Archives par mot-clé : objets en exil

Displaced Objects. Textes (2)

Vingt deux textes sont désormais publiés sur le site Displaced Objects et de nouveaux devraient paraitre sous peu.

L’objectif du projet intitulé Displaced Objects (D.O.), paraphrasant la désignation de Displaced Persons (D.P),  est de collecter de courts textes rendant compte d’objets singularisés par une expérience, celle de l’exil, et d’en constituer un corpus.

Textes publiés : 

  1. The Recipe Book / Gerden Jonker
  2. Les bâtons de manioc / Kidi Bebey
  3. Les juttis de ma mère / Cécile Ouhmani
  4. Le placenta / Elena Bonelli
  5. Le plat / Marina Gorboff
  6. Le roman français / Olivier
  7. La gourde et le ballot / Saskia Cousin
  8. Les gants / Marie Darrieussecq
  9. Le dictionnaire / Nada Abillama-Masson
  10. L’album / Kateryna Lobodenko
  11. La couverture / Alexandra Galitzine-Loumpet
  12. Le bois des épaves / Evelyne Ritaine
  13. The wall fragment / Elena Montanari
  14. La valise / Rachel Cohen
  15. Le feu / Christiane Vollaire
  16. La boite en cerisier / Emmanuel Guibert
  17. La couverture de cheval / Monique Selim
  18. La peluche / Elzbieta Neyman
  19. Le kanoun / Radia Lemoust
  20. Les pagnes / Sylvie Berbaum
  21. La jobbana / Dominique-Marie Godfard
  22. Le Smartphone / Laurent Bazin et Mohammed Djibril

Le principe est simple et ouvert à tous : choisir un objet (matériel, littéraire, cinématographique, artistique, muséal) et dérouler une expérience de l’exil. Le projet est ouvert toute l’année 2016. Le principe est simple et ouvert à tous.

Continuer la lecture de Displaced Objects. Textes (2)

Rencontre du 15 janvier 2013. Objets de l’exil I. Laurier Turgeon (rencontre reportée)

Information complémentaire : La séance prévue le 15 janvier prochain a été reportée.  

. Le mardi 15 janvier prochain, Laurier Turgeon (Chaire de recherche du Canada en patrimoine ethnologique et professeur d’ethnologie et d’histoire à l’Université Laval, Québec, Canada),  interviendra sur le thème :

«  »Objets en exil chez les immigrants du Québec » 

Salle du conseil B, 14h30-15h30, Bâtiment le France, 190 av. de France

 

Paris, 2003

Rencontre du 21 Février 2013. Objets de l’exil II. Objets absents /Objets de l’absence. Debesh Goswami, Catherine Servan-Schreiber, Laure Wolmark

 

Photo Galerie Hélène Lamarque, Paris

Intervenant : Debesh Goswami

Discutantes : Catherine Servan-Schreiber (CEIAS, CNRS-EHESS), Laure Worlmark (Comede)

14h30-18h, salles 640-641, Plateau CNRS, Noyau A, 190 avenue de France, 75013 Paris (M° Quai de la Gare, bus 89)

Eléments bio-bibliographiques

Debesh Goswami dans son atelier parisien, avec les sculptures du jeu
d’échecs sans échiquier (photo Dominique Champion)

GOSWAMI Debesh vit et travaille entre Rennes, Paris et Calcutta. Formé  à la   Rabindra Bharati University, Kolkata, Inde (Bachelor of Arts, 1994) et à  l’Université de Rennes 2 (doctorat en 2001), il est professeur à l’Ecole des Beaux-Arts de Rennes. Son oeuvre interroge le corps et les frontières, et plus largement, le déplacement, territorial et culturel. Il a réalisé de nombreuses expositions personnelles, en Inde et en Europe, depuis 1996, parmi lesquelles :  « A place called body » (Galerie Hélène Lamarque Paris, France, 2008), « Bread for everybody »(Champs Libres, Rennes, 2008),  « Uprooted » ( Galerie Chemould, Kolkata, India, 2005), «  »Flexible borders » (Galerie du Haut Pavé, Paris, France, 2004),  « Existence », (Ashutosh Centenary Hall, Indian Museum, Kolkata, India, 2003), « Sculptures and drawings » (Artmediair Gallery, The Hague, Netherlands, 2003), « Body into temple into body » (Galerie Atelier ADAC, Paris, France, 2003), « From my garden », Cité Internationale des Arts, Paris, France, 2002), « Installation »  (Bangladesh National Museum, Dhaka, Bangladesh, 2001). Il a également participé à diverses expositions collectives, à Hong-Kong, aux Etats-Unis, en Europe et en Asie. Enfin, il a été lauréat de différents prix (Prix de Sculpture, Annual Exhibition of Rabindra Bharati University, Inde 1990 & 1993) et résidences d’artistes en Pologne, aux Etats-Unis et en France (Drac Bretagne, Cité internationale des Arts, France).  Site personnel

