Archives par mot-clé : esthétique

La position documentaire face à l’exil. Texte de Christiane Vollaire

LA POSITION DOCUMENTAIRE FACE À L’EXIL

http://www.philippebazin.fr/
Ph. Bazin. « Antichambres » (2008) Courtoisie de l’artiste. http://www.philippebazin.fr/

Contribution de Christiane Vollaire,  philosophe, pour la séance « La position documentaire face à l’exil », 11 juin 2015

      C’est d’abord le terme de position qu’il nous faut réfléchir ici, car il relève du vocabulaire guerrier. La position désigne la place à partir de laquelle on va pouvoir combattre, ou sur laquelle on va amener l’adversaire pour le tenir à sa disposition. Elle ne signifie donc pas seulement un espace, mais une posture nécessaire à l’affrontement. On prend position dans l’effort dynamique d’une tension. Et la position est ce qui donne une assise au corps en vue d’exercer une force, de produire un mouvement à partir d’une fondation intérieure, comme le montre à l’évidence la pratique des arts martiaux. L’attitude documentaire est donc bien une position, un choix postural en vue d’un impact spécifique. Et c’est une posture esthétique : celle du refus de l’esthétisation.

Il n’y a positionnement que relativement à un contexte : à qui s’adresse-t-on ? Au nom de quoi parle-t-on ? Que veut-on mettre en évidence ? Que veut-on refuser ? À qui veut-on s’opposer ? Quels objectifs poursuit-on ? À quels risques d’instrumentalisation s’expose-t-on ? À quelle demande répond-on ? À quelle commande a-t-on affaire ? Ces questions ne sont pas seulement résolues par la réflexion, mais très largement par des intuitions qui vont aussi la nourrir. Et d’ailleurs, elles ne sont pas nécessairement résolues. Elles sont aussi négociées ou laissées en suspens. Mais elles doivent être posées.

Continuer la lecture de La position documentaire face à l’exil. Texte de Christiane Vollaire

Objets photographiques – Objet documentaire. Texte de Phillipe Bazin

Objets photographiques – Objet documentaire : À propos dexil et documentaire

008
Philippe Bazin. « Antichambres » (2008). Courtoisie de l’artiste. http://www.philippebazin.fr/

Contribution de Philippe BAZIN, photographe, pour la séance « La position documentaire face à l’exil« , 11 juin 2015

Historique

 Au XIXe siècle, les considérations sur la photographie comme document s’élaborent en regard d’une photographie qui s’est développée comme science, dès sa proclamation devant les grilles de l’Académie des Sciences le 19 août 1839. Ainsi, n’étant pas un objet d’art, elle peut produire un regard désaffecté sur les choses du monde. Peu de gens ont alors le sentiment que le médium photographique interpose entre le monde et l’image une transformation radicale. La photographie est plutôt généralement perçue comme « transparente », n’affectant pas, dans l’image, le monde de ses effets. L’objet photographié peut ainsi apparaître comme étant « copié » dans l’image dont la fonction utilitaire devient patente. C’est en partie ce que tend à montrer The Pencil of Nature[1] de Talbot.

Continuer la lecture de Objets photographiques – Objet documentaire. Texte de Phillipe Bazin

Esthétique interculturelle, esthétique de l’interculturel. Conférence d’Alexis Nouss à Cerisy. 27 septembre 2013

CaptureEsthétique interculturelle, esthétique de l’interculturel

Disponible à l’écoute et en format mp3 sur le site  La forge numérique Espace numérique des productions multimédia de la Maison de la Recherche en Sciences Humaines de l’Université de Caen Basse-Normandie;

 cette conférence d’Alexis Nuselovici (Nouss) au colloque de Cerisy a été donnée dans le cadre du colloque intitulé Penser et agir pour l’interculturel qui s’est tenu au Centre Culturel International de Cerisy du 23 au 27 septembre 2013, sous la direction de Issa ASGARALLY et Isabelle ROUSSEL-GILLET.

Pour accéder à l’enregistrement cliquez ICI

CFP. Géographies de la dislocation / Geographies of Displacement, Colloque international Montpellier, 12-14 juin 2014

Capture

 Géographies de la dislocation / Geographies of Displacement,

Colloque international  Montpellier, 12-14 juin 2014

Appel à contributions 

argumentaire : 

Le premier cycle de séminaires Géographies de la dislocation / Geographies of displacement (2009-2013) se conclura par un colloque international les 12-14 juin 2014 à Montpellier (site de St Charles). Tout comme le cycle de séminaires, cette manifestation sera conjointement organisée par les équipes d'accueil EMMA (Etudes Montpelliéraines du Monde Anglophone, EA 741) de l'Université Montpellier 3 et le LERMA (LABORATOIRE d'ETUDES ET DE RECHERCHE SUR LES PAYS DU MONDE ANGLOPHONE, EA 853) d'Aix-Marseille Université.

