Frontières naturelles, frontières naturalisées – retours de terrain. 29 mai 2024, 17-20h, Inalco

Frontières naturelles, frontières naturalisées – retours de terrain.

7ème séance des Non-lieux de l’exil, an 14, dans le cadre de la thématique 2023-2024 : “Exil, conflictualité et émancipation”, en partenariat avec UXIL et l’axe 1 du CESSMA (UMR 245)

Séance reportée du 15 au 29 mai, Amphi 2, Inalco -65 rue des Grands Moulins 75013 Paris (M°/RER Bibliothèque François Mitterrand) .

 Entrée libre. En hybride pour les non-résidents en Ile-de-France. Attention, les doctorant.e.s de l’E.D. 396 de l’Université de Paris Nanterre doivent s’inscrire auprès de Saskia Cousin. Lien zoom : https://spaces.avayacloud.com/spaces/653a58eba9e06021cb26dfa3 

Avec :

  • Marie-Caroline SAGLIO-YATZIMIRSKY (anthropologue, Inalco, Cessma, ICM) –  Militarisation, trafics et enjeux humanitaires des migrations vénézueliennes au Brésil
  • Marilou SARRUT (Doctorante en anthropologie, (UPC/CESSMA/ICM) –  Briser le mythe de la “jungle qui tue” : instrumentalisation de la nature et déresponsabilisation politique dans la traversée migratoire du Darién (frontière Colombie – Panama)
  • Izabela WAGNER (Sociologue, U. De Paris-Cité, Urmis, ICM)- A la recherche de “Xenia” – retours de terrain sur la terre en guerre. (en visio)
  • Avec la participation de Angelly Gonzalez et de Johana Ramirez Tivabija, étudiantes du DU professionnel Hospitalité, médiations, migrations.

Discutant : Damien SIMONNEAU  (CESSMA – Inalco)

Coordination : Alexandra Galitzine Loumpet (CESSMA, Co-front ICM) et  Izabela Wagner (Urmis, U. de Paris-Cité, ICM) 

Image du bandeau : Bajo-Chiquito, Darién @ M. Sarrut 2023

Argumentaire

Ce que pourrait avoir d’abord en commun des frontières aussi éloignées que le couloir du Darièn entre la Colombie et le Panama, celle entre Vénézuela et le Brésil en Amazonie ou encore la forêt entre Pologne et Bélarus c’est précisément d’être des frontières épaisses, avec leur cohorte associée :  gouvernementalité du contrôle migratoire, militarisation, économies paralègales du passage, puissance des désirs d’émancipation de celles et ceux qui tentent la traversée et effets d’extrêmes violences sur leurs corps et le psychisme, criminalisation et épuisement des soutiens, délations. En second lieu, ces frontières sont également définies par l’existence d’obstacles naturels, plus ou moins importants, ou naturalisés  : fleuves, forêts, îlots, “jungles”, ailleurs régions désertiques. Cette nature est singularisée par sa topographie autant que  par ses  zones de mises à l’écart, sinon de non droit, densément ou peu peuplées. L’instrumentalisation du relief des frontières impacte ainsi par rebond la qualification de l’espace, les représentations du milieu écologique, des confins de l’État-nation, des parcours migratoires, des imaginaires associés. 

Au-delà de ces processus de frontiérisation partagés, chacun de ses emplacements est marqué par la spécificité des contextes politiques, par des empreintes du passé, des politiques migratoires, des treillis des relations entre acteurs, face aux communautés locales, aux États, aux organismes supra-nationaux (intergouvernementaux, humanitaires, Frontex) ou informels (cartels, rackets, réseaux).  Comment faire terrain en ces lieux – c’est-à-dire avec quelles entrées, tensions, tactiques, impossibilités ? Comment faire retour de ces violences extrêmes ? Comment en saisir la pleine singularité et éventuellement, si cela s’avère possible, justifier de comparaisons  ?  C’est à ces questions que vont répondre les intervenantes, de retour de terrains courts ou réguliers, en prenant appui sur un événement précis  – dépliant ainsi de façon réflexive le positionnement de la recherche, les alliances avec d’autres acteurs, les stratégies de présence.

