Archives de catégorie : Rencontres 2013-2014

« Il faut beaucoup aimer les exilés ». Alexis Nuselovici (Nouss)

IL FAUT BEAUCOUP AIMER LES EXILÉS

Il faut beaucoup les aimer, comme le dit Marguerite Duras des hommes : « Il faut beaucoup aimer les hommes. Beaucoup, beaucoup. Beaucoup les aimer pour les aimer. Sans cela, ce n’est pas possible, on ne peut pas les supporter ». La dernière phrase n’est pas moins vraie rapportée aux exilés à en croire certains qui estiment respirable l’air de quelque-part que pour ceux qui y sont nés. La citation a été choisie par Marie Darrieussecq en exergue de son dernier roman, Il faut beaucoup aimer les hommes (Paris, P.O.L., 2013), au-dessus d’une autre, empruntée à Joséphine Baker, « On dit qu’au-delà des mers […] ». Duras et Baker, deux exilées  venues en France depuis un lointain lieu de naissance, l’une d’Asie, l’autre d’Amérique. « J’ai deux amours, mon pays et Paris » chante en 1331 la noire diva alors que la petite Donnadieu arrive dans l’hexagone. Techniquement et juridiquement, pour elle qui est née en Indochine française, ce voyage n’est qu’un retour. Quant à Joséphine, la venue en France est volontaire, même si aux États-Unis elle ne pouvait s’asseoir dans les bus que sur les sièges du fond. Quoiqu’il en soit et dans les deux cas, les circonstances ne revêtent pas la nature dramatique des parcours exiliques prenant fin aujourd’hui, par exemple, dans les eaux chaudement indifférentes de la Méditerranée à quelques encablures d’un rivage européen rêvé.

Continuer la lecture de « Il faut beaucoup aimer les exilés ». Alexis Nuselovici (Nouss)

Alexis Nuselovici (Nouss)

Professeur de littérature générale et comparée
Université d’Aix-Marseille

More Posts - Website

Street art : identité, métissage, exil. Contribution de Marion Dupuis

 Street art : identités, métissage, exil.

une contribution de Marion Dupuis*

                                    en relation avec la rencontre « Street art, un art de l’exil / un art en exil »

    Cette série de photos s’intéresse à des œuvres de street art portant des messages politiques et questionnant l’identité, l’altérité. Ces figures de l’exil[1] imposent leur présence dans un espace qui leur est étranger, à la fois pays de l’exil et espace urbain. Le street art évoqué ici interpelle le passant sur ce qu’est l’autre et ses représentations et sur ses propres identités multiples.  Dans certains cas le street art vise aussi à éveiller ou maintenir une conscience oppositionnelle[2].

dupuis 1
Passante devant une peinture dédiée à la mémoire du chanteur kabyle Lounès Matoub, rue Denoyez, Paris 20è, octobre 2013. Photo : Marion Dupuis

Cette photo dévoile, à gauche, une peinture dédiée à la mémoire de Lounès Matoub, chanteur kabyle assassiné en 1998. Chantre du combat pour la reconnaissance de l’identité amazigh, il fut aussi un défenseur de la démocratie et de la laïcité en Algérie.  Dans ce quartier d’effervescence du street art qu’est Belleville à Paris, où le paysage urbain est en mutation permanente, cette peinture dédiée à la mémoire de Lounès Matoub a acquis un statut particulier. Bien qu’éphémère en apparence, elle s’inscrit dans une certaine durée; elle a ainsi été repeinte  au même endroit à de nombreuses reprises, depuis au moins quatre ans. Cette peinture s’enracine dans un espace spécifique et dans l’histoire locale. Elle est adossée à un café qui fut tenu par des propriétaires kabyles pendant plusieurs décennies[3] et demeure l’une des rares traces de la présence kabyle dans le quartier, pourtant forte dans les années 1950. L. Matoub fut considéré comme un « chanteur de l’exil », à l’image de la chanson kabyle qui parle fréquemment d’exil, de départs, de séparation, mais aussi en raison de l’histoire personnelle du chanteur. Dans son autobiographie Rebelle[4] , le thème de l’exil s’impose comme l’un des fils conducteurs du livre. Exilé en France d’abord pour raisons professionnelles, L. Matoub le sera ensuite pour raisons politiques puis médicales après avoir été victime d’un attentat. Le sociologue et démographe Patrick Simon qui a longuement étudié le quartier de Belleville, le définit comme investi du poids de « racines en exil » par les nombreux migrants qui l’habitent et a également décrit les mécanismes de construction du « mythe de Belleville »[5]. Cet hommage à Lounès Matoub, figure de l’exil, rebelle aux multiples identités s’intègre idéalement dans ce mythe.

