Archives par mot-clé : Déplacement

« Etudier l’exil »Colloque international Aix & Marseille 19-23 mai 2015

L’initiative Non-lieux de l’exil  (Fondation maison des sciences de l’homme) organise en collaboration avec l’Université d’Aix-Marseille (CIELAM, axe Transpositions) le colloque international :

Malka N.
Malka N.

Etudier l’exil

19-23 mai 2015

19-21 mai Maison de la recherche (Aix en Provence) / 22-23 mai MUCEM (Marseille)

  • Direction scientifique  : Alexis Nuselovici (Nouss) (AMU)
  • Comité scientifique : Alexandra Galitzine-Loumpet (NLE/CEM), Alexis Nuselovici (AMU/CEM), Crystel Pinçonnat (AMU)
  • Coordination et administration : Absa D’Agaro-Ndiaye (AMU) contact : absa.ndiaye@univ-amu.fr

Attention le colloque est soumis à frais d’inscription et les places peuvent être limitées selon les salles. Inscription :  etudierlexil@gmail.com

Présentation

Argumentaire 

Alors que le nombre des migrants dans le monde est estimé à près d’un milliard (migrants externes et internes) et que le nombre des déplacés à l’intérieur de leurs propres pays vient de dépasser celui de la Seconde guerre mondiale, ce qui entraîne de graves crises en Europe comme ailleurs, les sciences sociales et humaines se doivent de mieux comprendre ce qu’impliquent ces phénomènes sur le plan social comme sur le plan politique. Les réalités migratoires contemporaines sont complexes en raison d’une quadruple caractéristique : mobilité accrue ; extension planétaire ; diversité du sens des flux ; variété des causes (économiques, politiques, environnementales). Elles créent en conséquence des catégories migratoires extrêmement variées qu’il importe de penser ensemble, comme il importe de penser conjointement les rencontres multiples de langues et de cultures et les tensions politiques et sociales suscitées.

À cette fin, il est proposé de définir un objet d’étude à nommer expérience de l’exil et un domaine de recherche à nommer études exiliques dont le présent colloque contribuera à la fondation.

Continuer la lecture de « Etudier l’exil »Colloque international Aix & Marseille 19-23 mai 2015

Rentrée NLE : Présentation de l’ouvrage « Glossaire des mobilités culturelles ». 16 octobre 2014, 17h-19h

La séance de rentrée aura lieu le 16 octobre 2014, de 17h à 19h, salle Vernant (Le France, noyau B, 8e étage) autour de la présentation de l’ouvrage “Glossaire des mobilités culturelles” (Bernd & Dei-Cas eds, Peter Lang 2014), qui regroupe plus de 20  contributions, transatlantiques, dont cinq de membres de l’équipe.

Présentation :

Les formes de déplacements présentes dans nos sociétés sont multiples : géographiques et culturels, passages – inter-, multi- et transculturels tout autant qu’inter-, multi- et transnationaux –, transferts et autres mouvances dues aux interpénétrations ethniques et culturelles. Ce glossaire les rassemble, les expose et répond au besoin pressant d’une véritable recherche comparatiste faisant dialoguer les cultures des deux côtés de l’Atlantique. 

glossaire 2

C’est ainsi que dans les différents domaines des sciences humaines et sociales, des spécialistes venus d’Afrique, des Amériques et d’Europe, exposent et débattent des questions fondamentales relatives aux mobilités culturelles. Les concepts-clés des exils, diasporas, migrations, frontières, transferts, transculturalités, transnationalités y sont analysés à travers le prisme de l’inter- et du transdisciplinaire. Les apports théoriques et méthodologiques de cet ouvrage sont nombreux et en font un outil indispensable dans la recherche actuelle. 

Continuer la lecture de Rentrée NLE : Présentation de l’ouvrage « Glossaire des mobilités culturelles ». 16 octobre 2014, 17h-19h

Mise en ligne. L’expérience de l’exil : Hélène Cixous (CEM, 16 janvier 2014)

Logo FMS-PS-CEM pngMise en ligne sur le site des Archives audiovisuelles de la séance du séminaire « L’expérience de l’exil » du Collège d’études mondiales du 16 janvier 2014 avec Hélène Cixous (présentation de la séance ici).

