terrains »  (Université de Créteil),  Rada Ivekovic  (GTM, CNRS, Paris 8)) « Traduction », Alexis Nouss « Exil » (Cardiff University), Dominique Rolland« Métissage » (Inalco)

Coordination : Alexandra Galitzine-Loumpet, Matthieu Renault, Virginie Symaniec

  • 19 Décembre 2012 : Langages de l’exil IV ( 14h30-18h, salles 640-641)

Intervenante : Nurith Aviv,  réalisatrice,
Discutantes : Eloi Recoing (Paris 3) et Léda Mansour (Paris X, Nanterre)

  • 15 janvier 2013 : Objets de l’exil I : Objets de l’exil / objets en exil (14h30-18h, salle du conseil B, 190 avenue de France 75013 Paris)  Séance reportée

Intervenant : Laurier Turgeon (Chaire de recherche du Canada en patrimoine ethnologique et professeur d’ethnologie et d’histoire à l’Université Laval, Québec, Canada) : « Objets en exil chez les immigrants du Québec »

  •  31 Janvier 2013 Langages de l’exil V( 14h30-18h, salles 638)
Intervenant : Habib Tengour, écrivain, poète et sociologue.
Modératrice : Catherine Bouthors-Paillart (LSP, Sevrès) ,
Discutants :   Mourad Yelles (INALCO), Pierre Oster (poète)
  • 21 Février 2013 Objets de l’exil II Objets absents /Objets de l’absence ( 14h30-18h, salles 638-640)

Intervenant :  Debesh Goswami, artiste,

Discutantes : C. Servan-Schreiber  (CEIAS, CNRS/EHESS), Laure Wolmark (Comede)

  •  21 Mars 2013 Objets de l’exil III « La culture matérielle de l’exil : une autre vie des objets » (14h-18h30, salles 638-640)

Séminaire commun Rencontres Non-lieux de l’exil (Programme FMSH) et séminaire « La deuxième vie des objets » (IRIS-EHESS/CNRS, coordonné par E. Anstett & N. Ortar)

Introduction : Elisabeth Anstett (Iris/CNRS), Nathalie Ortar (LET/ENTPE), Virginie Symaniec (FMSH)
Intervenants : Fabrice Grognet (MNHN) « Quand les mémoires se transforment en patrimoine national » et Françoise Vergès (CPMHE)

Présentation d’extraits du film documentaire « Lettres de nos voisines » de Manuela Frésil

Discutantes :  Stéphanie Tabois (MCF, U.de Savoie) / Alexandra Galitzine-Loumpet (FMSH)

  • 29 mars 2013 : Langages d’exil V : « Le théâtre et l’exil » en partenariat avec le Laboratoire international de recherche sur les Arts (LIRA, Paris 3) et le Théâtre aux mains nues  (14h-18h, Médiathèque Marguerite Duras, 115 Rue de Bagnolet  75020 Paris)

Après-midi d’étude, organisée par Eloi Recoing, membre du programme Non-lieux de l’exil et du laboratoire LIRA (Paris 3) et Alexis Nuselovici (directeur programme Non-lieux de l’exil).

Deux tables- rondes :

1) La scène comme exil (14h15)

Coordination : Eloi Recoing / Intervenants : Alexis Nuselovici (Nouss), André Markowicz, Wajdi Mouawad, Sedef Ecer, Marie Lelardoux

2) Solitude de Kleist  (16h30)

Coordination : Alexis Nuselovici (Nouss)
Intervenants : Eloi Recoing, Béatrice Gonzales-Vangell, Anne Françoise Benhamou, Flore Garcin-Marrou, Maëlle Dequiedt.

