Co-constructions & frictions – pédagogies et transmissions, 8 février 2023

Co-constructions & frictions – pédagogies et transmissions

8 février 2023, 17h-20h, Collège de France, 3 rue d’Ulm, 75005 Paris (salle du rez-de chaussée)

en accès libre- en présentiel de préférence, mais lien zoom sur cette page 48h avant la séance (attention, les doctorant.e.s de l’E.D. 396 de l’Université de Paris Nanterre doivent s’inscrire auprès de Saskia Cousin)

Séance coordonnée et introduite par Emilie Da-Lage (Geriico, U. de Lille, ICM), Sophie Djigo (classe préparatoire, lycée Watteau  Valenciennes) et Hayatte Lakraâ (DU H2M, Inalco)

Avec : 

  • Céline Cantat (sociologue, Sciences Po, ICM)
  • Bchira Ben Nia (DU H2M, Inalco)
  • Sophie Djigo (Philosophe, classes préparatoires) (en visio)
  • Alexandra Galitzine-Loumpet (anthropologue, Cessma, Sophiapol, ICM & DU H2M) et Saskia Cousin  (sociologue, Sophiapol, Université de Nanterre, ICM) 

Argumentaire

Depuis quelques années, des dispositifs pédagogiques spécifiques et des formations spécialisées ont été mis en oeuvre pour faciliter l’accès à l’enseignement supérieur des étudiant.es en exil (DU Passerelles). Des associations et collectifs regroupent des étudiants en exil et demandent un statut spécifique. D’autres expériences  valorisent les compétences des personnes exilées, notamment les compétences linguistiques et celles issues de l’expérience de migration ( DU H2M – 2019, DU Dialogues-2021, DU Frontières – 2022). 

Ces expériences et dispositifs pédagogiques apparaissent  comme des « objets frontières » au sens de Susan Leigh Star (Star S.L., Griesemer J. 1989), c’est à dire des dispositifs qui permettent de collaborer en réunissant plusieurs visées qui ne se recouvrent pas:  innovation pédagogique dans une université sous pression néolibérale ; reconnaissance d’un métier dans un univers converti au “suivi qualité des formations” ; formation de personnel qualifié et développement des stages pour des associations qui possèdent des modes de faire, des histoires et des ambitions différents ; espace de recherche-action ; espace de formation et de qualification pour des personnes dont les savoirs sont souvent subalternisés. 

Ces formations peuvent être envisagées comme des dispositifs de mise en relation et des résultats de “frictions” (Tsing 2020), comme un cadre pour la production de savoir partagé produit  dans une asymétrie de positions obligeant à un travail réflexif sur le positionnement des formateur.ices  que des étudiant.e.s. Ces “zones de friction” entre  dynamique pédagogique, sociale, administrative voire matérielle interrogent l’autonomie des étudiant.es, au statut souvent précaire, mais également les attentes des formateur.ice.s. La réflexivité est nécessaire si l’on veut faire apparaître ces savoirs de la rencontre et de la médiation et les reconnaître sans les capter, les partager sans les détruire. 

Cette séance s’organisera en trois temps. Un premier temps pour comprendre les enjeux de l’accueil des étudiant.es en exil et de l’émergence de cette catégorie dans les politiques universitaires. Un second temps abordera plus spécifiquement les enjeux portés par les Diplômes universitaires (D.U.) de médiation interprétation. Enfin nous reviendrons avec Sophie Djigo sur les attaques auxquelles doivent faire face les enseignant.es, chercheuses et chercheurs qui travaillent sur l’exil aujourd’hui.

Intervenantes : 

Continuer la lecture de Co-constructions & frictions – pédagogies et transmissions, 8 février 2023

Une diffraction des savoirs et des expériences : conjuguer pratiques professionnelles, recherche et engagement / Laure Wolmark

Une diffraction des savoirs et des expériences : conjuguer pratiques professionnelles, recherche et engagement.

