Archives de catégorie : Actualités

Actualités diverses, publications, annonces (colloques, séminaires, appels à contribution..)

Politiques de l’exil. Savoirs / Pouvoirs – que peut la recherche ? 09 février 2022

Savoirs/pouvoirs : que peut la recherche ? Des enjeux de la contre-expertise aux apories de l’université, comment se mobiliser ? 

9 février 2022,  17 à 20h  salle du Collège de France, 3 rue d’Ulm 75005 Paris (75 places / Métro Cardinal Lemoine ou Place Monge – RER Luxembourg). Séance en accès libre dans la mesure des places disponibles et avec les modalités sanitaires en vigueur (pass sanitaire, masques, distanciation).

La séance a lieu en présentiel. Néanmoins, au vu des cas Covid, une forme hybride sera mise en place. 

avec  :

  • Céline Cantat (Sciences Po Paris)
  • Olivier Clochard (Migrinter, ICM)
  • Sarah Mazouz (Ceraps, ICM), 

Coordination de la séance : Chowra Makaremi (IRIS, ICM)

La recherche en sciences sociales est brocardée par les gouvernants en France : accuser les savoirs critiques de troubler l’ordre social (“républicain”) est une tactique qui s’ajoute désormais à celle plus rodée des discours sécuritaires, anti-migratoires et xénophobes qui colonisent les débats publics en période électorale.
Dans ce contexte, l’enjeu pour les chercheur.e.s n’est pas uniquement de défendre des disciplines et des institutions universitaires menacées par la mise au pas. Des efforts de plus long cours sont menés, depuis plusieurs décennies, pour saisir les enjeux et les effets des politiques publiques de contrôle des frontières et de discriminations sociales des racisé.e.s, dans une perspective de résistance à ces politiques.

Cette séance s’interroge sur les stratégies, les marges de manœuvre et les objectifs que peuvent se donner les savoirs critiques sur les migrations et le racisme. Il est intéressant à cet égard de faire dialoguer deux champs distincts, étudiant des phénomènes qui pourtant se rejoignent dans les programmes électoraux et les politiques publiques, à savoir : les études sur le gouvernement des frontières d’un côté (border studies), et celles qui interrogent la racialisation d’un autre côté (critical race studies). Un deuxième enjeu est de confronter différentes façons de travailler, qui ne s’excluent pas bien au contraire : dans un cas, mettre le savoir au service d’une contre-expertise (juridique, cartographique, statistique), et dans un autre, redéfinir les problématiques et les catégories dans l’espace public (ce qui pose la question cruciale de la diffusion des savoirs). L’idée est de mettre en commun nos questionnements, les leçons apprises du passé et les pistes qui nous paraissent fructueuses pour agir face au néo-fascisme. 

Présentation des intervenant.e.s

Continuer la lecture de Politiques de l’exil. Savoirs / Pouvoirs – que peut la recherche ? 09 février 2022

Tentative d’inversion de l’ordre du discours. A propos de “Ailleurs, partout” (2020) d’Isabelle Ingold et Vivianne Perelmuter

Tentative d’inversion de l’ordre du discours. A propos de Ailleurs, partout (2020) d’Isabelle Ingold et Vivianne Perelmuter

 

Trailer en cliquant sur l’image.

     En premier lieu, la rencontre tient des voix qui « parlent » le film d’Isabelle Ingold et Vivianne Perelmuter :  la voix de Shahin,  émue, retenue, pudique, lorsqu’il parle à sa mère, à sa sœur ou à sa tante, les leurs en retour, les rires et larmes de leurs échanges ; la voix de Shahin neutre, froide et patiente lorsqu’il rejoue les questions-réponses du Home Office, l’équivalent britannique de l’OFPRA ; sa voix lorsqu’il dialogue avec les réalisatrices par messages whatsapp, réfléchissant en quelque sorte à voix haute sur sa condition de demandeur d’asile, son rapport au monde ; la voix du commentaire également, portée par Vivianne Perelmuter qui rapporte l’altération de Shahin.  Multivocalité donc, orale et écrite, en trois langues – persan, anglais, français -,   et autant de rythmes, de tonalités, d’inscriptions subjectives dans les langues et les adresses, d’arrière-plans sonores – musiques, bips parasites -, de silences, d’élisions. Une dernière voix aussi, visuelle celle-ci, avec sa propre texture, qui serait moins composée des images elles-mêmes, reprises de caméras de télésurveillance, que de la voix propre du montage, performative, tour à tour resserrant ou ouvrant l’échelle, matérialisant l’impuissance du désir et son inquiétante étrangeté.

