Assignations spatiales / Confinement humanitaire – journées d’étude 16-17 juin 2022, Nice

Non-lieux de l’exil participe aux journées d’étude  Assignations spatiales organisées par  l’Association Française des Anthropologues (AFA)  en partenariat  avec l’axe 1 du LAPCOS (UPR 7278 Université côte d’Azur) et dans le cadre des activités de la MSHS Sud-Est (axe 4)

 

Programme :

Jeudi 16 juin 2022

Rencontres avec des associations de soutien aux exilé.e.s à Vintimille, co-production de cartes sensibles. Inscription à l’adresse-mail : afa.vintimille@gmail.com 

14h – Introduction et présentation du projet « Antenne sud » de l’AFA par Laurent Sébastien Fournier (anthropologue, Université Côte d’Azur)

15h – Présentation de travaux des membres de l’axe 1 du LAPCOS (anthropologie, psychanalyse, histoire de l’art), dont la thématique générale est « Territoires et environnements : approches plurivoques de l’habiter »

• Agnès Jeanjean (anthropologue, Université Côte d’Azur) : Habiter les restes

• Frédéric Vinot (psychanalyste, Université Côte d’Azur) : De la production sociale à la production psychique de l’espace

• Philippe Hameau (anthropologue, Université Côte d’Azur) : Les graffiti en milieu carcéral : entre l’individuel et le collectif

17-20h – Présentation du web-documentaire « Des aires » de Gaëlla Loiseau (docteure en sociologie, présidente de l’ARCE Bistrot des ethnologues de Montpellier), puis débat avec l’auteure.

Vendredi 17 juin 2022

Continuer la lecture de Assignations spatiales / Confinement humanitaire – journées d’étude 16-17 juin 2022, Nice

Politiques de l’exil – Mobilisations des affects, 8 juin 2022

Politiques de l’exil – Mobilisations des affects

 

8 juin 2022, 17 à 20h  salle du Collège de France, 3 rue d’Ulm 75005 Paris (75 places / Métro Cardinal Lemoine ou Place Monge – RER Luxembourg). Séance en accès libre .

Participer à la réunion
https://univ-lille-fr.zoom.us/j/92864530543?pwd=aEE0WDJBcWxDU0lpUERmSzdhaFRWQT09

Avec : Loup Blaster (artiste et militante), Fernanda Coelho Liberali (formatrice d’enseignant·es, chercheuse et professeur à la PUCSP), Philippe Demesteere (prêtre et militant au Secours Catholique), Romain Huët (maître de conférences en sciences de la communication à l’ISCC de l’Université Rennes 2),

Coordination : Léo Manac’h (doctorant en anthropologie  au Ceped, U. de Paris, ICM) et Emilie Da Lage (MCF HDR à l’université de Lille, au laboratoire GERiiCO, ICM) 

« La honte ! », cette locution est fréquemment employée pour dénoncer les politiques migratoires françaises et européennes : honte des camps-prisons dans les îles grecques, honte du harcèlement policier des exilé·es aux frontières ou dans les rues de Paris, honte des absurdités administratives du régime de Dublin qui cause de nombreuses souffrances psychiques pour les personnes exilées. Affect négatif, il se saisit des témoins qui le proclament dans l’espace public et médiatique dans un but d’infléchissement – trop rarement effectif – des décisions du gouvernement des migrations. Dans Les Naufragés et les rescapés, Primo Levi désigne une « honte du monde » qui a saisi dans l’après coup les survivant·es des camps d’extermination : c’est le sentiment d’avoir fait face à quelque chose d’irrévocable, que l’on n’a pas pu empêcher d’advenir (1989 [1986]). La honte apparaît en écho à un sentiment d’impuissance face à l’abjection d’une situation. Carlo Ginzburg s’appuie sur ce texte de Levi pour faire de la honte un sentiment d’appartenance nationale (2010) : on aurait honte pour son pays ou pour les institutions supposées nous représenter. Cette définition porte les possibles désidentifications à l’État de la part des honteux et honteuses, et donc une conflictualisation avec l’ordre politique (Rancière 1998).

