Archives de catégorie : Publications de l’équipe

Trois nouvelles publications sur HAL-SHS : B. Chukhovich, M. Cronin, M. Goldschmit

Trois nouvelles publications, mises en ligne le  25 juin 2014, qui viennent enrichir la série de working papers « Etudier l’exil » sur HAL-SHS Archives ouvertes.

Il s’agit de :

elseedparis13

« Le Street art : un genre exilique ? », par Boris CHUKHOVICH

Résumé : Les rapports entre exil et street art sont complexes. D’une part, les artistes de rue ressemblent aux migrants dont le nomadisme perpétuel caractérise le monde contemporain. D’autre part, le street art a ses propres raisons d’être qui ne coïncident pas toujours avec celles d’artistes exilés…plus

JamesJoyce– « Représenter l’exil : le sujet du non-exil », par Michael CRONIN

Résumé : Nous proposons une réévaluation de la thématique de l’exil en littérature, à partir d’une étude de l’une des nouvelles de James Joyce, une réévaluation qui renoncerait à la dramaturgie des ruptures brutales, des départs définitifs, propre à une certaine vision de l’exil exotique, pour regarder de plus près l’exil de proximité….plus 

393px-Memorial_Walter_Benjamin_Portbou_003« L’écriture de l’exil et l’hypothèse du Maranne (Kafka, Benjamin, Derrida et au-delà) », par Marc GOLDSCHMIT

Résumé : La représentation de l’exil n’efface pas sa douleur, mais initie un mouvement de retour sur soi du sujet. L’exil est en excès sur la représentation, il lui faut une écriture sans appui que nous recherchons ici à travers quatre ellipses… plus

Ces contributions passionnantes sont proposées en lien direct dans la rubrique « Publications de l’équipe » / Working papers en haut à droite du site, ou en suivant les liens surlignés à travers le site de la FMSH.

Huit contributions sont désormais disponibles, d’autres devraient être publiées prochainement. N’hésitez pas à les commenter.

Bonne lecture !

 

Exposer l’expérience de l’exil (1). New York, mars 2014 . A. Galitzine-Loumpet

Ellis Island, 24 mars 2014 (c) Galitzine
Ellis Island, 24 mars 2014 (c) Galitzine 
Exposer l’expérience de l’exil (1)

           New York, mars 2014                                                        Reconnaître ce lieu. (G.Perec)

De ma visite  à Ellis Island le 24 mars 2014, il reste des notes – et deux photographies. Deux seulement parmi des centaines d’autres, symboliquement prises alors que le ferry  « Miss Liberty » s’éloignait de la petite île  – la fatigue, le froid, la crainte de manquer le bateau, sont à l’origine de l’effacement accidentel de la carte mémoire,  disparition qu’aucun logiciel de récupération ne réussira à rattraper : les clichés ne sont plus que cases vides, que petits fantômes.

Continuer la lecture de Exposer l’expérience de l’exil (1). New York, mars 2014 . A. Galitzine-Loumpet

« Habiter l’exil » par A. Galitzine-Loumpet (lecture 2)

Seconde lecture de l’ouvrage de “Le milieu de nulle part” de Phillipe Bazin et Christiane Vollaire (Créaphis ed. 2012) après le texte de Laure Wolmark  Montrer l’endroit pour dire l’envers.

Ces lectures croisées s’inscrivent dans un projet plus large dont la présentation est donnée ici.

Bielany. Courtoisie Philippe Bazin
Bielany. Courtoisie Philippe Bazin

 

Habiter l’exil,

(De la langue matérielle de l’exil )

Ouvrir  Le milieu de nulle part  de Christiane Vollaire et Phillipe Bazin et penser immédiatement à Georges Perec – et contre toute attente  à La vie, mode d’emploi. S’interroger sur cette association entre un travail  en Pologne et la rue Simon Crozatier. Entre la réalité des centres d’hébergement et de rétention et l’immeuble inventé. Continuer la lecture de « Habiter l’exil » par A. Galitzine-Loumpet (lecture 2)

« Il faut beaucoup aimer les exilés ». Alexis Nuselovici (Nouss)

IL FAUT BEAUCOUP AIMER LES EXILÉS

Il faut beaucoup les aimer, comme le dit Marguerite Duras des hommes : « Il faut beaucoup aimer les hommes. Beaucoup, beaucoup. Beaucoup les aimer pour les aimer. Sans cela, ce n’est pas possible, on ne peut pas les supporter ». La dernière phrase n’est pas moins vraie rapportée aux exilés à en croire certains qui estiment respirable l’air de quelque-part que pour ceux qui y sont nés. La citation a été choisie par Marie Darrieussecq en exergue de son dernier roman, Il faut beaucoup aimer les hommes (Paris, P.O.L., 2013), au-dessus d’une autre, empruntée à Joséphine Baker, « On dit qu’au-delà des mers […] ». Duras et Baker, deux exilées  venues en France depuis un lointain lieu de naissance, l’une d’Asie, l’autre d’Amérique. « J’ai deux amours, mon pays et Paris » chante en 1331 la noire diva alors que la petite Donnadieu arrive dans l’hexagone. Techniquement et juridiquement, pour elle qui est née en Indochine française, ce voyage n’est qu’un retour. Quant à Joséphine, la venue en France est volontaire, même si aux États-Unis elle ne pouvait s’asseoir dans les bus que sur les sièges du fond. Quoiqu’il en soit et dans les deux cas, les circonstances ne revêtent pas la nature dramatique des parcours exiliques prenant fin aujourd’hui, par exemple, dans les eaux chaudement indifférentes de la Méditerranée à quelques encablures d’un rivage européen rêvé.