Dans le 3e paragraphe de l’introduction de sa conférence inaugurale au Collège de France du 2 décembre 1970, intitulée L‘ordre du discours, Michel Foucault écrit :

« Le désir dit : « Je ne voudrais pas avoir à entrer moi-même dans cet ordre hasardeux du discours ; je ne voudrais pas avoir affaire à lui dans ce qu’il a de tranchant et de décisif ; je voudrais qu’il soit tout autour de moi comme une transparence calme, profonde, indéfiniment ouverte, où les autres répondraient à mon attente, et d’où les vérités, une à une, se lèveraient ; je n’aurais qu’à me laisser porter, en lui et par lui, comme une épave heureuse. » Et l’institution répond : « Tu n’as pas à craindre de commencer ; nous sommes tous là pour te montrer que le discours est dans l’ordre des lois ; qu’on veille depuis longtemps sur son apparition ; qu’une place lui a été faite, qui l’honore mais le désarme ; et que, s’il lui arrive d’avoir quelque pouvoir, c’est bien de nous, et de nous seulement, qu’il le tient. »

Continuer la lecture de Tentative d’inversion de l’ordre du discours. A propos de “Ailleurs, partout” (2020) d’Isabelle Ingold et Vivianne Perelmuter

Non-Lieux de l’exil 2021-2022 : Politiques de l’exil – Politiques de mobilisation

Politiques de l’exil : Politiques de mobilisation 

Programme 2021-2022

Cette année le séminaire Non-lieux de l’exil est un séminaire EHESS qualifiant et un séminaire Institut Convergences Migrations, conçu en partenariat avec le GERiiCO (Université de Lille) et le  groupe de recherche Aesthetics, Politics & Knowledge de l’Institut de Philosophie de l’Université de Porto. Des séances et associations avec d’autres partenaires sont susceptibles d’être mises en place tout au long de l’année. Toutes les séances feront l’objet d’une annonce spécifique.

Sauf exception, toutes les séances auront lieu de 17 à 20h aux dates ci-après dans l’amphithéâtre du Collège de France, 3 rue d’Ulm 75005 Paris (60 places / Métro Cardinal Lemoine ou Place Monge – RER Luxembourg). Les séances sont d’accès libre dans la mesure des places disponibles et avec les modalités sanitaires en vigueur.

Argumentaire

En cette 11e année de ses travaux, le séminaire Non-lieux de l’exil poursuit son analyse et s’intéresse aux politiques de mobilisation.  Nous entendons « mobilisations »  dans toutes ses acceptions : mobilisations des acteurs exilés, des acteurs de la solidarité et de la recherche ;  mobilisations féministes et de genre ; mobilisations face à la violence et à la brutalité des politiques migratoires aux frontières comme dans la vie quotidienne, mobilisations sur les territoires et dans les diasporas notamment autour de la situation en Afghanistan ; mobilisations pour la justice – et juridicisation des mobilisations citoyennes -, mobilisation des affects, mais aussi formes de démobilisation, en relation avec les politiques d’épuisement, de découragement ou de  déliaison ; mobilisation enfin pour renforcer le lien social entre recherche, associations et citoyens. Cette thématique, évoquée aux ateliers du Briançonnais en mai 2021, se nourrit d’un sentiment d’urgence politique, partagé par différents acteurs déterminés à nourrir le débat public et l’action citoyenne en cette année électorale saturée par une instrumentalisation des peurs et des politiques de l’identité. Débattre des mobilisations, interroger les pratiques et les effets, produire des savoirs, des récits, participer à la compréhension de ces phénomènes s’impose comme fil conducteur d’un séminaire qui prend sa part à la tâche collective de lutte contre les discriminations envers l’étranger comme idéologie et projet politique.

