Archives par mot-clé : Exil

Rencontre du 25 Avril 2013 : Objets de l’exil IV. Le corps-objet de l’exil. Ibrahima Thioub, Olga Odgers Ortiz, Eugenia Vilela

Logo FMS-PS-CEM png

Intervenant : Ibrahima THIOUB (professeur d’histoire à l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar, Chaire Collège d’Etudes mondiales (FMSH) empèché

“Le corps exilé: un lieu de marquage identitaire”

Discutantes : Olga Odgers Ortiz ( El Colegio de la Frontera Norte, Tijuana,  intervention par visioconférence),  Eugenia Vilela (Université de Porto) 

Continuer la lecture de Rencontre du 25 Avril 2013 : Objets de l’exil IV. Le corps-objet de l’exil. Ibrahima Thioub, Olga Odgers Ortiz, Eugenia Vilela

Séminaire « L’expérience de l’exil », Collège d’études mondiales, 20 février 2013, séance inaugurale. Alexis Nuselovici (Nouss), Michel Wieviorka.

Séminaire « L’expérience de l’exil », Collège d’études mondiales (FMSH)

Ce séminaire  dont l’objectif est de conceptualiser l’expérience de l’exil, prolonge et complète les réflexions menées dans le cadre des rencontres du programme scientifique FMSH Non-lieux de l’exil.

La séance inaugurale du séminaire « L’expérience de l’exil » dirigé par Alexis Nuselovici au Collège d’études mondiales aura lieu le 20 février 2013. Il y présentera une communication intitulée « L’exil comme expérience » et accueillera son premier invité, Michel Wieviorka, dont l’intervention portera sur« Pour un concept de l’exil ».

Continuer la lecture de Séminaire « L’expérience de l’exil », Collège d’études mondiales, 20 février 2013, séance inaugurale. Alexis Nuselovici (Nouss), Michel Wieviorka.

« Conditions d’étranger », rencontre samedi 2 février,15h à l’Harmattan

L’équipe de l’ouvrage Les Corps subalternes (éditions L’Harmattan, Paris, 2012) nous convie à une Rencontre internationale et pluridisciplinaire sur le thème.

CONDITIONS D’ ÉTRANGER, POSITIONS SUBALTERNES

avec les interventions de :

– Eugénia Vilela,
Professeur de philosophie à l’Université de Porto au Portugal, également invitée dans le cadre de la rencontre des Non-lieux de l’exil du 25 avril 2013

– Alain Brossat,
Professeur émérite de philosophie à l’Université Paris 8

– Vladimir Nunez-Camacho,
Professeur Assistant à la Pontificia Université Javeriana, à Bogota, Colombie
Modération : Christiane Vollaire, (auteur de Le Milieu de nulle part, ed. Créaphis, 2012)

15h, 21 bis rue des Ecoles 75005 Paris

 

« L’accent, traces de l’exil », colloque 7 avril 2013, MAJH

Cette annonce d’un passionnant colloque en perspective, organisé par Natalie FelzenszwalbeEric Ghozlan et Céline Masson ; université Paris- Diderot (CRPMS) avec le concours de l’OSE, et qui aura lieu le 7 avril prochain au Musée d’Art et d’histoire du judaïsme (Paris).

Argumentaire :

« Après les colloques Shmattes (2004), Panim (2006) et La Force du nom (2009), nous souhaiterions interroger la force des accents. Nous prendrons les langues juives comme exemple de langues de culture et poursuivrons ainsi nos réflexions sur la « route de soi ». L’accent est une trace d’origine – il pénètre la langue, la saisit, lui donne vie, identifie le lieu géographique (imaginaire). À partir de l’accent comme rythme essentiel de la langue et comme « restes de transmission», nous tenterons alors d’entendre ce qu’il en est de ces « traces de vie » que nous proposons de nommer « traces de culture » …  lire la suite et accéder au programme complet  ici 
Avec la participation de :
flecheCyril Aslanov, professeur de linguistique, université hébraïque de Jérusalem
flechePaul Laurent Assoun, psychanalyste, professeur à l’université Paris-Diderot
flecheAlexandre Beider, linguiste
flecheRobert Bober, écrivain, réalisateur
flecheAlain Fleischer, cinéaste, photographe, écrivain
flecheEric Ghozlan, directeur du pôle enfance de l’OSE ;
flecheFrancine Kaufmann, professeur émérite, département de traduction et d’interprétation, université Bar-Ilan
flecheMichèle Tauber, chanteuse, maître de conférences à l’Université Paris-8
flecheHaim Vidal Sephiha, linguiste et professeur émérite des universités
flecheBernard Vaisbrot, traducteur, enseignant de yiddish à l’université Paris-8
flecheGérard Wajcman, psychanalyste, maître de conférences à l’université Paris-8.