Intervenantes

Continuer la lecture de Frontières naturelles, frontières naturalisées – retours de terrain. 29 mai 2024, 17-20h, Inalco

ART, CONFLICTUALITÉS ET ÉMANCIPATION. PRATIQUES ET PAYSAGES SONORES ET CORPORELS DE L’EXIL. 10 AVRIL 2024, 17-20H.

Art, conflictualités et émancipation- Pratiques et paysages sonores et corporels de l’exil

6ème séance des Non-lieux de l’exil, an 14, dans le cadre de la thématique 2023-2024 : “Exil, conflictualités et émancipations”, en partenariat avec UXIL.

10 avril 2024, 17-20h, salle 0.33 du bâtiment de recherche sud (rez-de-chaussée), 5 cours des Humanités, Campus Condorcet, Aubervilliers (M° Front Populaire)

Entrée libre. En hybride pour les non-résidents en Ile-de-France. Attention, les doctorant.e.s de l’E.D. 396 de l’Université de Paris Nanterre doivent s’inscrire auprès de Saskia Cousin. Lien zoom : https://spaces.avayacloud.com/spaces/653a58eba9e06021cb26dfa3 

Avec :

  • Denis Laborde (anthropologie de la musique, CNRS), 
  • Nazir Rahguzar (artiste, membre d’Uxil et enseignant-chercheur, Chaire de préfiguration Arts et Patrimoine en Afghanistan)
  • Marcelle Bruce et Schéhérazade Zambrano (chorégraphes et chercheuses,  compagnie La Malagua)

      Coordination Émilie Da Lage (Gériico – Université de Lille, ICM) et Eugénia Vilela (Faculté de Lettres et Institut de Philosophie de l’Université de Porto)

      Crédit photo : balleteatro@pedrofigueiredo

      Argumentaire :

      La mobilité, le déplacement et l’exil font partie de la réalité de la création contemporaine. Dans l’exil, les artistes expérimentent des modes complexes de « partage du sensible » : le contraste entre des formes artistiques interdites publiquement dans les pays d’origine et spectacularisées dans les pays d’accueil; l’opposition entre des pratiques artistiques majoritaires dans les pays de provenance, et tenues à la marge des esthétiques valorisées dans les pays d’entrée ; la confrontation avec l’assignation à la catégorie « artistes en exil » et l’ensemble de limites à des formes de création que cette catégorie porte pour les « artistes ». Même si, à l’époque contemporaine, les mondes de l’art sont transnationalisés, ces mondes sont travaillés par des dynamiques de pouvoir qui dessinent des espaces d’exclusion.

      Par ailleurs, la crise de l’hospitalité en Europe, la multiplication des « crises » systémiques – politiques-écologiques-économiques – et leur séquence de violences et de restriction des libertés, a entraîné une « humanitarisation » de l’accueil des artistes qui met en cause l’hétérogénéité et la pluralité des mouvements du sensible qui constituent intrinsèquement l’expérience artistique.

      Dans ce contexte, c’est en questionnant les écarts et changements de régimes esthétiques et politiques, que nous proposons de penser la question de la conflictualité et de l’émancipation intrinsèque aux pratiques artistiques en exil. Cette séance sera consacrée à la création artistique dans le contexte des arts performatifs – la musique et la danse – arts du temps et du mouvement, mais aussi au type de « pouvoir » qui sont conférés à ces pratiques dans différents régimes esthétiques et politiques. Avec cette séance nous aimerions donc penser, en croisant les expériences des artistes et les réflexions et analyses de chercheur.es, les rapports entre esthétique et politique (Rancière) par la tension entre différentes temporalités et espaces du déplacement.

      En fonction des trajectoires de migrations et d’exil, et dans certaines conditions de performance, les artistes peuvent faire apparaître des résistances qui ouvrent des brèches dans les hiérarchisations des mondes de l’art, leurs pratiques matérialisent alors des forces d’autonomie dans la scène du pouvoir. Dans quelles conditions la création et la pratique artistique constituent-elles des espaces d’émancipation qui font émerger des conflictualités entre des scénarios de l’art et des fictions politiques ? Dans cette séance, on essaiera de faire place à la force politique et artistique qui donne naissance à des « univers de possibles » (Rancière).

