Archives de catégorie : Activités

Activités des NLE

Rencontre du 21 novembre 2012. Langages de l’exil III « Les paradigmes du déplacement »

Thierry Vernet, encre de chine, dessin réalisé pour « L’usage du monde » (N.Bouvier/Th.Vernet, 1963) non publié. Tous droits réservés Héritiers de Th. Vernet, avec leur aimable autorisation. (http://www.thierry-vernet.org/)

 

« Les paradigmes du déplacement » 

(14h-18h30, salles 640-641, noyau A, 190 avenue de France, 75013 Paris, M°Quai de la Gare, bus 89)

Le 21 novembre prochain, la rencontre des Non-lieux de l’exil s’associe avec  le séminaire “Décolonisation et géopolitique de la connaissance” (anciennement Décolonisation des savoirs) coordonné par Orazio Irrera, Daniele Lorenzini, Matthieu Renault (Université Paris-Est Créteil (ED CS – EA LIS)/ Fondation Maison des Sciences de l’Homme (Programme Migrations Internationales) pour une longue rencontre (14h-18h30)  spécifiquement dévolue à l’analyse critique des paradigmes du déplacement.

Continuer la lecture de Rencontre du 21 novembre 2012. Langages de l’exil III « Les paradigmes du déplacement »

Rencontre du 25 octobre 2012. Langages de l’exil II : Olga Hazan, Emmanuel Guibert, David Lengyel

La prochaine rencontre aura lieu le jeudi 25 octobre prochain, exceptionnellement de 10h à 12h30 (salle 638).

Intervenante : Olga Hazan (Université du Québec à  Montréal)

Discutants : Emmanuel Guibert (dessinateur) & David Lengyel ( Paris 3)

 « Textes, images et rites : l’exode évoqué en exil dans les haggadoth sépharades du XIVe siècle »

  Les illustrations couleur des haggadoth sépharades produites à partir de la fin du Moyen âge donnent à voir  deux types de narration : historique et rituelle. La juxtaposition de ces illustrations et leur association avec le texte et les rites de la haggadah pascale donnent lieu à divers types de déplacements et de condensations des espaces et des temps. En évoquant plusieurs haggadoth du XIVe siècle, nous observerons la manière dont textes, images et rites se croisent et se complètent, en des concordances et des discordances qui donnent à la pâque une dimension mémorielle particulière.

 

Plateau CNRS, 6 étage, Noyau A, Bâtiment « Le France » , 190 avenue de France, 75013 Paris (M°Quai de la gare, bus 89). Accueil dès 9h45 autour d’un café.

 

 

 

 

 

 

 

Eléments bio-bibliographiques

GUIBERT Emmanuel est auteur de bandes dessinées et autres livres pour petits et grands. Une part de son travail est dédiée aux « biographies d’amis », qui consistent à écouter la parole d’un proche pour en faire le matériau de bandes dessinées telles que « Le photographe » (Dupuis, 2003-2006), « Des nouvelles d’Alain » (Les Arènes,2011) et le cycle consacré à Alan Ingram Cope (« La guerre d’Alan » et « L’enfance d’Alan », l’Association, 2000-2012). Une mission de Médecins sans frontières dans l’Afghanistan des années d’occupation soviétique, le sort des différentes communautés roms dans l’Europe d’aujourd’hui, l’Amérique de la grande dépression et le second conflit mondial sont les contextes de ces récits intimes, à la première personne, racontés sur le mode de la confidence.

HAZAN Olga est professeure associée en histoire de l’art à l’Université du Québec à Montréal. Ses champs de recherche portent sur trois objets : 1. la dimension rhétorique des images produites durant la Renaissance entre judaïsme, christianisme et islam ;  2. le discours sur l’art tel qu’il s’est constitué depuis la Renaissance et 3. l’émergence à Montréal de l’histoire de l’art comme discipline universitaire. Parmi ses publications, on compte : Le mythe du progrès artistique (460 p.), publié aux Presses de l’Université de Montréal en 1999 et paru en traduction espagnole à Madrid en 2010 ; La culture artistique au Québec au seuil de la modernité : Jean-Baptiste Lagacé, fondateur de l’histoire de l’art au Canada, paru chez Septentrion en 2010 (618 p.), et Le prophète Muhammad : entre le mot et l’image (188 p.) paru chez Fides en 2011 et codirigé avec Jean-Jacques Lavoie. 