Cet appel à communication s'adresse aux chercheurs qui s'intéressent aux problématiques liées aux enjeux spatiaux dansles études postcoloniales, interculturelles et domaines associés. L'expansion de l'Empire britannique suivie de sa contraction et transformation en Commonwealth a provoqué dans les sociétés postcoloniales des déplacements de populations d'origines diverses qui, une fois amenées à se côtoyer, se sont transformées au contact les unes des autres. Ces phénomènes d'échanges et d'altération ont donné naissance à des productions culturelles originales qu'il nous revient d'étudier dans la diversité de leurs manifestations, qu'elles soient littéraires, artistiques, ou civilisationnelles. Nous avons pris le parti de l’interdisciplinarité dans nos analyses des multiples manières dont les flux migratoires et les cultures diasporiques transforment des espaces culturels au point de modifier les définitions que nous pouvions avoir de l’espace et des relations territoriales. Nous nous interrogerons également sur la façon dont une société tente de créer une identité unitaire et de l’inscrire dans l’espace à partir d’une pluralité de visions culturelles. Enfin, nous réfléchirons à notre pratique de la théorie ainsi qu’à notre utilisation des outils conceptuels qui permettent de renouveler l’analyse et la compréhension des configurations spatiales dans le champ mouvant des études postcoloniales (géographie culturelle, écocritique, géocritique, études diasporiques, géohistoire, histoire transnationale, etc.) 
Des propositions dans les domaines ci-dessous sont attendues   : 

 - Les géographies imaginaires 
- Cartographies politique et poétique du territoire 
- L'artialisation des espaces et des lieux 
- La (re)définition des marges et de leur esthétique 
- L'exil et les stratégies du souvenir 
- Géographies identitaires et conflits 
- Géographies mémorielles (espace mémoriel, écriture et réécriture) 
- Le tourisme comme phénomène culturel
 
Les propositions (titre de la communication suivi d'un paragraphe de 300 mots environ résumant
l'intervention ainsi qu'une brève notice bio-bibliographique) devront être transmises avant le 30 septembre 2013 de préférence par courrier électronique aux adresses ci-dessous.
  • Matthew Graves (matthew.graves@univ-amu.fr)
  • Claire Omhovère (claire.omhovere@univ-montp3.fr)
  • Gilles Teulié (gilles.teulie@univ-amu.fr)

Voir également le carnet de recherche associé

L’expérience de l’exil, 23 mai 2013. Exil, Art, Ecriture. Alexis Nuselovici / Svetlana Boym

  P1100882 salles 638-641 / 190 avenue de France, 75013 Paris.

15h- Alexis Nouss Exil et écriture

17h – Svetlana Boym  Immigrant Arts and Cosmopolitan Solidarities

[Conférence en anglais avec traduction]

Svetlana Boym est professeur au Département de littérature comparée de l’Université Harvard où elle enseigne également à l’Ecole de design et d’architecture. Ecrivain, théoricienne et artiste, elle est l’auteur de The Future of Nostalgia (2001), Architecture of the Off-Modern (2008), le roman Ninochka (2003) et, plus récemment,  Another Freedom: The Alternative History of an Idea (2011). Elle a donné des conférences et des performances au Kunsthalle de Vienne, au Freud Museum de Londres, au Centre Pompidou, au Centro de Arte Contemporaneo de Madrid, au Théâtre Royal de Copenhague et dans les grandes universités américaines. Les trois projets artistiques sur lesquelles elle travaille actuellement s’intitulent « Nostalgic Technologies »,  « Phantasmagorias » et « Phantom Limbs ». Elle a pris part à la Biennale d’architecture de Venise en 2010 et prépare l’exposition « Off-Modern » qui s’ouvrira au Ludwig Múzeum de Budapest en 2013 (www.svetlanaboym.com).

Née à Saint-Petersbourg, elle vit et travaille maintenant à Cambridge (Etats-Unis)

Le migrant/l’étranger se révèle une figure centrale dans la modernité du XXe et du XIXe siècle alors que son expérience vient brouiller nos métaphores théoriques en apportant d’encombrantes histoires politiques et personnelles.

Il demeure central dans la recherche universitaire autant que dans l’œuvre artistique de Svetlana Boym. Son traitement de la question a évolué d’une réflexion sur la nostalgie et ses interprétations à une approche  transculturelle de la liberté comme expérience de création collective dans l’espace public.

Dans sa conférence, elle abordera diverses théorisations de la nostalgie en rapport avec l’expérience du migrant avant de présenter sa recherche actuelle et le travail artistique qu’elle mène sur un camp de transit oublié qui accueillait des immigrants d’Europe de l’Est et dont l’emplacement dans la banlieue de Vienne demeurait secret. C’est en 2012 que des consultations d’archives lui ont fait découvrir où était situé ce camp, lieu d’extraterritorialité et d’histoires dérangeantes dans lequel elle séjourna dans les années 1980.

Image