Archives de catégorie : Evénements

Evénements et manifestations recommandées

Récital Marlène Samoun. Colloque « Figurer l’exil » 14-15 mars 2014

Figurer l’exil, 

Colloque international (14-15 mars 2014)

Nous sommes heureux d’annoncer un récital de Marlène Samoun « Chants de l’exil »  le vendredi 14 mars à partir de 20h30, dans le cadre du colloque  « Figurer l’exil » qui se tiendra du 14 au 15 mars 2014 dans les magnifiques salles de  l’Institut d’études avancées de Paris – Hôtel de Lauzun, 17 quai d’Anjou, 75004 Paris (programme et informations ici ).

Marlène Samoun viendra accompagnée du guitariste Pascal Storch pour interpréter des chants tziganes, des negro-spirituals et des chants de la diaspora juive.

Attention, entrée libre dans la limite des places disponibles (inscription indispensable ici)

Figurer l’exil. Colloque international 14-15 mars 2014. Programme et intervenants

Figurer lexil affiche-A3-150FIGURER L’EXIL 

Coordination scientifique : Alexandra Galitzine-Loumpet, Sara Guindani-Riquier, Alexis Nuselovici (Nouss).

Lieu : Institut d’études avancées de Paris – Hôtel de Lauzun, 17 quai d’Anjou, 75004 Paris

Attention : entrée libre sur inscription indispensable (ici)

 Figurer l’exil Programme(pdf)

Argumentaire     

L’expérience de l’exil met en crise les dichotomies induites par un discours « territorialisé » autour de l’identité et de la différence, l’origine et le devenir, l’autochtone et l’étranger. En montrant à quel degré ces oppositions appartiennent à l’épistémè des sociétés d’accueil et à une pensée de l’appartenance nationale, elle invite justement à en déplacer les paradigmes. 

Or, cette expérience, comme tout phénomène humain, n’existe et ne prend sens que médiatisée par un ensemble de codes affectifs et culturels. Sa spécificité, toutefois, tient au fait que la figuration de l’exil convoque d’emblée une multiplicité de systèmes référentiels, au minimum une dualité entre le lieu de départ et le lieu d’arrivée, entre l’avant et l’après, entre l’individuel et le collectif, entre le communautaire et le national. Cette diversité, articulée par  des temporalités et des contextes historiques distincts,  se reflète dans celle des supports et des régimes expressifs choisis.

Continuer la lecture de Figurer l’exil. Colloque international 14-15 mars 2014. Programme et intervenants

Ecritures migrantes du genre. Journées d’études du 6 janvier et 21 février 2014

CaptureEcritures migrantes du genre :  croiser les théories et les formes littéraires dans les contextes comparés

JOURNEES D’ETUDE, UNIVERSITE SORBONNE NOUVELLE – PARIS 3
organisées par
Mireille Calle-Gruber, Anne Castaing, Sarah-Anaïs Crevier Goulet,
Xavier Garnier, Christine Lorre et Myriam Suchet

LUNDI 6 JANVIER 2014, salle Claude Simon (Maison de la Recherche), 14h-19h : «Comment
penser-pratiquer une décolonisation de la pensée du genre ? » (I)
• Ouverture, Mireille Calle-Gruber
• Jean Bessière (U. Paris 3) : « Genres, études de genre : universalité ? »
• « Tradire avec Nathanaël : lecture dégenrée et commentaire indisciplinaire (Chicago, Montréal,
Paris) », par Nathanaël (écrivain, Chicago) et Myriam Suchet (U. Paris 3)
• Seza Yilancioglu (U Galatasary, Istanbul), « Les évadées du harem : premières révoltes
féministes en Turquie »
Pause-café
• Anne Castaing (ARIAS/CNRS) : « L’exil comme territoire du féminin au prisme des littératures indiennes »
• Karina Marques (U. Paris 3), « Identité nationale et identité genrée: le genre en tant que construction de pouvoir chez Ilse Losa »
• Jelena Antic (post-doctorante, U. Paris 3 « Anne Hébert et Assia Djebar : leurs œuvres, leurs “exils” ? »
• Chantal Zabus (U. Paris 13) : « Nouvelles italophonies au féminin: hospitalités postcoloniales, flux migratoires, et espaces à louer »

