Archives par mot-clé : post-exil

(IM)MOBILE. 06 déc. 2016 « Grands Paris Cosmopolites »

archiSéance (IM) MOBILE

Participation au cycle « Grands Paris Cosmopolites » 

mardi 06 decembre 2016 à 18h30

Coordonné par Fiona Meadows (architecte) & Saskia Cousin (anthropologue)

Cité de l’architecture & du patrimoine, Hall d’about
7 avenue Albert de Mun, Paris 16e
Inscription obligatoire (ici), entrée libre dans la limite des places disponibles.

modérateur: Saskia Cousin (anthropologue).

Avec :

Stefan Buljat, Migrantour Paris et Tombé Camara, foyer Argonne – « Sweet mobile home »
Emilie Da Lage, MCF Université de Lille 3 – « Artistes engagés/artistes enrôlés, de l’intervention artistique dans les camps et campements de migrants »
Alexandra Galitzine-Loumpet, (CESSMA / Non-lieux de l’exil) anthropologue  – « Des immobilités mobiles : l’exil et ses non-lieux »
Madjid Messaoudene, conseiller municipal délégué de la Ville de Saint-Denis en charge de la lutte contre les discriminations et pour l’égalité femme/homme- « (im)mobilités politiques »
Christiane Vollaire, (Non-lieux de l’exil) philosophe – « Immobiliser les migrants : les enjeux d’un oxymore »

Les rendez-vous « Grands Paris Cosmopolites » ont pour vocation de discuter l’urbanité, les modes d’habiter et de circuler dans quelques quartiers populaires de Paris et de la petite couronne – en particulier le Nord Est parisien. L’objectif est de s’attaquer aux stéréotypes socio-économiques associés à ces quartiers en révélant leur diversité et leur vivacité, dans l’espace temps urbain. Chaque séance associe autour d’un thème et d’exemples concrets des chercheurs, des acteurs associatifs ou économiques, des directeurs d’équipements ou de festivals, des élus issus de différents quartiers.

Site : ici

Eprouver l’interculturalité, colloque-atelier 19-20 nov. 2015

eprouverUn colloque organisé par Hélène Hatzfeld et le GIS IPAPIC avec le soutien du Ministère de la Culture, évoquera, les 19 et 20 novembre 2015, les enjeux de la patrimonialisation des migrations ou des frontières et les acteurs de celles ci.

La singularité du colloque tient, aussi, en plus de la qualité des intervenants, à la forme en session-ateliers ouvrant à une large plage de débats.

Non-lieux de l’exil y sera représenté par Alexandra Galitzine-Loumpet qui interviendra dans l’atelier « Exposer les frontières » , jeudi 19 novembre de 16h30 à 18h.

Programme complet ici 

Continuer la lecture de Eprouver l’interculturalité, colloque-atelier 19-20 nov. 2015

Transcultural Spaces in videos from North Africa and the Middle East. Catherine Bernard / Seloua Luste Boulbina,16 avril 2015 17h-19h.

&- avrilLa séance de l’initiative “Non-lieux de l’exil” du 16 avril 2015  (17-19h) accueillera Catherine BERNARD , autour de la thématique :

Transcultural Spaces in videos from North Africa and the Middle East.

Discutante : Seloua LUSTE BOULBINA

(bio-bibliographies ci dessous)

« Transcultural Spaces; Videos from North Africa and the Middle East » investigates the films of Lamia Joreige, Zineb Sedira, Mohamed Bourouissa,Yto Barrada, Mounir Fatmi, and others artists who navigate the interstitial spaces that have been created through the entangled histories of the African continent and Europe. Their films resist the use of binary opposites to analyze the historical process by proposing alternatives and configurations that reflect on power relations, exploitation, hierarchies, in- and exclusion processes. They describe the experience of transition for generations of migrants; discuss the transgression of imposed social and political rules; contend with the hybridization process at work in new socio cultural spaces and acknowledge the composite character of post migrant life. As these artists examine a diversity of scenarios generated by these (dis)junctions, they establish transcultural experience as a critical new paradigm.