Nous proposerons dans cette séance de voir la honte comme une force motrice des implications politiques. Comment des mobilisations peuvent se construire à partir de la mise en commun de cette passion triste ? Et à quel prix est-ce viable quand les motifs de la honte ne cessent de se répéter et de s’amplifier ? Si on peut construire ses hontes collectives, nous verrons aussi comment la joie peut être motrice et soutenir nos puissances d’agir (Spinoza 1993 [1677] : 138). L’entretien des espaces de joie permet notamment de tenir dans des mobilisations au long cours et de trouver du commun entre les personnes directement concernées par les politiques migratoires, et les soutiens. Elle permet de lutter enfin d’infléchir les tendances autoritaires et les injonctions à la pureté militante qui peuvent dévitaliser des espaces de lutte.

Bibliographie : 

  • Ginzburg, Carlo. « The Bond of Shame » in Corina Caduff, Anne-Kathrin Reulecke & Ulrike Vedder (dir.) Passionen. Objekte – Schauplätze – Denkstile, Munich, Wilhem Fink, 2017 [2010], p. 19-26.
  • Levi, Primo. Les naufragés et les rescapés. Quarante ans après Auschwitz, Paris, Gallimard, 1989 [1986].
  • Rancière, Jacques. Aux bords du politique, Paris, Gallimard, 1998.
  • Spinoza, Baruch. L’éthique, Trad. A. Guérinot, Paris, Ivrea, 1993 [1677].

Intervenant·es :

Continuer la lecture de Politiques de l’exil – Mobilisations des affects, 8 juin 2022

Politiques de l’exil – Mobilisations sans territoire. Exil, corps et traces de résistances – 4 mai 2022

Politiques de l’exil –Mobilisations sans territoire. Exil, corps et traces de résistances

 

4 mai 2022  17 à 20h  salle du Collège de France, 3 rue d’Ulm 75005 Paris (75 places / Métro Cardinal Lemoine ou Place Monge – RER Luxembourg). Séminaire Non-lieux de l’exil EHESS / Institut Convergences Migrations, en partenariat avec le Geriico (U. de Lille), et le groupe de recherche Aesthetics, Politics & Knowledge de l’Institut de Philosophie de l’Université de Porto. (Séance en accès libre  avec les modalités sanitaires en vigueur) .

La séance a lieu en présentiel (pour les parisien.nes et les étudiant.e.s, sauf impossibilité à justifier). La séance a lieu en présentiel (pour les parisien.nes et les étudiant.e.s, sauf impossibilité à justifier).

Lien zoom : https://univ-lille-
fr.zoom.us/j/99900960409?pwd=VFBtSkIrekd0SHd4QzBlSEVhakRXdz09
ID de réunion : 999 0096 0409 Code secret : 830178

avec : Anahita Bathaie (artiste), Marcia Tiburi  (philosophe et écrivaine, Université de Paris 8), Rada Iveković (philosophe, U. de Saint Etienne)

Coordination : Eugénia Vilela (philosophe), Université de Porto.

Dans un scénario de normalisation de la violence extrême, spécifique du monde contemporain, comment appréhender les métamorphoses des liens qui se créent, dans des formes de mobilisation sans territoire, entre les corps et les gestes des personnes en exil ? À l’intérieur de paysages discursifs performatifs créés par les politiques migratoires européennes et les politiques de déracinement des peuples autochtones  – politiques de brutalisation, d’expulsion, d’invisibilisation et de mise à mort – comment appréhender l’urgence politique des forces de mobilisation qui se créent à partir des actions spécifiques d’expulsion – pushback – des personnes en exil aux frontières de l’Europe et des peuples indigènes au Brésil, aux frontières de leurs terres ancestrales ? Comment les corps exilés / expulsés, génèrent des gestes-force par lesquels un collectif humain reprend ses droits à la vie ? Comment comprendre la composition affective et perceptive des mobilisations créés par de multiples formes de résistance qui relient des peuples, des cultures et des continents différents ? Quelles mémoires, imaginations et actions sont mobilisées pour consolider l’ancrage des luttes, par les corps et les gestes singuliers des personnes qui vivent le déracinement (Weil) ? Comment penser la singularité des mobilisations dans un mouvement intensifié par la polyphonie des voix ? Si les corps portent, en eux, la subjectivité singulière des gestes de résistance, comment penser la force politique, esthétique et éthique d’une puissance d’agir qui est à l’origine de toutes les luttes ? Comment témoigner des différentes manières de se confronter au monde par des luttes et des formes de résistance qui mobilisent les corps et les gestes ? La séance questionnera comment les différentes formes de convocation d’un espace-temps commun – la mobilisation – peuvent constituer des actions politiques et esthétiques créés par les corps et les gestes des personnes en exil.