dupuis 2
Posters de Fabrice Burdese/TKY, Rue Morand, Paris 11e., septembre 2013
Photo : Marion Dupuis

Trois de ces posters collés lors de l’événement « rue stick 2013 » dans le 11ème arrondissement de Paris sont l’œuvre de Fabrice Burdese/TKY. L’image de gauche représente une charge de CRS lors du sommet du G8 réuni en France en 2001, elle dénonce plus généralement le recours fréquent à la violence pour museler des revendications politiques ou environnementales. Celle du milieu appartient à une série intitulée Missing (portées disparues) qui s’intéresse à des femmes migrantes noires, notamment originaires d’Afrique et évoque leur itinéraire migratoire au prisme de leur dernière demeure. TKY souhaite donner corps à ces femmes et les représenter, elles qui prennent tant de risques pour émigrer, sont originaires de lieux qui furent pillés par les européens et sont pourtant rejetées brutalement à leur arrivée. L’affiche de droite propose une réinterprétation d’une peinture de la série Missing. Une femme d’origine haïtienne est arrivée à bon port en France et a réussi à s’intégrer. Dans la peinture d’origine elle portait un bonnet traditionnel, elle est dans un second temps affublée du bonnet phrygien. Cette réinterprétation des symboles nationaux permet à TKY de projeter sa propre vision de l’intégration. Un point de vue qui peut gêner, les affiches qui sont mises à la vue des passants sont parfois rapidement recouvertes ou arrachées[6].

dupuis3
« Guerrier bantu » par Kouka et enseigne d’un commerce chinois, rue du Faubourg du Temple, Paris 11è, mai 2010, Photo : Marion Dupuis

Dans un court entretien l’artiste Kouka Ntadi qui se décrit comme « Métis, nomade, passeur » explique ce que représente pour lui le guerrier bantu, qu’il a peint dans de nombreuses villes : « Le guerrier Bantu symbolise l’homme au plus prêt de la nature. Il n’a pas de nationalité, pas de frontière. J’ai commencé à peindre ces guerriers en réponse à l’occupation permanente des instances étrangères occidentales en Afrique. Puis je me suis aperçu que le même problème se répétait partout ! On vole les terres et on exploite l’homme ! « Bantu » signifie « Humain » en langue Kongo ! »[7]Le guerrier bantu représenté par Kouka à travers le monde, en suivant la route des esclaves de Brazzaville à Rio de Janeiro[8], nous incite à réfléchir sur notre identité, notre rapport à l’environnement, à l’urbanité mais aussi à l’histoire coloniale et à l’esclavage. L’objectif de Kouka est de « provoquer l’interrogation des citadins sur nos origines. De fait, chacun interprète ces guerriers avec ses propres références. Les Brésiliens pensent que ce sont des Indiens, les Sud-Africains des Zoulous, à Paris ou ailleurs des Massais. »[9].

Les œuvres présentées ici – quelles soient porteuses de message politique, de représentations mémorielles ou qu’elles visent à interroger, à bousculer les préjugés  – ont en commun de s’afficher dans un dialogue direct avec les passants et d’être exilées des lieux de mémoire officiels,  des lieux de débat politiques autorisés et de l’histoire officielle.

 

******

*Marion Dupuis -Ingénieure d’études – programme SOGIP : Echelles de gouvernance et Peuples autochtones –(ERC/EHESS)- http://www.sogip.ehess.fr/. Elle a également participé à l’exposition de photographies de terrain iiAC 2011 (iiAC/CNRS)- http://photoiiac.blogspot.fr/2011/11/1.html


[1] Le mot exil est compris ici dans le sens défini par Alexis Nuselovici (Nouss) et Alexandra Galitzine-Loumpet, voir la collection de working papers « étudier l’exil »

[2] Guillaume Marche,« Expressivism and Resistance: Graffiti as an Infrapolitical Form of Protest against the War on Terror », Revue française d’études américaines, 2012/1, n° 131, p. 78-96.