LENGYEL David  a soutenu  en 2011 une thèse de doctorat en études cinématographiques à Paris III – Sorbonne Nouvelle. Il est membre du Centre de Recherches sur les Images et leurs Relations (CRIR, EA 4400 – Ecritures de la Modernité) et Chargé de cours à l’Institut des Langues et Civilisations Orientales (« Les cinémas de l’Est »). Ses recherches portent sur la phénoménologie de l’image et mobilisent l’œuvre d’Emmanuel Levinas. Il s’intéresse également au processus de création au cinéma, en rapport avec certains concepts psychanalytiques. Outre de nombreux articles en France et à l’étranger, il est l’auteur de Janos Hersko, un cinéaste du Dégel, Editions Universitaires Européennes, 2010. Publications à paraitre prochainement : « En remontant la rue Vilin de R. Bober (1992) : les lettres absentes de Georges Perec révélées par le cinéma » dans Actes du colloque international « La lettre au cinéma », Université d’Artois,  et « Le discours devenu fable : la rupture de l’immanence dans Solaris de A. Tarkovski » dans Actes du colloque international « Philosophie en contre-champ. Motifs cinématographiques de la pensée », Université de Strasbourg. Il collabore également au magazine on-line « Dvdrama » (www.dvdrama.com),  au sous-titrage de films hongrois et à des traductions.

 

Inscription conseillée : marine.sam@asie-pacifique.cnrs.fr

Programme définitif des Rencontres 2012-2013. Objets & langages d’exil

Rencontres 2012-2013

   Objets & Langages d’exil

 Les rencontres Non-lieux de l’exil sont dorénavant partie constitutive d’un programme scientifique de la Fondation Maison des Sciences de l’homme (FMSH) plus ample, en cours d’élaboration. Le programme s’ouvre ainsi à différentes collaborations avec des institutions et  séminaires partenaires, tout en conservant la forme spécifique de ses rencontres mensuelles. Cette année, les rencontres auront lieu, selon les mois, soit le mercredi soit le jeudi. A partir de février 2013, les rencontres seront prolongées par le séminaire « L’expérience de l’exil », coordonné au Collège d’études mondiales (FMSH) par A. Nuselovici (Nouss).

Sauf mention contraire qu’il convient de vérifier, les séances auront lieu dans les salles du plateau CNRS, 6 étage, Noyau A, Bâtiment « Le France » , 190 avenue de France, 75013 Paris (M°Quai de la gare, bus 89). L’heure de démarrage  peut varier.  

Programme définitif 

Les bio-blibliographies des intervenant (e)s et discutant(e)s sont données au fur et à mesure de l’annonce des séances

  •  Lundi 17 septembre  2012– 20h / Langages de l’exil 1 / NLE – Festival d’Ile de France- Collège des Bernardins

Mémoires de diasporas, entre effacement et transmission

Grand auditorium du Collège des Bernardins, 20 rue de Poissy – Paris 5e
Dans le cadre du Festival d’Ile de France. En partenariat avec le Collège des Bernardins et en collaboration avec les rencontres Non-lieux de l’exil (Réseau Asie, CNRS/FMSH).

Table ronde avec Alexis Nouss (professeur à la School of European Studies de l’Université de Cardiff), Michel Bruneau (directeur de recherche émérite au CNRS), Paul Alerini, psychanalyste, et Zad Moultaka, compositeur.

Animée par Virginie Symaniec, études théâtrales  et Alexandra Galitzine-Loumpet, anthropologue, coordinatrices du programme Non-lieux de l’exil (FMSH)

Enregistrement de l’intégralité de la table-ronde sur le site du Festival  Ile de France (ici)

  • 25 Octobre 2012 : Langages de l’exil II (10h-12h30, salle 638)

Intervenante : Olga Hazan (Université du Québec à  Montréal) «Textes, images et rites : l’exode évoqué en exil dans les haggadoth sépharades du XIVe siècle»

Discutants : Emmanuel Guibert (dessinateur) & David Lengyel ( Paris 3)

