Co-constructions et frictions en quartiers populaires sur les questions publiques, 12 avril 2023 17-20h

Co-constructions et frictions en quartiers populaires sur les questions publiques  

12 avril 2023, 17h-20h, Collège de France, 3 rue d’Ulm, 75005 Paris (salle du rez-de chaussée) Attention, les doctorant.e.s de l’E.D. 396 de l’Université de Paris Nanterre doivent s’inscrire auprès de Saskia Cousin)

En accès libre en présentiel  (favorisé) et en distantiel 

Séance coordonnée et introduite par Saskia Cousin (sociologue, Sophiapol, Université de Nanterre), Anne-Laure Amilhat-Szary (géographe, Pacte, Université Grenoble-Alpes) et Christiane Vollaire (philosophe, CRTD, CNAM)

Avec :

  • Fatima OUASSAK (politologue, militante antiraciste et féministe)
  • Marion CARREL (sociologue, Université de Lille, CeRIES)
  • Fabien TRUONG (sociologue, Université de Paris 8)

Les quartiers populaires, bien qu’ils constituent une part importante du territoire national, sont représentés comme à l’écart de celui-ci. La locution désigne donc à la fois un espace (le plus souvent, celui des banlieues urbaines) et un type de population (en partie « issue de l’immigration »). Ce qui manifeste doublement leur affinité avec la question de l’exil : par la manière dont ils sont perçus et par les origines de leurs habitants.

Et pourtant, une large partie de ces habitants revendique son appartenance à la communauté nationale, dans le temps même où elle en subit les stigmates, comme le montre notamment l’ouvrage collectif L’Épreuve de la discrimination, Enquête sur les quartiers populaires, paru en 2021. Et, plus particulièrement, beaucoup s’inscrivent dans les débats qui animent l’ensemble d’un pays dont ils font partie en dépit des discriminations dont ils font l’objet en tant que sujets racisés ou économiquement subalternisés.

C’est cette inscription dans le débat public sur les sujets de société communs, et la richesse des apports et des questionnements qu’elle engendre, que nous souhaitons interroger ici, autour des problématiques communes de l’écologie, de l’engagement politique, ou de l’éducation, qui animent l’ensemble du débat public, et auxquelles l’épreuve de l’exil géographique ou social vient donner une nouvelle acuité.

Présentation des Intervenant·es :

Anne-Laure Amilhat-Szary est géographe, professeure HDR à l’Université de Grenoble-Alpes, laboratoire CNRS Pacte (UMR 5194). Spécialiste de géographie politique, elle a mené des travaux sur les territorialités transfrontalières en Amérique Latine et en Europe et théorisé les approches de la frontière. Ce travail de consolidation des “border studies” en France se traduit par la structuration de réseaux nationaux et internationaux et de nombreuses publications, aboutissant à des recherches concernant les interrelations entre espace et art dans les lieux contestés, et notamment dans les espaces frontaliers. Elle a participé à la fondation du collectif “antiAtlas des frontières” qui envisage de manière inédite les mutations des mécanismes de contrôle aux frontières terrestres, maritimes, aériennes et virtuelles des États. Parmi ses publications : Après la frontière, avec les frontières : dynamiques transfrontalières en Europe, éd. de l’Aube, 2005 (avec M.-C. Fourny) ; Qu’est-ce qu’une frontière aujourd’hui ?, PUF, 2015 et (avec Victor Konrad) Border Culture : Theory, Imagination, Geopolitics Routledge, 2022.

Marion Carrel est Professeure des Universités en sociologie, directrice de l’Institut des Sciences Sociales (Université de Lille, CeRIES). Elle est co-directrice du Groupement d’Intérêt Scientifique “Démocratie et Participation” et associée au Centre d’étude des mouvements sociaux (Ehess). Ses travaux portent sur la citoyenneté, les discriminations et les recherches participatives dans les quartiers populaires. Elle a notamment publié Faire participer les habitants ? Pauvreté, citoyenneté et pouvoir d’agir dans les quartiers populaires, Lyon, ENS Editions, 2013 et Talpin J. et al, L’épreuve de la discrimination. Enquête dans les quartiers populaires, Paris, PUF, 2021. Elle a récemment publié «Discreet Mobilizations Against Discrimination. Informal Participation in French Deprived Neighborhoods », International Journal of Politics, Culture and Society, 2022 et a coordonné le dossier Carrel M., Godrie B., Juan M. (dir.), Dossier « Recherches participatives et épistémologies radicales », Participations, 2022.1. Elle est membre du comité de rédaction de Participations, co-rédactrice en cheffe de Mouvements et membre du comité éditorial de European Journal of Cultural and Political Sociology.

