Rencontre du 16 novembre 2011 « Autour de La mer Noire : exil à la géorgienne ». Kéthévane Davrichewy, Sylvie Gangloff, Taline Ter Minassian.

 

Intervenante : Kéthévane Davrichewy  « Autour de La mer Noire : exil à la géorgienne »

Si Kéthévane Davrichewy est née à Paris en 1965, ses souvenirs sont liés à un pays plus lointain, celui de la Géorgie dont sont originaires ses grands-parents. Petite, elle vit avec leur exil et leur mémoire qui alimentent son imaginaire. Il y a, dans cette famille unie et nombreuse, des traditions conservées, des repas où on chante et où on danse, un bonheur à vivre qu’on voudrait immuable…

Extraits de l’intervention de Khéthévane Dawrichevy.

Cliquer pour accèder à la lecture d'extraits de l'oeuvre (Alice Butaud / K. Davrichewy)

Discutantes : Taline Ter Minassian et Sylvie Gangloff

Bio-bibliographies

DAVRICHEWY Kéthévane  est née et vit à Paris. Elle est journaliste et romancière et a publié de nombreux livres pour la jeunesse à L’École des loisirs dont La lucarne, Par amour, La glace au chocolat, Les pieds dans le Plat et Viens (avec Christophe Honoré). Son premier roman pour adultes Tout Ira bien, est paru en 2004 aux éditions Arléa, il a ensuite inspiré un spectacle musical, une histoire pour piano, voix et violoncelle que l’auteur a interprété pendant deux ans en France aux côtés d’Alex Beaupain et de Valentine Duteil. Son dernier roman La mer Noire, paru en 2010 chez Sabine Wespieser Editeur et inspiré de ses origines géorgiennes, a obtenu le Prix Landernau, le Prix Version Fémina/Virgin Mégastore et le Prix du Roman de l’île Maurice. Kéthévane Davrichewy collabore également à des scénarios de films documentaires.

GANGLOFF Sylvie  docteur en science politique, membre associé du CETOBAC (Centre d’études turques, ottomanes, balkaniques et centrasiatiques, CNRS/EHESS/Collège de France , UMR 8032), chargée de cours à l’INALCO (département d’études turques) et ingénieur à la FMSH. Elle travaille, entre autre, sur les logiques d’affirmation et de construction identitaire dans les Balkans et en Turquie ; les pratiques, les représentations et les discours sur la consommation d’alcool (approche anthropologique, politique, sociale et culturelle), les réseaux et logiques d’influence dans la migration turque, et la minorité chrétienne turcophone des Gagaouzes en Moldavie. Parmi ses publications : (direction), La perception de l’héritage ottoman dans les Balkans / The perception of the Ottoman Legacy in the Balkans, Paris, L’Harmattan, « Varia Turcica » (XXXV), 2005, 215 p., (direction). Page personnelle

TER MINASSIAN Taline   est professeur des universités à l’INALCO où elle enseigne l’histoire de la Russie et du Caucase. Elle a publié Colporteurs du Komintern, l’Union Soviétique et les minorités au Moyen Orient, Presses de Sciences po, 1997,  en collaboration avec Jean Robert Raviot, la Civilisation soviétique de l’URSS à la Russie, Ellipses, 2006 et Erevan, la construction d’une capitale à l’époque soviétique, PUR 2007

Rencontre du 02 novembre 2011« Les non-lieux comme espace dramatique ». Sedef Ecer, Catherine Bouthors-Paillart, Sevgi Terlemez.

Programme et intervenants de la première rencontre des Non-lieux de l’exil / Documents associés

  • Introduction, présentation du séminaire : Virginie Symaniec et Alexandra Loumpet-Galitzine, coordinatrices scientifiques des rencontres;
  • Intervenante : Sedef Ecer « Les non-lieux comme espace dramatique »