Continuer la lecture de « Il faut beaucoup aimer les exilés ». Alexis Nuselovici (Nouss)

Alexis Nuselovici (Nouss)

Professeur de littérature générale et comparée Université d'Aix-Marseille

More Posts - Website

ETUDIER L’EXIL. 5 Working Papers des séminaires « L’expérience de l’exil » (CEM) & « Non-lieux de l’exil »

exil1-300x199 (2)

  • Etudier l’exil
  •  L’exil comme expérience
  • Exiliance : condition et conscience
  • Exil et post exil – par Alexis Nuselovici (Nouss)
  • Pour une typologie des objets de l’exil par A. Galitzine-Loumpet

Logo FMS-PS-CEM pngLe séminaire « L’expérience de l’exil » associé au programme scientifique « Non-lieux de l’exil »  publie ses premières réflexions, sous forme de 5 Working Papers de la FMSH sur HAL-SHS , ouvrant une série de publications.

Les différentes publications sont introduites par  le Position paper  d’Alexis Nuselovici intitulé « Etudier l’exil ».

Elles sont disponibles sur le carnet scientifique des Working papers de la FMSH , notamment sur la page dédiée au séminaire (ici) et le seront également sur le site du Collège d’études mondiales, et téléchargeables en pdf sur le site HalSHS.

Les contributions sont les suivantes : 

Continuer la lecture de ETUDIER L’EXIL. 5 Working Papers des séminaires « L’expérience de l’exil » (CEM) & « Non-lieux de l’exil »

Esthétique exilique (À propos de l’exposition De Anima de Camila Moreira) Textes Alexis Nouss / Eliane Chiron

Alexis NOUSS  « Une esthétique de la suspension » 

      S’il est un art de l’exil, il révèlera une esthétique de la suspension. Quoique ces dimensions puissent aider à l’appréhension du phénomène, l’approche, ici, ne concerne ni le biographique (Monsieur X réfugié dans tel pays) ni le thématique (le thème de la migration dans l’œuvre de Madame Y). Il s’agit davantage de comprendre comment l’expérience exilique ou l’exiliance qu’elle manifeste ou suscite influence un faire artistique. La suspension ne renvoie donc pas à un vécu suspendu entre deux langues et deux territoires mais à une manière esthétique.

Continuer la lecture de Esthétique exilique (À propos de l’exposition De Anima de Camila Moreira) Textes Alexis Nouss / Eliane Chiron

Alexis Nuselovici (Nouss)

Professeur de littérature générale et comparée Université d'Aix-Marseille

More Posts - Website

« Montrer l’endroit pour dire l’envers » par Laure Wolmark (lecture 1)

Czerwony. (c) Ph. Bazin, avec son aimable autorisation
Czerwony. Les antichambres, 2008. (c) Ph. Bazin, avec son aimable autorisation
Première lecture de l’ouvrage de “Le milieu de nulle part” de Phillipe Bazin et Christiane Vollaire (Créaphis ed. 2012)

Ces lectures croisées s’inscrivent dans un projet   dont la présentation est donnée ici.

  

Montrer l’endroit pour dire l’envers
 Laure Wolmark*
 

Le Milieu de nulle part n’est ni un livre de photographie, ni un livre de philosophie, ni un recueil de témoignage, ni même un livre politique ou militant. Il est tout cela à la fois, et quelque chose qui le dépasse et l’englobe : le produit conjoint d’un travail photographique et d’un travail philosophique de terrain, qui a pris naissance dans l’été 2008 en Pologne. (p.7)

Ce terrain, c’est donc le milieu de nulle part.  Christiane Vollaire et Philippe Bazin ont rencontré des réfugiés, pour la plupart Tchétchènes, dans 16 centres d’hébergement ouverts et 2 centres de rétention fermés. Cependant, ces personnes dorment, mangent et attendent bien quelque part. Pour preuve, sur les photos, on voit  des lits, des tables, des objets, des murs et des portes. Il y a même des objets qui témoignent de la présence vivante d’être humains dans ces murs, des sacs de couleur, des chaines hi-fi, des télévisions, des tasses de thé et beaucoup de bouilloires.

Ces images laissent une impression d’étrange désertion. Le reportage photographique, privé de figures humaines (seul un enfant endormi s’est immiscé dans un cadre)  est miné par le doute : ces traces de présence, de quoi témoignent-elles ? Ces endroits, que cachent-ils ?

Les photos montrent l’endroit pour que  les mots puissent dire l’envers.

Continuer la lecture de « Montrer l’endroit pour dire l’envers » par Laure Wolmark (lecture 1)