Attention la séance aura exceptionnellement lieu de 17 à 19h en salle  B du conseil, niveau -1 (190 av. de France)

Continuer la lecture de Transcultural Spaces in videos from North Africa and the Middle East. Catherine Bernard / Seloua Luste Boulbina,16 avril 2015 17h-19h.

L’infra-muséal et l’extra-patrimonial (Musée d’Aquitaine, Camp des Milles, Exhibit B / 2014) A. Galitzine-Loumpet

 Exposer l’expérience de l’exil (2)  :

L’INFRA-MUSEAL & L’EXTRA-PATRIMONIAL (Musée d’Aquitaine, Camp des Milles, Exhibit B (2014))

Alexandra Galitzine-Loumpet 

Interroger l’habituel  (G. Perec, L’infra-ordinaire,  Seuil 1989)

 L’expérience de l’exil ne s’expose pas seulement dans les musées consacrés à l’immigration, au risque de privilégier l’intégration dans le pays d’accueil, l’arrivée à la totalité du parcours, mais s’inscrit dans un système référentiel plus lâche se déployant dans d’autres musées et au travers d’œuvres multiples, dans la rue comme dans la sphère privée. Le principe est celui de l’écho, variable selon la situation et la place de chacun. Dans ce musée imaginaire construit par chaque sujet exilique, se retrouvent lieux, textes et images, éléments de transmission familiale et de recherche individuelle mais aussi sons, odeurs, goûts[1]. Le résultat, par essence instable et inachevé, est un manteau d’arlequin,  association de fragments dont l’une des principales caractéristiques est l’asynchronie.

Pour personnelle que puisse être pour chacun la rencontre avec des éléments de son histoire ou de celle des siens, elle est également structurellement organisée, à des degrés divers selon les sphères concernées. Le hasard est borné par le jeu social et le contexte idéologique, il s’incarne dans des espaces particuliers.

L’institution muséale constitue l’un de ces espaces performatifs, à la fois construits et imprévisibles.  Le musée est à la fois un appareil  et un dispositif  (Agamben 2007) d’une extraordinaire plasticité, une scène pouvant accueillir un large spectre d’expériences et être dupliqué en d’autres lieux publics ou privés. Comme exposition et comme représentation, il appelle donc une lecture critique au-delà de la simple appréciation ; instance politique tout autant qu’expérience subjective, il se lit aussi bien en plein qu’en creux, aussi bien dans la monstration que dans l’omission.

Or, ces espaces interstitiels de l’institution muséale constituent un champ négligé par l’analyse. Invisibles et en quelque sorte insensibles, presque scandaleux par leur apparente  insignifiance,  ils participent pourtant de l’exhaustivité fonctionnelle et de ce que l’on pourrait nommer, en empruntant à Barthes,  l’effet de réel du musée et à Perec,  son infra-ordinaire [2]. Leur diversité même les laisse échapper, soit qu’ils paraissent délibérément dramatisés comme une série de sas nécessaires,  soit qu’ils marquent incidemment l’articulation entre expositions de différentes natures  (permanente, temporaire). Leur caractère volontaire ou imprévu  dépend de paramètres aussi divers que la destination initiale de l’édifice et son architecture, la juxtaposition de choix curatoriaux ou de contraintes institutionnelles et budgétaires.  L’hypothèse centrale est justement que ces couloirs, détours mais aussi réserves, coulisses et espaces vacants ou de déambulation jouent le rôle de seuils et de frontières. Ceux-ci influent sur la perception du visiteur, contribuant à renforcer la cohérence du parcours muséal ou à la désagréger – jusqu’aux lapsus musei.  À la fois normés et hérétopiques, intra-muséaux et extra-patrimoniaux, ces seuils doivent être intégrés à l’analyse muséographique, comme ces lignes voudraient le souligner en recourant à quelques exemples réunis au hasard de visites en 2014.   