Programme

Continuer la lecture de Non-Lieux de l’exil 2021-2022 : Politiques de l’exil – Politiques de mobilisation

Politiques de l’exil – Territoires de l’intime, 9 juin 2021, 16h-20h en ligne

6e et dernière séance du séminaire  Non-lieux de l’exil  (ICM-EHESS) de 2021 en partenariat avec le Geriico (U. de Lille), le groupe de recherche Aesthetics, Politics & Knowledge de l’Institut de Philosophie de l’Université de Porto ; le groupe Espaces / Ecritures (CREA, U. de Nanterre) et l’axe 1 du CESSMA (Inalco, IRD, U. de Paris) (S’approprier, contester, lutter : spatialité, domination, violence)

Politiques de l’exil – Territoires de l’intime

16-20h, en ligne. Lien  
https://univ-lille-fr.zoom.us/j/98067008401?pwd=dWxtOXF2bXZZL3o1VFcrNnpFeFZiQT09ID de réunion : 980 6700 8401 Code secret : Eh0jZA

avec : Céline Cantat (politiste, Sciences Po), Alice Latouche (sociologue, Migrinter) et Eugenia Vilela (philosophe, U.  de Porto)

Discutante : Nora Philippe (réalisatrice, curatrice); Coordination : Eugenia Vilela et Alexandra Galitzine-Loumpet  

– ouvrage présenté en première partie de séance (16h-17h30)L’objet de la migration, le sujet de l’exil, Collection Chemins croisés, Presses Universitaires de Nanterre, déc. 2020., par Corinne Alexandre Garner & Alexandra Galitzine-Loumpet, avec Chowra Makaremi (anthropologue, IRIS), Laetitia Tura (photographe, réalisatrice) et Gabriella Zalapi ( auteure)

Image du bandeau : Photo affichée  rue Curial  (75019). 

 Présentation des intervenantes : 

Continuer la lecture de Politiques de l’exil – Territoires de l’intime, 9 juin 2021, 16h-20h en ligne

Territoires & savoirs partages, Briançon 14-16 mai 2021

Non-lieux de l’exil s’associe à des acteurs de la solidarité et de la recherche pour Les journées du Briançonnais  :  

Territoires & savoirs partagés

Ateliers réflexifs entre acteurs de la solidarité et de la recherche 

14-16 mai 2021, Briançon

Journées d’ateliers co-construites par des acteurs de l’hospitalité du Briançonnais ( Tous Migrants, MJC du Briançonnais – centre social, Association Quatorze – Maison Bessoulie,  Médecins du Monde, Refuges solidaires, Solidarité Névache, Un thé dans la neige…) et différents acteurs de la recherche en sciences humaines et sociales (ANR LIMINAL /Inalco, CESSMA (Inalco-Université de Paris-IRD), Ethnopôle “Migrations, Frontières, Mémoires” – Valence, Institut Convergences Migrations, Geriico-Université de Lille, EHESS, Migrinter – Université de Poitiers, Pacte – Sciences Po – Université de Grenoble, Non-lieux de l’exil) avec la participation du Channel – Scène nationale de Calais et de la coopérative de tourisme solidaire Les oiseaux de passage.

Ateliers réservés aux inscrits, sauf table-ronde Tourisme & Migrations. Une captation vidéo de l’ensemble des réflexions sera effectuée par Marianne Chaud et Isabelle Mahenc, réalisatrices.

Collectivement coordonnées par : Anne-Laure Amilhat Szary I Stéphanie Besson I Marianne Chaud I Olivier Clochard I Emilie Da Lage I Cristina Del Biaggio I Margot Duval I Alexandra Galitzine-Loumpet I Philippe Hanus I Isabelle Mahenc I Luc Marchello I Prosper Wanner – sur une initiative d’Alexandra Galitzine-Loumpet et de Luc Marchello.

Ouverture par François Héran, Chaire Migrations et Sociétés, Collège de France et Institut Convergences Migrations

Clôture par Michel Agier, EHESS – ICM – IRD

Avec la participation de :  Francesco Ainardi I Michel Agier I Leslie Albracht I Agnès Antoine I Céline Auvray I Sarah Bachellerie I Boubacar Baldé I Bandjan I Agnès Bonneval I Brigitte Borel I Coline Castelnau I Françine Daerden I Benoit Ducos I Pâquerette Forest I Hamad Gamal I Noémie Gourmelen I François Héran I Ariane Junca I Cécile Leroux I Jean-Paul Leroux I Chowra Makaremi I Sylvia Massara I Evangeline Masson-Diez I Alain Mouchet I Emily Mugel I Lena Pasqualini I Janina Pescinski I Jean-Gabriel Ravary I  Harold Robert I Davide Rostan I Clémence Roux-Lafay I Michel Rousseau I Marie-Caroline Saglio-Yatzimirsky I Alfred Spira I Laure Stadelmann I Elsa Tyszler I Daphné Velay I Emmanuelle Vincent I Christiane Vollaire et  de quelques autres. 