20 h Représentation de la pièce « « Käthchen, mon amour » d’après l’oeuvre de Kleist  (traduction et mise en scène Eloi Recoing) , Théâtre aux mains nues

Réservation obligatoire au 01 43 72 19 79, rp.mediation.tmn@wanadoo.fr

  • 25 Avril 2013 : Objets de l’exil IV Le corps-objet de l’exil (14h30-18h, salle 638-640)

Intervenant : Ibrahima Thioub (professeur d’histoire à l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar , Chaire Collège d’Etudes mondiales (FMSH), responsable du programme La route des esclaves, Unesco)
« Le corps exilé: un lieu de marquage identitaire »

Discutantes : Olga Odgers Ortiz ( El Colegio de la Frontera Norte, Departamento de Estudios Sociales, Tijuana, Mexico/ Visioconférence),  Eugenia Vilela (Université de Porto , Dpt de Philosophie & Esthétique)

  • 22 mai 2013 : Objets de l’exil V « Objets des exclus / Objets perdus » (10h-12h30, salles 638-640)

Intervenant :  Octave Debary  (Maître de conférences, Université Paris Descartes, LAHIC)

« Objets perdus, mémoires retrouvées : Jochen Gerz et l’art contemporain ».

Discutants :  Marie Morelle (Prodig, Paris I), Sébastien Ledoux (Paris I)

 

 

CFP « Displaced Objects (D.O.) »

safe_image

 « Displaced objects (D. O.)  »,

Une version actualisée du projet se trouve ici 

le site web dédié au projet est accessible à cette adresse : displacedobjects. com  

En mai 1922, Marina Tsvetaieva quitte Moscou pour Berlin, décrivant soigneusement les objets auxquels elle tient et emporte avec elle. En 1939, dans un sens inverse, de Paris à Moscou, elle consigne une liste des objets qu’elle ramène. Ce ne sont pas tout à fait les mêmes et n’importe comment ils sont devenus autres. Mais ils sont siens – ils la représentent autant qu’ils sont représentés par elle ; comme elle, ils sont en et de l’exil et leurs destins sont liés, y compris dans leur ultime dispersion. 

L’objectif de cette collection de textes de1 à 3 pages est de rendre compte du parcours d’objets singuliers, les objets de l’exil, de leurs inventions, requalifications et métamorphoses, des narrations et affects qu’ils soutiennent, des processus enfin, par lesquels ils sont vécus mais échappent également à leurs détenteurs.

Continuer la lecture de CFP « Displaced Objects (D.O.) »

Exposition « Objets de l’exil / Objets en exil »

Le principe d’exposition  a été élaboré en 2007 par Alexandra Galitzine-Loumpet, Alexis Nuselovici(Nouss) et Boris Chukhovich. Il est  présenté parmi les projets du groupe de recherche POexil, fondé à Montréal par Alexis Nouss en 2001, et dont le programme  » Non-lieux de l’exil » poursuit et renouvelle  l’esprit à Paris, et a également été enrichi par le colloque Les objets de l’exil, tenu à Montréal en novembre 2008.

Le principe est fixe et simple : un objet servant de support à une narration qui peut prendre autant de formes et de modes d’expression que d’intervenants qui en signent le contenu (individuel, collectif) ;  dix sections, volontairement larges, permettant d’aborder les différentes catégories de l’exil. Un  contenu évidement variable selon les lieux d’accueil.

OBJETS DE L’EXIL  

Commissaires : Boris Chukhovich,  Alexandra Galitzine-Loumpet, Alexis Nouss 

Descriptif

Mettre en scène une exposition itinérante sur les objets de l’exil, éléments supports marquant le déplacement, symbolique, affectif et physique (objets de l’exil) et les transformations que l’exil entraîne sur la valeur et le statut de ces objets (objets en exil).

Au travers d’espaces liés à une thématique, associant un objet et une mise en récit sur des supports multiformes (textes, musiques, images), il s’agit de mettre au jour les traces de l’exil, de procéder à une archéologie des mémoires de l’exil et en exil et d’en dégager la stratigraphie.

Le parcours muséographique devrait également inclure une compilation libre d’écrits et de récits des visiteurs. Une telle installation permettrait d’engager plus avant le public dans les questions, très actuelles et politiques, de l’exil comme interrogation sur l’immigration, l’intégration, l’assimilation, la citoyenneté, l’identité, l’appartenance.

Les institutions et pays hôtes de l’exposition auraient le choix entre :

Monter l’exposition sous sa forme originale, construite à Montréal, mais enrichie d’un nouvel espace, celui de l’institution d’accueil,
Reprendre le principe d’exposition et récréer ses contenus sur la base des thématiques initiales (voir infra).
L’exposition invite ainsi à reconsidérer les modes de présentation des identités en déplacement, fluctuantes et constamment modifiées. C’est dire que l’aléatoire se donne comme principe directeur et que l’exposition devient métaphore de l’exil dans ses dimensions d’imprédictibilité et de transformation. Si le point de départ de l’exposition est connu, son parcours ultérieur ne dépend que des lieux et des équipes d’accueil prêts à l’accueillir, sans aucune limitation temporelle et donc sans anticipation de sa durée.

