Subjectivités face à l’exil / Séminaire NLE-IRIS/ EHESS, 13 février 2019

Subjectivités face à l’exil : positions, réflexivités et imaginaires des acteurs

13 février 2019, 17-20h,  EHESS,  salle M. & D. Lombard, 96 bd Raspail 75006 Paris,  Entrée libre

En partenariat avec l’ANR LIMINAL et l‘Association française des anthropologues (AFA)

Autour de la parution  du hors-série du même nom, Journal des Anthropologues, déc. 2018

Behrouz KEYHANI (CURAPP-ESS), Evangeline MASSON DIEZ (DynamE), Laure WOLMARK (COMEDE). Introduction des coordinatrices du hors-série :  Alexandra Galitzine-Loumpet & Marie-Caroline Saglio Yatzimirsky. En présence d’autres contributeurs.

Discutants : Laurent BAZIN (anthropologue CNRS, AFA) et Eugenia VILELA (philosophe, U. de Porto)

4e de couverture :

Désignés comme une « crise » par les politiques européennes, nationales et tout autant par un paysage médiatique prolifique, les déplacements migratoires et les politiques d’accueil mettent également « en crise » les positions d’une pluralité d’acteurs humanitaires, associatifs, artistiques et académiques. Qu’engage de se tenir face à l’exil dans des temporalités traversées par l’urgence ?

Cette interrogation implique de considérer à chaque fois plusieurs formes de réflexivités, de confronter les subjectivités citoyennes à celles des exilés, en un double miroir ou chacun est construit dans l’ordre du réel comme dans celui des imaginaires.

Des exemplaires du hors-série seront disponibles pendant la séance.

Présentation des intervenant.e.s :

Continuer la lecture de Subjectivités face à l’exil / Séminaire NLE-IRIS/ EHESS, 13 février 2019

Exil : Interpréter, interargir. Dispositifs d’artistes / SÉMINAIRE NLE-IRIS, 14 janvier 2019

Seconde séance de janvier 2019:

Exil :  interpréter, interargir / dispositifs d’artistes

( attention 17-20h, salle 2, 105 bd Raspail 75006 Paris, entrée libre)

avec Emmanuel GUILLAUD, Malik NEJMI, Guy  WOUETE, artistes.

Discutante : Dominique Malaquais (historienne de l’art et critique). Coordination : Alexandra Galitzine Loumpet

F​aire face à l’exil engage les positions des artistes, une réflexion sur leurs pratiques​. Eviter l’obscène de l’esthétisation du politique, co-agir et co-signer avec des exilés, montrer ou non les visages, ouvrir un espace politique, trouver place dans les espaces de monstration postcoloniaux, questionner les assignations des exilé.e.es à partir de celles faites aux artistes ou aux identités minorisées, seront discutés pendant cette séance.  Récemment Guy Wouété posait la question suivante, à propos de ses créations dans les camps et campements à Malte ou Calais, centrale dans ce propos : comment fait-on pour être noir sans être assigné migrant aujourd’hui ?  ​Plus largement, comment interroger les dispositifs d’artistes face à l’exil, en relation avec ceux de la recherche ?

Bandeau : Emmanuel Guillaud, installation « Brûler les abîmes ».  Photo Christelle Maly 2017 December 01_09424 (courtoisie)

Présentation des intervenants :

Continuer la lecture de Exil : Interpréter, interargir. Dispositifs d’artistes / SÉMINAIRE NLE-IRIS, 14 janvier 2019

Exil : interagir dans les quartiers populaires / séminaire NLE-IRIS, 9 janvier 2019

EXIL : INTERAGIR DANS LES QUARTIERS POPULAIRES ISSUS DE L’IMMIGRATION

Mercredi 09 janvier 2019, 17h-20h salle M. & D. Lombard, 96 bd Raspail 75006 Paris (RdC sous le porche), Entrée libre

avec Madjid  MESSAOUDENE (élu / Saint-Denis),  Jessy CORMONT (sociologue),  Zouina MEDDOUR (Dir. du pôle développement, vie sociale et citoyenne, vie des quartiers/ Stains) .

Coordination : Christiane Vollaire (philosophe)

Présentation des intervenant.e.s : 

Continuer la lecture de Exil : interagir dans les quartiers populaires / séminaire NLE-IRIS, 9 janvier 2019

Parution. « Subjectivités face à l’exil : Positions, réflexivités et imaginaires des acteurs ». JdA

Nous avons le plaisir d’informer de la publication, en décembre 2018, du hors-série du Journal des Anthropologues.

Une séance du séminaire Non-lieux de l’exil-IRIS / EHESS  et de l’ANR LIMINAL sera consacrée à sa présentation, le 13 février 2019.