Et les artistes
flecheSandra Bessis, chanteuse
flecheSimon Elbaz, auteur, comédien, musicien
flecheMichel Elias, comédien
flecheJacinta, chanteuse
flechePopeck, comédien
flecheTalila, chanteuse
flecheMichel Rechtman, musicien

Le second volet du colloque aura lieu en Argentine courant 2013.

Attention, réservation obligatoire  par téléphone  (01 53 01 86 48) ou par mail. Plus d’informations sur le site du Musée d’Art et d’histoire du Judaïsme.

Rencontre du 31 janvier 2013. Langages de l’exil V. Habib Tengour, Pierre Oster, Mourad Yelles

 

Textes traduits et édités par Pierre Joris (Black Widow Press Modern Poetry, 2012)

 

Intervenant :  Habib Tengour, poète, sociologue

« L’exil est mon métier »

Rencontre autour de son oeuvre .

Projection du film « Retraite » (témoignages), photographies d’Olivier de Sépibus, texte de Habib Tengour

Discutants : Pierre Oster (poète), Mourad Yelles (Inalco)

de 14h30-18h, salle 638, Plateau CNRS, Noyau A, 190 avenue deFrance, 75013 Paris (M° Quai de la Gare, bus 89)

 

 

 

Retraite – Edition bilingue français-arabe, Habib Tengour, Olivier de Sépibus, traductions Saïd Djabelkheir et Esma Hind Tengour, Le Bec en l’air éditions, 2004

 

 

  

 

 

 

 

 

 

 

Eléments bio-bibliographiques 

TENGOUR, Habib,  poète et anthropologue, né  à Mostaganem, vit et travaille entre Constantine et Paris. Il traduit des poètes de langue anglaise et américaine (P. Joris) et de langue arabe (Saadi Youssef, Chawki Abdelamir, Moncef Louhaïbi). Parmi ses oeuvres en prose :  Tapapakitaques – La poésie-île. Chronique 196 567 897 012 ( Oswald, 1976) , Le Vieux de la montagne, 1983 (coll. « Minos », La Différence, 2008),  Gens de Mosta. Moments 1990/1994 (Actes Sud/Sindbad, 1997), Le Poisson de Moïse. Fiction, 1995-2001, (éditions Paris-Méditerranée, 2001), Le Maître de l’Heure (La Différence, 2008), Dans le soulèvement. Algérie et retours (La Différence, 2012). Il a également publié différents recueils de poésie depuis 2000, parmi lesquels : Ce Tatar-là 2 ( Éditions Dana, 2000), Traverser, (La Rumeur des âges, 2002), Retraite, avec le photographe Olivier de Sépibus (Le Bec en l’air, 2004),  L’Arc et la cicatrice (La Différence, 2006),  La Sandale d’Empédocle  Gênes, San Marco dei Giustinani, 2006 ou L’Ancêtre cinéphile, La Différence, 2010. Son oeuvre a par ailleurs fait l’objet de plusieurs analyses critiques : Mourad Yelles (éd.), collectif, Habib Tengour ou l’ancre et la vague. Traverses et détours du texte maghrébin, éditions Khartala, 2003 et Expressions maghrébines, revue internationale de la coordination des chercheurs sur les littératures du Maghreb (CICLIM), spécial Habib Tengour, coordonné par Pierre Joris et Sonia Zlitni Fitouri, vol. 11, n° 1, Centre Dona i Literatura, Universitat de Barcelona, été 2012.