VENDREDI 21 FEVRIER 2014, salle Claude Simon (Maison de la Recherche), 9h30-19h :
«Comment penser-pratiquer une décolonisation de la pensée du genre » (II)
• Mireille Calle-Gruber (U. Paris 3), « les corps d’énergie que nous sommes »,
• Simon Harel (U. de Montréal) : « L’écriture et la survivance dans Folie passée à la chaux vive de Christine Jeanney et Stéphane Martelly »
• Ying Chen (écrivain, Vancouver) : « Le plus grand obstacle ». L’écrivain sera présenté  par Christine Lorre-Johnston (Paris 3)
• Maribel Penalver : « De l’affect des mots “migrants” : une mise en scène de l’hos(ti)pitalité poétique »
• Régine Robin : Depuis La Québécoite…
• Sarah-Anaïs Crevier Goulet (U. Paris 7/ U. Paris 3) : Entre migrance et immobilité : explorer le continent inconnu du corps chez Anne-Marie Alonzo »

• Melina Balcazar Moreno (U. Paris 3) : titre à préciser
• Sarah Carmo (U. Paris 3) : « Le hors-lieu du passage des cultures ou l’exil de Leonor
dans As Luzes de Leonor de Maria Teresa Horta »
• Xavier Garnier (U. Paris 3) : « Troubles afropolitains dans l’écriture du genre »
• Aline Bergé (U. Paris 3): « Arrière-paysages des migrantes : lectures de Leïla Sebbar »
• Yolande Cohen (UQAM, Montréal) : « Retours sur un départ: de Meknes à Montréal »

Plus d’information ici 

Marges de la littérature. Programme Séminaire (Sara Guindani-Riquier / Marc Goldschmit) ENS Ulm

ens

PSYCHANALYSE/LITTÉRATURE

Sara Guindani-Riquier et Marc Goldschmit

 

Marges de la littérature. Écriture et politique

ENS 45 rue d’Ulm, Paris, 18h-20h

 

Séminaire organisé dans le cadre de l’Institut des hautes études en psychanalyse

IHEP.fr www.ihep.fr

7 février

Léa Veinstein Se mettre à nu devant des fantômes : les lettres de Kafka à Milena

7 mars

Francesca Manzari Rêver de parler en poète (Freud et Derrida)

 21 mars

Pierre Bayard Il existe d’autres mondes

28 mars

Alexis Nuselovici (Nouss) Écriture en exil, écriture de l’exil

 23 mai

Marc Goldschmit Les métamorphoses de Zarathoustra contre le nouveau wagnérisme

30 mai

Sara Guindani-Riquier Écrire les marges, écrire en marge : la traduction en psychanalyse

La migration prise aux mots. Mise en récits et en images des migrations transafricaines. Colloque 12-14 déc. Paris

AFFICHE-miprimoJPEGCe colloque international, résultats de recherches de MIPRIMO (ANR Les Suds), évoque la thématique de la mise en récits et en images des migrations transafricaines. Les participants (linguistique, littérature, histoire, anthropologie, sociologie, démographie …) tenteront de rendre compte de la pluralité des visions du voyage et de la migration ouest-africaine, à travers les processus de mise en scène, de mise en mots et en images de la migration. Les communications présentées mettront en évidence la portée des imaginaires, des mythes, des croyances, des récits (quels que soient leurs modes de transmission) sur les départs et les retours entre les pays africains. Pleinement actifs dans les productions artistiques (littérature, chant, cinéma, web, télévision, théâtre, performance scénique…), ces récits sont partie intégrante de la vie quotidienne en Afrique de l’Ouest, elle-même constituée par la circulation des personnes, et ceci depuis bien avant la période coloniale.

Plus d’information sur le carnet hypotheses de l’ANR Miprimo 

Programme

Jeudi 12 décembre 2013

Amphi Durkheim/Sorbonne, 1 rue Victor Cousin Paris 5ème

9 h 30 Café/thé de bienvenue

10 h 00 Ouverture – Mot de Cécile Canut

Allocution d’un représentant de l’université Paris Descartes

Allocutions des institutions partenaires et des bailleurs

10 h 30 Récits de migrations et historicité

Présidente de session : Catherine Coquery-Vidrovitch

  • Cheikna Wagué et Sandra Nossik : « Les Konpo xooro des migrants soninkés de Dakar : histoire, pratiques et mises en discours »
  • Pierre-Joseph Laurent : « Discours et regard sur la construction au Cap-Vert des « résidences des migrants » capverdiens aux USA »
  • Abdourahmane Seck : « D’une migration à l’autre ou comment dit-on l’Autre dans l’espace migratoire sénégalais »
  • Clémentina Furtado : « Le cap vert dans l’imaginaire des immigrés de la CEDAO : avant le départ et après l’arrivée »