Pour ma première pièce en langue française, je m’étais déjà attachée à la notion de « l’entre deux ». Intitulée « Sur le Seuil », ce texte parlait des espaces où l’on n’est ni à l’intérieur ni à l’extérieur d’un temps ou d’un lieu définis. J’ai aujourd’hui l’intime conviction que ce « seuil » continue d’être vital pour l’auteur bilingue que je suis : je dis du français qu’elle est ma « langue d’accueil » comme on dit « terre d’accueil » car je crois profondément que l’on habite une langue de la même manière que l’on habite un pays. Mon statut « d’écrivaine immigrée » m’emmène sans cesse vers des thèmes qui questionnent l’identité déracinée et je travaille d’une manière obsessionnelle sur la notion du « lieu » et du « non lieu ». Je ne parle pas du lieu où se situe l’action mais le lieu comme espace dramatique. D’ailleurs, les titres de mes pièces et films en français l’attestent: « Entre deux rives », « Comme chez soi », « Sur le seuil », « À la périphérie » ou encore ma dernière pièce « Les descendants » où il est question de verticalité: Un personnage d’astrophysicien qui regarde toujours en haut et un personnage d’archéologue dont le regard est toujours porté vers le bas. 

 

Lecture « Sur le seuil »

Cliquer sur l'image pour accéder à un entretien

 

Discutantes : Catherine Bouthors-Paillart et Sevgi Terlemez

 

Bio-bibliographie des intervenants

BOUTHORS-PAILLART Catherine  Ancienne Élève de l’École Normale Supérieure, agrégée et docteur es Lettres de l’Université Paris VII, elle enseigne la littérature en Première Supérieure au Lycée de Sèvres. Elle a publié Antonin Artaud, L’énonciation ou l’épreuve de la cruauté (Préface de Julia Kristeva), Ed. Droz, Genève, 1997,  Duras la métisse. Métissage fantasmatique et linguistique dans l’œuvre de Marguerite Duras (Préface de Christiane Blot-Labarrère), Ed. Droz, Genève, 2002, Marguerite Duras. Perspectives de réception (dir.), Œuvres & Critiques, XXVIII, 2003 et Julia Kristeva, Ed. ADPF (Association pour la Diffusion de la Pensée Française), Ministère Français des Affaires Etrangères, Paris, 2006.

ECER Sefer Née à Istanbul, Sedef Ecer a grandi sur les plateaux de théâtre et de cinéma. Comédienne, elle a joué dans une vingtaine de films, ainsi qu’au théâtre en Turquie et notamment sous la direction d’Amos Gitaï. Auteur, elle pratique plusieurs formes d’écriture (nouvelles, chroniques, billets d’humeur, un roman) et a publié plus de 500 articles dans des grands quotidiens ou magazines nationaux. Elle a également écrit pour la télévision, le cinéma et la radio. Ecer a commencé à écrire en langue française en 2008, avec une pièce intitulée Sur le seuil, premier prix des Rencontres méditerranéennes, créée par plusieurs compagnies à la Maison des Métallos, la Scène Nationale de Fécamp, Théâtre Treize, Festival International d’Istanbul, Scènes d’Europe à Reims. Sa seconde pièce A la périphérie a reçu le prix d’écriture dramatique de Guérande, a été sélectionnée par la troupe permanente du Théâtre National de Strasbourg et présentée par le Festival Regards Croisés organisé par le Troisième Bureau. Sa troisième pièce en français Les descendants est programmée en mai 2012 à la grande salle de l’Aquarium. L’auteur vient de terminer le tournage d’un téléfilm qu’elle a co-écrit et interprété pour France 3, intitulé Comme chez soi. Actuellement, elle écrit un scénario qui sera interprété par Agnès Jaoui et réalisée par Randa Haines.