Texte de l’intervention à la séance introductive Co-Constructions & frictions du 14 décembre 2022 –

Laure Wolmark (psychologue, chercheuse au Centre de réflexion sur l’action et les savoirs humanitaires (Crash / Fondation MSF)

Quand j’étais étudiante en classe préparatoire, ou en terminale, je ne me souviens plus très bien, notre professeur de philosophie nous avait fait travailler sur un passage de L’idéologie allemande de Karl Marx et Friedrich Engels. Dans ce passage qui dénonce la division du travail entre travail matériel et intellectuel, quelques phrases m’avaient fait rire à l’époque. Il se trouve que ces phrases m’avaient aussi beaucoup marquée, au point qu’en réfléchissant à ce que j’allais pouvoir dire aujourd’hui ce sont elles qui me sont d’abord revenues. Je ne résiste pas à vous les lire :

« Dès l’instant où le travail commence à être réparti, chacun a une sphère d’activité exclusive et déterminée qui lui est imposée et dont il ne peut sortir ; il est chasseur, pêcheur ou berger ou critique, et il doit le demeurer s’il ne veut pas perdre ses moyens d’existence ; tandis que dans la société communiste, où chacun n’a pas une sphère d’activité exclusive, mais peut se perfectionner dans la branche qui lui plaît, la société réglemente la production générale ce qui crée pour moi la possibilité de faire aujourd’hui telle chose, demain telle autre, de chasser le matin, de pêcher l’après-midi, de pratiquer l’élevage le soir, de faire de la critique après le repas, selon mon bon plaisir, sans jamais devenir chasseur, pêcheur ou critique. » (Engels, Marx, 1968, p.63)“

Continuer la lecture de Une diffraction des savoirs et des expériences : conjuguer pratiques professionnelles, recherche et engagement / Laure Wolmark

Politiques de l’exil – Co-constructions & frictions, séance introductive, 14 déc. 2022, 17-20h

Politiques de l’exil – Co-constructions & frictions, séance introductive.

14 décembre 2022, 17-20h,  salle 2, Collège de France, place Marcelin-Berthelot, 75005 Paris

en accès libre- en présentiel de préférence mais avec lien zoom   

Séance coordonnée et introduite par : Alexandra Galitzine-Loumpet (anthropologue CESSMA, Sophiapol, ICM), Léo Manac’h (doctorant au CEPED, U. de Paris-Cité, ICM)  & Saskia Cousin (Sociologue, Sophiapol, ICM) . Avec

Maël Galisson (GISTI)  – A la frontière : entre recherche, activisme et journalisme, quelques partages d’expériences sur Calais

Izabela Wagner (sociologue Collegium Civitas Varsovie, ICM) La vie en urgence, les chercheur.e.s en action dans la forêt de Białowieża (frontière polono-biélorusse) (en visio)** (collecte du groupe Granica, voir plus bas)

Laure Wolmark (psychologue, chercheuse au Crash)- Une diffraction des savoirs et des expériences : conjuguer pratiques professionnelles, recherche et engagement.

La première séance du séminaire de cette année est consacrée à l’esquisse de plusieurs définitions de co-constructions de savoirs aux frontières. Comment, à partir de positions différentes et souvent inégalitaires entre acteurs de la frontière, est-il possible de construire un savoir commun ? Quel est le statut de ces savoirs et quels sont leurs usages, politiques, scientifiques, mémoriaux ? Quelles contre-archives des politiques migratoires répressives et de leurs effets délétères sommes-nous collectivement en capacité de faire exister ? Nous reviendrons sur l’expérience des Fabriques d’agirs qui se sont déroulées à Calais en mai 2022 et qui ont rassemblé exilé·es, militant·es et chercheur·ses avant de présenter plusieurs recherches collectives actuelles aux frontières ainsi que d’autres situations de co-constructions et co-élaborations.