  •  21 Novembre 2012 : Langages de l’exil III « Paradigmes du déplacement» (14h-18h30, salles  638-640)

en association avec le séminaire « Décolonisation et géopolitique de la connaissance » (anciennement Décolonisation des savoirs) coordonné par Orazio Irrera, Daniele Lorenzini, Matthieu Renault (Université Paris-Est Créteil (ED CS – EA LIS)/ Fondation Maison des Sciences de l’Homme (Programme Migrations Internationales) (leur programme ici)

Avec  Stéphane Dufoix « Diaspora » (Université Paris-Ouest Nanterre), Claire Hancock « Terrains »  (Université de Créteil),  Rada Ivekovic  (GTM, CNRS, Paris 8)) « Traduction », Alexis Nouss « Exil » (Cardiff University), Dominique Rolland« Métissage » (Inalco)

Coordination : Alexandra Galitzine-Loumpet, Matthieu Renault, Virginie Symaniec

  • 19 Décembre 2012 : Langages de l’exil IV ( 14h30-18h, salles 640-641)

Intervenante : Nurith Aviv,  réalisatrice,
Discutantes : Eloi Recoing (Paris 3) et Léda Mansour (Paris X, Nanterre)

  • 15 janvier 2013 : Objets de l’exil I : Objets de l’exil / objets en exil (14h30-18h, salle du conseil B, 190 avenue de France 75013 Paris)  Séance reportée

Intervenant : Laurier Turgeon (Chaire de recherche du Canada en patrimoine ethnologique et professeur d’ethnologie et d’histoire à l’Université Laval, Québec, Canada) : « Objets en exil chez les immigrants du Québec »

  •  31 Janvier 2013 Langages de l’exil V( 14h30-18h, salles 638)
Intervenant : Habib Tengour, écrivain, poète et sociologue.
Modératrice : Catherine Bouthors-Paillart (LSP, Sevrès) ,
Discutants :   Mourad Yelles (INALCO), Pierre Oster (poète)
  • 21 Février 2013 Objets de l’exil II Objets absents /Objets de l’absence ( 14h30-18h, salles 638-640)

Intervenant :  Debesh Goswami, artiste,

Discutantes : C. Servan-Schreiber  (CEIAS, CNRS/EHESS), Laure Wolmark (Comede)

  •  21 Mars 2013 Objets de l’exil III « La culture matérielle de l’exil : une autre vie des objets » (14h-18h30, salles 638-640)

Séminaire commun Rencontres Non-lieux de l’exil (Programme FMSH) et séminaire « La deuxième vie des objets » (IRIS-EHESS/CNRS, coordonné par E. Anstett & N. Ortar)

Introduction : Elisabeth Anstett (Iris/CNRS), Nathalie Ortar (LET/ENTPE), Virginie Symaniec (FMSH)
Intervenants : Fabrice Grognet (MNHN) « Quand les mémoires se transforment en patrimoine national » et Françoise Vergès (CPMHE)

Présentation d’extraits du film documentaire « Lettres de nos voisines » de Manuela Frésil

Discutantes :  Stéphanie Tabois (MCF, U.de Savoie) / Alexandra Galitzine-Loumpet (FMSH)

  • 29 mars 2013 : Langages d’exil V : « Le théâtre et l’exil » en partenariat avec le Laboratoire international de recherche sur les Arts (LIRA, Paris 3) et le Théâtre aux mains nues  (14h-18h, Médiathèque Marguerite Duras, 115 Rue de Bagnolet  75020 Paris)

Après-midi d’étude, organisée par Eloi Recoing, membre du programme Non-lieux de l’exil et du laboratoire LIRA (Paris 3) et Alexis Nuselovici (directeur programme Non-lieux de l’exil).

Deux tables- rondes :

1) La scène comme exil (14h15)

Coordination : Eloi Recoing / Intervenants : Alexis Nuselovici (Nouss), André Markowicz, Wajdi Mouawad, Sedef Ecer, Marie Lelardoux

2) Solitude de Kleist  (16h30)

Coordination : Alexis Nuselovici (Nouss)
Intervenants : Eloi Recoing, Béatrice Gonzales-Vangell, Anne Françoise Benhamou, Flore Garcin-Marrou, Maëlle Dequiedt.