Tour de questions/Discussion

13 h 00 Déjeuner

14 h 30 Récits de migrations et aspects sociétaux

Président de session : Mahamet Timera

  • Christine Deprez : « La féminisation des récits de migration » : analyse narrative
  • Aziz Faty : « Quand les hommes haalpulaar se plaignent de la migration : la question de la précarité masculine au coeur des problématiques migratoires »
  • Véronique Petit, Giulia Pizzolato et Mohamed Ly : « La migration face à la santé mentale au Sénégal : récits, discours et imaginaires »
  • Roberto Beneduce : « Symptômes, mensonges, crypto-biographies.L’écriture de l’inquiétude chez les immigrés »
  • Jacinthe Mazzocchetti : « “Quand tes parents ne sont pas ici, c’est très dur”. Récits, imaginaires et dynamiques de ré-inscription d’étudiants “diaspo” au Burkina Faso. »

Tour de questions/Discussion

17 h 15 Conclusion de la journée

Vendredi 13 décembre 2013

Amphi Durkheim/Sorbonne 1 rue Victor Cousin Paris 5ème

9 h 30 Café/thé de bienvenue

10 h 00 arts et cinéma (cinéma, musique, théâtre…)

Président de session : Alain Ricard

  • Marina Lafay et Carola Mick : « À l’écoute du “Cri de la Tourterelle”, La performativité du chant et du cinéma sur la migration au Niger. »
  • Alioune Sow : « Le visa de Kanute : reconsidérer l’aventure »
  • Anne Doquet : « Le détournement de “Bako, l’autre rive”, ou le comique de la migration »
  • Alice Degorce : « Des pratiques migratoires peu valorisées ? Les chants et les discours entourant les migrations des Burkinabés en Côte d’Ivoire »
  • Jorge Castro Ribeiro : « Postcolonialisme, marges et privilèges : pratiques de musique et danse des capverdiens au Portugal »

Tour de questions/Discussion

13 h 30 Déjeuner

14 h 30 Littérature et migration

Président de session : Manthia Diawara

  • Catherine Mazauric et Pierre Soubias : « Du bon usage des mythologies : sémiologie littéraire de l’aventure migratoire et subjectivations féminines transafricaines »
  • Sébastien Boulay : « Poétique et politiques de la migration au Sahara occidental »
  • M’bouh Seta Diagana : « Migration soninké et quête du Savoir. Étude comparée de deux récits oral et écrit »
  • Mamadou Kalidou Ba : « Mises en récit des migrations sous contraintes inspirées des événements de 1989 à travers les romans mauritaniens »

Tour de questions/Discussion

16 h 30 Pause café

  • 17 h 00 Table ronde « cinéma et migration » avec Manthia Diawara, Jean-Paul Colleyn et Alioune Sow

18 h 30 Cocktail

Samedi 14 décembre 2013

auditorium/bibliothèque Buffon, 15 bis rue Buffon, Paris 5 ème

Entrée libre sans réservation dans la limite des places disponibles

10 h 30 accueil et ouverture

  • 11 h 00 Projection : E.T. comme enfants de troupes, un film de Momar Désiré Kane, 52 min

Lieu : Saint Louis, Sénégal ; Coproduction : MIPRIMO, Université Toulouse Le Mirail (DTICE)

Nous avons beaucoup entendu parler des enfants soldats, ceux qui tuent sans hésiter, les drogués, les violeurs et autres enfants des rues. Il existe d’autres enfants soldats. Ils vivent dans un camp militaire, Dakar-Bango, situé à quelques mètres à peine d’un bras du fleuve Sénégal. Ils sont venus des pays de la sous-région, du Burkina, du Tchad, du Niger… « pour tout savoir et mieux servir ». Ici la migration mène à la formation et à l’acquisition d’une culture humaniste.