Face à la mondialisation des mouvements migratoires, cette exposition à contenu variable, se veut ainsi une tentative de muséographie mouvante.

Le catalogue pourra prendre la forme d’un site web, progressivement enrichi au fur et à mesure des voyages et des métamorphoses de l’exposition. Des publications complémentaires, éditées par les divers lieux d’accueil, des colloques ou autres manifestations pourront éventuellement accompagner l’exposition.

Principes muséographiques

L’exposition est bâtie sur les notions de déplacement, de basculements permanents entre le personnel et le collectif, la singularité (de l’exil, de l’histoire, du lieu) et la multiplicité des contextes (sociaux, politiques, mémoriels), la fragmentation et la recomposition, les ruptures effectives et les permanences recherchées.

Concrètement, cette approche se traduit par une élaboration en trois niveaux :

1/ Le choix d’un objet : image fixe ou non, objet du quotidien (icône, vêtement, gramophone, clef, cuillère, photographie, livre, lettre manuscrite, etc.), promu à une qualité nouvelle de symbole exilique.

2/ Un récit sur tout support choisi par l’intervenant accompagne l’objet, en raconte l’expérience et en déploie la charge affective et le potentiel spéculatif. Le discours peut être écrit, oral, visuel, musical, homogène ou fragmenté et peut utiliser les matériaux les plus divers. Il est lié au thème majeur de chaque section mais utilise autant de sous-thèmes que nécessaire (voir infra).

3/ Un fonds sonore trame le parcours de l’exposition et est constitué par le mélange des atmosphères propres à chacune des dix sections.

L’exposition se divise en dix sections, correspondant aux dix thématiques présentées ci-dessous, dont chacune est réalisée librement et assumée par son concepteur. Le statut des responsables est extrêmement varié et dépend du lieu d’accueil. Chacune des thématiques sera signée par son réalisateur.

Le cahier de charges de l’exposition se réduit à la liste des dix thématiques que chaque équipe d’accueil (les responsables de l’organisation et les responsables de chacune des dix sections thématiques) peut illustrer à sa guise et avec les moyens dont elle dispose.

Ainsi, le cadre d’accueil peut varier d’une simple salle de classe dans une école à un centre communautaire, d’une bibliothèque à un musée, d’une institution établie à un lieu alternatif.

Les dix sections thématiques

 

Versions réalisées.

Deux versions de l’exposition ont été réalisées jusqu’à présent, l’une virtuelle, l’autre,  prête, qui n’a finalement pas pu être mise en place, mais dont l’affiche est présentée ci dessous.

© Défap-Service protestant de mission, 2008

 

La première version, virtuelle, a été réalisée en 2008 au Défap-Société Protestante de Missions, héritière de la Société des missions évangéliques de Paris. Le très riche fonds d’archives photographiques, aujourd’hui consultable grâce à sa numérisation,  à permis d’interroger les différents exils mis en jeu.

Commissariat d’exposition : Alexandra Loumpet-Galitzine, Claire-Lise Lombard, Emilie Gangnat
Réalisation : Emilie Gangnat

 

 

La seconde version, dont la composition et la scénographie ont été achevés en 2009 n’a pu être installée dans la galerie Nikki Marquardt, place des Vosges,  faute, à la dernière minute, de financement adéquat.  Les dix sections ont cependant été investies par des intervenants différents, chercheurs, critiques d’art, réalisateurs, chorégraphes, dans une sélection dense et diversifiée, et à donné lieu à des performances et expérimentations dont un dossier de presse (dossierPresse2009) retrace les propositions. Cette exposition, dont la mise en ligne est en projet, est servie par le magnifique cliché extrait de l’oeuvre de Said Atabekov, utilisé en affiche (voir également son installation dans le Central Asia Pavilion, 54e biennale de Venise).

Exposition (c) 2009 / oeuvre S. Atabekov (2005)