Présentation des intervenant·es

Continuer la lecture de Politiques de l’exil – Mobilisations sans territoire. Exil, corps et traces de résistances – 4 mai 2022

Politiques de l’exil – Mobilisations dans les quartiers populaires : affronter les politiques du logement, 23 mars 2022

Politiques de l’exil – Mobilisations dans les quartiers populaires : affronter les politiques du logement

 

23  mars 2022,  17 à 20h  salle du Collège de France, 3 rue d’Ulm 75005 Paris (75 places / Métro Cardinal Lemoine ou Place Monge – RER Luxembourg). Séminaire Non-lieux de l’exil EHESS / Institut Convergences Migrations, en partenariat avec le Geriico (U. de Lille),  le  groupe de recherche Aesthetics, Politics & Knowledge de l’Institut de Philosophie de l’Université de Porto et pour cette séance, avec le Sophiapol Université Paris Nanterre.ance en accès libre  avec les modalités sanitaires en vigueur .

La séance a lieu en présentiel. Néanmoins une forme hybride sera mise en place : 

Participer à la réunion Zoom
https://univ-lille-fr.zoom.us/j/98901597555?pwd=WG1IZlM4THpqa3pKQTBVL1p1M1JVQT09

Avec : 

  • Najat Bentiri (docteure en psychologie, membre de Pacte 34)
  • Vassindou Cissé (adjoint au maire de Bagnolet)
  • Claire Lévy-Vroelant (professeure de sociologie urbaine à l’université de Paris 8-Saint-Denis. ICM)
  • Maxime Poumerol (membre de l’association APPUII -Alternative pour des Projets Urbains Ici et à l’International)

Coordination  :  Saskia Cousin (professeur de sociologie, Sophiapol Université de Nanterre, ICM) et Christiane Vollaire (philosophe, CNAM, ICM)

Les politiques du logement, au niveau local comme au niveau national, se présentent, dans les quartiers populaires, sous l’affichage de la « mixité sociale », ou de la « rénovation ». Derrière ce vocabulaire engageant se cachent au contraire des décisions qui provoquent les résultats exactement inverses, à l’origine d’un surcroît de discriminations, de délocalisations, d’expulsions, pour ceux qu’elles visent à mettre à l’écart dans une visée spéculative de gentrification. Au sein de ces quartiers (en particulier autour du lancement à marche forcée du « Grand Paris »), des résistances s’organisent, pour les habitants majoritairement « issus de l’immigration », avec le soutien de chercheurs, d’artistes et de collectifs d’architectes et d’urbanistes. Cette séance constitue un troisième volet des NLE sur les quartiers populaires, après les deux séances du 9 janvier 2018 “Interagir dans les quartiers populaires” et du 10 mars 2021 “Territoires d’exclusion : les quartiers populaires”.

Intervenant.e.s :

Continuer la lecture de Politiques de l’exil – Mobilisations dans les quartiers populaires : affronter les politiques du logement, 23 mars 2022

Politiques de l’exil- Mobilisations féministes pour les exilé.e.s / 9 mars 2022, 17-20h

Politiques de l’exil – Mobilisations féministes pour les exilé·e·s

 

9 mars 2022,  17 à 20h  salle du Collège de France, 3 rue d’Ulm 75005 Paris (75 places / Métro Cardinal Lemoine ou Place Monge – RER Luxembourg). Séance en accès libre  avec les modalités sanitaires en vigueur .