SERVAN-SCHREIBER Catherine, chargée de recherche au Centre d’Etudes de l’Inde et de l’Asie du Sud (CEIAS, CNRS, Ehess). Chargée de cours à l’Inalco (littérature médiévale indienne). S’intéresse à l’histoire de la musique en migration, et plus précisément, l’histoire de la musique indienne à l’Ile Maurice , au Surinam et au Trinidad. Dirige l’équipe « La diaspora indienne de l’Océan Indien après l’engagisme ». Co editrice du volume « Diaspora indiennes dans la vile, Hommes et Migrations ». Auteur de « Histoire d’une musique métisse à l’île Maurice. Chutney indien et séga Bollywood » (2010).S’intéresse à l’intégration des artistes indiens dans la Cité.

 WOLMARK  Laure devient psychologue clinicienne après des études de philosophie. Elle oriente ses recherches et sa pratique dans le champ de la clinique de l’exil et de la violence, ce qui la conduit à devenir volontaire pour Médecins sans Frontières en tant que psychothérapeute, puis comme coordinatrice spécialisée dans les contextes de violence et de conflits armés. Son engagement dans la clinique de l’exil et de la violence se prolonge désormais en région parisienne au Comede (Comité médical pour les exilés), où elle poursuit l’expérience de la pratique clinique avec des interprètes. Parmi ses publications :« Une mission à Aceh »,  PsychoMedia, 2005. « Portraits sans visages, des usages photographiques de la honte », Revue Science et Video, Université d’Aix-en Provence, 2010.« Santé mentale des migrants, mieux caractériser pour mieux soigner », », Bulletin d’épidémiologie hebdomadaire, n°2-3-4/2012, Santé et recours au soin des migrants en France.

Inscription conseillée : marine.sam@cnrs.fr

CFP « Displaced Objects (D.O.) »

safe_image

 « Displaced objects (D. O.)  »,

Une version actualisée du projet se trouve ici 

le site web dédié au projet est accessible à cette adresse : displacedobjects. com  

En mai 1922, Marina Tsvetaieva quitte Moscou pour Berlin, décrivant soigneusement les objets auxquels elle tient et emporte avec elle. En 1939, dans un sens inverse, de Paris à Moscou, elle consigne une liste des objets qu’elle ramène. Ce ne sont pas tout à fait les mêmes et n’importe comment ils sont devenus autres. Mais ils sont siens – ils la représentent autant qu’ils sont représentés par elle ; comme elle, ils sont en et de l’exil et leurs destins sont liés, y compris dans leur ultime dispersion. 

L’objectif de cette collection de textes de1 à 3 pages est de rendre compte du parcours d’objets singuliers, les objets de l’exil, de leurs inventions, requalifications et métamorphoses, des narrations et affects qu’ils soutiennent, des processus enfin, par lesquels ils sont vécus mais échappent également à leurs détenteurs.

Continuer la lecture de CFP « Displaced Objects (D.O.) »

Exposition « Objets de l’exil / Objets en exil »

Le principe d’exposition  a été élaboré en 2007 par Alexandra Galitzine-Loumpet, Alexis Nuselovici(Nouss) et Boris Chukhovich. Il est  présenté parmi les projets du groupe de recherche POexil, fondé à Montréal par Alexis Nouss en 2001, et dont le programme  » Non-lieux de l’exil » poursuit et renouvelle  l’esprit à Paris, et a également été enrichi par le colloque Les objets de l’exil, tenu à Montréal en novembre 2008.

Le principe est fixe et simple : un objet servant de support à une narration qui peut prendre autant de formes et de modes d’expression que d’intervenants qui en signent le contenu (individuel, collectif) ;  dix sections, volontairement larges, permettant d’aborder les différentes catégories de l’exil. Un  contenu évidement variable selon les lieux d’accueil.

OBJETS DE L’EXIL  

Commissaires : Boris Chukhovich,  Alexandra Galitzine-Loumpet, Alexis Nouss 

Descriptif

Mettre en scène une exposition itinérante sur les objets de l’exil, éléments supports marquant le déplacement, symbolique, affectif et physique (objets de l’exil) et les transformations que l’exil entraîne sur la valeur et le statut de ces objets (objets en exil).

Au travers d’espaces liés à une thématique, associant un objet et une mise en récit sur des supports multiformes (textes, musiques, images), il s’agit de mettre au jour les traces de l’exil, de procéder à une archéologie des mémoires de l’exil et en exil et d’en dégager la stratigraphie.

Le parcours muséographique devrait également inclure une compilation libre d’écrits et de récits des visiteurs. Une telle installation permettrait d’engager plus avant le public dans les questions, très actuelles et politiques, de l’exil comme interrogation sur l’immigration, l’intégration, l’assimilation, la citoyenneté, l’identité, l’appartenance.