SUBJECTIVITÉS FACE À LʼEXIL
Positions, réflexivités et imaginaires des acteurs

Nous avons le plaisir d’annoncer la parution du hors-série Subjectivités face à l’exil : positions, réflexivités et imaginaires des acteurs, Journal des Anthropologues, en collaboration en collaboration avec l’ANR LIMINAL / Inalco.

Coordonné par Alexandra Galitzine-Loumpet & Marie-Caroline Saglio Yatzimirsky,

Désignés comme une « crise » par les politiques européennes, nationales et tout autant par un paysage médiatique prolifique, les déplacements migratoires et les politiques d’accueil mettent également « en crise » les positions d’une pluralité d’acteurs humanitaires, associatifs, artistiques et académiques. Qu’engage de se tenir face à l’exil dans des temporalités traversées par l’urgence ?

Cette interrogation implique de considérer à chaque fois plusieurs formes de réflexivités, de confronter les subjectivités citoyennes à celles des exilés, en un double miroir ou chacun est construit dans l’ordre du réel comme dans celui des imaginaires.

SOMMAIRE

DOSSIER coordonné par Alexandra Galitzine-Loumpet & Marie-Caroline Saglio-Yatzimirsky,

Alexandra GALITZINE-LOUMPET, Marie-Caroline SAGLIO-YATZIMIRSKY  : Face à l’exil au risque des subjectivités. …………7

Étienne TASSIN : Le philosophe et lʼexilé de Calais : Construire lʼagir-ensemble, Entretien réalisé par Marie-Caroline Saglio-Yatzimirsky …19

Michèle LECLERC-OLIVE: Transmettre lʼexpérience : une priorité ? De la subjectivité du migrant à celle du chercheur………31

SIAMAK & Hayatte LAKRAA : Entre subjectivation et dé-subjectivation : La « crise de la parole » face à l’expérience de l’exilé.  Echange …………59

Christiane VOLLAIRE : Qui donc pourrait se sentir à sa place ? …..75

Alexandra GALITZINE-LOUMPET : Le livre de « La Jungle de Calais » , Imaginaires et désubjectivations………95

Pauline DOYEN, Behrouz KEYHANI, Laurence LÉCUYER: (L’)Armes alimentaires. Violences en temps de paix et distribution de repas à Calais : espace-temps de la relation entre les acteurs associatifs et étatiques et les exilés…..125

Evangéline MASSON DIEZ : Militants, bénévoles, citoyens solidairesComment se nommer lorsque lʼon vient en aide aux migrants?  …….155

Ana GEBRIM : Lʼinconscient colonial dans la relation intersubjective avec lʼexilé..…177

Laure WOLMARK : Les lieux de lʼexil. Subjectivités dans lʼespace thérapeutique…..197

Jacob DURIEUX : Le sujet du regard. Séries photographiques de Stalingrad (Paris). Entretien réalisé par Alexandra Galitzine-Loumpet ………213

Continuer la lecture de Parution. « Subjectivités face à l’exil : Positions, réflexivités et imaginaires des acteurs ». JdA

Exil: interpréter, interagir. séance introductive / séminaire EHESS IRIS-NLE, 12 décembre 2018

Pour sa huitième année consécutive, dans le cadre d’un séminaire conjoint avec avec l’Institut  interdisciplinaire de recherche sur les enjeux sociaux (IRIS CNRS-EHESS) et avec différents partenaires renouvelés, le programme Non-lieux de l’exil explorera la thématique Exil : interpréter, interagir sous ses différents aspects et dans une perspective critique : interpréter, comment, avec quelles références, de quelle position ? interagir, sous quelles formes et à travers quels registres  d’actions ? Comment penser la co-action ou « l’agir-ensemble » proposé par Etienne Tassin, et partant, la place de l’engagement et des subjectivités, les façons de faire face à l’exil ?

Le programme général est en cours de finalisation.

La première séance « Interagir autour de l’exil » aura lieu le mercredi 12 décembre 2018, de 17 à 20h, salle M. & D. Lombard, 96 bd Raspail 75006 Paris. Elle évoquera, à partir d’exemples de projets et de réalisations, les thèmes suivants :  

  • Saskia Cousin – médiation : à propos du programme Migrantour
  • Emilie Da Lage –  genre
  • Christiane Vollaire – représentation

Discutante : Elise Billiard-Pisani (RIMA Project, Université de Malte) ; Modération : Alexandra Galitzine-Loumpet

Bandeau : Image de l’installation « Les morts ne sont pas morts » (2012-2014) de Malik Nejmi dans l’exposition To be [defined], oct. 2018, Spazju Kreattiv, Valetta, Malta (cl. AGL, oct. 2018)

Présentation des intervenantes : 

Continuer la lecture de Exil: interpréter, interagir. séance introductive / séminaire EHESS IRIS-NLE, 12 décembre 2018

To be [defined]. Exposition (5 oct. – 04 nov. 2018)

Premier rendez-vous des travaux des Non-lieux de l’exil en cette rentrée, l’exposition TO BE [DEFINED] (5 Octobre- 4 Novembre 2018) au Spazju Kreattiv, La Valette, Malte.

