Archives par mot-clé : traduire

Traduire Calais (premier retour). Alexandra Galitzine-Loumpet

Traduire Calais.

 Traverser.

66Aller à Calais, traverser des frontières déplacées. Je suis partie à Calais, rejoindre deux membres des Non-lieux de l’exil. Avec hésitation, avec l’inquiètude d’une obscénité du regard. Erreur. On passe la frontière du camp et cette frontière nous transperce. Espace de confinement, le camp condense les heures et les densifie. Le vif de l’exil mobilise le cœur de l’intelligence et le déroute,  aiguise une ardeur qui suffit en elle-même à transformer la stupeur en ébranlement de l’être. Quatre jours – rien en somme, mais un temps suffisant pour affleurer la complexité du camp, sa force vitale, ses tensions sous-jacentes, ses limites internes, la diversité de ses usagers, de ces temporalités diurnes et nocturnes, la violence de sa destruction aussi. Un temps adéquat pour que cet ersatz de lieu impose l’incomplétude de nos épistémologies sédentaires[1], pour que les mots s’épuisent à rendre compte d’un monde hors du sens commun. Certes, on peut mentir ou omettre à Calais,  mais la condition de l’exilé et celle du visiteur éprouvent leur substance dans l’immédiat présent de la situation.

Continuer la lecture de Traduire Calais (premier retour). Alexandra Galitzine-Loumpet

Mise en ligne des rencontres Non-lieux de l’exil / Expérience de l’exil

Logo FMS-PS-CEM pngC’est avec un grand plaisir et avec tous nos remerciements aux artisans de cet important travail au programme ESCOM- Archives audiovisuelles de la recherche, que nous annonçons la mise en ligne progressive des rencontres Non-lieux de l’exil et des séances du séminaire « l’expérience de l’exil ». Vous trouverez également les vidéos intégrées aux billets .

La présentation de la mini-collection exil du programme ESCOM-AAR est disponible ici .

Les premières rencontres disponibles sont les suivantes.

Continuer la lecture de Mise en ligne des rencontres Non-lieux de l’exil / Expérience de l’exil

Rencontre du 19 décembre 2012. Langages de l’exil IV. Nurith Aviv, Léda Mansour, Eloi Recoing

 Attention modification : C’est le film « D’une langue à l’autre » qui sera projeté lors de la séance.

 Intervenante : Nurith Aviv

Cette séance est consacrée à l’oeuvre de Nurith Aviv et plus précisément à son film « D’une langue à l’autre , projeté lors de la rencontre, en sa présence.

Parfois je me réveille avec l’angoisse que l’hébreu appris avec tant de peine s’évanouisse disparaisse. » (Aharon Appelfeld)

Continuer la lecture de Rencontre du 19 décembre 2012. Langages de l’exil IV. Nurith Aviv, Léda Mansour, Eloi Recoing

Programme définitif des Rencontres 2012-2013. Objets & langages d’exil

Rencontres 2012-2013

   Objets & Langages d’exil

 Les rencontres Non-lieux de l’exil sont dorénavant partie constitutive d’un programme scientifique de la Fondation Maison des Sciences de l’homme (FMSH) plus ample, en cours d’élaboration. Le programme s’ouvre ainsi à différentes collaborations avec des institutions et  séminaires partenaires, tout en conservant la forme spécifique de ses rencontres mensuelles. Cette année, les rencontres auront lieu, selon les mois, soit le mercredi soit le jeudi. A partir de février 2013, les rencontres seront prolongées par le séminaire « L’expérience de l’exil », coordonné au Collège d’études mondiales (FMSH) par A. Nuselovici (Nouss).

Sauf mention contraire qu’il convient de vérifier, les séances auront lieu dans les salles du plateau CNRS, 6 étage, Noyau A, Bâtiment « Le France » , 190 avenue de France, 75013 Paris (M°Quai de la gare, bus 89). L’heure de démarrage  peut varier.  

Programme définitif 

Les bio-blibliographies des intervenant (e)s et discutant(e)s sont données au fur et à mesure de l’annonce des séances

  •  Lundi 17 septembre  2012– 20h / Langages de l’exil 1 / NLE – Festival d’Ile de France- Collège des Bernardins

Mémoires de diasporas, entre effacement et transmission

Grand auditorium du Collège des Bernardins, 20 rue de Poissy – Paris 5e
Dans le cadre du Festival d’Ile de France. En partenariat avec le Collège des Bernardins et en collaboration avec les rencontres Non-lieux de l’exil (Réseau Asie, CNRS/FMSH).

Table ronde avec Alexis Nouss (professeur à la School of European Studies de l’Université de Cardiff), Michel Bruneau (directeur de recherche émérite au CNRS), Paul Alerini, psychanalyste, et Zad Moultaka, compositeur.