Blog de Sefer Ecer

TÜRKER-TERLEMEZ Sevgi   doctorante de l’Université de Vincennes U.F.R. Arts, Philosophie et Esthétique, coordinatrice générale du centre de recherche et d’application des langues vivantes (BÜDAM), Université Başkent, Ankara; directrice des cours, responsable des relations scolaires et universitaires, Institut d’Etudes Françaises, Ankara ; lectrice de français, Université Bilkent, traductrice, essayiste, écrivaine, vit à Paris depuis 2004. A organisé et participé à de nombreux festivals de poésie en Turquie et en Europe et collabore à l’organisation du du festival SIIRISTANBUL 2012, (festival de la poésie internationale), Istanbul. Parmi ses traductions du français vers le turc : Bruno Bettelheim, Dialogues avec les mères, éditions Doruk, Ankara, 1999, Valéry Paul, Monsieur Teste, éditions Raslantı, Ankara, 2001, Mirbeau Octave, Le journal d’une femme de chambre, éditions Ayrıntı, Istanbul 2003 ; du turc en français Hikmet Nazım, Ferhat et Shirine, CICEP, Univ. Paris 8, 2007, Poyrazoğlu Ali, Le crocodile en moi, Edition Ataturquie, 2010. Ses publications récentes (2005 -2011): « Réflexion sur l’esthétique de l’interstice dans “Le mal du pays de l’autre” de Philippe Tancelin ». Revue, Cahier poétique n° 15, « De la transgression dans la théâtralité poétique de l’oeuvre de Kafka ». Cahier poétique n°14, « La perception et l’habitude » N°11, Dossier « Bruno Cany et la poésie en tant que lieu de résistance », N°124, Les Pas poèmes de Philippe Tancelin, préface (en français et en turc) du livre, Editions 24, İstanbul 2007 & Editions bilingue Ataturquie, Nancy 2008.

Extraits DVD Machine à EXIL réalisé par Iro Siafliaki, cinéaste : watch?v=b0Vil8Oibgo

 

 

 

 

Rentrée 2012 : Table ronde Festival d’Ile-de-France/Non-lieux de l’exil

La rentrée des  rencontres Non-lieux de l’exil aura lieu le lundi 17 septembre 2012, dans le cadre d’une table-ronde au Collège des Bernardins en partenariat avec le Festival  d’Ile-de-France (8 sept-14 oct. 2012) , dont le thème sera cette année « Diasporas, musique en partance« .

La table-ronde « Mémoires de diasporas, entre effacement et transmission » est programmée le lundi 17 septembre 2012 à 20h au Grand auditorium du Collège des Bernardins, Paris (75)

avec Alexis Nouss, professeur à la School of European Studies de l’Université de Cardiff (Royaume-Uni), fondateur et directeur du groupe de recherche montréalais POexil, Michel Bruneau, géographe, directeur de recherche émérite au CNRS, auteur notamment de « Les Grecs Pontiques: diaspora, identité, territoires » ( 1998, CNRS-Editions), Paul Alerini, psychanalyste, et Zad Moultaka, compositeur.

Animée par Virginie Symaniec, chercheur et traductrice, docteur en Études théâtrales en 2000 de l’Université Paris III, et Alexandra Galitzine-Loumpet, anthropologue, docteur de l’Université Paris I.

Projection de  Amers lointains (7′), film de Catherine Peillon.

Attention ! entrée libre mais réservation  obligatoire au 01 58 71 01 01 ou par mail : rencontres@festival-idf.fr (merci de préciser vos nom, prénom et adresse postale afin de pouvoir vous envoyer les billets correspondant à votre réservation)

Alexandra Galitzine-Loumpet & Virginie Symaniec

Non-Lieux de l’exil, Programme 2011-2012

RENCONTRES  2011-2012

Coordination scientifique : Virginie Symaniec & Alexandra Galitzine-Loumpet

Comité scientifique : Catherine Bouthors-Paillart, Boris Chukhovich, Alexandra Loumpet-Galitzine, Alexis Nuselovici (Nouss), Virginie Symaniec

Cliquer sur l'image pour accéder au pdf

Initiées par le groupe de recherche POexil (Université de Montréal) en partenariat avec le Réseau Asie – Imasie (FMSH / CNRS) , le Cardiff Research Group on Politics of Translating (Cardiff University), le programme Russie de la FMSH et des Editions Non-lieu , les rencontres de l’année 2011-2012 ont porté sur  la diversité des expressions de l’exil,  principalement abordée au travers des expressions dramatiques, les Scènes de l’exil (axe 1), les questions de multilinguisme et de traduction, Langues de l’exil et exil des langues (axe 2).