[3] Anne Steiner, Sylvaine Conord « Belleville Cafés », éditions l’échappée, 2010

[4] Lounès Matoub (en coll. avec Véronique Taveau), Rebelle, Éditions Stock, 1995

[5] Voir notamment Patrick Simon, « L’esprit des lieux » in Morier Françoise (dir.), Belleville, Belleville, visages d’une planète, Créaphis, 1994, pp. 429-453

[6] Entretien avec Fabrice Burdese/TKY, octobre 2013

[8] Film d’ Hélène Charpentier, « guerrier bantu », 2009-https://www.youtube.com/watch?v=lJe9mxnllPE

[9] Philippe Ruchmann, Kouka – Guerrier bantu, Opus Délits #21, 2011

 

Representer l’exil : le sujet. Rencontre du 12 décembre. M. Cronin, M. Gad Wolkowicz, M. Goldschmit

 Sombrero_de_Freud
Sombrero de Freud, Vienna
Marjorie Apel (14 mai 2010)
Wikimedia

 

 Représenter l’exil : le sujet

avec Marc Goldschmit, Michel Gad Wolkowicz et Michael Cronin  

Attention ! la rencontre aura exceptionnellement lieu en salle A , niveau – 1, FMSH, de 16h à 18h,

Intervenants:

Michael CRONIN est titulaire de la Chaire de Traductologie à la Dublin City University, Irlande. Il est l’auteur de nombreux ouvrages parmi lesquels :  Translating Ireland: Translation, Languages and Identity (Cork University Press, 1996); Across the Lines: Travel, Language, Translation (Cork University Press, 2000); Translation and Globalization (London, Routledge, 2003). TThe Expanding World: Towards a Politics of Microspection (Zero Books, 2012) et Translation in a Digital Age (Routledge 2013). Co-Directeur des ouvrages suivants: Tourism in Ireland: A Critical Analysis (Cork University Press, 1993);   Reinventing Ireland: Culture, Society and the Global Economy (London, Pluto Press, 2002); Irish Tourism: Image, Culture and Identity (Clevedon, Channel View Publications, 2003); The Languages of Ireland (Dublin, Four Courts Press, 2003) et Transforming Ireland (Manchester University Press, 2009). Il est Membre de l’Académie Royale d’Irlande et Officier de l’Ordre des Palmes Académiques. Il est Co-Directeur de la revue The Irish Review et il dirige la collection New Perspectives in Translation chez Routledge.

Michel Gad WOLKOWICZ  est professeur de Psychopathologie fondamentale et clinique, Pôle Hôpitaux Universitaires Paris-Sud, Psychiatrie Paris11-Orsay et membre titulaire du Séminaire interuniversitaire intereuropéen des professeurs et chercheurs en psychopathologie. A été Visiting Professor à University of Tel Aviv, University of Glasgow (Royaume Uni) et professeur associé au Centre d’études du vivant et au Centre de recherches en psychopathologie clinique et psychanalyse, Université Paris7-Diderot. Il est également président de l’Association inte-universitaire internationale « Schibboleth » et le directeur de la collection Schibboleth – Actualité de Freud (www.schibboleth.fr) . Parmi ses dernières publications : Un monde en Trans. Tensions et défis éthiques dans le monde contemporain  (dir. M. G. Wolkowicz), à paraître, Éditions des Rosiers ;  La Psychologie de masse, aujourd’hui (dir. M.G.Wolkowicz, G.Rabinovitch, A.Nouss, Th.Moreau), Éditions des Rosiers,2012 ; La Force du Nom (dir. C.Masson et M.G.Wolkowic), Desclée de Brouwer, 2010; Sculpter l’impossible: l’ombre de l’oeuvre, Tel Aviv Museum of Art Editor, Israël; Panim/Pnim.L’exil prend-il au visage ? (dir. C. Masson et M.G. Wolkowicz), EDK-Éditions,2009.

Marc GOLDSCHMIT, agrégé et docteur en philosophie (Université de Strasbourg), chercheur à l’Institut des Hautes Études en Psychanalyse. A publié: Jacques Derrida, une introduction (Agora-Pocket, 2003); L’écriture du messianique. La philosophie secrète de Walter Benjamin (Hermann, 2010). Trois livres à paraître: L’hypothèse du Marrane (éditions du Félin, 2014); Littérature et Métaphysique; Sous la peau métaphysique du langage. 

Inscription conseille : marine.sam@cnrs.fr

Spatialiser l’exil. Alexis Nuselovici (Nouss). Séminaire L’Expérience de l’exil (1). Collège d’études mondiales. 7 nov.2013

Escher
Escher

Le séminaire L’expérience de l’exil (CEM) dirigé par Alexis Nuselovici (Nouss) poursuit et compète les travaux du programme Non-lieux de l’exil.