** A la suite de la communication d’Izabela Wagner plusieurs personnes ont demandé les coordonnées de la collecte du  Groupe Granica (frontière) qui oeuvre à la frontière polono-biélorusse. Nous le partageons en remerciant Izabela Wagner. Les besoins sont immenses.

Présentation des intervenant.e.s

Continuer la lecture de Politiques de l’exil – Co-constructions & frictions, séance introductive, 14 déc. 2022, 17-20h

Non-lieux de l’exil, an 12 – Politiques de l’exil : Co-constructions & frictions

Non-lieux de l’exil est un collectif de recherche*, cette année affilié à Institut Convergences Migrations / Collège de France (Programme Co-Front) et à l’ED 396 Université de Paris-Nanterre et conçu en partenariat avec le GERiiCO (Université de Lille), l’axe de recherche 1 “S’approprier, contester, lutter : spatialité, domination, violence” du CESSMA (UMR 245) et le  groupe de recherche Aesthetics, Politics & Knowledge de l’Institut de Philosophie de l’Université de Porto. Il est également qualifiant pour le Master Migrations (ICM, EHESS, Université de Paris I). Non-lieux de l’exil coordonne un séminaire, des journées d’étude et s’associe chaque année avec des partenaires pour différentes manifestations (colloques, table-rondes, interventions).

En cet an 12 des Non-lieux de l’exil, la thématique générale est la suivante : Politiques de l’exil : co-constructions & frictions. Les séances auront lieu aux dates suivantes.  Sauf exception indiquée, toutes les séances auront lieu au 3 rue d’Ulm, 75005 Paris (salle de conférence, rez de chaussée) de 17 à 20 h.  Des séances ou événements seront rajoutés Toutes les séances feront l’objet d’une annonce spécifique (via la liste NLE du réseau Terra-HN, ce carnet hypothèses et la page facebook associée)

Le programme définitif est en cours d’élaboration. Il sera très complété en novembre dans ce billet.

*Le collectif est cette année composé de : Alexandra Galitzine-Loumpet (CESSMA & Sophiapol, ICM), Saskia Cousin (Sophiapol, U. Paris Nanterre, ICM),  Emilie Da Lage (Geriico, U. de Lille, ICM), Anne-Laure Amilhat Szary (U. Grenoble, ICM), Léo Manac’h (U.de Paris Cité, ICM), Christiane Vollaire (CNAM, ICM), Laure Wolmark (Crash, MSF),  Eugenia Vilela (U.de Porto), Izabela Wagner (Collegium Civitas – Warsaw/Poland, ICM), Hayatte Lakraâ (DU H2M, Inalco).

 

Assignations spatiales / Confinement humanitaire – journées d’étude 16-17 juin 2022, Nice

Non-lieux de l’exil participe aux journées d’étude  Assignations spatiales organisées par  l’Association Française des Anthropologues (AFA)  en partenariat  avec l’axe 1 du LAPCOS (UPR 7278 Université côte d’Azur) et dans le cadre des activités de la MSHS Sud-Est (axe 4)

 

Programme :

Jeudi 16 juin 2022

Rencontres avec des associations de soutien aux exilé.e.s à Vintimille, co-production de cartes sensibles. Inscription à l’adresse-mail : afa.vintimille@gmail.com 

14h – Introduction et présentation du projet « Antenne sud » de l’AFA par Laurent Sébastien Fournier (anthropologue, Université Côte d’Azur)

15h – Présentation de travaux des membres de l’axe 1 du LAPCOS (anthropologie, psychanalyse, histoire de l’art), dont la thématique générale est « Territoires et environnements : approches plurivoques de l’habiter »

• Agnès Jeanjean (anthropologue, Université Côte d’Azur) : Habiter les restes

• Frédéric Vinot (psychanalyste, Université Côte d’Azur) : De la production sociale à la production psychique de l’espace

• Philippe Hameau (anthropologue, Université Côte d’Azur) : Les graffiti en milieu carcéral : entre l’individuel et le collectif

17-20h – Présentation du web-documentaire « Des aires » de Gaëlla Loiseau (docteure en sociologie, présidente de l’ARCE Bistrot des ethnologues de Montpellier), puis débat avec l’auteure.