 Argumentaire 

Dans les montagnes du Briançonnais comme dans d’autres espaces frontaliers, les mobilités contemporaines recomposent les mouvements incessants qui ont traversé la montagne depuis des siècles (commerçants, contrebandiers, colporteurs, transhumants, résistants, armées, main d’œuvre …). Les politiques concomitantes de facilitation ou d’entrave aux  passages, les imaginaires et aménagements de l’accueil touristique ou du refuge hospitalier interrogent les positionnements d’acteurs multiples, le déploiement de stratégies de solidarité, d’évitement ou d’exclusion. Au sein de cette complexité des cultures de montagne, des lieux partagés existent ; des projets de tiers-lieux émergent ; des formes de partage se renouvellent dans la tension d’usages et d’intérêts divergents. Cette situation invite à appréhender les territoires par les co-présences ; les savoirs par les modalités de co-construction ; les recherches par les modes de restitution et de circulation des analyses. Car le chercheur, comme d’autres, est ici accueilli.    

Ces  Ateliers du Briançonnais sur les territoires et savoirs partagés, première étape de réflexions qui se veulent régulières, ont pour objectif d’ouvrir un temps de réflexion multi-acteurs au sein d’une longue temporalité d’urgences et de « crises », de confronter les attentes des uns et des autres, de proposer de nouvelles pratiques de partage, de repenser, en somme, les modalités d’une « invention collective des structures collectives d’invention” (Bourdieu 2002).

Programme

Continuer la lecture de Territoires & savoirs partages, Briançon 14-16 mai 2021

Politiques de l’exil – Territoires de l’abri, 14 avril 2021

POLITIQUES DE L’EXIL – TERRITOIRES DE L’ABRI

14 avril 2021 – 16-20h, en ligne,  Séminaire ouvert sans inscription : https://zoom.us/j/2019251670?pwd=L1ZtOXRhUWV0SjBGVzl2VVpPM0xCQT09 , ID de réunion : 201 925 1670, Code secret : 13012021 

avec Armelle Andro (sociologue et démographe, U. Paris I), Pascale Baligand (MCF Psychologie clinique, U.de Paris), Marie Jacob (psychologue, COMEDE) et Julien Bonnin (photographe)

Ouvrage présenté : Sarah Mazouz,  Race (Anamosa 2020)

Discutante : Evangeline Masson-Diez (sociologue), Coordinatrice de la séance : Laure Wolmark (psychologue, COMEDE, NLE)

Image du bandeau : (c) Nicolas Guyonnet, MSF

 

Présentation des intervenant.e.s : 

Continuer la lecture de Politiques de l’exil – Territoires de l’abri, 14 avril 2021

Politiques de l’exil – territoires d’exclusion : les quartiers populaires, 10 mars 2021

Territoires d’exclusion : les quartiers populaires

10 mars 2021- 16-20h en ligne :

https://univ-lille-fr.zoom.us/j/99702224329?pwd=NTN3NG5vWkE2Mi95d2FVc2JGZFBpUT09
ID de réunion : 997 0222 4329

La séance vise à présenter les quartiers populaires – dont la population est largement issue de l’immigration postcoloniale – traités en espaces de relégation, comme lieux d’une authentique solidarité et d’une inventivité sociale, en lutte contre les discriminations.

avec Christel Husson (travailleuse sociale), Saïd Bouamama (sociologue), Samir Baaloudj (éducateur et militant).

Ouvrage :  Collectif Rosa Bonheur, La ville vue d’en bas, éditions Amsterdam, Paris, 2019, présenté par deux membres du Collectif, Cécile Vignal et Blandine Mortain, sociologues, maîtresses de conférences en sociologie à l’Université de Lille, membres du laboratoire CLERSE (UMR 8019).

La désindustrialisation à l’œuvre depuis les années 1970 a confiné des pans entiers des classes populaires aux marges du salariat. Tenues à l’écart des principaux circuits marchands, ces populations ont dû réorganiser leur travail et leur vie quotidienne de manière à satisfaire les besoins essentiels à leur subsistance, selon une dynamique qui confère une centralité nouvelle à l’espace urbain : pour elles, l’accès à la plupart des ressources matérielles et symboliques nécessaires au maintien d’une existence digne est intimement lié à leur ancrage territorial.

Coordination : Christiane Vollaire (Philosophe)

Image en bandeau : ©DG/Actu Seine-Saint-Denis

Intervenant.e.s : 

Continuer la lecture de Politiques de l’exil – territoires d’exclusion : les quartiers populaires, 10 mars 2021