La séance a lieu en présentiel et en hybride

Nous avons appris, avec une grande peine, la disparition de Nina  Hetmańska, chercheuse à l’ULB, qui a régulièrement accompagné les réflexions menées dans le cadre du séminaire Non-lieux de l’exil – un hommage lui est rendu ici. Pour accéder à une de ces publications, sur la grève de la faim menée par des travailleurs sans papiers à Bruxelles,  c’est ici

La situation en Ukraine nous a conduit à lire en début de séance, des extraits du Manifeste des féministes russes contre la guerre  

Avec : 

  • Marion Jobert (avocate, présidente de l’association Kali)
  • Veronica Noseda (militante groupes féministes et lesbiens)
  • Elsa Tyszler (sociologue, CRESPPA, ICM)

Coordination  : Laure Wolmark (psychologue clinicienne)

En mars 2021, on pouvait lire sur un mur du 20ème arrondissement de Paris : « pas de féminisme sans les femmes en exil ». Le 5 juin 2021, la manifestation « Toutes au frontières » appelait « à une action féministe européenne pour une Europe sans murailles ». Place des exilées dans les mouvements féministes, place des féministes dans les mouvements pour les exilé·e·s, mobilisations transversales et intersectionalité des luttes : cette séance abordera les transformations mutuelles des mobilisations anti-racistes et féministes. De l’intégration du genre dans les motifs des demandes d’asile à l’invisibilité des femmes traversant les frontières, du prisme des violences comme reconnaissance de l’existence des femmes exilées, à leur invisibilisation comme actrices de la migration, nous mettrons au travail les lignes de fractures, les impensés et les horizons d’une rencontre entre mobilisation féministes et anti-racistes.

“Toutes aux frontières 5 juin à Nice”, 2021. Courtoisie Pinar Selek

Intervenantes :

Continuer la lecture de Politiques de l’exil- Mobilisations féministes pour les exilé.e.s / 9 mars 2022, 17-20h

Politiques de l’exil. Savoirs / Pouvoirs – que peut la recherche ? 09 février 2022

Savoirs/pouvoirs : que peut la recherche ? Des enjeux de la contre-expertise aux apories de l’université, comment se mobiliser ? 

9 février 2022,  17 à 20h  salle du Collège de France, 3 rue d’Ulm 75005 Paris (75 places / Métro Cardinal Lemoine ou Place Monge – RER Luxembourg). Séance en accès libre dans la mesure des places disponibles et avec les modalités sanitaires en vigueur (pass sanitaire, masques, distanciation).

La séance a lieu en présentiel. Néanmoins, au vu des cas Covid, une forme hybride sera mise en place. 

avec  :

  • Céline Cantat (Sciences Po Paris)
  • Olivier Clochard (Migrinter, ICM)
  • Sarah Mazouz (Ceraps, ICM), 

Coordination de la séance : Chowra Makaremi (IRIS, ICM)

La recherche en sciences sociales est brocardée par les gouvernants en France : accuser les savoirs critiques de troubler l’ordre social (“républicain”) est une tactique qui s’ajoute désormais à celle plus rodée des discours sécuritaires, anti-migratoires et xénophobes qui colonisent les débats publics en période électorale.
Dans ce contexte, l’enjeu pour les chercheur.e.s n’est pas uniquement de défendre des disciplines et des institutions universitaires menacées par la mise au pas. Des efforts de plus long cours sont menés, depuis plusieurs décennies, pour saisir les enjeux et les effets des politiques publiques de contrôle des frontières et de discriminations sociales des racisé.e.s, dans une perspective de résistance à ces politiques.