      Cette thématique  sera également abordée lors de la Fabrique d’Agirs qui aura lieu du 11 au 13 avril prochain à Calais, notamment dans le cadre de la table ronde “Que peut la musique dans la résistance ?”, modérée par Emilie Da Lage et Loup Blaster (voir programme )

      Intervenant.e.s :

      Continuer la lecture de ART, CONFLICTUALITÉS ET ÉMANCIPATION. PRATIQUES ET PAYSAGES SONORES ET CORPORELS DE L’EXIL. 10 AVRIL 2024, 17-20H.

      Mathilde Kiening. Cheminer avec le trouble : les “psys” et les personnes exilées queer

      Deuxième intervention restituée ici de la séance de séminaire consacrée aux féminismes et aux savoirs situés non hégémoniques Non lieux de l’exil du 8 mars 2023.

      Mathilde KIENING est diplômée d’un master en psychopathologie psychanalytique et doctorante [et depuis docteure] Cifre au Comité pour la santé des exilé-e-s et à l’ED450 de l’Université de Paris. Sa thèse porte sur les productions de subjectivités et migrations forcées liées aux violences sexuelles. En parallèle, elle a mis en place un dispositif de soin et d’accueil en direction des personnes exilées queer au COMEDE.

      Cette présentation commence par une lettre que j’ai écrite à mon ami parce que c’est une manière de parler à partir de quelque chose qu’on va appeler « moi ». C’est de cette manière-là que je vais essayer de montrer comment je construis un savoir en tant que psy, dont j’espère qu’il se fait sans la langue dominante psy. Je pose comme une évidence le fait que parler est un acte politique, y compris dans une consultation avec un psy ; qu’aucune épistémologie du Sujet de l’inconscient ou de tout ce qui voudra bien nous faire croire que seul·es les psys savent, aucune de ces épistémologies ne saurait s’extraire de la condition située dans laquelle on parle, même aux psy donc. Une première question : sans la langue hégémonique que reste-t-il et de quoi puis-je partir pour constituer des savoirs ?

      Il me semble que c’est en faisant comme ça, c’est-à-dire en bricolant ouvertement, que l’on peut écouter celles et ceux qui n’accèdent pas encore aux psys.

      « Lettre à mon ami

      Aujourd’hui, la police recherche une lionne en liberté. Hier, la police montait la garde devant la chambre d’hôpital de Pierre Palmade. Il y a quelques mois, un CRS heurtait ton crâne avec une matraque. La diversité de ces activités de la Police et des CRS me laisse évidemment ébahie. Est-ce la même personne qui un jour utilise sa matraque et l’autre traque une lionne ? Si je me pose cette question, c’est seulement pour tenter de me faire une idée sur ce postulat : celui de la force et de son usage dans un cadre Etatique. Ces métiers incarnent-t-ils absolument la pointe fasciste qui est de temps à autre dans la tête ? Je ne veux pas croire qu’il n’est jamais sur mon épaule, quand bien même mes dorures militantes me porteraient à me penser “du bon côté”, c’est-à-dire pour moi le côté de celleux qui refusent l’asphyxie organisée. 

      Tu t’en doutes, moi j’écoute attentivement Paul B. Preciado quand il parle à / de la psychanalyse[1]. Je l’écoute parce que c’est l’un des rares, qui soit autant lu, qui continue à en dire quelques mots et à penser encore un peu “avec psychanalyse” – je ne sais pas comment le dire autrement. 

      Alors quand il dit que la vieille psychanalyse sert largement le patriarcat, je saute de joie sur ma chaise. On parle souvent, toi et moi, de l’orthodoxie ou non des psychanalystes que nous avons rencontrées. Les aimer, laisser leur interprétation se faire une place jusque dans notre lit, n’est-ce pas porter avec nous la matraque en diamant jusque dans nos petites conversations au café ? Nous faisons l’exposé denos séances, de nos rêves et des blagues du divan, avant que, dans un élan de colère, tu te réveilles pour me dire que l’exercice n’est permis qu’aux bourgeois-es, les autres n’ont pas le temps de ce moment bien étrange. Tu me le dis comme Paul B, toi mon Michel adoré.