Représenter l’exil : la différence. Rencontre du 18 avril 2014. P. Akana, Ph. Bazin, M. Bernardot / REPORTEE

600px-African_Refugees_from_Egypt_on_board_an_Israeli_bus
African Refugees from Egypt on board an Israeli bus (wikicommons)

Représenter l’exil : la différence

Attention séance reportée à une date ultérieure.

18 avril 2014

 avec  Parfait Akana (EHESS-Yaoundé II),  Marc Bernardot (Université de Normandie), Cyril Wolmark  (Université Paris Ouest-Nanterre)

Continuer la lecture de Représenter l’exil : la différence. Rencontre du 18 avril 2014. P. Akana, Ph. Bazin, M. Bernardot / REPORTEE

CFP Architectures of Exile : Visions and re-visions of the Global Modern in the Age of the Refugee, April 2014

CONFERENCE
Crossing Boundaries: Rethinking European architecture beyond Europe
13-17 April 2014
Palermo, Italy

The international network « European Architecture beyond Europe: Sharing Research and Knowledge on Dissemination Processes, Historical Data and Material Legacy (19th-20th centuries) », chaired by Mercedes Volait and Johan Lagae, and supported by EC funding through the COST Action IS0904, is opening calls for papers for its final conference to take place on

13-17 April 2014 at Palermo (Italy).

more information here

We invite you to submit papers to the panel 

Architectures of Exile: 
Visions and re-Visions of the global modern in the age of the refugee »,

chaired by Regina Göckede (BTU Cottbus) and Rachel Lee (TU Berlin),

and outlined as follows:

The emergence of what is today known as international architecture is to a large extent related to the global impact of exiled European architects, who, scattered throughout the world, contributed decisively to its theoretical debates, institutional formations and built manifestations from the early 1920s onwards.

The historiography of exiled modern architecture has long focused on cases of purportedly successful and unidirectional cultural transfer as represented in the master narratives of prominent US immigrants such as Walter Gropius and Mies van der Rohe. The dominant focus on individual biographies and histories of linear stylistic innovations has all too often overlooked the importance of discrepant discursive contexts (material and non-material alike), marginal geographical destinations, the effects of critical self-reflection, as well as the numerous tragedies of loss, disruption and failure under the conditions of forced dislocation. In the last two decades, there have been, however, several important studies that have contributed to a much more complex understanding and significantly extended knowledge (temporal as well as geographical) of the fragmented dynamics of architects’ and urban planners¹ exilic dislocations (including re-migrations and transmigrations) and modern architecture and planning. In addition, new approaches from the fields of post-colonial and cultural studies have stimulated the emergence of conceptually de-centered and ideologically de-nationalized perspectives.

This session focuses on the intersection of exile and architectural practice as a historical phenomenon in an increasingly globalizing world. It seeks to re-examine both the exilic histories of our architectural present and the concept of exile as an analytical tool for interpretively grasping the so-called globalization of modern architecture.

We invite contributions by historians of architecture and art history as well as by scholars from related fields such as literary studies, anthropology, human geography and political history. Papers can address the many individual lives and works of 19th and 20th century exiled European architects with a view to their role in the transformation of international architecture, trace (discursive) modes of production and reception (including non-European resistance to Western cultural hegemony), test specific (historical) experiences for links with and relevance to current, or possibly earlier, exilic modes of planning and building, or investigate the research field¹s historiographical overlaps and collusions with related interpretive paradigms like diasporic, (trans-)migrant, (post-)colonial, transnational, cosmopolitan, global, or international architecture.

We are particularly interested in comparative perspectives and theoretical-methodological approaches that consider temporal/geographical variants, discrepant political-ideological conditions, and institutional and personal networks. We also invite papers that explore exilic careers of non-European architects within Europe or analyse the architecture produced, commissioned or inhabited by exiles who were not architects.

DEADLINE, SUBMISSIONS AND FUNDING

The deadline for proposing a paper (300-word abstract) is 1 December 2013.
Submissions to the chairs of the sessions (Regina Göckede goeckede@cottbus.de and Rachel Leerachel.lee@gmx.net) should be accompanied by a short biographical note (max. 150 words). Acceptance decisions will be communicated by mid-December. Please note that invited speakers are expected to submit their complete paper by 15 March, 2014, to be circulated among the conference¹s participants. Speakers based in countries participating in the Action (refer to the websitewww.architecturebeyond.eu for the complete list) will be able to claim reimbursement of their expenses. A few grants will be available for speakers based in other countries.