Les institutions et pays hôtes de l’exposition auraient le choix entre :

Monter l’exposition sous sa forme originale, construite à Montréal, mais enrichie d’un nouvel espace, celui de l’institution d’accueil,
Reprendre le principe d’exposition et récréer ses contenus sur la base des thématiques initiales (voir infra).
L’exposition invite ainsi à reconsidérer les modes de présentation des identités en déplacement, fluctuantes et constamment modifiées. C’est dire que l’aléatoire se donne comme principe directeur et que l’exposition devient métaphore de l’exil dans ses dimensions d’imprédictibilité et de transformation. Si le point de départ de l’exposition est connu, son parcours ultérieur ne dépend que des lieux et des équipes d’accueil prêts à l’accueillir, sans aucune limitation temporelle et donc sans anticipation de sa durée.

Face à la mondialisation des mouvements migratoires, cette exposition à contenu variable, se veut ainsi une tentative de muséographie mouvante.

Le catalogue pourra prendre la forme d’un site web, progressivement enrichi au fur et à mesure des voyages et des métamorphoses de l’exposition. Des publications complémentaires, éditées par les divers lieux d’accueil, des colloques ou autres manifestations pourront éventuellement accompagner l’exposition.

Principes muséographiques

L’exposition est bâtie sur les notions de déplacement, de basculements permanents entre le personnel et le collectif, la singularité (de l’exil, de l’histoire, du lieu) et la multiplicité des contextes (sociaux, politiques, mémoriels), la fragmentation et la recomposition, les ruptures effectives et les permanences recherchées.

Concrètement, cette approche se traduit par une élaboration en trois niveaux :

1/ Le choix d’un objet : image fixe ou non, objet du quotidien (icône, vêtement, gramophone, clef, cuillère, photographie, livre, lettre manuscrite, etc.), promu à une qualité nouvelle de symbole exilique.

2/ Un récit sur tout support choisi par l’intervenant accompagne l’objet, en raconte l’expérience et en déploie la charge affective et le potentiel spéculatif. Le discours peut être écrit, oral, visuel, musical, homogène ou fragmenté et peut utiliser les matériaux les plus divers. Il est lié au thème majeur de chaque section mais utilise autant de sous-thèmes que nécessaire (voir infra).

3/ Un fonds sonore trame le parcours de l’exposition et est constitué par le mélange des atmosphères propres à chacune des dix sections.

L’exposition se divise en dix sections, correspondant aux dix thématiques présentées ci-dessous, dont chacune est réalisée librement et assumée par son concepteur. Le statut des responsables est extrêmement varié et dépend du lieu d’accueil. Chacune des thématiques sera signée par son réalisateur.

Le cahier de charges de l’exposition se réduit à la liste des dix thématiques que chaque équipe d’accueil (les responsables de l’organisation et les responsables de chacune des dix sections thématiques) peut illustrer à sa guise et avec les moyens dont elle dispose.

Ainsi, le cadre d’accueil peut varier d’une simple salle de classe dans une école à un centre communautaire, d’une bibliothèque à un musée, d’une institution établie à un lieu alternatif.

Les dix sections thématiques

 

Versions réalisées.

Deux versions de l’exposition ont été réalisées jusqu’à présent, l’une virtuelle, l’autre,  prête, qui n’a finalement pas pu être mise en place, mais dont l’affiche est présentée ci dessous.

© Défap-Service protestant de mission, 2008

 

La première version, virtuelle, a été réalisée en 2008 au Défap-Société Protestante de Missions, héritière de la Société des missions évangéliques de Paris. Le très riche fonds d’archives photographiques, aujourd’hui consultable grâce à sa numérisation,  à permis d’interroger les différents exils mis en jeu.

Commissariat d’exposition : Alexandra Loumpet-Galitzine, Claire-Lise Lombard, Emilie Gangnat
Réalisation : Emilie Gangnat

 

 

La seconde version, dont la composition et la scénographie ont été achevés en 2009 n’a pu être installée dans la galerie Nikki Marquardt, place des Vosges,  faute, à la dernière minute, de financement adéquat.  Les dix sections ont cependant été investies par des intervenants différents, chercheurs, critiques d’art, réalisateurs, chorégraphes, dans une sélection dense et diversifiée, et à donné lieu à des performances et expérimentations dont un dossier de presse (dossierPresse2009) retrace les propositions. Cette exposition, dont la mise en ligne est en projet, est servie par le magnifique cliché extrait de l’oeuvre de Said Atabekov, utilisé en affiche (voir également son installation dans le Central Asia Pavilion, 54e biennale de Venise).

Exposition (c) 2009 / oeuvre S. Atabekov (2005)