Les rencontres ont été les suivantes (pour un programme détaillé et les bio-bibliographies des intervenants voir ici programme 2011-2012) :

02 novembre 2011 : Scènes de l’exil I
Introduction, présentation du séminaire : Virginie Symaniec et Alexandra Loumpet-Galitzine
Intervenante : Sedef Ecer « Les non-lieux comme espace dramatique »

Pour ma première pièce en langue française, je m’étais déjà attachée à la notion de « l’entre deux ». Intitulée « Sur le Seuil », ce texte parlait des espaces où l’on n’est ni à l’intérieur ni à l’extérieur d’un temps ou d’un lieu définis. J’ai aujourd’hui l’intime conviction que ce « seuil » continue d’être vital pour l’auteur bilingue que je suis : je dis du français qu’elle est ma « langue d’accueil » comme on dit « terre d’accueil » car je crois profondément que l’on habite une langue de la même manière que l’on habite un pays. Mon statut « d’écrivaine immigrée » m’emmène sans cesse vers des thèmes qui questionnent l’identité déracinée et je travaille d’une manière obsessionnelle sur la notion du « lieu » et du « non lieu ». Je ne parle pas du lieu où se situe l’action mais le lieu comme espace dramatique. D’ailleurs, les titres de mes pièces et films en français l’attestent: « Entre deux rives », « Comme chez soi », « Sur le seuil », « À la périphérie » ou encore ma dernière pièce « Les descendants » où il est question de verticalité: Un personnage d’astrophysicien qui regarde toujours en haut et un personnage d’archéologue dont le regard est toujours porté vers le bas.

Discutantes : Catherine Bouthors-Paillart et Sevgi Terlemez

16 novembre 2011 : Scènes de l’exil II
Intervenante : Kéthévane Davrichewy  « Autour de La mer Noire : exil à la géorgienne »

Si Kéthévane Davrichewy est née à Paris en 1965, ses souvenirs sont liés à un pays plus lointain, celui de la Géorgie dont sont originaires ses grands-parents. Petite, elle vit avec leur exil et leur mémoire qui alimentent son imaginaire. Il y a, dans cette famille unie et nombreuse, des traditions conservées, des repas où on chante et où on danse, un bonheur à vivre qu’on voudrait immuable…

Discutantes : Taline Ter Minassian et Sylvie Gangloff

07 décembre 2011 : Scènes de l’exil III
Intervenante : Claire Gatineau « Autour de Au-dessus de la plaine »

Je parlerai de ma pièce « Au-dessus de la plaine », qui croise deux voyages, l’un qui va de l’extérieur de l’Europe vers l’intérieur, et l’autre qui, à rebours, va de l’intérieur vers l’extérieur. Je parlerai de l’écriture, comme un lieu qui permet de lier un événement collectif, les déplacements humains à travers différents espaces, à l’intime de celui qui écrit. Je parlerai de l’écriture comme un lieu qui permet de rapprocher, faire des liens entre différentes époques, de l’Antiquité grecque, à certains temps de l’histoire des frontières européennes jusqu’au 21ème siècle. Comment à travers ces temps et ces mouvements se dessine la silhouette du demandeur d’asile, du Suppliant.

Discutants : Dominique Dolmieu et Eugenia Vilela

01 février 2012 : Langues de l’exil et exil des langues IIntervenant : Alexis Nouss : « Der Verbannte, der Verbrannte [Le banni, le brûlé] – lecture de Paul Celan »

Si l’exil fournit une thématique centrale de la poésie celanienne en raison de données historico-biographiques, il serait réducteur et trivial de ne lui accorder que cette considération. L’expérience exilique, perçue à l’extrême de sa phénoménalité, engage pour le poète les conditions de son écriture et détermine les conditions de réception de l’œuvre. Cette analyse sera menée à partir d’une lecture des cinq derniers poèmes de « La rose de personne ».

Discutants : Eloi Recoing et Claire Le Foll

07 mars 2012 : Langues de l’exil et exil des langues II
Intervenant : André Markowicz : « Traduire : figures du rythme, figures non traduites »

Que signifie traduire le rythme ? — dans quelle mesure la perception du rythme est-elle transmissible ? quand pouvons-nous parler d’équivalence rythmique ? et que faire pour ce qui reste en dehors de toute équivalence ? — de cet en-dehors que j’appelle « figures », pas même des présences, pas même des contours, — comment faire sentir ces existences non verbales sans lesquelles rien du texte n’a de sens, sans lesquelles le sens et l’auteur se trouvent en exil ?