OSTER Pierre, poète. Il publie « Premier poème » dans Le Mercure de France en 1954, grâce à Pierre-Jean Jouve puis « Quatre Quatrains gnomiques » dans La Nouvelle Revue française. Son premier recueil, « Le Champ de mai », paraît en 1955 dans la collection « Métamorphoses », dirigée par Jean Paulhan. Il reçoit pour celui-ci le prix Felix-Fénéon, comme il recevra en 1958 le prix Max-Jacob pour « Solitude de la lumière », une année après la résiliation de son sursis, qui provoque son départ aux armées, en Algérie. Parmi une oeuvre très riche :   « Chiffres en ballade », avec Yutaka Sugita, (Paris, Hachette, 1972), « Requête » ( frontispice de Jean Bazaine, Montpellier, Fata Morgana, 1977), « Saint-John Perse » ( Mazamet, Babel Éditeur, 1992);  « Le Savoir de la terre » ( Mazamet, Babel éditeur, 1998), « Membres épars des dieux », ( Sauveterre, Jean-Louis Meunier, 1999), « Paysage du Tout 1951-2000 » ( préface d’Henri Mitterand, Paris, Gallimard, 2000); « Vignettes russes, avant-propos au volume d’Anna Akhmatova, » (Genève, La Dogana, 2010), « Utinam varietur » ( Montreuil, Gourcuff Gradenigo, 2012).

YELLES Mourad est écrivain et Professeur des universités (Littératures maghrébines et comparées) à l’INALCO, institution qu’il a intégré après une quinzaine d’années d’enseignement au Département de Français de l’Université d’Alger, puis au sein des Départements de littérature française et comparée des universités Paris VIII et Paris III. Spécialiste des littératures maghrébines (en arabe maghrébin et d’expression française), mais également intéressé par les productions littéraires francophones d’Amérique et des Antilles, ses travaux portent depuis plus de vingt ans sur les phénomènes de métissage des formes, des pratiques et des imaginaires à travers l’étude comparée de ces littératures (orales et écrites). Parmi ses derniers travaux et publications : « Les Miroirs de Janus. Littératures orales et écritures postcoloniales » (Alger, OPU, 2002) ; « Cultures et métissages en Algérie. La racine et la trace » (Paris, L’Harmattan, 2005); « Habib Tengour. L’arc et la lyre. Dialogues (1988-2004) » (Alger, Casbah Editions, 2006). Ses travaux de création sont parus dans des revues (Algérie Littérature/Actions, Phréatique, Le Jardin d’essai, Estuaires, Po&sie) et des recueils collectifs (Pour Nedjma, Femmes de Timimoun, La Cendre des mots, Nouvelles d’Algérie, Couleurs solides, Sortilèges sahariens).

Inscription conseillée : marine.sam@cnrs.fr

Rencontre du 21 Février 2013. Objets de l’exil II. Objets absents /Objets de l’absence. Debesh Goswami, Catherine Servan-Schreiber, Laure Wolmark

 

Photo Galerie Hélène Lamarque, Paris

Intervenant : Debesh Goswami

Discutantes : Catherine Servan-Schreiber (CEIAS, CNRS-EHESS), Laure Worlmark (Comede)

14h30-18h, salles 640-641, Plateau CNRS, Noyau A, 190 avenue de France, 75013 Paris (M° Quai de la Gare, bus 89)

Eléments bio-bibliographiques

Debesh Goswami dans son atelier parisien, avec les sculptures du jeu
d’échecs sans échiquier (photo Dominique Champion)

GOSWAMI Debesh vit et travaille entre Rennes, Paris et Calcutta. Formé  à la   Rabindra Bharati University, Kolkata, Inde (Bachelor of Arts, 1994) et à  l’Université de Rennes 2 (doctorat en 2001), il est professeur à l’Ecole des Beaux-Arts de Rennes. Son oeuvre interroge le corps et les frontières, et plus largement, le déplacement, territorial et culturel. Il a réalisé de nombreuses expositions personnelles, en Inde et en Europe, depuis 1996, parmi lesquelles :  « A place called body » (Galerie Hélène Lamarque Paris, France, 2008), « Bread for everybody »(Champs Libres, Rennes, 2008),  « Uprooted » ( Galerie Chemould, Kolkata, India, 2005), «  »Flexible borders » (Galerie du Haut Pavé, Paris, France, 2004),  « Existence », (Ashutosh Centenary Hall, Indian Museum, Kolkata, India, 2003), « Sculptures and drawings » (Artmediair Gallery, The Hague, Netherlands, 2003), « Body into temple into body » (Galerie Atelier ADAC, Paris, France, 2003), « From my garden », Cité Internationale des Arts, Paris, France, 2002), « Installation »  (Bangladesh National Museum, Dhaka, Bangladesh, 2001). Il a également participé à diverses expositions collectives, à Hong-Kong, aux Etats-Unis, en Europe et en Asie. Enfin, il a été lauréat de différents prix (Prix de Sculpture, Annual Exhibition of Rabindra Bharati University, Inde 1990 & 1993) et résidences d’artistes en Pologne, aux Etats-Unis et en France (Drac Bretagne, Cité internationale des Arts, France).  Site personnel