Vendredi 17 juin 2022

Continuer la lecture de Assignations spatiales / Confinement humanitaire – journées d’étude 16-17 juin 2022, Nice

Politiques de l’exil – Mobilisations des affects, 8 juin 2022

Politiques de l’exil – Mobilisations des affects

 

8 juin 2022, 17 à 20h  salle du Collège de France, 3 rue d’Ulm 75005 Paris (75 places / Métro Cardinal Lemoine ou Place Monge – RER Luxembourg). Séance en accès libre .

Participer à la réunion
https://univ-lille-fr.zoom.us/j/92864530543?pwd=aEE0WDJBcWxDU0lpUERmSzdhaFRWQT09

Avec : Loup Blaster (artiste et militante), Fernanda Coelho Liberali (formatrice d’enseignant·es, chercheuse et professeur à la PUCSP), Philippe Demesteere (prêtre et militant au Secours Catholique), Romain Huët (maître de conférences en sciences de la communication à l’ISCC de l’Université Rennes 2),

Coordination : Léo Manac’h (doctorant en anthropologie  au Ceped, U. de Paris, ICM) et Emilie Da Lage (MCF HDR à l’université de Lille, au laboratoire GERiiCO, ICM) 

« La honte ! », cette locution est fréquemment employée pour dénoncer les politiques migratoires françaises et européennes : honte des camps-prisons dans les îles grecques, honte du harcèlement policier des exilé·es aux frontières ou dans les rues de Paris, honte des absurdités administratives du régime de Dublin qui cause de nombreuses souffrances psychiques pour les personnes exilées. Affect négatif, il se saisit des témoins qui le proclament dans l’espace public et médiatique dans un but d’infléchissement – trop rarement effectif – des décisions du gouvernement des migrations. Dans Les Naufragés et les rescapés, Primo Levi désigne une « honte du monde » qui a saisi dans l’après coup les survivant·es des camps d’extermination : c’est le sentiment d’avoir fait face à quelque chose d’irrévocable, que l’on n’a pas pu empêcher d’advenir (1989 [1986]). La honte apparaît en écho à un sentiment d’impuissance face à l’abjection d’une situation. Carlo Ginzburg s’appuie sur ce texte de Levi pour faire de la honte un sentiment d’appartenance nationale (2010) : on aurait honte pour son pays ou pour les institutions supposées nous représenter. Cette définition porte les possibles désidentifications à l’État de la part des honteux et honteuses, et donc une conflictualisation avec l’ordre politique (Rancière 1998).

Nous proposerons dans cette séance de voir la honte comme une force motrice des implications politiques. Comment des mobilisations peuvent se construire à partir de la mise en commun de cette passion triste ? Et à quel prix est-ce viable quand les motifs de la honte ne cessent de se répéter et de s’amplifier ? Si on peut construire ses hontes collectives, nous verrons aussi comment la joie peut être motrice et soutenir nos puissances d’agir (Spinoza 1993 [1677] : 138). L’entretien des espaces de joie permet notamment de tenir dans des mobilisations au long cours et de trouver du commun entre les personnes directement concernées par les politiques migratoires, et les soutiens. Elle permet de lutter enfin d’infléchir les tendances autoritaires et les injonctions à la pureté militante qui peuvent dévitaliser des espaces de lutte.