Cette séance s’interroge sur les stratégies, les marges de manœuvre et les objectifs que peuvent se donner les savoirs critiques sur les migrations et le racisme. Il est intéressant à cet égard de faire dialoguer deux champs distincts, étudiant des phénomènes qui pourtant se rejoignent dans les programmes électoraux et les politiques publiques, à savoir : les études sur le gouvernement des frontières d’un côté (border studies), et celles qui interrogent la racialisation d’un autre côté (critical race studies). Un deuxième enjeu est de confronter différentes façons de travailler, qui ne s’excluent pas bien au contraire : dans un cas, mettre le savoir au service d’une contre-expertise (juridique, cartographique, statistique), et dans un autre, redéfinir les problématiques et les catégories dans l’espace public (ce qui pose la question cruciale de la diffusion des savoirs). L’idée est de mettre en commun nos questionnements, les leçons apprises du passé et les pistes qui nous paraissent fructueuses pour agir face au néo-fascisme. 

Présentation des intervenant.e.s

Continuer la lecture de Politiques de l’exil. Savoirs / Pouvoirs – que peut la recherche ? 09 février 2022

Tentative d’inversion de l’ordre du discours. A propos de “Ailleurs, partout” (2020) d’Isabelle Ingold et Vivianne Perelmuter

Tentative d’inversion de l’ordre du discours. A propos de Ailleurs, partout (2020) d’Isabelle Ingold et Vivianne Perelmuter

 

Trailer en cliquant sur l’image.

     En premier lieu, la rencontre tient des voix qui « parlent » le film d’Isabelle Ingold et Vivianne Perelmuter :  la voix de Shahin,  émue, retenue, pudique, lorsqu’il parle à sa mère, à sa sœur ou à sa tante, les leurs en retour, les rires et larmes de leurs échanges ; la voix de Shahin neutre, froide et patiente lorsqu’il rejoue les questions-réponses du Home Office, l’équivalent britannique de l’OFPRA ; sa voix lorsqu’il dialogue avec les réalisatrices par messages whatsapp, réfléchissant en quelque sorte à voix haute sur sa condition de demandeur d’asile, son rapport au monde ; la voix du commentaire également, portée par Vivianne Perelmuter qui rapporte l’altération de Shahin.  Multivocalité donc, orale et écrite, en trois langues – persan, anglais, français -,   et autant de rythmes, de tonalités, d’inscriptions subjectives dans les langues et les adresses, d’arrière-plans sonores – musiques, bips parasites -, de silences, d’élisions. Une dernière voix aussi, visuelle celle-ci, avec sa propre texture, qui serait moins composée des images elles-mêmes, reprises de caméras de télésurveillance, que de la voix propre du montage, performative, tour à tour resserrant ou ouvrant l’échelle, matérialisant l’impuissance du désir et son inquiétante étrangeté.

Dans le 3e paragraphe de l’introduction de sa conférence inaugurale au Collège de France du 2 décembre 1970, intitulée L‘ordre du discours, Michel Foucault écrit :

« Le désir dit : « Je ne voudrais pas avoir à entrer moi-même dans cet ordre hasardeux du discours ; je ne voudrais pas avoir affaire à lui dans ce qu’il a de tranchant et de décisif ; je voudrais qu’il soit tout autour de moi comme une transparence calme, profonde, indéfiniment ouverte, où les autres répondraient à mon attente, et d’où les vérités, une à une, se lèveraient ; je n’aurais qu’à me laisser porter, en lui et par lui, comme une épave heureuse. » Et l’institution répond : « Tu n’as pas à craindre de commencer ; nous sommes tous là pour te montrer que le discours est dans l’ordre des lois ; qu’on veille depuis longtemps sur son apparition ; qu’une place lui a été faite, qui l’honore mais le désarme ; et que, s’il lui arrive d’avoir quelque pouvoir, c’est bien de nous, et de nous seulement, qu’il le tient. »

Continuer la lecture de Tentative d’inversion de l’ordre du discours. A propos de “Ailleurs, partout” (2020) d’Isabelle Ingold et Vivianne Perelmuter

NON PLACES OF EXILE

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search