Archives par mot-clé : Déplacement

Exils & Utopies. 15 juin 2016

(c) Laurent Malone
(c) Laurent Malone

EXILS & UTOPIES

en collaboration avec l’Institut de recherche interdisciplinaire sur les enjeux sociaux (IRIS, EHESS-CNRS)

15 juin 2016 -14h30-17h30,  salle du conseil A (EHESS)

190 avenue de France, 75013 Paris entrée libre

avec :   Charlotte Cauwer, Jean-Baptiste Eczet,  Antoine Hennion,  Sebastien Thiery, membres du collectif PEROU

Discutants : Grégoire Cousin (MigRom, FMSH) & Clara Lecadet (LAUM-IIAC, EHESS)   

Coordination : Alexandra Galitzine-Loumpet (CESSMA & NLE) , Chowra Makaremi (IRIS-EHESS & NLE), Christiane Vollaire (NLE)

Présentation des intervenants

Continuer la lecture de Exils & Utopies. 15 juin 2016

Atelier plurinlingue sur l’exil / Sara Greaves & Jean-Luc Di Stefano, association Ecrits et voix.

ATELIER D’ECRITURE PLURILINGUE sur L’EXIL

réalisé dans le cadre du colloque « Etudier l’exil » (1), samedi 23 mai 2015 (9h30-12h30) au MUCEM. Coordination : Sara Greaves (LERMA, AMU) et Jean-Luc Di Stefano (IDEC, AP-HM), association Ecrits et voix.

syrCet atelier a réuni des personnes de situations sociales et d’origines diverses, qui ont toutes une histoire personnelle ou familiale qui relève de l’exil. Les pays d’origine sont, entre autres : l’Algérie, l’Egypte, les Comores, le Salvador, l’Iraq, la Syrie, le Liban, Israël, l’Uruguay… Les textes écrits dans le cadre de cet exil sont destinés, dans leur fond et leur forme plurilingue, à faire passer quelque chose de l’expérience subjective de l’exil.

Nous remercions chaleureusement la CIMADE pour son soutien et son aide, Marie-Jeanne Vérot et Jean Robert de l’association Ecrits et voix, ainsi que tous les participants.

Plan de l’atelier / Méthodologie

 

Marionnettes et marionnettistes : Lecture en anglais puis en français d’un poème de Sujata Bhatt, poète née en 1956 à Ahmedabad, Inde, qui a quitté son pays à l’âge de 12 ans pour les Etats Unis, aujourd’hui domiciliée en Allemagne. Ce poème ne traite pas directement de l’exil :

Continuer la lecture de Atelier plurinlingue sur l’exil / Sara Greaves & Jean-Luc Di Stefano, association Ecrits et voix.

Une reterritorialisation symbolique. Texte de Cécile Oumhani

Une reterritorialisation symbolique.

"A genuine_harem skirt at Ellis Island" Wikicommomns
“A genuine harem skirt at Ellis Island” (1913) Wikicommomns

Intervention de Cécile Oumhani le 3 mars 2016, lors de la rencontre “La langue matérielle de l’exil” (NLE & IRIS)

Penser au « langage matériel de l’exil » suffit à faire déferler des images d’Ellis Island, où les photos en noir et blanc se mêlent à mes propres souvenirs du lieu. Avant de parler d’une visite qui remonte au début des années 1990,  je dois évoquer mon premier passage à New York en 1963, soit moins de dix ans après la fermeture d’Ellis Island, le 12 novembre 1954.

Continuer la lecture de Une reterritorialisation symbolique. Texte de Cécile Oumhani

Traduire Calais (premier retour). Alexandra Galitzine-Loumpet

Traduire Calais.

 Traverser.

66Aller à Calais, traverser des frontières déplacées. Je suis partie à Calais, rejoindre deux membres des Non-lieux de l’exil. Avec hésitation, avec l’inquiètude d’une obscénité du regard. Erreur. On passe la frontière du camp et cette frontière nous transperce. Espace de confinement, le camp condense les heures et les densifie. Le vif de l’exil mobilise le cœur de l’intelligence et le déroute,  aiguise une ardeur qui suffit en elle-même à transformer la stupeur en ébranlement de l’être. Quatre jours – rien en somme, mais un temps suffisant pour affleurer la complexité du camp, sa force vitale, ses tensions sous-jacentes, ses limites internes, la diversité de ses usagers, de ces temporalités diurnes et nocturnes, la violence de sa destruction aussi. Un temps adéquat pour que cet ersatz de lieu impose l’incomplétude de nos épistémologies sédentaires[1], pour que les mots s’épuisent à rendre compte d’un monde hors du sens commun. Certes, on peut mentir ou omettre à Calais,  mais la condition de l’exilé et celle du visiteur éprouvent leur substance dans l’immédiat présent de la situation.

Continuer la lecture de Traduire Calais (premier retour). Alexandra Galitzine-Loumpet

Balkans, non-lieux de l’exil.

BALKANS, NON-LIEUX DE L’EXIL.

(c) Klavdij Kluban http://www.sluban.com/
(c) Klavdij Kluban http://www.sluban.com/

 reporté à une date ultérieure

 Balkans 2015-2016. L’actualité de la ‘crise grecque’ et des ‘flux migratoires’, mais aussi les attentats de novembre 2015 à Paris font grand usage de cette désignation dans le paysage médiatique d’Europe occidentale. Sont ainsi évoquées ‘la route des Balkans’,  ‘l’antichambre de l’Europe’ et de façon plus floue encore ‘les migrants des Balkans’.

