Archives de catégorie : Rencontres 2014-2015

Mise en ligne. Présentation du « Glossaire des mobilités culturelles ». 16 octobre 2014

Mise en ligne, comme toujours sur le remarquable site du programme ESCoM-AAR, de la captation de la séance du 16 octobre 2014, autour de la présentation de l’ouvrage collectif « Glossaire des mobilités culturelles »  (Bernd & Dei-Cas eds, Peter Lang 2014),

Avec :

Norah  Dei CAS-GIRALDI;  Alexandra  GALITZINE-LOUMPET; Michèle  LECLERC-OLIVE;   Alexis  NUSELOVICI (Nouss)  ; Vincent  MESSAGE ; Christiane  VOLLAIRE

Cliquer sur l'image pour accéder à la vidéo
Cliquer sur l’image pour accéder à la vidéo

Les formes de déplacements présentes dans nos sociétés sont multiples : géographiques et culturels, passages – inter-, multi- et transculturels tout autant qu’inter-, multi- et transnationaux –, transferts et autres mouvances dues aux interpénétrations ethniques et culturelles. Ce glossaire les rassemble, les expose et répond au besoin pressant d’une véritable recherche comparatiste faisant dialoguer les cultures des deux côtés de l’Atlantique.  transnationalités y sont analysés à travers le prisme de l’inter- et du transdisciplinaire (….)

 

L’infra-muséal et l’extra-patrimonial (Musée d’Aquitaine, Camp des Milles, Exhibit B / 2014) A. Galitzine-Loumpet

 Exposer l’expérience de l’exil (2)  :

L’INFRA-MUSEAL & L’EXTRA-PATRIMONIAL (Musée d’Aquitaine, Camp des Milles, Exhibit B (2014))

Alexandra Galitzine-Loumpet 

Interroger l’habituel  (G. Perec, L’infra-ordinaire,  Seuil 1989)

 L’expérience de l’exil ne s’expose pas seulement dans les musées consacrés à l’immigration, au risque de privilégier l’intégration dans le pays d’accueil, l’arrivée à la totalité du parcours, mais s’inscrit dans un système référentiel plus lâche se déployant dans d’autres musées et au travers d’œuvres multiples, dans la rue comme dans la sphère privée. Le principe est celui de l’écho, variable selon la situation et la place de chacun. Dans ce musée imaginaire construit par chaque sujet exilique, se retrouvent lieux, textes et images, éléments de transmission familiale et de recherche individuelle mais aussi sons, odeurs, goûts[1]. Le résultat, par essence instable et inachevé, est un manteau d’arlequin,  association de fragments dont l’une des principales caractéristiques est l’asynchronie.

Pour personnelle que puisse être pour chacun la rencontre avec des éléments de son histoire ou de celle des siens, elle est également structurellement organisée, à des degrés divers selon les sphères concernées. Le hasard est borné par le jeu social et le contexte idéologique, il s’incarne dans des espaces particuliers.

L’institution muséale constitue l’un de ces espaces performatifs, à la fois construits et imprévisibles.  Le musée est à la fois un appareil  et un dispositif  (Agamben 2007) d’une extraordinaire plasticité, une scène pouvant accueillir un large spectre d’expériences et être dupliqué en d’autres lieux publics ou privés. Comme exposition et comme représentation, il appelle donc une lecture critique au-delà de la simple appréciation ; instance politique tout autant qu’expérience subjective, il se lit aussi bien en plein qu’en creux, aussi bien dans la monstration que dans l’omission.