Animée par Virginie Symaniec, études théâtrales  et Alexandra Galitzine-Loumpet, anthropologue, coordinatrices du programme Non-lieux de l’exil (FMSH)

Enregistrement de l’intégralité de la table-ronde sur le site du Festival  Ile de France (ici)

  • 25 Octobre 2012 : Langages de l’exil II (10h-12h30, salle 638)

Intervenante : Olga Hazan (Université du Québec à  Montréal) «Textes, images et rites : l’exode évoqué en exil dans les haggadoth sépharades du XIVe siècle»

Discutants : Emmanuel Guibert (dessinateur) & David Lengyel ( Paris 3)

  •  21 Novembre 2012 : Langages de l’exil III « Paradigmes du déplacement» (14h-18h30, salles  638-640)

en association avec le séminaire « Décolonisation et géopolitique de la connaissance » (anciennement Décolonisation des savoirs) coordonné par Orazio Irrera, Daniele Lorenzini, Matthieu Renault (Université Paris-Est Créteil (ED CS – EA LIS)/ Fondation Maison des Sciences de l’Homme (Programme Migrations Internationales) (leur programme ici)

Avec  Stéphane Dufoix « Diaspora » (Université Paris-Ouest Nanterre), Claire Hancock « Terrains »  (Université de Créteil),  Rada Ivekovic  (GTM, CNRS, Paris 8)) « Traduction », Alexis Nouss « Exil » (Cardiff University), Dominique Rolland« Métissage » (Inalco)

Coordination : Alexandra Galitzine-Loumpet, Matthieu Renault, Virginie Symaniec

  • 19 Décembre 2012 : Langages de l’exil IV ( 14h30-18h, salles 640-641)

Intervenante : Nurith Aviv,  réalisatrice,
Discutantes : Eloi Recoing (Paris 3) et Léda Mansour (Paris X, Nanterre)

  • 15 janvier 2013 : Objets de l’exil I : Objets de l’exil / objets en exil (14h30-18h, salle du conseil B, 190 avenue de France 75013 Paris)  Séance reportée

Intervenant : Laurier Turgeon (Chaire de recherche du Canada en patrimoine ethnologique et professeur d’ethnologie et d’histoire à l’Université Laval, Québec, Canada) : « Objets en exil chez les immigrants du Québec »

  •  31 Janvier 2013 Langages de l’exil V( 14h30-18h, salles 638)
Intervenant : Habib Tengour, écrivain, poète et sociologue.
Modératrice : Catherine Bouthors-Paillart (LSP, Sevrès) ,
Discutants :   Mourad Yelles (INALCO), Pierre Oster (poète)
  • 21 Février 2013 Objets de l’exil II Objets absents /Objets de l’absence ( 14h30-18h, salles 638-640)

Intervenant :  Debesh Goswami, artiste,

Discutantes : C. Servan-Schreiber  (CEIAS, CNRS/EHESS), Laure Wolmark (Comede)

  •  21 Mars 2013 Objets de l’exil III « La culture matérielle de l’exil : une autre vie des objets » (14h-18h30, salles 638-640)

Séminaire commun Rencontres Non-lieux de l’exil (Programme FMSH) et séminaire « La deuxième vie des objets » (IRIS-EHESS/CNRS, coordonné par E. Anstett & N. Ortar)

Introduction : Elisabeth Anstett (Iris/CNRS), Nathalie Ortar (LET/ENTPE), Virginie Symaniec (FMSH)
Intervenants : Fabrice Grognet (MNHN) « Quand les mémoires se transforment en patrimoine national » et Françoise Vergès (CPMHE)

Présentation d’extraits du film documentaire « Lettres de nos voisines » de Manuela Frésil

Discutantes :  Stéphanie Tabois (MCF, U.de Savoie) / Alexandra Galitzine-Loumpet (FMSH)

  • 29 mars 2013 : Langages d’exil V : « Le théâtre et l’exil » en partenariat avec le Laboratoire international de recherche sur les Arts (LIRA, Paris 3) et le Théâtre aux mains nues  (14h-18h, Médiathèque Marguerite Duras, 115 Rue de Bagnolet  75020 Paris)

Après-midi d’étude, organisée par Eloi Recoing, membre du programme Non-lieux de l’exil et du laboratoire LIRA (Paris 3) et Alexis Nuselovici (directeur programme Non-lieux de l’exil).

Deux tables- rondes :

1) La scène comme exil (14h15)

Coordination : Eloi Recoing / Intervenants : Alexis Nuselovici (Nouss), André Markowicz, Wajdi Mouawad, Sedef Ecer, Marie Lelardoux

2) Solitude de Kleist  (16h30)

Coordination : Alexis Nuselovici (Nouss)
Intervenants : Eloi Recoing, Béatrice Gonzales-Vangell, Anne Françoise Benhamou, Flore Garcin-Marrou, Maëlle Dequiedt.