Les Balkans, dans leur pluriel constitutif, apparaissent comme une entité spatiale et symbolique indéterminée entre Méditerranée et Mitteleuropa, aux frontières extérieures fluctuantes et intérieures morcelées, marquées par le nationalisme le plus extrême justement parce qu’elles sont supposées constituer un en-deçà des Etats-nations. Laboratoire de l’Europe à la frontière de l’Asie, champ d’intervention des politiques européennes, les Balkans signalent à la fois un lieu et un non-lieu, des entités en permanence traversées, reconfigurées, par l’histoire, le religieux, l’économique, les conflits et, de nouveau, l’érection de murs – en d’autres termes, une multiplicité d’expériences de l’exil.

Dans son acception singulière, l’espace balkanique demeure « un lieu de mémoire où l’Europe a testé les limites de son identité » (Benou & Mayali 2013-2014 : 8). A partir d’une histoire des relations de pouvoir et de la constitution d’altérités, il permet d’interroger  les imaginaires littéraires, cinématographiques, artistiques ou médiatiques au croisement de l’utopie et de la différence. Il oblige à penser les relations entre le territoire et le politique et engage dès lors à aborder la singularité du sud-est européen en multipliant les points de vue et les disciplines. Continuer la lecture de Balkans, non-lieux de l’exil.

Nouvelles esthétiques exiliques. 25 janvier 2016

Nouvelles esthétiques exiliques. 25 janvier 2016

extrait de ""Vivre et mourir à Samarkand", d'Umida Akhmedova
extrait de “”Vivre et mourir à Samarkand”, d’Umida Akhmedova

14h-15h30, salle 638, immeuble France, 190 avenue de France 75013 Paris

Avec Eugenia Villela (Université de Porto) empéchée & Boris Chukhovich (Université de Montréal)

Entrée libre

Cette rencontre sera suivie d’une réunion de l’équipe (non publique)

CHUKHOVICH Boris est historien de l’art, conservateur de musée et commissaire d’exposition. Après avoir soutenu sa thèse en sociologie de l’art (Institut d’études sur les arts à Tachkent – Université de Saint-Pétersbourg, 1992), il a travaillé en tant que chercheur adjoint, puis directeur d’études au département de sociologie de l’art (Institut d’études sur les arts, Académie des beaux-arts de l’Ouzbékistan). En 1998, il a immigré au Canada, en 2000 il a fait un stage de recherche postdoctoral à la Maison des sciences de l’Homme à Paris, puis, en 2002, un stage postdoctoral à l’UQAM, dans l’équipe de recherche “Le Soi et l’autre”. En 2003-2005, il est boursier du Conseil des arts du Canada et réalise le projet virtuel “Musée d’art centre-asiatique”.  Il a été conservateur-résident au Musée d’art contemporain de Montréal, chercheur associé à la Chaire de recherche du Canada en esthétique et poétique et à différents centres de recherche, notamment le Centre de recherche sur l’intermédialité (CRI, Université de Montréal) et le Laboratoire de muséologie et d’ingénierie de la culture (LAMIC, Université Laval) et récemment au département d’Anthropologie (UdM). Depuis 2003, il est membre permanent du groupe de recherche Poexil (Université de Montréal). En tant que conservateur, il a réalisé nombreux projets d’exposition dont notamment “Lingua franca-frank-tili” (Biennale de Venise, 2011), STILLS (Bichkek, Almaty, Douchanbé, 2009-2010), “Retour de Métaphore” (Biennale de Montréal, 2007), “Après Babel” (Université d’Ottawa, 2004).

VILELA Eugénia  est professeur au Département de philosophie de la Faculté de lettres de l’Université de Porto (Portugal), docteur en philosophie de l’Université de Porto, et directrice du groupe de recherche Esthétique, Politique et Art de l’Institut de Philosophie. Auteur de conférences et textes dans le domaine de la Philosophie et des Arts, elle a publié, parmi d’autres textes dans des œuvres collectives, les livres “Du corps équivoque” (1998) et “Silences Tangibles. Corps, résistance et témoignage dans les espaces contemporains d’abandon” (2010). Son travail se développe dans l’espace d’intersection entre l’esthétique, la philosophie politique contemporaine et l’art.

UN ATELIER D’ÉCRITURE POUR LES EXILÉS? 19 NOVEMBRE 2015, Sara Greaves, Jean-Luc di Stefano, Bruno Le Dantec

UN ATELIER D’ÉCRITURE POUR LES EXILÉS?

nle nov 15

Séance du 19 novembre 2015, 17h-19h. Séance proposée par Sara Greaves.

Avec

Sara Greaves, professeur de littérature anglaise (LERMA, Université d’Aix-Marseille) & Jean-Luc di Stefano, psychiatre (CAMSP Polyvalent, IDEC, Hôpital Salvator, APHM Marseille), Association «Ecrits et voix», Marseille.

Discutant : Bruno Le Dantec, écrivain et journaliste, auteur avec Mahmoud Traoré de Partir et raconter. Récit d’un clandestin africain en route vers l’Europe, Lignes, 2012.

Continuer la lecture de UN ATELIER D’ÉCRITURE POUR LES EXILÉS? 19 NOVEMBRE 2015, Sara Greaves, Jean-Luc di Stefano, Bruno Le Dantec