Soutenance de thèse Anouche KUNTH « Du Caucase à Paris : un autre exil arménien ». 8 juillet 2013

Anouche Kunh
(c) Anouche Kunth

« Du Caucase à Paris : un autre exil arménien 
Expériences migratoires et ancrages en diaspora 
(de 1920 à l’implosion de l’Union Soviétique) »

Nous avons le plaisir d’annoncer la soutenance de thèse de doctorat en Histoire et Civilisations d’Anouche KUNTH – qui est intervenue lors d’une rencontre mémorable des Non-lieux de l’exil – qui se tiendra le lundi 8 juillet à partir de 14h30, dans les locaux de l’EHESS sis au 190-196, avenue de France, Paris, XIIIe arrondissement.
Salle 638 (6e étage).

JURY : 
M. William Berthomière (directeur de recherche au CNRS)
Mme Catherine Gousseff (chargée de recherche habilitée au CNRS)
Mme Nancy L. Green (directrice d’études à l’EHESS)
Mme Claire Mouradian (directrice de recherche au CNRS, directrice de thèse)
M. Paul-André Rosental (professeur à Sciences Po Paris)
M. Roger Zetter (professeur émérite à l’Université d’Oxford)

PRESENTATION :
 
Plutôt que d’aborder l’histoire de la diaspora arménienne à l’aune de ses origines ottomanes, ce travail examine les trajectoires méconnues d’Arméniens ayant fui le Caucase vers 1920, lors de la reconquête par la jeune Armée rouge de cette ancienne possession tsariste. En France, la rencontre de ces réfugiés antibolcheviques avec leurs « frères » chassés de Turquie à la même époque ne se fit pas sans heurts. Les « Caucasiens » composaient, en effet, une élite russophone d’autant plus encline à se démarquer des réfugiés issus d’Anatolie que ces derniers étaient associés, dans le regard de la société d’accueil, à des stéréotypes ethniques ambivalents, sinon franchement dépréciatifs. Sur la durée, pourtant, l’exil s’avéra propice à la reformulation des appartenances et des enjeux collectifs. De telles évolutions ne naîtraient pas de l’air du temps, mais d’une élaboration à laquelle l’intelligentsia originaire du Caucase a pris une part active, s’attachant à polir l’histoire arménienne de ses nombreuses aspérités afin de promouvoir un idéal d’unité nationale. Pour qu’émerge une conscience diasporique, il a donc fallu métaboliser des expériences multiformes en un grand récit patrimonial, selon des modalités insuffisamment interrogées par une historiographie postulant d’emblée la capacité du génocide de 1915 à subjuguer la mémoire communautaire. C’est dans un cadre chronologique large, allant de la soviétisation du Caucase en 1921 à l’implosion de l’URSS en 1991, que ce travail analyse la fonction structurante du clivage dans le processus de coalescence communautaire. De fait, les arrivées successives de néo-réfugiés en provenance du Caucase soviétique ont périodiquement relancé le jeu des différenciations internes à la diaspora. Mais la poursuite des circulations migratoires n’en a pas moins contribué à unifier le champ des représentations collectives, la résurgence des violences cousant de fil rouge une histoire commune à plusieurs générations d’exilés. 

Vous y êtes tous cordialement invités.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.