SERVAN-SCHREIBER Catherine, chargée de recherche au Centre d’Etudes de l’Inde et de l’Asie du Sud (CEIAS, CNRS, Ehess). Chargée de cours à l’Inalco (littérature médiévale indienne). S’intéresse à l’histoire de la musique en migration, et plus précisément, l’histoire de la musique indienne à l’Ile Maurice , au Surinam et au Trinidad. Dirige l’équipe « La diaspora indienne de l’Océan Indien après l’engagisme ». Co editrice du volume « Diaspora indiennes dans la vile, Hommes et Migrations ». Auteur de « Histoire d’une musique métisse à l’île Maurice. Chutney indien et séga Bollywood » (2010).S’intéresse à l’intégration des artistes indiens dans la Cité.

 WOLMARK  Laure devient psychologue clinicienne après des études de philosophie. Elle oriente ses recherches et sa pratique dans le champ de la clinique de l’exil et de la violence, ce qui la conduit à devenir volontaire pour Médecins sans Frontières en tant que psychothérapeute, puis comme coordinatrice spécialisée dans les contextes de violence et de conflits armés. Son engagement dans la clinique de l’exil et de la violence se prolonge désormais en région parisienne au Comede (Comité médical pour les exilés), où elle poursuit l’expérience de la pratique clinique avec des interprètes. Parmi ses publications :« Une mission à Aceh »,  PsychoMedia, 2005. « Portraits sans visages, des usages photographiques de la honte », Revue Science et Video, Université d’Aix-en Provence, 2010.« Santé mentale des migrants, mieux caractériser pour mieux soigner », », Bulletin d’épidémiologie hebdomadaire, n°2-3-4/2012, Santé et recours au soin des migrants en France.

Inscription conseillée : marine.sam@cnrs.fr

Rencontre en partenariat avec l’IRIS du 21 mars 2013. Objets de l’exil III. « Culture matérielle et exil: une autre vie des objets »

Les Sables d’Olonne (cliché M. Gorboff)

Les rencontres Non-lieux de l’exil (FMSH) s’associent pour cette séance avec le séminaire « La deuxième vie des objets » coordonné par Elisabeth Anstett et Nathalie Ortar (IRIS, EHESS et LET/ ENTPE) et avec l’IRIS.

11309287931129112624retr-becair-gdcouv (1)

À la fois objets disjoints de leurs contextes d’origine et objets acquis/inventés au cours d’un déplacement volontaire ou imposé, les objets de l’exil en viennent à incarner l’expérience même du déracinement. Ressortant de l’ordinaire, de l’identitaire et du mémoriel, ils sont à la fois traces et supports et peuvent être tour à tour chéris, perdus, fantasmés, hérités, patrimonialisés. C’est dire la singularité et la pluralité des régimes de valeur que cette culture matérielle en déplacement convoque dans l’analyse, sinon son potentiel heuristique pour penser les vies de l’objet et les modalités de ses recyclages, symboliques ou matériels.

14h-18h30, salles 638-640, Plateau CNRS, Noyau A, bâtiment « Le France », 190 avenue de France, 75013 Paris (M° Quai de la Gare, bus 89)

Introduction : Elisabeth Anstett (Iris EHESS-CNRS) , Nathalie Ortar (LET/ENTPE), Alexis Nuselovici (NLE)

Intervenants :
Fabrice Grognet (MNHN) « Quand les mémoires se transforment en patrimoine national » (et Françoise Vergès – empêchée)

Pause café

– Présentation d’extraits du film documentaire « Lettres de nos voisines » (2009) de Manuela Frésil, en présence de la réalisatrice.