      Et puis Paul continue, quelques lignes plus loin, il me parle de ce que j’appelle le microbiote : t’en ai-je déjà parlé ? Lui, il dit que la notion de Sujet pose trop de problèmes poussiéreux, alors on saute dans celle de symbiote politique[2]. Je sais bien comme tu seras sceptique si je te dis que tes microbes m’aident à vivre et que si tu n’étais pas le tas de bactéries que tu es, je ne serai pas le tas de bactéries que je suis. Mais c’est justement parce que tu es sceptique et pas anti-sceptique que nous pouvons partager du gel à paillettes acheté par une petite personne bretonne et s’amuser de nos histoires : on finira au trou. Si je suis allée du régime de force au facho dans la tête en passant par la psychanalyse, c’est que je me demande simplement comment la pensée nous matraque. »

      Continuer la lecture de Mathilde Kiening. Cheminer avec le trouble : les “psys” et les personnes exilées queer

      Conflits et résistances. Fabrique d’agirs, Calais 11-13 avril 2024

      Non-lieux de l’exil participe à travers le programme Co-front (Savoirs collaboratifs aux frontières / Institut Convergences Migrations), hébergé au CESSMA, à la prochaine édition d’une Fabrique d’agirs qui se tiendra à Calais du 11 au 13 avril prochain, dans la suite de celle de mai 2022.

      Crédit des visuels : @fanlab, 2024

      Fabrique d’agirs – Conflits et résistances. 

      11-13 avril 2024, Calais.

      Argumentaire

       Le thème choisi pour cette deuxième session est celui des conflits et des résistances, car nous avons le sentiment de vivre ici à Calais comme un écho des conflits du monde. Il nous a semblé particulièrement important de mettre en avant le fait que les personnes exilé·es ne sont pas politiquement neutres, sans pouvoir d’agir et sans intentions politiques. Nous aimerions notamment aller à rebours d’une approche trop humanitaire et technique qui tendrait à réduire les personnes en exil à des individus accaparés par leurs seuls besoins physiques et psychiques,  à un statut de victime ; à rebours aussi de toutes les politiques de suspicion qui visent à les criminaliser. Les personnes en exil agissent, informent, militent contre les situations politiques et en faveur de leur pays d’origine : en ce sens,  elles et ils sont des acteurs centraux des mobilisations en diaspora et en réseaux transnationaux. Cet engagement politique apporte un éclairage différent, informé par la connaissance de la langue, sur des contextes socio-politiques mal connus en France. Pour mieux comprendre les raisons de leur exil, les situations qu’ils ont fui et contre lesquelles ils continuent de lutter, nous avons besoin de les entendre, d’échanger et de nourrir les expériences d’engagement et les résistances, ici et là-bas.

      Programme des tables-rondes et expositions 

      Avec la participation de Rocé.

      ici : programme

      Jeudi 11 avril soir – 18h30 – 22h30 – Ouverture : Le Channel, scène nationale

      18h30. Introduction de Fabrique d’Agirs et MSF 

      20H. Concert : Loup Blaster, Manon Lamourette, Stéphane Costantini DJ set et buffet.

       Najah Al Bukai : projections de dessins sur les prisons en Syrie (Channel, Scène nationale de Calais, projection).

      Programme expositions

      Buffet

      Vendredi 12 avril – Maison d’entraide et de ressources (MER)

      9h accueil café / ouverture

       9h30 – 12h. Conférence #1 diaspora et militantisme. 

      avec : ASCIA (association afghane lilloise) +  Ceren Karlıdağ (journaliste, interprète-médiatrice)  + Rima Hassan (juriste franco-palestinienne),  Olivier Grojean (Paris I Panthéon-Sorbonne)

      Modération : Camille Louis (philosophe, Kom-post, Co-Front/ ICM) / Alexandra Galitzine Loumpet (Anthropologue, CESSMA, Co-front/ ICM)

      Continuer la lecture de Conflits et résistances. Fabrique d’agirs, Calais 11-13 avril 2024

      Le terrain des migrations et de l’exil, entre conflictualités et émancipations. 13 mars 2024, 17-20h

      Le terrain des migrations et de l’exil, entre conflictualités et émancipations.