Sa rentrée aura lieu le 7 novembre prochain de 17 à 19h.

La première conférence, donnée par A. Nuselovici (Nouss) est intitulée “Spatialiser l’exil”  

Elle sera suivie de conférences données par : 

 

  • 16 janvier : L’Expérience de l’exil.  Hélène CIXOUS  (17h-19h, salle 638)
  • 13 mars : L’Expérience de l’exil.   Marie DARRIEUSSECQ (17h-19h, salle 638)

Salles CNRS. 6 étage, noyau A. Bâtiment Le France, 190-196  avenue de France, 75013 Paris, M° Quai de la gare, Bus 89

 

 

Rencontre Non-lieux de l’exil. Street art : un art en exil, un art de l’exil. 24 octobre 2013. SALLE 638 / FMSH

 

2013-10-14 18.09.17 

la rencontre aura lieu en salle 638, plateau CNRS, 190-196 avenue de France, 75013 Paris (M° Quai de la gare / Bus 89)

En exil car hors des galeries et musées, dans l’espace public, offert à tous, éphémère.

De l’exil car souvent les artistes le pratiquant sont en marge ou en route, quittant volontairement ou non leur ville, leur pays, réinventant leurs territoires.

Le projet « La Tour 13 » a invité une centaine d’artistes de street art venus du monde entier à investir une tour destinée à la destruction dans le 13earrondissement.

L’expérience a inspiré les « Non-Lieux de l’exil » à organiser, en partenariat avec la galerie Itinerrance, une table ronde réunissant artistes et chercheurs en sciences humaines autour de la nature du street art, de ses défis, de ses messages et, plus spécifiquement, de la réception du projet du 5 rue Fulton.

 

 

 avec 

Medhi Ben Cheikh, Micheline Girard, Katre, Stew, Réa 1, Pantonio et Gaël (Projet Tour 13)

et

Alexandra Galitzine-Loumpet, Boris Chukhovich, Alexis Nuselovici (Nouss), Christiane Vollaire 

 

 

Jeudi 24 Octobre à 16h

salle 638, 196 avenue de France 6e, noyau A

75013 Paris

 

 

 

 

 

visite de la tour 13 : du 1er  au 31 octobre : http://www.itinerrance.fr/).

Visite virtuelle : cliquer sur l’image pour accèder au site dédié à la Tour 13

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Non-lieux de l’exil. « Annonces » de Nurith AVIV (2013), Débat avec Alexis Nouss. 24 octobre 2013.

 

 21 h Débat avec Alexis Nouss à la suite de la projection d’ « Annonces »  nouveau film de Nurith Aviv – Cinéma Les 3 Luxembourg, 67 rue Monsieur le Prince, 75006 Paris  

Annonces esquisse le portrait de sept femmes qui composent sur un même thème. Elles prennent pour point de départ les récits des Annonces faites à Hagar, Sarah et Marie, que rapportent l’Ancien Testament, le Nouveau Testament et le Coran. Sept femmes – chacune avec ses clefs de lecture : la mythologie, l’histoire de l’art, la poésie, la philosophie, la psychanalyse – nous ouvrent la compréhension de ces récits. Annonces est un film sur le mouvement de la pensée, le pouvoir des mots, le secret de la voix, la séduction de l’image.

Avec Barbara Cassin, Marie Gautheron, Ruth HaCohen, Marie José Mondzain, Haviva Pedaya, Sarah Stern, Rola Younes

  

A partir du 30 octobre en plus des séances du film ANNONCES une séance supplémentaire par jour d’un autre film de Nurith Aviv • D’UNE LANGUE A L’AUTRE • LANGUE SACRÉE, LANGUE PARLÉE •TRADUIRE • CIRCONCISION • VATERS LAND                         

   Plus d’info : http://nurithaviv.free.fr

 

Programme Non-lieux de l’exil / L’Expérience de l’exil (CEM) 2013-2014

Logo FMS-PS-CEM pngLe programme des Rencontres Non-lieux de l’exil (programme scientifique FMSH) et du séminaire L’expérience de l’exil (Collège d’études mondiales, FMH) sont en cours de finalisation.

Ils seront cette année articulés autour de la thématique suivante :

Représenter l’exil.