Cultures of Exile: Conversations on Language and the Arts, October 23-25, 2013

ISI-Poster-11x17-Portrait-with-sponsors_Final-01-webInternational Conference, University of New Mexico, October 23-25, 2013

Conference organizers:

Eleni Bastéa, Director of the International Studies Institute
Walter Putnam, Chair of the Department of Foreign Languages & Literatures

Description:

The conference “Cultures of Exile: Conversations on Language and the Arts” was inspired by the music of Georges Moustaki (1934–2013), especially his song “Le Métèque” (1969). In “Le Métèque” (musiclyrics) Moustaki dealt with outsiders, strangers, and all those who do not share one homogeneous place of origin. What does it mean to be a “métèque,” an exile, an outsider today? Although often associated with loss and victimhood, exile can also foster artistic freedom, creativity, renewal, and empowerment. What is the role of the new place in the development of one’s artistic oeuvre? How does the memory of original sounds, visual images, and physical places inflect one’s creative voice? Many of our New Mexico students have personal experiences of exile and relocation. Through presentations and discussions, we will examine how personal and national tales of loss and adversity, transformed through the artist’s medium, can become powerful testimonies of the human condition.

more informations : here

CFP. Géographies de la dislocation / Geographies of Displacement, Colloque international Montpellier, 12-14 juin 2014

Capture

 Géographies de la dislocation / Geographies of Displacement,

Colloque international  Montpellier, 12-14 juin 2014

Appel à contributions 

argumentaire : 

Le premier cycle de séminaires Géographies de la dislocation / Geographies of displacement (2009-2013) se conclura par un colloque international les 12-14 juin 2014 à Montpellier (site de St Charles). Tout comme le cycle de séminaires, cette manifestation sera conjointement organisée par les équipes d'accueil EMMA (Etudes Montpelliéraines du Monde Anglophone, EA 741) de l'Université Montpellier 3 et le LERMA (LABORATOIRE d'ETUDES ET DE RECHERCHE SUR LES PAYS DU MONDE ANGLOPHONE, EA 853) d'Aix-Marseille Université.

Cet appel à communication s'adresse aux chercheurs qui s'intéressent aux problématiques liées aux enjeux spatiaux dansles études postcoloniales, interculturelles et domaines associés. L'expansion de l'Empire britannique suivie de sa contraction et transformation en Commonwealth a provoqué dans les sociétés postcoloniales des déplacements de populations d'origines diverses qui, une fois amenées à se côtoyer, se sont transformées au contact les unes des autres. Ces phénomènes d'échanges et d'altération ont donné naissance à des productions culturelles originales qu'il nous revient d'étudier dans la diversité de leurs manifestations, qu'elles soient littéraires, artistiques, ou civilisationnelles. Nous avons pris le parti de l’interdisciplinarité dans nos analyses des multiples manières dont les flux migratoires et les cultures diasporiques transforment des espaces culturels au point de modifier les définitions que nous pouvions avoir de l’espace et des relations territoriales. Nous nous interrogerons également sur la façon dont une société tente de créer une identité unitaire et de l’inscrire dans l’espace à partir d’une pluralité de visions culturelles. Enfin, nous réfléchirons à notre pratique de la théorie ainsi qu’à notre utilisation des outils conceptuels qui permettent de renouveler l’analyse et la compréhension des configurations spatiales dans le champ mouvant des études postcoloniales (géographie culturelle, écocritique, géocritique, études diasporiques, géohistoire, histoire transnationale, etc.) 
Des propositions dans les domaines ci-dessous sont attendues   : 

 - Les géographies imaginaires 
- Cartographies politique et poétique du territoire 
- L'artialisation des espaces et des lieux 
- La (re)définition des marges et de leur esthétique 
- L'exil et les stratégies du souvenir 
- Géographies identitaires et conflits 
- Géographies mémorielles (espace mémoriel, écriture et réécriture) 
- Le tourisme comme phénomène culturel
 
Les propositions (titre de la communication suivi d'un paragraphe de 300 mots environ résumant
l'intervention ainsi qu'une brève notice bio-bibliographique) devront être transmises avant le 30 septembre 2013 de préférence par courrier électronique aux adresses ci-dessous.
  • Matthew Graves (matthew.graves@univ-amu.fr)
  • Claire Omhovère (claire.omhovere@univ-montp3.fr)
  • Gilles Teulié (gilles.teulie@univ-amu.fr)

Voir également le carnet de recherche associé