20 h Représentation de la pièce « « Käthchen, mon amour » d’après l’oeuvre de Kleist  (traduction et mise en scène Eloi Recoing) , Théâtre aux mains nues

Réservation obligatoire au 01 43 72 19 79, rp.mediation.tmn@wanadoo.fr

  • 25 Avril 2013 : Objets de l’exil IV Le corps-objet de l’exil (14h30-18h, salle 638-640)

Intervenant : Ibrahima Thioub (professeur d’histoire à l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar , Chaire Collège d’Etudes mondiales (FMSH), responsable du programme La route des esclaves, Unesco)
« Le corps exilé: un lieu de marquage identitaire »

Discutantes : Olga Odgers Ortiz ( El Colegio de la Frontera Norte, Departamento de Estudios Sociales, Tijuana, Mexico/ Visioconférence),  Eugenia Vilela (Université de Porto , Dpt de Philosophie & Esthétique)

  • 22 mai 2013 : Objets de l’exil V « Objets des exclus / Objets perdus » (10h-12h30, salles 638-640)

Intervenant :  Octave Debary  (Maître de conférences, Université Paris Descartes, LAHIC)

« Objets perdus, mémoires retrouvées : Jochen Gerz et l’art contemporain ».

Discutants :  Marie Morelle (Prodig, Paris I), Sébastien Ledoux (Paris I)

 

 

Diaspora, mémoire et musique : sur l’exemple de la musique klezmer

 Diaspora, mémoire et musique : sur l’exemple de la musique klezmer.

 Intégralité  de la table ronde « Mémoires de diasporas, entre effacement et transmission » du lundi 17 septembre 2012 au Grand auditorium du Collège des Bernardins à Paris disponible sur le site du Festival Ile de France (cliquer  ici.)

Visuel du festival Ile de France 2012

 

Qu’est-ce qu’une diaspora ?

On a pu appeler Vilnius la Jérusalem de Lithuanie  et Cordoue la Jérusalem du Sud. Aux Etats-Unis, on trouve  Little Havanah (La pequeňa Habana) à Miami ou Little Odessa à New York. On trouve une Little Italy à Manhattan et une autre dans le nord de Montréal. On trouve un peu partout dans le monde des Chinatown. Ici même, à Paris, on en compte deux : une dans le 20e arrondissement, une dans le 13e.

Qu’est-ce que ces désignations nous apprennent ? Que la diaspora défait l’opposition centre et périphérie. Plus précisément, qu’elle juxtapose un centre et la possibilité d’un second centre ou de plusieurs autres qui n’annulent pas la valeur du premier. Non pas un décentrage suivi d’un recentrage mais une multicentralité. Cela distingue la diaspora d’autres expériences exiliques qui se définissent par l’abandon d’un centre unique, détenteur de l’autorité.

L’exil n’est pas simple. Il y a par exemple lieu de distinguer entre exil et post-exil, le premier frappant la première génération migrante, le second la seconde et les suivantes. Lorsque l’étrangeté de l’exil devient ontologique, lorsqu’elle se détache des conditions empiriques, avec intégration puis implantation sur une ou plusieurs générations, on parlera de post-exil. L’exilé a quitté un pays. Le post-exilé est celui qui est davantage hors d’une identité que d’un territoire. L’exil se nourrit de l’effectivité d’un territoire quitté, volontairement ou non, alors que le post-exil nourrit le fantasme d’un territoire perdu. Le chant africain des esclaves en exil devient blues puis jazz, porteurs, eux, de la complainte post-exilique qui transforme la douleur du déracinement en souffrance ontologique. Post-exiliques sont fado et flamenco car s’ils pleurent un pays absent, ils n’en représentent pas les paysages. Cependant, exil et post-exil sont encore des notions qui nécessitent une référentialité exospatiale, réelle ou fantasmée. Peut-on s’en passer? Il faut une troisième notion pour penser une expérience exilique libérée d’une telle attache, pour penser un exil sans centralité ou plutôt multipolarisé: la diaspora dont la dynamique se profilait déjà dans la situation post-exilique.