Continuer la lecture de L’infra-muséal et l’extra-patrimonial (Musée d’Aquitaine, Camp des Milles, Exhibit B / 2014) A. Galitzine-Loumpet

Mise en ligne. Séance inaugurale « L’expérience de l’exil » (CEM). A. Nuselovici (Nouss) – M. Wieviorka

Logo FMS-PS-CEM pngMise en ligne de la séance inaugurale du séminaire « l’expérience de l’exil » (Collège d’études mondiales) du 20 février 2013 sur le site de l’ESCOM Archives audiovisuelles de la recherche. avec

  • Alexis  Nuselovici (Nouss) : L’exil comme expérience
  • MichelWieviorka : Pour un concept d’exil

Cette mise en ligne s’inscrit dans une série, qui sera accessible progressivement. Pour les séances déjà disponibles, voir ici.

ETUDIER L’EXIL. 5 Working Papers des séminaires « L’expérience de l’exil » (CEM) & « Non-lieux de l’exil »

exil1-300x199 (2)

  • Etudier l’exil
  •  L’exil comme expérience
  • Exiliance : condition et conscience
  • Exil et post exil – par Alexis Nuselovici (Nouss)
  • Pour une typologie des objets de l’exil par A. Galitzine-Loumpet

Logo FMS-PS-CEM pngLe séminaire « L’expérience de l’exil » associé au programme scientifique « Non-lieux de l’exil »  publie ses premières réflexions, sous forme de 5 Working Papers de la FMSH sur HAL-SHS , ouvrant une série de publications.

Les différentes publications sont introduites par  le Position paper  d’Alexis Nuselovici intitulé « Etudier l’exil ».

Elles sont disponibles sur le carnet scientifique des Working papers de la FMSH , notamment sur la page dédiée au séminaire (ici) et le seront également sur le site du Collège d’études mondiales, et téléchargeables en pdf sur le site HalSHS.

Les contributions sont les suivantes : 

Continuer la lecture de ETUDIER L’EXIL. 5 Working Papers des séminaires « L’expérience de l’exil » (CEM) & « Non-lieux de l’exil »

L’expérience de l’exil. 20 juin 2013. Exil, ville, territoire. Sherry Simon, Alexis Nuselovici

Lower_Manhattan_Map_LES20 Juin /  Collège d’études mondiales 

15h- 18h30, salles 638-640

  • 15 h – Alexis Nouss : « Exil et territoire »
  • 17h- Sherry Simon (Professeur, Université Concordia, Montréal) : « À la rencontre de la ville fragmentée : l’exil à Montréal »

 

 

Sherry SIMON est professeure au Département d’études françaises de l’Université Concordia  où elle enseigne la littérature et la traduction. Elle a dirigé de 1995 à 2000 le programme de doctorat interdisciplinaire en lettres et sciences humaines,  et en 2005   la Chaire de recherche du Canada Senior en Traduction et histoire culturelle, Glendon College, York University. Elle  a  longtemps collaboré à la revue Spirale qu’elle a co-dirigée avec Jean-François Chassay durant une dizaine d’années. Ses essais portent sur les relations interculturelles au Québec et ailleurs. Elle s’intéresse tout particulièrement aux villes multiculturelles et multilingues, dont Montréal en premier lieu. Sur Montréal elle a publié Traduire le Montréal Yiddish (en collaboration),  plusieurs essais sur le poète A.M.Klein, et Traverser Montréal. Une histoire culturelle par la traduction (version française de Translating Montreal) qui a reçu les prix Gabrielle-Roy et  Mavis-Gallant. Parmi ses autres publications en français: Le Trafic des langues et Fictions de l’identitaire au Québec. Elle a collaboré à la traduction des essais de Michel Foucault en anglais.

Voir également : Sherry Simon – The Flow of Languages, the Grace of Cultures

ss