CFP « Displaced Objects (D.O.) »

safe_image

 « Displaced objects (D. O.)  »,

Une version actualisée du projet se trouve ici 

le site web dédié au projet est accessible à cette adresse : displacedobjects. com  

En mai 1922, Marina Tsvetaieva quitte Moscou pour Berlin, décrivant soigneusement les objets auxquels elle tient et emporte avec elle. En 1939, dans un sens inverse, de Paris à Moscou, elle consigne une liste des objets qu’elle ramène. Ce ne sont pas tout à fait les mêmes et n’importe comment ils sont devenus autres. Mais ils sont siens – ils la représentent autant qu’ils sont représentés par elle ; comme elle, ils sont en et de l’exil et leurs destins sont liés, y compris dans leur ultime dispersion. 

L’objectif de cette collection de textes de1 à 3 pages est de rendre compte du parcours d’objets singuliers, les objets de l’exil, de leurs inventions, requalifications et métamorphoses, des narrations et affects qu’ils soutiennent, des processus enfin, par lesquels ils sont vécus mais échappent également à leurs détenteurs.

Displaced Objects (D.O.) donc, paraphrasant la désignation de Displaced Persons (D.P.), impliquant en conséquence un déplacement et, d’une façon concrète ou métaphorique, un manque ou une perte, dans tous les cas un état transformé. Displaced Objects également, pour intégrer mais aussi distinguer de ce qu’il est convenu d’appeler le patrimoine des migrations : les objets de l’exil peuvent en effet être des objets en exil, progressivement déliés de tout contexte de signification et d’histoire, catégorisés ou patrimonialisés autrement : objets du quotidien, de la sphère familiale ou religieuse, objets de l’entre-deux du déplacement, d’exception ou de musée, « nôtres » ou « autres », transmis de génération en génération ou au contraire absents, spoliés, inventés ou recréés en exil.

Restituer la biographie des objets est en conséquence expérience d’un décentrement du sujet à l’objet. Partir de l’objet – du plus insignifiant au plus rare, du plus commun au plus représentatif d’une appartenance -, implique de revenir sur ses circulations et ses temporalités propres, mais également sur ce qu’il représente dans ses contextes successifs : les manières dont il nous arrive, la place qui lui est donnée ou qu’il prend, permettent ainsi de déterminer son statut et ses devenirs – au bout du compte, l’unité du sujet. La matérialité de l’objet est à ce titre à la fois essentielle et insuffisante : ce qui importe est précisément ce qu’il signifie en dehors de toute matérialité, seul ou en association avec d’autres, l’expérience dont il fait état. En ce sens, l’objet, ou sa représentation (visuelle, littéraire) est un lieu, et son destin changeant incarne celui de ses possesseurs.

L’objet constitue ainsi un élément de traduction de l’être au monde et doit être (re) pensé comme tel. À la croisée de l’affect et de l’histoire, il permet d’interroger, au travers d’écritures diverses, académiques ou littéraires, des notions aussi opposées que l’attachement, la peur ou le dégoût, les choix et poids mémoriels, les modes de narrations ou leurs absences, l’échange, les processus de patrimonialisations ou les enjeux des restitutions. Nous le savions, les objets ont une (nôtre) âme. Par quelles voies incorporent-ils, en raison de leurs déplacements et de leurs situations actuelles,  une expérience ou un héritage de l’exil ?

 La collection est ouverte à des contributions de tous champs et les textes seront publiés au fur et à mesure sur ce carnet.


Une réflexion sur « CFP « Displaced Objects (D.O.) » »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.