Or, ces espaces interstitiels de l’institution muséale constituent un champ négligé par l’analyse. Invisibles et en quelque sorte insensibles, presque scandaleux par leur apparente  insignifiance,  ils participent pourtant de l’exhaustivité fonctionnelle et de ce que l’on pourrait nommer, en empruntant à Barthes,  l’effet de réel du musée et à Perec,  son infra-ordinaire [2]. Leur diversité même les laisse échapper, soit qu’ils paraissent délibérément dramatisés comme une série de sas nécessaires,  soit qu’ils marquent incidemment l’articulation entre expositions de différentes natures  (permanente, temporaire). Leur caractère volontaire ou imprévu  dépend de paramètres aussi divers que la destination initiale de l’édifice et son architecture, la juxtaposition de choix curatoriaux ou de contraintes institutionnelles et budgétaires.  L’hypothèse centrale est justement que ces couloirs, détours mais aussi réserves, coulisses et espaces vacants ou de déambulation jouent le rôle de seuils et de frontières. Ceux-ci influent sur la perception du visiteur, contribuant à renforcer la cohérence du parcours muséal ou à la désagréger – jusqu’aux lapsus musei.  À la fois normés et hérétopiques, intra-muséaux et extra-patrimoniaux, ces seuils doivent être intégrés à l’analyse muséographique, comme ces lignes voudraient le souligner en recourant à quelques exemples réunis au hasard de visites en 2014.   

Continuer la lecture de L’infra-muséal et l’extra-patrimonial (Musée d’Aquitaine, Camp des Milles, Exhibit B / 2014) A. Galitzine-Loumpet

Mise en ligne : « NOIRS ÉCLATS / OR CRUEL », AUTOUR DE L’OEUVRE DE SYLVAIN GEORGE

Mise en ligne sur le site du programme EsCOM-AAR, de la séance du 20 novembre 2014 de l’initiative Non-lieux de l’exil  tenue à la Fondation Gulbenkian,  autour de l’oeuvre du réalisateur Sylvain GEORGE.

« Noirs éclats, or cruel »

Cliquez sur l'image pour accéder à la vidéo.
Cliquez sur l’image pour accéder à la vidéo.

Avec Sylvain George, Anna-Louise Milne, Regina Mantanika et

Alexis Nuselovici (Nouss) et Alexandra Galitzine-Loumpet

sylvain george_web

« Existe t-il une littérature de l’exil ?  » Najat Rahman, Leonid Livak. 19 mars 2015.

La séance de l’initiative « Non-lieux de l’exil » du 19 mars 2015  (17-19h) acceuillera Najat RAHMAN et Leonid LIVAK autour de l’interrogation suivante :

« Existe t-il une littérature de l’exil ? » 

Leonid LIVAK est professeur de Littérature comparée à l’Université de Toronto et actuellement résident à l’IEA-Paris autour du projet de recherche :

Cultural and Linguistic Displacement in the Creative Activity of Modern European Writers: Sophia Petit, Ludmila Savitzky, Zinaida Vengerova

Najat RAHMAN est professeur associée de Littérature comparée à l’Université de Montréal  et réside actuellement à l’IMERA (bourse Eurias/Imera) autour de la recherche suivante  :

 In the Wake of the Poetic: Palestinian Diasporic Artists After Darwish

19 mars

La rencontre aura lieu salles 638 et 640 du plateau CNRS, bâtiment Le France, 190-198 avenue de France, 75013 Paris (M° Quai de la Gare, bus 89).

Entrée libre. Inscription conseillée : marine.sam@cnrs.fr

Sauf mention contraire, la séance sera filmée pour une mise en ligne sur le site du programme ESCoM-AAR.

Arts & mémoires d’exil : le quartier de la Porte Dorée (Paris). par Marion Dupuis

 Arts & mémoires d’exil : le quartier de la Porte Dorée (Paris). Contribution de Marion Dupuis (*)

Quartier de la Porte Dorée à Paris, novembre 2010, c’est dans ces espaces et temps confondus que virent le jour deux projets artistiques, dont la démarche et les messages font écho et se répondent. Le premier, « Tounkharaké  », fut initié par l’artiste peintre Michèle Katz dans l’actuel Musée de l’Histoire l’Immigration/Palais de la Porte Dorée, lieu qui à cette époque était occupé par des travailleurs sans-papiers menant combat pour une régularisation (voir aussi les reportages dessinés sur l’occupation de la CNHI de Brouck / Collectif 12). Le second, Des mots à la MEEAO, créé par le collectif Paris Label, est un projet artistique qui prit la forme d’un témoignage poétique « pochoirisé » sur les murs d’un édifice empreint d’histoire : l’immeuble de la Maison des Etudiants des Etats d’Afrique de l’Ouest (MEEAO). Ces œuvres collectives eurent en commun de puiser leur inspiration dans d’âpres luttes locales pour les droits de sans-papiers, avec en arrière-plan l’histoire coloniale et d’être  créées dans deux lieux symboles du passé colonial français. Questionner le rôle de l’artiste mais aussi du spectateur et du citoyen était au cœur de leur démarche.