Dès le départ terminologique, la notion de diaspora échappe à toute fixation territoriale, ici linguistique, puisque le mot apparaît dans la traduction en grec du texte hébreu et araméen de l’Ancien Testament, traduction dite des Septante, à l’usage des communautés hellénistiques du IIIe siècle avant l’ère chrétienne. Une traduction est elle aussi un parcours, celui dans lequel un texte connaît une patrie quittée et une patrie trouvée. Diaspora : un terme en exil de l’hébreu pour dire la condition des Juifs exilés. Un terme grec positivé – spora signifie « semence » – pour dire une expérience juive en apparence négative, l’exil du peuple juif.

L’expérience diasporique juive n’a fait que perpétuer ce décentrement fécond et, à ce titre, la notion peut s’utiliser comme catégorie pour décrire d’autres histoires et traditions d’exil. L’histoire diasporique enrichit l’imaginaire initial d’une large gamme d’imaginaires formés par la rencontre entre la communauté migrante et la culture du pays d’accueil, devenant aussi fertiles que les représentations matricielles. De Franz Fanon à Salman Rushdie et à Edward Said, l’accord se fait sur la créativité diasporique, due au fait que toute migration entraîne de fait une transformation. En ce sens, la position diasporique s’offre comme exemple d’une identité libre et riche de se réinventer selon les parcours migratoires. La diaspora comble deux exigences: je suis de quelque part mais ce quelque part, je peux le retrouver ailleurs, voire partout. De sorte que l’expérience diasporique, détachée de sa référentialité matricielle, peut se redialectiser avec les cultures d’accueil en une fécondité mutuelle.

Dans la condition diasporique, la fonction de la mémoire ne vise ni l’effacement, ni la transmission d’un matériau premier ou initial ou antérieur car une telle dynamique, qu’elle soit négative (effacement) ou positive (transmission) suppose une linéarité, entre un centre et une périphérie, alors que la diaspora implique une superposition de territoires qui invite la mémoire à ne pas être simple support mémoriel : elle devient mémoire active, mémoire au présent, mémoration, un passé au présent, selon une dynamique de transfert ou de traduction.

De tels aspects, la musique qui nous réunit dans ce festival peut, plus que tout autre medium expressif, les illustrer. Ce qui dans la musique permet cette expressivité spécifique est le rythme qui la constitue et qu’elle véhicule.  Le rythme n’est pas seulement la mesure ou la cadence mais ce qui organise un espace autour du vivant pour que celui-ci puisse être quelque part. Il y a du rythme dans l’architecture, dans la cuisine, dans le langage mais dans la musique, cette dimension est primordiale, intrinsèque et manifeste. Or, comme dirait Deleuze[1], ce n’est pas le territoire qui crée un rythme mais le rythme qui crée un territoire et qui, dès lors, peut le déplacer et lui faire rencontrer d’autres territoires. Les diasporas se constituent précisément par le réaménagement de structures culturelles d’origine dans l’interaction avec les structures d’accueil ou d’autres structures co-existantes. La musique est propice à de tels métissages et, en condition diasporique, elle exercera cette fonction mémorielle qui n’est ni d’effacement, ni de transmission mais de réactivation.

Je prendrai ainsi l’exemple de la musique dite klezmer. Celle-ci est typiquement une musique de diaspora puisqu’elle accompagne les déplacements d’un peuple hors de son territoire d’origine et les rencontres inévitables avec d’autres configurations culturelles. La musique klezmer – d’un mot yiddish venant d’un syntagme en hébreu (kli zemer) signifiant les contenants ou les récipients du chant – renvoie à la tradition musicale et culturelle propre aux communautés juives d’Europe de l’Est au XIXe siècle et au début du XXe siècle, ayant donc déjà quitté un supposé lieu originel, l’Israël biblique. Le klezmer naît de la rencontre entre la musique religieuse (mélodies de la liturgie, mode de cantilation du texte sacré, chants hassidiques), la musique populaire juive et les traditions folkloriques locales dont la musique tsigane, elle aussi musique diasporique, ou les styles de musique de danse tels que la mazurka ou la valse.

Avec les émigrations juives aux Etats-Unis du début du XXe siècle, le klezmer connaît une deuxième phase en rencontrant le jazz. La troisième et dernière phase s’appuie sur un mouvement de revival dans les 20 dernières années qui voit dans l’ensemble des territoires diasporiques (Amérique du Nord, Amérique du Sud, Europe occidentale, Europe de l’Est) aussi bien une reprise de la tradition « pure » que les expérimentations les plus diverses.