      5ème séance des Non-lieux de l’exil, an 14, dans le cadre de la thématique  2023-2024 : “Exil, conflictualités et émancipations”, en partenariat avec UXIL.

      13 mars 2024, 17h-20h, salle 0.33 du bâtiment de recherche sud,  (rez-de-chaussée), 5 cours des Humanités,  Campus Condorcet, Aubervilliers (M°Front Populaire)

      Entrée libre. En hybride pour les non-résidents en Ile-de-France. Attention, les doctorant.e.s de l’E.D. 396 de l’Université de Paris Nanterre doivent s’inscrire auprès de Saskia Cousin. Lien zoom : https://spaces.avayacloud.com/spaces/653a58eba9e06021cb26dfa3 

      Avec :

      • Chowra MAKAREMI, anthropologue, chargée de recherche au CNRS, membre de l’IRIS.
      • Youri Lou VERTONGEN, chercheur CRESPO et CESIR, et  professeur invité à l’UC-Louvain Saint-Louis Bruxelles.
      • Emeline ZOUGBEDE, socio-anthropologue,chercheuse post-doctorale à l’IC-Migrations (Collège de France/ CNRS) et au Cerlis

      Coordination Eugénia Vilela, philosophe, Faculté de Lettres de l’Université de Porto,  Groupe de recherche Esthétique, Politique et Connaissance et Christiane Vollaire, philosophe (CNAM, Paris 7-Diderot, ICM)

      image du bandeau : © Philippe Bazin. Cabane municipale d’accueil pour les passants. Plat du col de l’Échelle, Névache près Briançon, septembre 2021.

      Argumentaire

      La question de l’exil, du déplacement, des migrations – des conflictualités qu’ils engagent et des formes d’émancipation qu’ils peuvent promouvoir – n’a cessé de mobiliser les chercheurs, en particulier depuis le XXème siècle sous les effets conjugués de la colonisation et de la décolonisation, conférant actuellement au phénomène une ampleur considérable, dans le temps même où les législations nationales et internationales se font de plus en plus contraignantes et ségrégatives. Walter Benjamin affirmait déjà, à la fin des années 1930, dans son essai Le Capitalisme comme religion, que « jamais la disproportion entre la liberté de mouvement et la profusion des moyens de circulation n’a atteint un tel degré ».

      Cette « disproportion », actuellement vécue dans l’espace européen de Schengen comme dans l’externalisation de ses frontières, est documentée, réfléchie, diffusée par les chercheurs, dans une multiplicité de domaines : la question des politiques publiques (Didier Fassin et Anne-Claire Defossez à Briançon), comme celle des relations internationales, la question du droit comme celle de l’action humanitaire, la question du travail et de l’exploitation (Émeline Zougbédé, au Maroc, au Népal ou au Burkina-Faso) comme celle des solidarités et des revendications ; les questions de santé comme les problématiques d’organisation sociale ou les questions de genre.

      Face à des décideurs politiques et à des médias de masse largement instrumentalisés, le travail des chercheurs devient de plus en plus nécessaire pour rétablir des vérités élémentaires (François Héran Immigration, le grand déni, sur les questions démographiques) et tenter d’infléchir des politiques publiques sourdes aux simples exigences non seulement de l’éthique, mais de la rationalité. La recherche s’affirme ainsi de plus en plus comme un point d’appui démocratique, dans l’interaction sur le terrain (Marie-Caroline Saglio et Alexandra Galitzine sur la question des langues), ou dans la réflexion sur un terrain rendu paradoxalement possible par la distance (Chowra Makaremi avec l’Iran). La politologie contemporaine (Youri Lou Vertongen auprès des sans-papiers) s’inscrit dans ce questionnement commun, et les développements récents d’une philosophie de terrain attestent de cette nécessité de s’engager dans la réalité de l’échange et la valeur épistémique de l’entretien.