Saskia Cousin est anthropologue et professeure de sociologie à l’Université de Paris Nanterre, au laboratoire Sophiapol. Elle travaille sur la question des économies de l’altérité : tourisme, restitution des biens culturels africains spoliés, altérisation et gentrification des quartiers dits populaires ou cosmopolites. En lien avec le séminaire, elle a notamment publié : « L’amulette », dans Alexandre-Gardner C. et Galitzine-Loumpet A., L’objet de la migration, le sujet en exil, Paris, Presse Universitaire de Paris Nanterre, 147-156, 2020; « Le Samaritain, le bidonville qui voulait devenir un village », Revue CLARA, n°6 : 94-115, 2019; « L’éternel temporaire dure-t-il ? Imaginaires Bobos, Roms et Bohème », in Cousin G., Loiseau G., Viala L., Crozat D., Lièvre M. (édité par), Actualité de l’Habitat Temporaire. De l’habitat rêvé à l’habitat contraint, collection « SHS », Terra HN éditions, Marseille, 2016. Saskia Cousin est Fellow ICM.

Fatima Ouassak, est politologue, consultante en politiques publiques, militante antiraciste et féministe. Elle a co-fondé en 2016 l’association Front de mères. Militante écologiste préoccupée par les enjeux liés à l’alimentation et aux risques industriels, elle est également présidente du Réseau Classe/Genre/Race, pour agir contre les discriminations que subissent les femmes issues de l’immigration post-coloniale. Des exemplaires de ce livret sont distribués gratuitement aux travailleurs sociaux, militants, universitaires et acteurs institutionnels, à l’occasion d’une série de conférences et de formations. Membre du Conseil national de la nouvelle résistance (CNNR), fondé en 2020, elle est à l’initiative, avec Alternatiba, de l’ouverture du premier lieu dédié à l’écologie populaire, Verdragon, maison de l’écologie populaire. Parmi ses publications : Discriminations Classe/Genre/Race, repères pour comprendre et agir, Ifar, 2015 ; La Puissance des mères : Pour un nouveau sujet révolutionnaire, La Découverte, 2020 ; Pour une Écologie pirate, La Découverte, 2022.

Fabien Truong est sociologue et enseigne à l’Université Paris 8. Il a auparavant enseigné dans plusieurs lycées de Seine-Saint-Denis. Ses enquêtes ethnographiques portent principalement sur la jeunesse des quartiers populaires, à qui il a consacré plusieurs ouvrages dont Des capuches et des hommes (Buchet-Chastel, 2013) et Loyautés radicales (La Découverte, 2017). Dans Jeunesses françaises (La Découverte/ Poche, 2022), il suit notamment les trajectoires d’une vingtaine d’anciens élèves, du lycée jusqu’à leur entrée dans la vie active. Il a également coréalisé avec le cinéaste Mathieu Vadepied Les défricheurs (2019), un documentaire racontant trois parcours étudiants. Dans un récent récit littéraire (La taille des arbres, Rivages, 2022),  il revisite l’histoire coloniale et ses traumas, mais aussi une partie de sa propre histoire familiale, à travers deux voyages au Vietnam et en Nouvelle-Calédonie, effectués dans le vert de la jungle en compagnie d’élèves de la ville de Saint-Denis et de leurs enseignants.

Christiane Vollaire est philosophe,  chercheure associée au Centre de Recherche sur le Travail et le Développement du CNAM, fellow de l’Institut Convergences Migrations (Collège de France), membre du programme Non-lieux de l’exil(Université Paris-Nanterre, ICM), membre de la rédaction de la revue Chimères. Elle a co-animé le séminaire Image et recherche critique à l’EHESS. Elle a forgé un concept de la philosophie de terrain à partir duquel elle travaille actuellement, en France et à l’étranger, sur les questions touchant aux migrations, aux quartiers populaires, aux solidarités et aux mouvements de protestation. Parmi ses ouvrages : Le Milieu de nulle part (photos de Philippe Bazin, Créaphis, 2012), Pour une philosophie de terrain (Créaphis, 2017), Un Archipel des solidarités : Grèce, 2017-2020 (photos de Philippe Bazin, Loco, 2020), Distance ludique, distance critique (avec Lydia Martin, Loco, 2022), Des Philosophes sur le terrain (avec Sophie Djigo, Isabelle Delpla et Olivier Razac, Créaphis, 2022)



Citer ce billet
Alexandra Galitzine-Loumpet (2023, 31 mars). Co-constructions et frictions en quartiers populaires sur les questions publiques, 12 avril 2023 17-20h. NON-LIEUX DE L'EXIL. Consulté le 16 avril 2024, à l’adresse https://nle.hypotheses.org/8680

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.