Au paradis, Ô Kola. (in memoriam Mutawakeel) / par Mustafa MA.

Au paradis, Ô Kola.

(in memoriam Mutawakeel, mort en Méditerranée)

Par Mustafa MA.

 

Mutawakeel, surnommé « Kola », est licencié de l’Université Nilayin (les deux Nils) à Khartoum, du département d’Histoire et relations diplomatiques. Né à Nyala, au Darfour, il a subi durant son parcours d’études les pires des persécutions et injustices, sans parler de ce qu’il avait subi auparavant au Darfour à cause de la guerre et du déplacement de ses parents au camp de Kalma. Il était à l’Université de Nilayn entre 2011 et 2017.  Il était adhérent au parti du front populaire démocratique, et parmi les membres et cadres du parti les plus actifs. Il réclamait et appelait pour le départ du régime dictatorial, et pour la justice et l’égalité entre toutes les tribus et les populations du Soudan.  Il parlait devant tout le monde sans peur. A cause de sa personnalité et son fort caractère, il a été détenu à plusieurs reprises par les forces de sécurité. Une fois, il n’a pas pu présenter son examen suite à sa détention. Appartenant au parti au régime, les instances de sa faculté n’ont offert aucune aide dans ce sens-là.  Si on voulait écrire les situations auxquelles il a été confronté dans sa vie, on épuiserait tant de stylos !

Après sa licence dans cette université qu’il qualifiait d’enfer, Mutawakeel a décidé de quitter le Soudan pour aller en Europe, pensant qu’en Europe il pourrait trouver une meilleure vie et continuer ses études.  Deux mois après l’obtention de sa licence, Il a quitté le Soudan en direction de la Lybie, dans l’espoir de traverser la Méditerranée.  Il m’a contacté en décembre 2017, m’a demandé de l’aider avec une somme d’argent pour pouvoir prendre un de ces bateaux illégaux qui transportent les immigrés.  J’ai accepté mais j’ai discuté longuement avec lui pour le raisonner, ayant passé moi-même par cette expérience deux ans auparavant, j’ai essayé de lui décrire l’impensable, ce qui se passe dans ces voyages, comment les passeurs jouent avec les vies des immigrés, je lui ai expliqué également que le pourcentage de survie de ces bateaux  (de cette traversée) ne dépasse pas 10%.  Sa réponse était celle d’un homme croyant : « Parfois, la mort vaut mieux qu’une vie d’humiliation, l’être humain ne saura jamais où, comment, et quand il mourra. Seul Dieu détient ce savoir. Et il se peut que je sois parmi les survivants inchallah. Je suis optimiste » et puis il a repris la phrase que je répétais quand je suis parti pour l’Europe : « soit on arrive en Italie, soit on sera mangé par les sardines et on deviendra des sardines ». Je lui ai donc souhaité un bon voyage, on s’est mis d’accord pour le transfert de la somme d’argent et je lui ai demandé de patienter jusqu’à l’été, car en hiver la mer est difficile, les vagues très hautes et le temps est très froid.

Continuer la lecture de Au paradis, Ô Kola. (in memoriam Mutawakeel) / par Mustafa MA.

Poétique et politique de l’infra-ordinaire, à propos de Entre-retiens (2018) de Beraat Gökkus / Emilie Da Lage

Poétique et politique de l’infra-ordinaire

 

A propos du court métrage   Entre-retiens (2018) de Beraat Gökkus, séance Voix de l’exil, 20 juin 2018.

« Toute vie humaine, qu’elle le veuille ou non, est toujours aussi une vie quotidienne »
Bruce Bégout, La découverte du quotidien, ed. Allia, 2005, p. 91.

Le film de Beraat Gökkus nous invite à intervertir le propos de Bruce Bégout : la vie quotidienne, qu’on le veuille ou non, est toujours aussi une vie humaine. Le film est ainsi traversé par une interrogation qui peut être une interrogation commune et non pas seulement celle des demandeurs d’asile. Comment faire mémoire de cette quotidienneté qui échappe à une mise en récit linéaire, et ne se laisse saisir que par et dans les détails ? Comment la vie quotidienne peut-elle être une vie résistante ? Le film trace une voie entre la singularité d’une pratique visuelle, celle de l’artiste, une expérience de l’attente, commune aux demandeurs d’asile et une expérience de la ville au quotidien.