 Alexandra Galitzine-Loumpet (FMSH) « Le musée-valise »

Stéphanie Tabois (MCF, U.de Savoie) &

2013-03-21 16.34.10

2013-03-21 16.40.16

Eléments bio-bibliographiques

ANSTETT  Elisabeth est anthropologue, chargée de recherche au CNRS et membre de l’IRIS (Institut de Recherche Interdisciplinaire sur les Enjeux Sociaux). Ses travaux portent sur la postérité de l’expérience concentrationnaire en Europe de l’Est, et plus particulièrement sur les usages sociaux des traces matérielles laissées par le Goulag. Elle a notamment publié Une Atlantide russe, anthropologie de la mémoire en Russie postsoviétique (Paris, La découverte, 2007), Un patrimoine sous influence, usages politiques, religieux et identitaires de l’image dans le monde slave (Paris, Pétra, 2009) et (avec Luba Jurgenson) Le Goulag en héritage, pour une anthropologie de la trace (Paris, Pétra, 2009) et récemment1 Les objets ont-ils un genre, culture matérielle et production des identités sexuées (Armand Colin, 2012).

GALITZINE-LOUMPET Alexandra, est archéologue et anthropologue. Elle travaille actuellement à la Fondation Maison des Sciences de l’Homme (ANR Esca, Programme Non-lieux de l’exil) et est chargée de cours à Paris I. Spécialiste de la culture matérielle et des patrimonialisations, des représentations (épistémologiques, muséographiques) de l’altérité, elle s’intéresse autant à des terrains et objets africains, qu’aux objets de et en exil. Parmi ses publications Njoya et le royaume bamoun (Karthala, 2006), « The Bekom Mask and the White Star: The fate of Others’ objects at the Musée du quai Branly (Paris)” in S. Byrne, A. Clarke, R. Harrison and R. Torrence (eds)   Unpacking the Collection: Museums, Identity and Agency, One World Archeological Series, Springler, USA ,2011, pp. 141-163, et plus récemment « L’embarras patrimonial. Mémoires croisées Galitzine/Pouchkine dans l’oussad’ba Viaziomy (Moscou) » à paraitre dans Architecture et patrimoine dans les Etats post-soviétiques, sous la dir. de Taline Ter Minassian, Presses Universitaires de Rennes,  (2013). Elle coordonne aux mêmes éditions un ouvrage sur les patrimonialisations coloniales (à paraitre en 2013).  Elle  dirige la collection « Displaced Objects » (D.O.), et est coordinatrice  du programme Non-lieux de l’exil (FMSH).

GROGNET Fabrice, Ethnologue et commissaire d’expositions. Responsable des collections ethnographiques et de la « Galerie des dons » du musée de la Cité nationale de l’histoire de l’immigration de 2006 à 2011. Actuellement, concepteur muséographique dans le cadre de la rénovation du Musée de l’Homme. Il est également l’auteur de nombreux articles, parmi lesquels « Ethnology : a science on display », in Bettina Carbonell (dir), Museum Studies, an Anthology of Contexts, Blackwell Publishing,2012, pp : 163-169., « Une mémoire gommée en héritage », Hommes & Migrations n°1293, 2011, pp : 120-124.,  Allez la France ! Football et immigration, Claude Boli, Yvan Gastaut et Fabrice Grognet (dir.), Paris, Gallimard, 2010,192p.,   « Un phœnix de l’imaginaire : le concept anthropologique de « race » et son éternel succès », in Mariane Amar, Yvan Gastaut et Olivier Dornel (dir.), A chacun ses étrangers, Paris, Gallimard,2009,  pp : 73-79., « Quand une mémoire familiale devient patrimoine national », Hommes & Migrations n°1277,2009, pp : 116-120.,   « Du sens perdu de l’Autre et du Semblable », L’Homme n° 185-186, 2008, , pp : 455-477.,  « Les objets témoins d’un exil », Hommes & Migrations n°1271, 2008,  pp : 132-136.