En voici deux exemples. Le premier est un extrait du CD Speak with Ghosts du groupe toulousain Anakronic qui fait se rencontrer l’électro et le klezmer. Le morceau s’intitule « Terk in America ». Enregistré à l’origine par le maître de la clarinette klezmer Naftule Brandwein en 1924, il reprend, en un classique effet diasporique, une mélodie populaire turque intitulée « Uskudar ». (03 TERK in AMERICA – trimmedAnakronic Electro Orchestra, CD Speak with Ghosts, Labels: Balagan Box/Jumu, 2010)

Le second exemple vient d’Israël où le klezmer connaît un extrême popularité, ce qui montre la multicentralité propore à la disapora puisque le lieu supposé matriciel admet la légitimité d’autres centres. Dans cet exemple, le klezmer, musique de diaspora, en rencontre une autre, celle de la culture palestinienne. Le morceau s’intitule « Abu’s Hatzer » et figure dans un CD du groupe israélien Andra La Moussia qui dit composer sa musique à partir de tout ce qui s’entend dans les rues de Jérusalem. Le morceau fait se marier une mélodie palestinienne,  jouée au oud et une mélodie klezmer, jouée par les vents.  (02 Abu’s Hatzer – trimmedAndraLaMoussia, CD ב [Beth], Label: Hatav Hashmini, 2010)

Ce dernier exemple choisi au regard de l’actualité pour souligner que la diaspora, comme tout phénomène géo-sociologique, est aussi une réalité politique. La mémoire de diaspora, pour être fidèle à sa fonction, porte aussi un message éthique affirmant la possibilité et les bienfaits de la co-existence pacifique des peuples.

Alexis Nuselovici (Nouss), Cardiff University, Directeur du programme Non-lieux de l’exil (FMSH)

 

 


[1] Voir notamment G. Deleuze et F. Guattari, Mille plateaux, Paris, Minuit, 1997, « De la ritournelle », pp. 381- 433.

Alexis Nuselovici (Nouss)

Professeur de littérature générale et comparée
Université d’Aix-Marseille

More Posts - Website

« Well-tempered Multiculturalism »

« Well-tempered multiculturalism »

Adapted from Alexis Nouss, Plaidoyer pour un monde métis, Paris : Textuel, 2005

Multiculturalism is undeniably a conceptual and discursive success story since it has been  able to replace the old-fashioned humanism on a new stage called post-modernism and to  revamp its message of tolerance.However, this very success has to be questioned and the notion of multiculturalism should be located within a wider framework, namely ‘cultural pluralism’. It would be wrong to mistake
one for the other given that cultural pluralism takes different forms, the three main ones being multiculturalism, interculturalism and transculturalism. Futhermore, there are different brands of multiculturalism which are not carrying a similar  semantic and political value, e.g. conservative multiculturalism, environnemental multiculturalism, left-wing multiculturalism, liberal multiculturalism, essentialist multiculturalism, state multiculturalism, Benetton multiculturalism, ‘World music’ multiculturalism…

A more neutral definition will claim that multiculturalism is a concept which describes a social setting (be it urban, regional, national or supranational) in which different communities are in contact, no matter what their importance and/or hierarchical positions are. Big scale examples are the Roman Empire, the Habsburg Empire, the Ottoman Empire, the ancient African kingdoms or, nowadays, the Western states.

Interculturalism calls for a different conceptual approach. It designates at both individual and collective levels the dynamics of encounter and of exchange as well as of clash and of rejection which occur when two communities or more are in contact. Intercultural potentials are dependant of the social, economical, and political conditions of the host society and rely on its cultural tradition. Democracy, by instance, does not receive the same definition in, say,France and China. Interculturalism is not a policy one could impose. A good example is the limited success of multiple languages teaching programmes in schools due to the prevalent belief in the virtues of monoculturalism for social harmony. Multiculturalism, thus, describes a social reality and interculturalism a mode of functioning  operating in its midst. Problems begin when they are transformed into governmental programmes.