      En conflit, mais aussi en interaction stratégique avec les pouvoirs publics, l’activité de recherche, dans sa transdisciplinarité contemporaine, se nourrit de la réalité vivante et mouvante du terrain, à l’écoute de la parole de ses acteurs, de l’expérience et de l’expertise de ceux qui en vivent les multiples violences. C’est cette ambition que la rencontre entre anthropologie, sociologie, politologie et philosophie souhaite interroger ici, à partir de la pluralité des terrains.

      Intervenants :

      Continuer la lecture de Le terrain des migrations et de l’exil, entre conflictualités et émancipations. 13 mars 2024, 17-20h

      Auto-organisation et représentation des personnes en exil : dissensus et pratiques émancipatrices. 7 février 2024, 17-20h. (visio / hybride)

      Auto-organisation et représentation des personnes en exil : dissensus et pratiques émancipatrices 

      4ème séance des Non-lieux de l’exil, an 14, dans le cadre de la thématique  2023-2024 : “Exil, conflictualités et émancipations”, en partenariat avec UXIL.

      7 février 2024, 17-20h,  Cette séance aura lieu en VISIO. Un hybride est cependant organisé par Saskia Cousin à l’Université de Nanterre, pour les étudiants et les participants présents sur place (bâtiment Lefebvre, salle D402 (Sophiapol) (Les doctorant.e.s de l’E.D. 396 de l’Université de Paris Nanterre doivent s’inscrire auprès de Saskia Cousin). Lien zoom : https://spaces.avayacloud.com/spaces/653a58eba9e06021cb26dfa3 

      avec :

      • Nicolas JAOUL (anthropologue et réalisateur de documentaires, chargé de recherche au CNRS) : A propos de la politique des demandeurs d’asile. Retours sur la mobilisation des campements de La Chapelle, été 2015. (A partir d’extraits du film « Bariz, le temps des campements, Iskra, 2020).
      • Serge BAGAMBOULA (Chercheur au CFS-ep et membre du Bureau d’études des Sans Papiers de Bruxelles) : Mobilisation pour une régularisation des sans-papiers en Belgique
      • Martin DELEIXHE (professeur à l’Université Libre de Bruxelles, Centre de Théorie Politique) : Quelle représentation politique pour les migrants en situation irrégulière ?

      Coordination : Saskia Cousin, (sociologue, Sophiapol, U. de Nanterre, ICM) et Sophie Djigo (philosophe, STL Lille, ICM)

       Crédit photos : Lutte des habitants du 76 rue Gabriel Péri, à Saint-Denis, 2008. (c) Olga Stanislavska

      Argumentaire :

      Alors même que le projet de loi Asile et Immigration porté par Gérald Darmanin vise à restreindre l’accès aux droits des personnes exilées et à criminaliser l’immigration irrégulière, la question de la visibilité et de l’organisation politique des sans-papiers se pose de manière aiguë. L’anthropologie des campements documente le régime de visibilité des personnes en exil : celui de l’effacement, de l’interstice, de l’effraction. Comment exister dans l’espace public lorsqu’on est assigné à l’invisibilité, cantonné dans les marges de la cité ; comment défendre ses droits et quels droits défendre ?

      Les conditions de l’encampement, à savoir l’installation transitoire, le dénuement, l’insécurité et l’invisibilité, pourraient conduire à faire de ces espaces de vie des incarnations de l’état de guerre de tous contre tous. Or, malgré ces circonstances extrêmes, la vie en commun s’organise, improvisée, progressivement élaborée. Comment se développent des modes d’organisation sociale et politique dans les lieux de vie de personnes en exil ? Quelles sont les pratiques d’autogestion mises en œuvre, par exemple à Calais, à Paris-La Chapelle, à Bruxelles ?

      Loin de tout angélisme, ces organisations en autogestion interrogent l’exercice collectif du pouvoir, la production des règles, la participation démocratique, affrontées à bien des difficultés, à des formes de conflictualités non seulement entre les personnes en exil et les pouvoirs publics, mais aussi entre les personnes en exil, ou entre exilé.e.s et militant.e.s/bénévoles.