Bibliographie : 

  • Ginzburg, Carlo. « The Bond of Shame » in Corina Caduff, Anne-Kathrin Reulecke & Ulrike Vedder (dir.) Passionen. Objekte – Schauplätze – Denkstile, Munich, Wilhem Fink, 2017 [2010], p. 19-26.
  • Levi, Primo. Les naufragés et les rescapés. Quarante ans après Auschwitz, Paris, Gallimard, 1989 [1986].
  • Rancière, Jacques. Aux bords du politique, Paris, Gallimard, 1998.
  • Spinoza, Baruch. L’éthique, Trad. A. Guérinot, Paris, Ivrea, 1993 [1677].

Intervenant·es :

Continuer la lecture de Politiques de l’exil – Mobilisations des affects, 8 juin 2022

Politiques de l’exil – Mobilisations sans territoire. Exil, corps et traces de résistances – 4 mai 2022

Politiques de l’exil –Mobilisations sans territoire. Exil, corps et traces de résistances

 

4 mai 2022  17 à 20h  salle du Collège de France, 3 rue d’Ulm 75005 Paris (75 places / Métro Cardinal Lemoine ou Place Monge – RER Luxembourg). Séminaire Non-lieux de l’exil EHESS / Institut Convergences Migrations, en partenariat avec le Geriico (U. de Lille), et le groupe de recherche Aesthetics, Politics & Knowledge de l’Institut de Philosophie de l’Université de Porto. (Séance en accès libre  avec les modalités sanitaires en vigueur) .

La séance a lieu en présentiel (pour les parisien.nes et les étudiant.e.s, sauf impossibilité à justifier). La séance a lieu en présentiel (pour les parisien.nes et les étudiant.e.s, sauf impossibilité à justifier).

Lien zoom : https://univ-lille-
fr.zoom.us/j/99900960409?pwd=VFBtSkIrekd0SHd4QzBlSEVhakRXdz09
ID de réunion : 999 0096 0409 Code secret : 830178

avec : Anahita Bathaie (artiste), Marcia Tiburi  (philosophe et écrivaine, Université de Paris 8), Rada Iveković (philosophe, U. de Saint Etienne)

Coordination : Eugénia Vilela (philosophe), Université de Porto.

Dans un scénario de normalisation de la violence extrême, spécifique du monde contemporain, comment appréhender les métamorphoses des liens qui se créent, dans des formes de mobilisation sans territoire, entre les corps et les gestes des personnes en exil ? À l’intérieur de paysages discursifs performatifs créés par les politiques migratoires européennes et les politiques de déracinement des peuples autochtones  – politiques de brutalisation, d’expulsion, d’invisibilisation et de mise à mort – comment appréhender l’urgence politique des forces de mobilisation qui se créent à partir des actions spécifiques d’expulsion – pushback – des personnes en exil aux frontières de l’Europe et des peuples indigènes au Brésil, aux frontières de leurs terres ancestrales ? Comment les corps exilés / expulsés, génèrent des gestes-force par lesquels un collectif humain reprend ses droits à la vie ? Comment comprendre la composition affective et perceptive des mobilisations créés par de multiples formes de résistance qui relient des peuples, des cultures et des continents différents ? Quelles mémoires, imaginations et actions sont mobilisées pour consolider l’ancrage des luttes, par les corps et les gestes singuliers des personnes qui vivent le déracinement (Weil) ? Comment penser la singularité des mobilisations dans un mouvement intensifié par la polyphonie des voix ? Si les corps portent, en eux, la subjectivité singulière des gestes de résistance, comment penser la force politique, esthétique et éthique d’une puissance d’agir qui est à l’origine de toutes les luttes ? Comment témoigner des différentes manières de se confronter au monde par des luttes et des formes de résistance qui mobilisent les corps et les gestes ? La séance questionnera comment les différentes formes de convocation d’un espace-temps commun – la mobilisation – peuvent constituer des actions politiques et esthétiques créés par les corps et les gestes des personnes en exil.

Présentation des intervenant·es

Continuer la lecture de Politiques de l’exil – Mobilisations sans territoire. Exil, corps et traces de résistances – 4 mai 2022

NON PLACES OF EXILE

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search