Transculturalism, lastly, should be used to name the common adoption of cultural forms by different communities in a given society. Unlike the two previous notions, transculturalism supposes the willingness of actors to play a role on the sociocultural stage. It could also bedefined as an ethical drive. As such, it should be considered as the ultimate goal of a welltempered multiculturalism.

(Adapted from Alexis Nouss, Plaidoyer pour un monde métis, Paris : Textuel, 2005)

Cliquez sur l'image pour accéder à une présentation

Prof Alexis Nuselovici (Nouss)
European Languages, Translation and Politics
Cardiff University
NuseloviciA@cardiff.ac.uk

Well-tempered Multiculturalism

Alexis Nuselovici (Nouss)

Professeur de littérature générale et comparée
Université d’Aix-Marseille

More Posts - Website

CFP « Displaced Objects (D.O.) »

safe_image

 « Displaced objects (D. O.)  »,

Une version actualisée du projet se trouve ici 

le site web dédié au projet est accessible à cette adresse : displacedobjects. com  

En mai 1922, Marina Tsvetaieva quitte Moscou pour Berlin, décrivant soigneusement les objets auxquels elle tient et emporte avec elle. En 1939, dans un sens inverse, de Paris à Moscou, elle consigne une liste des objets qu’elle ramène. Ce ne sont pas tout à fait les mêmes et n’importe comment ils sont devenus autres. Mais ils sont siens – ils la représentent autant qu’ils sont représentés par elle ; comme elle, ils sont en et de l’exil et leurs destins sont liés, y compris dans leur ultime dispersion. 

L’objectif de cette collection de textes de1 à 3 pages est de rendre compte du parcours d’objets singuliers, les objets de l’exil, de leurs inventions, requalifications et métamorphoses, des narrations et affects qu’ils soutiennent, des processus enfin, par lesquels ils sont vécus mais échappent également à leurs détenteurs.

Continuer la lecture de CFP « Displaced Objects (D.O.) »

Exposition « Objets de l’exil / Objets en exil »

Le principe d’exposition  a été élaboré en 2007 par Alexandra Galitzine-Loumpet, Alexis Nuselovici(Nouss) et Boris Chukhovich. Il est  présenté parmi les projets du groupe de recherche POexil, fondé à Montréal par Alexis Nouss en 2001, et dont le programme  » Non-lieux de l’exil » poursuit et renouvelle  l’esprit à Paris, et a également été enrichi par le colloque Les objets de l’exil, tenu à Montréal en novembre 2008.

Le principe est fixe et simple : un objet servant de support à une narration qui peut prendre autant de formes et de modes d’expression que d’intervenants qui en signent le contenu (individuel, collectif) ;  dix sections, volontairement larges, permettant d’aborder les différentes catégories de l’exil. Un  contenu évidement variable selon les lieux d’accueil.

OBJETS DE L’EXIL  

Commissaires : Boris Chukhovich,  Alexandra Galitzine-Loumpet, Alexis Nouss 

Descriptif

Mettre en scène une exposition itinérante sur les objets de l’exil, éléments supports marquant le déplacement, symbolique, affectif et physique (objets de l’exil) et les transformations que l’exil entraîne sur la valeur et le statut de ces objets (objets en exil).

Au travers d’espaces liés à une thématique, associant un objet et une mise en récit sur des supports multiformes (textes, musiques, images), il s’agit de mettre au jour les traces de l’exil, de procéder à une archéologie des mémoires de l’exil et en exil et d’en dégager la stratigraphie.

Le parcours muséographique devrait également inclure une compilation libre d’écrits et de récits des visiteurs. Une telle installation permettrait d’engager plus avant le public dans les questions, très actuelles et politiques, de l’exil comme interrogation sur l’immigration, l’intégration, l’assimilation, la citoyenneté, l’identité, l’appartenance.

Les institutions et pays hôtes de l’exposition auraient le choix entre :

Monter l’exposition sous sa forme originale, construite à Montréal, mais enrichie d’un nouvel espace, celui de l’institution d’accueil,
Reprendre le principe d’exposition et récréer ses contenus sur la base des thématiques initiales (voir infra).
L’exposition invite ainsi à reconsidérer les modes de présentation des identités en déplacement, fluctuantes et constamment modifiées. C’est dire que l’aléatoire se donne comme principe directeur et que l’exposition devient métaphore de l’exil dans ses dimensions d’imprédictibilité et de transformation. Si le point de départ de l’exposition est connu, son parcours ultérieur ne dépend que des lieux et des équipes d’accueil prêts à l’accueillir, sans aucune limitation temporelle et donc sans anticipation de sa durée.