Discutants : Arno Renken et Béatrice Gonzales-Vangell


04 avril 2012 : Langues de l’exil et exil des langues III
Intervenant : Matéi Visniec « L’exil comme aventure culturelle, l’exil heureux »

« Vous avez un léger accent…» – voici une phrase qui m’a été dite un bon millier de fois depuis que je vis en France et qui fut le point de départ de nombreuses conversations intéressantes. D’habitude, je propose à mon interlocuteur un jeu : deviner en trois essais de quelle origine je suis. C’est ainsi que commence une petite leçon de géographie et de culture générale que patiemment j’ai offerte à de nombreuses personnes. En général, je suis transporté dans divers endroits où l’on parle français, mais avec une légère particularité musicale: « Vous êtes Belge ? Suisse ? Québécois ? ». L’homme perd ainsi les trois cartouches que je lui avais offert afin de gagner le jeu, et j’essaie donc de l’aider un peu: « Je viens d’un pays latin mais situé en Europe de l’Est ». A ce stade du jeu, je sens sur le visage de l’homme en face de moi une légère contrariété. Un pays latin en Europe de l’Est ? Quand je dis la Roumanie, mon partenaire de jeu réagit comme s’il avait été heurté par le souffle d’une petite explosion… La Roumanie, bien sûr, évidemment… La Roumanie est un pays latin! Après ça, mon interlocuteur enchaine d’habitude avec la phrase : « Et ça a été dur, j’imagine, pour vous, de continuer votre vie en France ». Et là, je le déçois encore : « Non, je suis heureux dans ce pays ».

Discutantes : Elena Prus et Aurelia Klimkiewicz


02 mai 2012 : Langues de l’exil et exil des langues IV
Intervenante : Janine Altounian : « Le désir de traduire naît de l’impossibilité à traduire un plaisir ou une perte »

J’apporterai un exemple qui cherche à montrer comment, chez un héritier de survivants exilés,  la « pulsion à traduire » peut promouvoir aussi bien le travail de la cure et de l’écriture que l’activité de traduction. Dans les postures à l’œuvre dans ces deux modes d’activités linguistiques, ce besoin de traduire naît d’une nécessité à défier paradoxalement l’impossibilité de la traduction, soit d’un plaisir, soit d’une perte.

Discutants : Boris Chukhovich et Anouche Kunth

9-10 mai 2012 ; Journées d’étude « Langues nationales, langages d’exil  »  en partenariat avec l’IEA-Paris (comité scientifique des journées : Alexis Nouss, Susanna Spero, Virginie Symaniec,  Xavier Vargas de Luna). Programme

06 juin 2012 : Langues de l’exil et exil des langues V : 

Intervenante : Galia Ackerman : « L’exil tchernobylien et les sauveurs du patrimoine »

Après la catastrophe de Tchernobyl, près de 200 000 personnes ont quitté les lieux les plus contaminés, notamment dans la région de Poléssié, située entre la Biélorussie et l’Ukraine, où les populations locales vivaient encore souvent comme au XIX siècle, en préservant des rites et des traditions perdus ailleurs (outils de travail, objets de la vie quotidienne, broderies, costumes, meubles) souvent à caractère unique. Dès l’accession de ces deux pays à l’indépendance, des ethnographes de l’extrême ont fait de multiples expéditions pour collecter et décontaminer les vestiges de ce monde abandonné. En Biélorussie, ce travail s’est arrêté peu de temps après l’arrivée de Loukachenko au pouvoir, mais en Ukraine, la collecte continue toujours. C’est à ce monde tombé dans l’oubli (les ethnographes ukrainiens parlent de l’Atlantide tchérnobylienne) et au travail des ethnographes intrépides qui luttent pour la préservation d’un pan de la culture nationale que je consacre mon intervention.

Discutantes : Elisabeth Anstett et Virginie Symaniec

Conclusions : Alexandra Galitzine-Loumpet

NON PLACES OF EXILE