Attention : les horaires et événements sont susceptibles de changer  ou  de s’ajouter, des séances exceptionnelles étant en cours d’élaboration : cette année en effet, les  Non-lieux de l’exil iront à la rencontre de plasticiens, d’écrivains, de dramaturges à Paris et en province.

2013 

  • 24 octobre :    Rentrée Rencontres Non-lieux de l’exil  en deux événements 

-16h-19h.  Table-ronde « Le street Art : Art de l’exil, Art en exil » en partenariat avec la galerie  Itinerrances, initiatrice du projet de la Tour 13 ( www.itinerrance.fr) – 7 bis rue René Goscinny 75013 Paris
Avec Medhi Ben Cheick (initiateur de la Tour 13) , Micheline Girard, Alexandra Galitzine-Loumpet, Alexis Nouss, Christiane Vollaire et les artistes de street art Katre, Réa 1, Stew, Pantonio et Gael.
– 21h – Débat à la suite de la projection d’Annonces, nouveau film de Nurith Aviv, Les 3 Luxembourg (Paris) – Attention ! Tarifs du cinéma

  •  7 novembre :-  Rentrée séminaire L’expérience de l’exil(CEM) : Alexis Nouss « Spatialiser l’exil » (17h-19h ) (salle 638, Le France)
  • 12 décembre :   Rencontre Non-lieux de l’exil / Représenter l’exil : Le sujet .  avec Marc Goldschmit, Michel Gad Wolkowicz et Michael Cronin  (16h-18h, salle A, niveau – 1, FMSH)

2014 

  • 16 janvier : L’Expérience de l’exil. Invitée : Hélène CIXOUS  (17h-19h, salle 638)
  • 13 février :  Non-lieux de l’exil / Représenter l’exil : L’espaceavec Norah Dei-Cas, Patrick Picouet, Jean-François Sabouret (14h30-17h, salle 638)
  • 13 mars : L’Expérience de l’exil.  Invitée  : Marie DARRIEUSSECQ (17h-19h, salle 638)
  • 14 et 15 mars : colloque international  « Figurer l’exil », en partenariat avec les universités de Paris 8 et Aix-Marseille et l’IEA-Paris (salle des Gardes, Hôtel de Lauzun, IEA-Paris)

avec

Jochen Gertz, Jordi Font Agullo , Xavier Roh, Costanza Meli, Phillippe Bazin, Alain Brossat, Christiane Vollaire, Eugenia Vilela, Isabelle Roussel, Sylvain Georges, Boris Chukhovich, Sophie Ernst, Soko Phay Vakalis, Fabienne Dorey, Céline Masson, Nadège Velwachter, Lucie Campos, Marta Craveri, Anne-Marie Losonczy, Gaetano Ciarcia, David Chou, Alessia Capasso, Octave Debary, François Koltès, Michele Ciacciofera, Gérard Wajcman.

Programme détaillé ici

Coordination scientifique : Alexandra Galitzine-Loumpet, Sara Guindani-Riquier, Alexis Nuselovici (Nouss)

  • 18 avril :  Non-lieux de l’exil / Représenter l’exil : La différence, avec  Parfait Akana, Marc Bernardot, Cyril Wolmark   (14h30-17h, salle 638)
  •  15 mai : L’Expérience de l’exil.  en attente de confirmation    (17h-19h, salle 638)
  • 12 juin : Journée d’étude :  Représenter l’exil :  La mémoire et la trace

avec Ana Paula Coutinho Mendes (Université de Porto); Anh-thuan Doan, (écrivain); Alain-Philippe Durand (University of Arizona); Frieda Ekotto (University of Michigan-Ann Arbor, écrivain); Alexandra Galitzine-Loumpet (FMSH); Luba Jurgenson (MCF Université de Paris IV Sorbonne-Nouvelle, écrivain); Victoria Paz (psychanalyste, Paris 8); Fridrun Rinner (Université d’Aix-Marseille);Ada Savin  (Université de Versailles- St Quentin).

Programme détaillé ici

  • Rentrée 2014 : Colloque international « Etudier l’exil »  (intitulé provisoire)

Les séances auront lieu, sauf  avis contraire, dans les salles du plateau CNRS 638 et 640, Noyau A, Bâtiment le France, 6ème étage, 190 avenue de France, 75013 Paris (M° Quai de la Gare, bus 89).

Pour toutes informations, suivez nous sur ce carnet, sur le compte facebook associé (www.facebook.com/NonLieuxDelExil), ou écrire à marine.sam@cnrs.fr