20 h Représentation de la pièce « « Käthchen, mon amour » d’après l’oeuvre de Kleist  (traduction et mise en scène Eloi Recoing) , Théâtre aux mains nues

Réservation obligatoire au 01 43 72 19 79, rp.mediation.tmn@wanadoo.fr

  • 25 Avril 2013 : Objets de l’exil IV Le corps-objet de l’exil (14h30-18h, salle 638-640)

Intervenant : Ibrahima Thioub (professeur d’histoire à l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar , Chaire Collège d’Etudes mondiales (FMSH), responsable du programme La route des esclaves, Unesco)
« Le corps exilé: un lieu de marquage identitaire »

Discutantes : Olga Odgers Ortiz ( El Colegio de la Frontera Norte, Departamento de Estudios Sociales, Tijuana, Mexico/ Visioconférence),  Eugenia Vilela (Université de Porto , Dpt de Philosophie & Esthétique)

  • 22 mai 2013 : Objets de l’exil V « Objets des exclus / Objets perdus » (10h-12h30, salles 638-640)

Intervenant :  Octave Debary  (Maître de conférences, Université Paris Descartes, LAHIC)

« Objets perdus, mémoires retrouvées : Jochen Gerz et l’art contemporain ».

Discutants :  Marie Morelle (Prodig, Paris I), Sébastien Ledoux (Paris I)

 

 

Rencontre du 02 mai 2012 « Le désir de traduire naît de l’impossibilité à traduire un plaisir ou une perte ».Janine Altounian, Boris Chukhovich, Anouche Kunth.


 Janine Altounian : « Le désir de traduire naît de l’impossibilité à traduire un plaisir ou une perte »

J’apporterai un exemple qui cherche à montrer comment, chez un héritier de survivants exilés,  la « pulsion à traduire » peut promouvoir aussi bien le travail de la cure et de l’écriture que l’activité de traduction. Dans les postures à l’œuvre dans ces deux modes d’activités linguistiques, ce besoin de traduire naît d’une nécessité à défier paradoxalement l’impossibilité de la traduction, soit d’un plaisir, soit d’une perte.

Discutants : Boris Chukhovich et Anouche Kunth 


 

 

 

 

 

 

 

Bio-bibliographies

ALTOUNIAN Janine  essayiste et traductrice, un des membres fondateurs d’AIRCRIGE, est co-traductrice de Freud depuis 1970 et responsable de l’harmonisation dans l’équipe éditoriale des œuvres complètes de Freud aux Presses Universitaires de France sous la direction de Jean Laplanche. Née à Paris de parents arméniens rescapés du génocide de 1915, elle travaille par ailleurs sur la « traduction » de ce qui se transmet d’un trauma collectif aux héritiers des survivants. Elle a publié de nombreux articles sur la langue de Freud, la transmission traumatique et les ouvrages suivants: Ouvrez-moi seulement les chemins d’Arménie  / Un génocide aux déserts de l’inconscient (Préface de René Kaës), Les Belles Lettres/ Confluents psychanalytiques, 1990, 2003 (2° éd.). ; La Survivance / Traduire le trauma collectif (Préface de Pierre Fédida, Postface de René Kaës), Dunod ; Inconscient et Culture, 2000, 2003 (réimp.) ; L’écriture de Freud/ Traversée traumatique et traduction, PUF, bibliothèque de psychanalyse, 2003 ; Mémoires du Génocide arménien. Héritage traumatique et travail analytique, Vahram et Janine Altounian, avec la contribution de K. Beledian, J.F. Chiantaretto, M. Fraire, Y. Gampel, R. Kaës, R. Waintrater, PUF, 2009.

CHUKHOVICH Boris  est un historien de l’art dont les intérêts sont particulièrement liés à l’art moderne et contemporain de l’Asie centrale, de la Russie et de l’Amérique du Nord. Sa carrière débute dans son pays d’origine, l’Ouzbékistan. Il complète sa formation avec un stage post-doctoral à la Maison des Sciences de l’Homme à Paris en 2000, puis, en 2002, un stage post-doctoral à l’UQAM. Depuis 2003, Boris Chukhovich travaille aussi dans le domaine de la muséologie. Il est conservateur et commissaire de plusieurs projets dont l’exposition Lingua franca (Biennale de Venise 2011),  Retour de la Métaphore (Biennale de Montréal 2007),  Après Babel  (Université d’Ottawa, 2004),  Musée virtuel d’art centre-asiatique . Membre du groupe Poexil depuis 2004, il a participé à plusieurs événements organisés par ce collectif international de chercheurs et de créateurs. Concepteur du site Internet de POexil, il vit et travaille à Montréal.

KUNTH Anouche , Chercheur en histoire (CERCEC-EHESS). À travers l’étude de la diaspora arménienne en France (XXe siècle), Anouche Kunth interroge les notions d’exil, de dispersion et de refuge. Elle est l’auteur, avec Claire Mouradian, d’un ouvrage intitulé Les Arméniens en France. Du chaos à la reconnaissance, paru à Toulouse, aux Éditions de l’Attribut, 2010. Suite à un colloque organisé par le groupe Poexil à Montréal (2008) sur les objets de l’exil, elle a publié « Le portrait confisqué de Joseph Mantachev. Histoire d’exils et de spoliations », L’Homme. Revue française d’anthropologie, 2010. Elle a en outre consacré plusieurs documentaires radiophoniques à l’errance, l’exil et l’exclusion (France culture, émission Atelier de création radiophonique).