Continuer la lecture de Arts & mémoires d’exil : le quartier de la Porte Dorée (Paris). par Marion Dupuis

Exil et bande dessinée. 15 janvier 2015

Séance dédiée à toutes les victimes des  7, 8 et 9 janvier 2015.   

La rencontre du 15 janvier (17-19h30, salles CNRS 638-640) portera sur les représentations de l’exil dans la bande dessinée, autour du documentaire « Bulles d’exil » réalisé par Vincent Marie et Antoine Chosson (2014, 52′), projeté à cette occasion.

AFFICHE-02-375x500

Avec  Aurélia Aurita et Lionel Brouck, auteurs

et la participation de Bénédicte Kermadec , membre du Collectif de vigilance Paris 12 Droits des Etrangers -RESF , et  Madassa , ex « sans papiers »,   délégué du piquet historique du mouvement de grève  des travailleurs en lutte pour leur régularisation (2009/2010),  « héros » de la BD de Brouck , Liberté de circuler.

Continuer la lecture de Exil et bande dessinée. 15 janvier 2015

L’exil dans les cinémas d’Afrique et de ses diasporas. Journée d’étude, 13 février 2015

L’initiative Non-lieux de l’exil (FMSH) organise, en partenariat avec le département Afrique de l’INALCO et avec  le séminaire « Cinéastes d’Afrique et d’ailleurs. influence du cinéma soviétique »  (EHESS), une journée d’étude consacrée aux représentations de l’exil dans les cinémas d’Afrique et de ses diasporas.

Extraits "The Nine Muses" (2010) de Johh Akomfrah
Extrait  « The Nine Muses » (2010) de John  Akomfrah (courtoisie)

L’exil dans les cinémas d’Afrique et de ses diasporas

Journée d’étude, 13 février 2015 

Entrée libre

Coordination scientifique : Alexandra Galitzine-Loumpet (FMSH)  Alexis Nuselovici, (FMSH/AMU),  Melissa Thackway (INALCO)

logos3

  • ARGUMENTAIRE

Associé à la quête d’identité et au centre des thèmes développés par les cinémas d’Afrique subsaharienne nés après les indépendances, l’exil continue cinquante ans plus tard d’y occuper une place centrale, au point d’en devenir une de ses principales caractéristiques.

 Qu’il s’agisse de l’exil interafricain, d’une région ou d’un pays à un autre, ou d’un exil au-delà du continent, l’exil y est à la fois thème et fil narratif. De nombreuses figures exiliques apparaissent et se superposent – candidats au départ, immigrés arrivés en Europe, descendants diasporiques, sujets postcoloniaux. Tous sont confrontés à cet appel de l’ailleurs, aux conditions de vie souvent difficiles dans le territoire d’accueil et à la question d’un retour éventuel au pays.

 Incarnations de ce mouvement inexorable, de ce va-et-vient, de cet entre-deux, ou de cet « être dans les deux », ces films dessinent un cinéma des interstices, de quêtes réelles ou symboliques, où se pose la question de la (de)territorialité, de la frontière, de l’imbrication des espaces, ainsi celle des appartenances – une itinérance d’une rive à l’autre qui confère aux écritures cinématographiques une extériorité et une distance critique mais aussi une hybridité de codes et de genres cinématographiques. Quelles représentations émergent de cet état exilique ? Quels regards portent ces films sur l’expérience de l’exil ?    

-> La chronique cinéma de Mariam Diop du mardi 27 janvier 2015 à 10h45 sur AFRICA N°1 – 107.5. sera consacrée à la journée d’étude.

  • PROGRAMME

Journée  salle CNRS 638-640 (190 avenue de France, 75013 Paris)
Continuer la lecture de L’exil dans les cinémas d’Afrique et de ses diasporas. Journée d’étude, 13 février 2015