      La solidarité mise en œuvre par les citoyen.ne.s solidaires fait aussi partie des éléments qui à la fois renforcent et perturbent l’autonomie et la subjectivation politique des exilé.e.s. Si le soutien est crucial, il comporte aussi sa part d’ambiguïtés ; l’enfer peut être pavé de bonnes intentions, lorsque les solidaires se donnent pour tâche de représenter les personnes en exil, de prendre la parole en leur nom, en l’absence de relais politiques, ou de décider à leur place, en vertu de leur compétence de citoyens. La représentation des personnes en exil n’est pas exempte de conflits, et les désaccords entre collectifs d’exilé.e.s ou entre personnes au sein d’un même collectif en témoignent.

      Quelle représentation pour les sans-papiers ? Quelles stratégies d’organisation politique pour faire entendre les voix, pas toujours accordées, des exilé.e.s ? Comment porter la parole des personnes en exil en dehors des cadres institutionnalisés de la représentation politique ? A quand un parlement des migrants à l’échelle nationale, voire européenne ?

      Intervenants : Continuer la lecture de Auto-organisation et représentation des personnes en exil : dissensus et pratiques émancipatrices. 7 février 2024, 17-20h. (visio / hybride)

      Non-lieux de l’exil – Tribune contre la loi immigration

            Le groupe de recherche Non-lieux de l’exil s’associe à la tribune de l’Institut Convergences Migrations, et appelle à la résistance contre la loi inique sur l’immigration votée le 19 décembre 2023. Nous ne répéterons pas ici en quoi elle contrevient aux libertés fondamentales, à l’égalité des droits, au droit du sol, aux principes mêmes sur lesquels furent fondées la démocratie et la république françaises : l’avis de la défenseure des droits le détaille. Il suffit de rappeler que par ses termes, cette loi est la plus répressive jamais votée en France depuis la Seconde Guerre mondiale sur l’immigration ; que par les tractations et arguties ouvertement xénophobes et racistes qui lui ont donné naissance, elle stigmatise comme indésirables et pointe du doigt celles et ceux qu’elle désigne sous le vocable générique “d’étranger” – y compris les “étudiants étrangers”, ailleurs appelés internationaux. Sous couvert d’intégration, comprise dans les termes restrictifs de seuls devoirs, et non de droits, elle ne propose que plus d’exclusion, de précarisation et de souffrance à venir, et la perpétuation de formes d’esclavage pour les travailleur·euses sans-papiers. Cette loi s’oppose ainsi à tous les rapports, recherches, et préconisations contraires émis par les acteurs et actrices du travail social, des associations, de la santé ou de la recherche qui documentent depuis des années la dégradation des droits des personnes exilées. Elle n’est que l’aboutissement logique des violences et discriminations subies par les étranger·ères, des frontières aux quartiers populaires, et conjointement des attaques contre la liberté de penser, d’enseigner et d’alerter sur la condition qui leur est faite.

      Depuis 14 ans, notre collectif observe, atteste, échange, documente les différents terrains de l’exil au plus près des réalités, s’engage dans des actions individuelles et collectives en collaboration avec divers partenaires. Nous avons invité et débattu avec plus de 500 chercheur·ses, travailleuses et travailleurs sociaux et de la solidarité, associations et collectifs, acteurs exilés, des mondes de l’art, organisé des rencontres et des colloques, publié le résultat de nos recherches. Nous ne sommes pas les seul·es. Nous continuerons évidemment à le faire. Nous appelons de plus à lutter contre les mesures iniques que contient cette loi, à refuser de les appliquer, et à manifester une solidarité sans faille avec tou·te·s les exilé·e•s dans tous les espaces où il sera possible de le faire, comme les lieux de l’art, de la recherche, du soin et du travail social. Nous appelons également nos collègues des mondes de la recherche à afficher, par d’autres tribunes ou par toute autre forme utile, leur solidarité et leur opposition à cette loi. En d’autres termes, à se mobiliser.

      log nle cem

      NON PLACES OF EXILE

      Rechercher dans OpenEdition Search

      Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search