Face à la mondialisation des mouvements migratoires, cette exposition à contenu variable, se veut ainsi une tentative de muséographie mouvante.

Le catalogue pourra prendre la forme d’un site web, progressivement enrichi au fur et à mesure des voyages et des métamorphoses de l’exposition. Des publications complémentaires, éditées par les divers lieux d’accueil, des colloques ou autres manifestations pourront éventuellement accompagner l’exposition.

Principes muséographiques

L’exposition est bâtie sur les notions de déplacement, de basculements permanents entre le personnel et le collectif, la singularité (de l’exil, de l’histoire, du lieu) et la multiplicité des contextes (sociaux, politiques, mémoriels), la fragmentation et la recomposition, les ruptures effectives et les permanences recherchées.

Concrètement, cette approche se traduit par une élaboration en trois niveaux :

1/ Le choix d’un objet : image fixe ou non, objet du quotidien (icône, vêtement, gramophone, clef, cuillère, photographie, livre, lettre manuscrite, etc.), promu à une qualité nouvelle de symbole exilique.

2/ Un récit sur tout support choisi par l’intervenant accompagne l’objet, en raconte l’expérience et en déploie la charge affective et le potentiel spéculatif. Le discours peut être écrit, oral, visuel, musical, homogène ou fragmenté et peut utiliser les matériaux les plus divers. Il est lié au thème majeur de chaque section mais utilise autant de sous-thèmes que nécessaire (voir infra).

3/ Un fonds sonore trame le parcours de l’exposition et est constitué par le mélange des atmosphères propres à chacune des dix sections.

L’exposition se divise en dix sections, correspondant aux dix thématiques présentées ci-dessous, dont chacune est réalisée librement et assumée par son concepteur. Le statut des responsables est extrêmement varié et dépend du lieu d’accueil. Chacune des thématiques sera signée par son réalisateur.

Le cahier de charges de l’exposition se réduit à la liste des dix thématiques que chaque équipe d’accueil (les responsables de l’organisation et les responsables de chacune des dix sections thématiques) peut illustrer à sa guise et avec les moyens dont elle dispose.

Ainsi, le cadre d’accueil peut varier d’une simple salle de classe dans une école à un centre communautaire, d’une bibliothèque à un musée, d’une institution établie à un lieu alternatif.

Les dix sections thématiques

 

Versions réalisées.

Deux versions de l’exposition ont été réalisées jusqu’à présent, l’une virtuelle, l’autre,  prête, qui n’a finalement pas pu être mise en place, mais dont l’affiche est présentée ci dessous.

© Défap-Service protestant de mission, 2008

 

La première version, virtuelle, a été réalisée en 2008 au Défap-Société Protestante de Missions, héritière de la Société des missions évangéliques de Paris. Le très riche fonds d’archives photographiques, aujourd’hui consultable grâce à sa numérisation,  à permis d’interroger les différents exils mis en jeu.

Commissariat d’exposition : Alexandra Loumpet-Galitzine, Claire-Lise Lombard, Emilie Gangnat
Réalisation : Emilie Gangnat

 

 

La seconde version, dont la composition et la scénographie ont été achevés en 2009 n’a pu être installée dans la galerie Nikki Marquardt, place des Vosges,  faute, à la dernière minute, de financement adéquat.  Les dix sections ont cependant été investies par des intervenants différents, chercheurs, critiques d’art, réalisateurs, chorégraphes, dans une sélection dense et diversifiée, et à donné lieu à des performances et expérimentations dont un dossier de presse (dossierPresse2009) retrace les propositions. Cette exposition, dont la mise en ligne est en projet, est servie par le magnifique cliché extrait de l’oeuvre de Said Atabekov, utilisé en affiche (voir également son installation dans le Central Asia Pavilion, 54e biennale de Venise).

Exposition (c) 2009 / oeuvre S. Atabekov (2005)