  • 14 h 00 Projection : L’Île des femmes, un film de Cécile Canut, 52 min

Lieu : Santiago, Cap-Vert ; Coproduction : MIPRIMO, tutti quanti films

Ja, jeune femme de Cabral, n’est pas partie « chercher sa vie » ailleurs comme tantd’autres au Cap-Vert. Elle n’est jamais sortie de son village ou presque. Avec des voisines, elle décide de monter un groupe de batuke. Pour mieux comprendre cette pratique, Ja part faire le tour de son île, à la rencontre de femmes qui s’adonnent à l’étonnante expérience du batuke. Au cours du périple, nous découvrons « celles qui restent » et qui surmontent ensemble, à travers ce mode d’expression, la rudesse et l’acuité de la séparation.

16 h 00 rencontres et débats : Littératures et migrations

  • Boubacar Boris Diop (romancier, essayiste et dramaturge, dernier ouvrage paru :Les Petits de la guenon, éd. Philippe Rey, 2009)
  • Sylvie Kandé (poétesse, essayiste et historienne, dernier ouvrage paru : La Quête infinie de l’autre rive, Gallimard, 2011)
  • Sophie Bachelier (photographe)

Séance animée par les chercheurs Alioune Sow et Catherine Mazauric

18 h 30 Soirée : concert. 

Concert de batuke du Cap-Vert Domingos Ramos

Exposition photographique de Sophie Bachelier

Comités scientifiques et d’organisation

Responsable du projet 

Professeure Cécile Canut, directrice de l’ANR MIPRIMO

CEPED – 19, rue Jacob – 75006 Paris • Tél. : 01 53 10 50 68

cecile.canut@parisdescartes.fr

Coordination générale et secrétariat 

Marina Lafay

CEPED – 19, rue Jacob – 75006 Paris • Tél. : 06 45 48 00 74

marina.lafay@ceped.org

Rencontre Non-lieux de l’exil. Street art : un art en exil, un art de l’exil. 24 octobre 2013. SALLE 638 / FMSH

 

2013-10-14 18.09.17 

la rencontre aura lieu en salle 638, plateau CNRS, 190-196 avenue de France, 75013 Paris (M° Quai de la gare / Bus 89)

En exil car hors des galeries et musées, dans l’espace public, offert à tous, éphémère.

De l’exil car souvent les artistes le pratiquant sont en marge ou en route, quittant volontairement ou non leur ville, leur pays, réinventant leurs territoires.

Le projet « La Tour 13 » a invité une centaine d’artistes de street art venus du monde entier à investir une tour destinée à la destruction dans le 13earrondissement.

L’expérience a inspiré les « Non-Lieux de l’exil » à organiser, en partenariat avec la galerie Itinerrance, une table ronde réunissant artistes et chercheurs en sciences humaines autour de la nature du street art, de ses défis, de ses messages et, plus spécifiquement, de la réception du projet du 5 rue Fulton.

 

 

 avec 

Medhi Ben Cheikh, Micheline Girard, Katre, Stew, Réa 1, Pantonio et Gaël (Projet Tour 13)

et

Alexandra Galitzine-Loumpet, Boris Chukhovich, Alexis Nuselovici (Nouss), Christiane Vollaire 

 

 

Jeudi 24 Octobre à 16h

salle 638, 196 avenue de France 6e, noyau A

75013 Paris

 

 

 

 

 

visite de la tour 13 : du 1er  au 31 octobre : http://www.itinerrance.fr/).

Visite virtuelle : cliquer sur l’image pour accèder au site dédié à la Tour 13

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Imaginaires en exil.Cinq cinéastes d’Afrique se racontent. 6 juillet 2013, Vernon (Normandie)

RICCI_Daniela_2013_Imaginaires-en-exil_00IMAGINAIRES EN EXIL : 

Quintessence, festival international du film de Ouidah propose 5 films sur l’exil le 6 juillet à 15h30, Médiathèque de Vernon (Normandie), gratuit :

Imaginaires en exil – Cinq cinéastes d’Afrique se racontent
Documentaire (53 min.) de Daniela Ricci (en présence de la réalisatrice et de Jean Odoutan)

Newton Aduaka, John Akomfrah, Haile Gerima, Dani Kouyaté et Jean Odoutan : cinq cinéastes africains majeurs en exil et leurs parcours artistiques et personnels. Le film les suit dans leur quotidien d’exilés, qui résonnent avec des extraits de leurs films, expression de leurs identités complexes : être à la fois d’ici et de là bas.

plus d’information ici