Politiques de l’exil – territoires de violence aux frontières, 10 février 2021

Politiques de l’exil – territoires de violence aux frontières

La séance s’attachera à décrire et analyser les violences spécifiques aux zones de frontière. Séance associant, en plus de l’IRIS-EHESS et de l’Institut Convergences Migrations, le séminaire de l’axe thématique 1 S’approprier, contester, lutter : spatialité, domination, violence du CESSMA et l’ANR LIMINAL. 

10 février 2021, 16h-20h. Distanciel : Participer à la réunion Zoom
https://univ-lille-fr.zoom.us/j/97642980473?pwd=c3NVZmM5WWNwVUc1Yk5vSWFYQ1NyUT09

ID de réunion : 976 4298 0473
Code secret : 692593

Avec Camille Guenebeaud (géographe, U. Paris 8), Agnès Lerolle (Coordination des actions aux frontières intérieures – CAFI), Adèle Bras (collectif Kesha Niya)

Ouvrage présenté :  Marie-Caroline Saglio Yatzimirsky (ed),  Récit & violence, Dire, traduire transmettre le génocide et l’exil, éditions  Hermann,   déc. 2020, en présence de Hala Trefi Ghannam (interprète)

Coordination de la séance : Emilie Da Lage (Geriico, U. de Lille),  Alexandra Galitzine-Loumpet (Cessma) et Chowra Makaremi (IRIS- EHESS/CNRS)

Présentation des intervenant.e.s

Adèle BRAS , a été bénévole au camp de la Linière à Grande-Synthe pendant un an, au centre de premier accueil du Boulevard Ney à Paris, puis dans la région de Vintimille/Menton depuis plus de 3 ans avec le collectif Kesha Niya. Kesha Niya est un collectif international principalement composé de personnes venant d’Europe du Nord. Créé avec une équipe de résidents du camp de La Linière en  2016 pour assurer la cuisine et distribution de centaines de repas quotidiens, le collectif change de région et s’installe dans la vallée de la Roya en 2017 avec le soutien de l’association Roya Citoyenne. Depuis 2018 le collectif est également présent quotidiennement à la frontière même, près de Menton, pour rencontrer et soutenir les nombreuses personnes arrêtées et renvoyées en Italie chaque jour par la police française.

Emilie DA LAGE  est chercheuse en sciences de l’Information et de la Communication à l’Université de Lille-SHS, membre du laboratoire GERIICO. Ses travaux portent sur la dimension culturelle et sociale des circulations mondialisées des productions culturelles et médiatiques. Elle a participé au collectif Décamper ! et coordonné en 2016-2017 un programme de recherche-action et de séminaires financé par la MESHS-Lille « Créativité et migration en situation d’encampement ». Elle a notamment publié « Les refrains de la mondialisation », avec François Debruyne, dans la revue Réseaux, (Réseaux N°192 La découverte, 115-142, 2015.), « La musique le temps le camp » (in Décamper! La Découverte, 2016), elle a également produit un dispositif de valorisation de la recherche de terrain à Grande Synthe sous la forme d’une installation sonore exposée régulièrement dans différents lieux culturels. https://soundcloud.com/emilie-da-lage/mood-of-the-women-center. Elle est membre des Non-lieux de l’exil et co-coordonne le séminaire

Alexandra GALITZINE-LOUMPET est anthropologue HDR, affilée au CESSMA. Ses recherches portent sur les objets dans l’expérience du déplacement, le musée comme  comme dispositif politique, les expériences et représentations de la migration et de l’exil.  Elle co-cordonne notamment  l’ANR LIMINAL avec (Marie-Caroline Saglio Yatzimirsky). Elle a récemment coordonné (avec M.C. Saglio Yatzimirsky) le hors série « Subjectivités face à l’exil : positions, réflexivités et imaginaires des acteurs » (Journal des Anthropologues, déc. 2018), le numéro « Traduire l’exil » de la revue Plein Droit (mars 2020) et l’ouvrage « L’objet de la migration, le sujet dans l’exil » (Presses Universitaires de Nanterre, nov. 2020, avec C. Alexandre-Garner) et a publié différentes contributions sur la condition contemporaine des exilé.e.s.. Co-fondatrice du programme de recherche Non-lieux de l’exil, elle le dirige depuis janvier 2016,

Camille GUENEBEAUD est géographe, maître de conférences à l’Université Paris 8 Vincennes-Saint-Denis et rattaché au laboratoire Ladyss. Dans le cadre de ses recherches, il travaille sur les thèmes des frontières, des migrations, du genre et de la production de l’altérité. Il a notamment soutenu, en 2017, une thèse intitulée « Dans la frontière. Migrants et luttes des places dans la ville de Calais ».  Il a coordonné avec Sarah Barnier, Sara Casella Colombeau, Camille Gardesse et Stefan Le Courant La police des migrants, Filtrer disperser harceler, aux éditions Babels en 2019. 