Le temps de la demande d’asile est souvent formulé comme un temps suspendu, comme si la vie elle-même devenait impossible mangée toute entière par l’attente. Au lieu de parler en termes négatifs de cette condensation du temps, au point d’annihiler la puissance de ce temps vécu, de le réduire à une forme de « non-vécu », le film expose plutôt une vie resserrée sur la quotidienneté, sans passé et sans futur, une vie au présent. Une vie dans laquelle le temps passe. Le film lie l’exposition de l’intimité-toute contemporaine de nos objets techniques comme le téléphone mobile et connecté, et la vie publique. Des images de moments de convivialité, des paysages, des instants fugaces, alternent avec des images de festival de journalisme. On suit Beraat Gökkus dans ces passages de moments d’intimités partagées, de solitude contemplative et de vie publique et le film dé-hiérarchise, par la juxtaposition, ces trois registres de la vie. Ces images passantes, nous n’avons pas le temps de les fixer dans notre propre mémoire, elles sont rendues un peu floues par la juxtaposition parfois rapide, mais elles sont néanmoins là, elles existent sous cette forme apparemment désordonnée, elles permettent de dire : ce temps-là a été vécu. En cela le film est une belle résistance à la « suspension de la vie », à sa mise entre parenthèse dans le temps de la demande d’asile. Bien sûr il est important de pointer et de dénoncer la gestion administrative de ce temps, mais la critique risque l’effet pervers d’effacer complètement ce qui en fait a été vécu par des sujets dont la vie ne se réduit pas à « demander l’asile ».

Continuer la lecture de Poétique et politique de l’infra-ordinaire, à propos de Entre-retiens (2018) de Beraat Gökkus / Emilie Da Lage

Voix de l’exil / Séminaire EHESS IIAC-NLE (8) 20 JUIN 2018

La 8ème et dernière séance du séminaire Non-lieux de l’exil – IIAC (EHESS-CNRS)  aura  lieu  le mercredi 20 juin 2018 de 17 à 20h au 105 bd Raspail 75006 Paris, salle 2 (Métro Notre Dame des Champs, Raspail ou Sèvres Babylone) Entrée libre

Voix de l’exil

Image en-tête (c) Beraat Gökkus, Entre-retiens (2018) courtoisie

Avec :

Marie-Caroline SAGLIO-YATZIMIRSKY, Présentation de l’ouvrage La voix de ceux qui crient (Albin Michel 2018) – dialogue avec Marie DARRIEUSSECQ, écrivain.

Beraat GOKKUS (Maison des Journalistes) – court métrage Entre-retiens – dialogue avec Emilie DA LAGE (U.de Lille )

Lecture de poèmes de/par Hassan YASSIN / dialogue avec Chowra MAKAREMI (CNRS, IRIS-EHESS)

Modération : Alexandra Galitzine-Loumpet & Chowra Makaremi 

Présentation des intervenants

Continuer la lecture de Voix de l’exil / Séminaire EHESS IIAC-NLE (8) 20 JUIN 2018

Colloque international : Objets & sujets de la migration dans l’espace médiatique, 22-23 mai 2018 / Inalco

Non-lieux de l’exil est une composante de Migrobjets (Inalco) et plusieurs de ses membres participent au colloque international de clôture du programme.

OBJETS ET SUJETS DE LA MIGRATION DANS L’ESPACE MEDIATIQUE : CONSTRUCTION DES DISCOURS ET DES REPRESENTATIONS.

22-23 mai 2018 – INALCO, Auditorium, 65 rue des Grands Moulins 75013 Paris (entrée libre)

Intervention inaugurale : François Héran (chaire Migrations & sociétés, Collège de France)

Avec :  Karen Akoka, Corinne Alexandre-Garner, Medhi Alioua, Sophie Bava et Malik Nejmi, Maryline Baumard, Gabriel Coutane, Saskia Cousin,  Sébastien Dion,  Aude Fanlot et Isabelle Marquette, Sébastien Févry,  Alexandra Galitzine-Loumpet,  Beraat Gökkus,  Sandrine Le Corre, Arthur Levivier,   Chowra Makaremi, Laurent Malone,   Anne-Louise Milne et Melissa Thackway,  Chiara Pilotto,  Marie-Caroline Saglio Yatzimirsky, Claire Scopsi , Maud Seruscet-Natale,  Peter Stockinger,  Taina Tervonen,     Eugenia Villela, Christiane Vollaire, Albin Wagener.