FRESIL Manuela, est réalisatrice. Diplômée de la Fémis, elle a collaboré avec Jean Rouch, réalisé différents documentaires pour la télévision et collaboré à l’écriture de scénarios (« Traverser le jardin » de D. Cabrera 1992). Son travail s’oriente ces dernières années sur la création d’une écriture cinématographique qui mêle le documentaire et la fiction Parmi ses réalisations : « Terras-Neuvas » (en co-réalisation avec Ariane Doublet, Juliette Cahen, Francoise Bernard, Pascal Goblot, 1993, prix du public Vision du réel à Nyon et Grand prix du Festival de Douarnenez en1994), « La femme de mon mari » (Canal +, 1992) , « Par chance, la terre est ronde » (Arte, 1996), « Notre campagne » (1999), « Pour de vrai » (1999), « Si loin des bêtes » (2003), « Nuits de la préfecture » (2010). Elle a animé différents ateliers d’écriture cinématographique et vidéos en direction de publics fragilisés, notamment avec des patients de l’hopital psychiatrique de Reims (« 7+ un épilogue », 2005/2006, Festival du Réel),  des femmes africaines (projet « Voisines », 2008-2009). Elle a remporté le prix du scénario Genève-Europe pour « Seconde épouse » (1993). Son dernier film « Entrée du personnel » (2011) a reçu le Grand prix de la compétition nationale du FID Marseille, une mention spéciale du jury au festival Crossing Europe de Linz et le prix du meilleur moyen métrage du Cinemambiente Turin.

ORTAR Nathalieanthropologue, est chargée de recherche (UMR n°5593). L’anthropologie de l’habiter est au cœur de ses recherches passées et actuelles. Ses terrains d’enquête en cours se situent en France et aux Etats-Unis où elle aborde la question du quotidien du développement durable au travers d’une anthropologie du quotidien et de la culture matérielle.

TABOIS Stéphanie, sociologue et anthropologue, est maître de conférences à l’Université de Savoie. Ses recherches portent sur la mémoire, les objets, la famille et la territorialisation (migration, sentiment d’appartenance et espaces du quotidien). Elles concernent plus précisément les ressorts les plus ordinaires de la production mnésique, examinés en tenant compte du rôle des environnements matériels les plus banals (objets, espaces domestiques). Cette perspective a d’abord été adoptée dans le cadre d’une enquête consacrée à la « petite production mnésique » d’une population exilée (les Pieds-Noirs). Elle trouve aujourd’hui ses prolongements dans des travaux dédiés aux effets des espaces domestiques sur la catégorisation, le « droit de cité » et le « devenir-déchet » des biens qui peuplent le foyer.

VERGES Françoise, politologue (Yale University), a enseigné aux Etats-Unis et en Angleterre (Goldsmiths College ) et est la présidente du comité pour la mémoire et l’histoire de l’esclavage depuis mai 2009. Outre ses activités de recherche, et ses nombreuses publications, elle collabore à des événements culturels et d’art contemporain : Latitudes (2003), Une agora réunionnaise (2003), Documenta 11 (2002) ; aux films  Frantz Fanon, Black Skin, White Mask (1996) et Noirs (2006), au projet de la Maison des Civilisations et de l’Unité réunionaise (MCUR). Elle a dirigé des programmes de recherches financés par des fondations américaines dont A Corridor of Cities (2002-2004) et Cartographie d’une zone de contacts sur les migrations et diasporas sud-sud dans l’océan Indien(1999-2001). Parmi ses nombreuses publications : La République coloniale. Essai sur une utopie, avec Pascal Blanchard et Nicolas Bancel, Édition de poche, Hachette Littérature, collection Pluriel, 2006., Nègre, je suis, Nègre je resterai. Entretiens avec Aimé Césaire, Albin Michel 2007, Fractures postcoloniales, avec Nicolas Bancel, Pascal Blanchard et Achille Mbembe. La Découverte, 2010,  L’homme prédateur, ce que nous enseigne l’esclavage sur notre temps. Albin Michel Bibliothèque Idées, 2011, et « Archéologie de l’esclavage, archéologie de l’absence », Jean-Paul Demoule et Bernard Stiegler, eds., L’Avenir du passé. Modernité de l’archéologie. Paris : La Découverte-INRAP, 2008, 105-113.

 inscription conseillée : marine.sam@cnrs.fr

  1. avec Marie-Luce Gélard []