Agnès LEROLLE est chargée de projet de la CAFI -Coordination des actions aux frontières intérieures . La CAFI est pilotée par Amnesty International France, La Cimade, Médecins du monde, Médecins sans frontières et le Secours Catholique-Caritas France. Agnès, basée à Nice, travaille principalement sur les enjeux liés à la frontière franco-italienne : soutien aux acteurs locaux, organisation d’actions ponctuelles liées à la défense des droits, etc., et participe au plaidoyer national pour le respect des droits fondamentaux des personnes migrantes, en lien avec les associations de la CAFI.  

Chowra MAKAREMI est anthropologue et chercheuse au CNRS, à l’IRIS. Elle a travaillé sur la détention frontalière en France et coordonné plusieurs collectifs de recherche sur les dispositifs de contrôle migratoire en Europe. Elle travaille également sur la violence post-révolutionnaire en Iran à partir de la notion de contre-archive, et explore différentes pratiques d’écritures (cinéma documentaire, roman graphique). Elle co- coordonne le séminaire.

Marie-Caroline SAGLIO-YATZIMIRSKY est professeur des Universités en anthropologie de l’Asie du Sud à l’Institut National des Langues et Civilisations Orientales (INALCO), chercheur au Centre d’Etudes en Sciences Sociales des Mondes Africains, Américains et Asiatiques, CESSMA (UMR 245, IRD-Paris Diderot-Inalco), membre de l’Institut Universitaire de France, et psychologue clinicienne auprès de demandeurs d’asile depuis 2010 (Consultation de psycho traumatologie, hôpital Avicenne 93). Elle a coordonné le projet ANR SETUP sur l’exclusion sociale dans les mégapoles indiennes et brésiliennes-2007-2010), le programme « Réfugiés, Villes, Santé Mentale » (CESSMA, U. Paris 13 (UTRPP), U. de Sao Paulo 2014-2015) et coordonne aujourd’hui le programme LIMINAL avec A. Galitzine-Loumpet. Elle participe activement aux actions scientifiques autour des migrants : co-fondatrice du programme Inalc’ER (formation aux étudiants réfugiés à l’INALCO ouvert en janvier 2017), coordinatrice du Cycle Migrations (INALCO 2016), co-responsable du DIU H2M (Hospitalité, médiations, migrations) INALCO-Paris Descartes, etc. Outre ses ouvrages sur les bidonvilles, dont les modes d’urbanité et de sociabilité sont le fait de populations migrantes – Mega city slums : Social Exclusion, Space and Urban policies in Brazil and India, London, Imperial College Press, 2014 (avec F. Landy) ; Dharavi : from mega slum to urban paradigm, Delhi, London, Routledge, 2013 ;  elle a publié La voix de ceux qui crient, rencontre avec les demandeurs d’asile (Albin Michel, 2018). Ses récents travaux portent sur les questions de la culture, du traumatisme et de situation des demandeurs d’asile.

Hala TREFI GHANNAM a obtenu son doctorat en sciences du langage en 2006, à l’Université de Toulouse 2. Sa thèse a porté sur la sémiotique et l’analyse d’une œuvre romanesque. Suite à cela, elle est retournée en Syrie où elle a enseigné respectivement à l’Université Tichrine à Lattaquié (au département de Français à la faculté des Lettres et des Sciences Humaines) et à l’Université Al Kalamoon (La faculté des Relations Internationales et Sciences Diplomatiques). Pendant 10 ans, elle a enseigné la littérature, la sémiotique et le FLE. Fin 2015, elle a quitté la Syrie pour s’installer en France. Peu après son arrivée en France, elle a commencé à travailler comme traductrice, interprète et médiatrice auprès des demandeurs d’asile et réfugiés. Elle a été assermentée dernièrement comme experte judiciaire, traductrice et interprète près la Cour d’Appel de Colmar et intervient dans l’enseignement comme formatrice FLE à la Chambre de Commerce de Strasbourg.

Image du bandeau : contrôle avant refoulement, gare de Menton Garavan, juillet 2020, AGL


3 réflexions sur « Politiques de l’exil – territoires de violence aux frontières, 10 février 2021 »

    1. Bonjour,
      Les séances seront prochainement mises en ligne sur HAL-SHS. Bien cordialement

Répondre à Alexandra Galitzine-Loumpet Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.