Politiques de l’exil – Mobilisations dans les quartiers populaires : affronter les politiques du logement, 23 mars 2022

Politiques de l’exil – Mobilisations dans les quartiers populaires : affronter les politiques du logement

 

23  mars 2022,  17 à 20h  salle du Collège de France, 3 rue d’Ulm 75005 Paris (75 places / Métro Cardinal Lemoine ou Place Monge – RER Luxembourg). Séminaire Non-lieux de l’exil EHESS / Institut Convergences Migrations, en partenariat avec le Geriico (U. de Lille),  le  groupe de recherche Aesthetics, Politics & Knowledge de l’Institut de Philosophie de l’Université de Porto et pour cette séance, avec le Sophiapol Université Paris Nanterre.ance en accès libre  avec les modalités sanitaires en vigueur .

La séance a lieu en présentiel. Néanmoins une forme hybride sera mise en place : 

Participer à la réunion Zoom
https://univ-lille-fr.zoom.us/j/98901597555?pwd=WG1IZlM4THpqa3pKQTBVL1p1M1JVQT09

Avec : 

  • Najat Bentiri (docteure en psychologie, membre de Pacte 34)
  • Vassindou Cissé (adjoint au maire de Bagnolet)
  • Claire Lévy-Vroelant (professeure de sociologie urbaine à l’université de Paris 8-Saint-Denis. ICM)
  • Maxime Poumerol (membre de l’association APPUII -Alternative pour des Projets Urbains Ici et à l’International)

Coordination  :  Saskia Cousin (professeur de sociologie, Sophiapol Université de Nanterre, ICM) et Christiane Vollaire (philosophe, CNAM, ICM)

Les politiques du logement, au niveau local comme au niveau national, se présentent, dans les quartiers populaires, sous l’affichage de la « mixité sociale », ou de la « rénovation ». Derrière ce vocabulaire engageant se cachent au contraire des décisions qui provoquent les résultats exactement inverses, à l’origine d’un surcroît de discriminations, de délocalisations, d’expulsions, pour ceux qu’elles visent à mettre à l’écart dans une visée spéculative de gentrification. Au sein de ces quartiers (en particulier autour du lancement à marche forcée du « Grand Paris »), des résistances s’organisent, pour les habitants majoritairement « issus de l’immigration », avec le soutien de chercheurs, d’artistes et de collectifs d’architectes et d’urbanistes. Cette séance constitue un troisième volet des NLE sur les quartiers populaires, après les deux séances du 9 janvier 2018 “Interagir dans les quartiers populaires” et du 10 mars 2021 “Territoires d’exclusion : les quartiers populaires”.

Intervenant.e.s :

Najat Bentiri, docteure en psychologie, est membre de Pacte 34, et travaille avec l’association Justice pour le petit Bard, engagée dans le mouvement de lutte des femmes du Petit Bard sur les questions liées à l’éducation et au logement dans les quartiers populaires. Ses travaux de recherches et de praticienne s’articulent autour de la lutte contre les inégalités, du développement du pouvoir d’agir des personnes et de la reconnaissance de l’expertise citoyenne.

Vassindou Cissé, coordonnateur éducatif dans un foyer d’hébergement pour travailleurs en situation de handicap dans le Val de Marne, et diplômé en ingénierie des dispositifs d’aide spécialisée à la personne, est adjoint au maire de Bagnolet, engagé dans une écologie populaire pour le quotidien des habitants des quartiers populaires, s’appuyant sur des associations locales et menant un travail d’éducation collective et de reconnaissance des droits. Il a participé aux luttes du 76 rue Gabriel Péri à Saint Denis en 2009, pour le droit au logement et à la titularisation des sans-papiers, qui, à la suite en particulier d’une grève de la faim, ont permis à la fois la régularisation et l’accès à un habitat digne.  

Saskia Cousin, professeure de sociologie au Sophiapol à l’Université Paris Nanterre. Elle est membre du programme Non-lieux de l’exil et fellow de l’Institut Convergences Migrations. Elle s’intéresse aux économies de l’altérité, c’est-à-dire aux valeurs spécifiques conférées à des personnes, lieux ou choses en raison du caractère d’altérité qui leur est assignée. Ses enquêtes portent notamment sur le tourisme, l’art contemporain dit africain, la restitution des biens culturels, les matrimoines, l’hospitalité marchande ou solidaire. En tant que voisine, elle a participé à plusieurs collectifs dionysiens contre les expulsions et pour l’accès aux droits, dont celui du 76 Péri, avec Vassindou Cissé.

Claire Lévy-Vroelant, fellow de l’Institut Convergences Migrations, est professeure de sociologie urbaine à l’université de Paris 8-Saint-Denis. Ses travaux portent sur la ville, les migrations et le logement. Elle explore les formes marginales de logement en lien avec la mobilité depuis le milieu du XVIIIe siècle dans une perspective de sociohistoire. Elle mène une recherche de terrain engagée sur le droit au logement contemporain et est l’auteure, notamment, de L’Incendie de l’hôtel Paris-Opéra, (avec Aomar Ikhlef), Créaphis, 2018

Maxime Poumerol, membre de l’association APPUII (Alternative pour des Projets Urbains Ici et à l’International), constituée de membres aux compétences et profils divers : enseignants-chercheurs, professionnels des métiers de la ville, étudiants, militants associatifs et habitants de quartiers populaires, en vue d’informer les habitants des projets urbains qui les concernent et de leur donner les outils pour se les réapproprier, y porter analyse critique et proposer des alternatives. 

Christiane Vollaire  philosophe, est chercheure associée au Centre de Recherche sur le Travail et le Développement du CNAM, membre du programme Non-lieux de l’exil (EHESS), fellow de l’Institut Convergences Migrations, membre de la rédaction de la revue Chimères. Elle a forgé un concept de la philosophie de terrain à partir duquel elle travaille actuellement, incluant la question des migrations dans son actualité et dans son historicité. Auteure en particulier de : Pour une philosophie de terrain, Créaphis, 2017 ; Un Archipel des solidarités : Grèce, 2017-2020 (avec le photographe Philippe Bazin), Loco, 2020

Image du bandeau : (c) Clément Mahoudeau, AFP


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.