Le RIMA Project, avec lequel Non-lieux de l’exil entretient une collaboration est à l’origine de cette exposition qui prend place dans le programme Valetta 2018, Capitale européenne de la culture. C’est la seule qui traite des représentations de la migration et des résistances du sujet. (Curator : Virginia Monteforte / RIMA project, Cultural Advisor : Alexandra Galitzine-Loumpet.)

Avec la participation des artistes et poètes :  Moira Agius , Mario Badagliacca, Gilbert Calleja, Glen Calleja, Katel Delia , Mirna Danijan, Emmanuel Guillaud, Alberto Favaro, André Désiré Loutsono, Immanuel Mifsud, Nadja Mifsud, M. and Rubina Mohamed, Malik Nejmi, Aurélie Percevault, Guy Woueté, Hassan Yassin.

« To be [defined] aims at articulating two main concepts about displacement, migration and exile: definition and construction on one side and de-construction and resistance on the other one. (…) »Suite et informations sur l’exposition et les nombreuses manifestations associées (projections, conférences, catalogue) ici 

Conférence : Narrating exile: history and memory in displacement avec Marie-Caroline Saglio Yatzimirsky  (Inalco, Non-lieux de l’exil), Alessandro Triulzi (Archivio Memorie Migranti) and David Zammit (University of Malta), le 25 octobre.

Poétique et politique de l’infra-ordinaire, à propos de Entre-retiens (2018) de Beraat Gökkus / Emilie Da Lage

Poétique et politique de l’infra-ordinaire

 

A propos du court métrage   Entre-retiens (2018) de Beraat Gökkus, séance Voix de l’exil, 20 juin 2018.

« Toute vie humaine, qu’elle le veuille ou non, est toujours aussi une vie quotidienne »
Bruce Bégout, La découverte du quotidien, ed. Allia, 2005, p. 91.

Le film de Beraat Gökkus nous invite à intervertir le propos de Bruce Bégout : la vie quotidienne, qu’on le veuille ou non, est toujours aussi une vie humaine. Le film est ainsi traversé par une interrogation qui peut être une interrogation commune et non pas seulement celle des demandeurs d’asile. Comment faire mémoire de cette quotidienneté qui échappe à une mise en récit linéaire, et ne se laisse saisir que par et dans les détails ? Comment la vie quotidienne peut-elle être une vie résistante ? Le film trace une voie entre la singularité d’une pratique visuelle, celle de l’artiste, une expérience de l’attente, commune aux demandeurs d’asile et une expérience de la ville au quotidien.

Le temps de la demande d’asile est souvent formulé comme un temps suspendu, comme si la vie elle-même devenait impossible mangée toute entière par l’attente. Au lieu de parler en termes négatifs de cette condensation du temps, au point d’annihiler la puissance de ce temps vécu, de le réduire à une forme de « non-vécu », le film expose plutôt une vie resserrée sur la quotidienneté, sans passé et sans futur, une vie au présent. Une vie dans laquelle le temps passe. Le film lie l’exposition de l’intimité-toute contemporaine de nos objets techniques comme le téléphone mobile et connecté, et la vie publique. Des images de moments de convivialité, des paysages, des instants fugaces, alternent avec des images de festival de journalisme. On suit Beraat Gökkus dans ces passages de moments d’intimités partagées, de solitude contemplative et de vie publique et le film dé-hiérarchise, par la juxtaposition, ces trois registres de la vie. Ces images passantes, nous n’avons pas le temps de les fixer dans notre propre mémoire, elles sont rendues un peu floues par la juxtaposition parfois rapide, mais elles sont néanmoins là, elles existent sous cette forme apparemment désordonnée, elles permettent de dire : ce temps-là a été vécu. En cela le film est une belle résistance à la « suspension de la vie », à sa mise entre parenthèse dans le temps de la demande d’asile. Bien sûr il est important de pointer et de dénoncer la gestion administrative de ce temps, mais la critique risque l’effet pervers d’effacer complètement ce qui en fait a été vécu par des sujets dont la vie ne se réduit pas à « demander l’asile ».

Continuer la lecture de Poétique et politique de l’infra-ordinaire, à propos de Entre-retiens (2018) de Beraat Gökkus / Emilie Da Lage

NON PLACES OF EXILE