Crédit image : « Regarde ailleurs » d’Arthur Levivier (2018), courtoisie

Programme définitif ici

Argumentaire

Continuer la lecture de Colloque international : Objets & sujets de la migration dans l’espace médiatique, 22-23 mai 2018 / Inalco

Non-lieux de l’exil : Programme Mai-Juin 2018

Les prochaines séances du séminaire  Non-lieux de l’exil – IIAC (EHESS-CNRS)  consacrées à la thématique Traces, empreintes & engagements et des manifestations associées sont les suivantes – l’entrée est libre et chaque séance fera l’objet d’une annonce individuelle :

Lundi 14 MAI 2018 / Hommage à Etienne Tassin : avec Michel Agier, Catherine Coquio et Camille Louis (Modération Marie-Caroline Saglio Yatzimirsky). Lieu / horaires : 16h30-19h Ehess 105 bd Raspail, 75006 Paris, salle 13 

Lundi 22 – mardi 23 MAI 2018 / Objets et sujets de la migration dans l’espace médiatique,  Colloque terminal Migrobjets / Inalco,  Auditorium, 65 rue des Grand Moulins 75013 Paris 

Mercredi 20 JUIN 2018 / Voix de l’exil – Ehess 105  bd Raspail, 75006 Paris, salle 2 : Marie Darrieussecq, Emilie Da Lage, Beraat Gökkus, Chowra Makaremi, Marie-Caroline  Saglio Yatzimirsky, Hassan Yassin. Lieu / horaires : 17h-20h Ehess 105 bd Raspail, 75006 Paris, salle 2

EXIL POSTCOLONIAL & EMPREINTES ARTISTIQUES / SEMINAIRE EHESS IIAC/NLE (7) 04 AVRIL 2018

La 7ème séance du séminaire Non-lieux de l’exil – IIAC (EHESS-CNRS)  aura  lieu  le mercredi 04 avril 2018 de 17 à 20h au 105 bd Raspail 75006 Paris, salle 2 (Métro Notre Dame des Champs, Raspail ou Sèvres Babylone) Entrée libre

Exil postcolonial & empreintes artistiques

avec :

  • Catherine David (conservatrice et commissaire d’exposition)
  • Seloua Luste Boulbina (philosophe)

Introduction : Christiane Vollaire  (philosophe), modération : Philippe Bazin  (Ensa Dijon, photographe) 

Dessin : « 150 » Mohammed & Seven, artiste plasticien, fondateur de l’atelier « Dessiner l’exil » à l’intérieur et à l’extérieur du CPA de la Porte de la Chapelle et en d’autres lieux de l’exil.

Présentation de l’atelier et de l’artiste Seven : ici 

Présentation des intervenants :

Continuer la lecture de EXIL POSTCOLONIAL & EMPREINTES ARTISTIQUES / SEMINAIRE EHESS IIAC/NLE (7) 04 AVRIL 2018

« La voix de ceux qui crient » / Marie-Caroline Saglio Yatzimirsky (Albin Michel, Mars 2018)

Marie-Caroline Saglio Yatzimirsky est professeur des Universités en anthropologie de l’Asie du Sud à l’ INALCO, chercheur au Centre d’Etudes en Sciences Sociales des Mondes Africains, Américains et Asiatiques* ET psychologue clinicienne auprès de demandeurs d’asile depuis 2010 à l’hôpital Avicenne. Si cette dernière part de ses compétences est celle qui apparaît le plus directement dans l’ouvrage qu’elle vient de faire paraître La voix de ceux qui crient, rencontre avec les demandeurs d’asile (Albin Michel mars 2018) il me semble que la restitution et l’interprétation des voix exilées en consultation de psycho-trauma procède de l’un et l’autre,  précieux lien qui entend doublement – sans culturaliser ni essentialiser, mais sans déculturaliser ni décontextualiser non plus.

Car la confrontation au mal,  à la cruauté et à la mort a un effet immédiat, celui de « mettre le champ culturel en ruine », détruisant directement les fondements du lien social et de la possibilité de sens: « Lorsque le demandeur d’asile est envahi par la violence traumatique, » poursuit Marie-Caroline  Saglio Yatzimirsky  « c’est l’expérience du mal souffert qui revient, ce qu’il a subi, sa passivation. Il a également expérimenté comme témoin et comme victime, le mal commis par celui qui a tué. Il a éprouvé la double face du mal, à la fois en autrui et potentiellement en lui » (pp..50-51).

Et voici entendue et restituée la voix de Raj, tamoul de Sri Lanka, exposé à la guerre par le fait même d’être tamoul, incapable de manger du riz, base de son régime alimentaire et donc de la socialisation par le partage de la nourriture, parce que le plat de riz est associé à cette bombe qui fait exploser des enfants et disperse leurs corps dans la marmite. « Quant les autres enfants sont revenus » arrive à raconter Raj « ils ont enlevé les bouts dans le bouillon et se sont servis. Ils crevaient de faim… » (p.46)

Continuer la lecture de « La voix de ceux qui crient » / Marie-Caroline Saglio Yatzimirsky (Albin Michel, Mars 2018)

NON PLACES OF EXILE