Archives par mot-clé : Exil

Rencontre du 22 mai 2013. Objets de l’exil V. Objets des exclus / objets perdus. Octave Debary, Marie Morelle, Sébastien Ledoux

J. Gerz « 2146 pavés – Monument contre le racisme » (1993) Place du monument invisible, Saarbrücken

 

Intervenant : Octave Debary (Université Paris-Descartes)

“Objets perdus, mémoires retrouvées : Jochen Gerz et l’art contemporain”

Discutants : Marie Morelle (Prodig, Paris I), Sébastien Ledoux (Paris I)

10h-12h30, salle 638-640, 190 av. de France 75013 Paris (M°Quai de la gare, bus 89)

Attention ! la séance aura exceptionnellement lieu le matin, de 10 h à 12h30. Accueil avec café dès 9h45.

 

 

Eléments bio-bibliographiques

DEBARY Octave est anthropologue, maître de conférences à l’Université de Paris-Descartes et chercheur au LAHIC (CNRS/EHESS). Depuis son doctorat d’anthropologie à l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales (La Fin du Creusot ou l’art d’accommoder les restes, Eds du CTHS, 2002), il travaille sur la façon dont une société met en mémoire ou en musée son histoire, participant autant à son souvenir qu’à son oubli. Il s’intéresse aux objets et aux restes. Il travaille régulièrement avec des photographes, metteurs en scène ou conservateurs de musée. Il a publié plusieurs articles et ouvrages sur ces sujets, dernièrement Vide-greniers avec Howard S. Becker (texte) et Philippe Gabel (photographies) (Créaphis, 2011), Voyage au Musée du quai Branly, avec Mélanie Roustan, préface de James Clifford (La Documentation française, 2012), Montrer les violences extrêmes. Théoriser, créer, historiciser, exposer, avec l’historienne Annette Becker (Créaphis, 2012).   Il a été professeur invité au CELAT  (Montréal/Québec), Université Laval /Musée de la Civilisation de Québec, (« Nouveaux patrimoines ») et au  département d’Histoire de l’Université d’Umeå, (« Historical Media, Historical Education » Suède, janvier 2013).

MORELLE Marie est docteur en géographie, maître de conférence à l’université de Paris I Panthéon-Sorbonne, membre de l’équipe TerrFerme et du programme Inverses. Après une thèse sur les enfants de la rue à Yaoundé et à Antananarivo, ses recherches se déroulent dans la prison centrale de la capitale camerounaise. Elle étudie les processus d’appropriation de l’espace carcéral, les stratégies collectives et individuelles d’adaptation voire de résistances. Le dispositif de pouvoir au sein de cette prison, les logiques de surveillance formelles et informelles font également l’objet d’enquêtes.  Par ailleurs, la prison est un point de départ pour retracer le parcours judiciaire des personnes incarcérées, en grande majorité issues des quartiers populaires de Yaoundé et à ce titre représentatives des habitants les plus pauvres de la capitale. Parmi ses publications :  « La prison entre monde et antimonde » Géographie et cultures, n°57, pp. 9-28(avec O. Milhaud 2006); La rue des enfants, les enfants des rues ( CNRS-Editions,  2007); « Les chercheur-es face aux injustices : l’enquête de terrain comme épreuve éthique », Annales de géographie, n°665-666, pp. 157-168 (avec F. Rippoll, 2009); « Se protéger à Yaoundé : des productions de sécurité différenciées », Justice Spatiale Spatial Justice, n°4, www.jssj.org (avec S. Fer et O.Iyebi Mandjek 2011).

LEDOUX Sébastien, prépare actuellement une thèse sur l’histoire du « devoir de mémoire » à Paris I (Panthéon-Sorbonne), au sein du laboratoire du Centre d’Histoire Sociale du XXe siècle. Dans le cadre du projet de recherche franco-américain Memory and Memoralization (CNRS/NYU), il a été en avril-juin 2012 junior fellow à New-York University. Sébastien Ledoux a récemment publié différents travaux sur son sujet de recherche dont l’ouvrage Le « devoir de mémoire » à l’école. Essai d’écriture d’un nouveau roman national aux Éditions Universitaires Européennes (2011), et plusieurs articles : « Pour une généalogie du “devoir de mémoire“ en France » (2009), « Le “devoir de mémoireˮ : fabrique du postcolonial ? Retour sur la genèse de la loi Taubira », Cahiers d’histoire (118), janvier-mars 2012, et « Écrire une histoire du “devoir de mémoireˮ, Le Débat (170), mai-août 2012.

Journée d’étude du 29 mars 2013. Le théâtre et l’exil (NLE/Paris 3/Théâtre aux mains nues/Médiathèque M. Duras)

Journée d’étude

Vendredi 29 mars 2013
14h-18h

Médiathèque Marguerite Duras
75020 Paris (Entrée libre)

Le théâtre et l’exil, argumentaire

A l’occasion de la création au Théâtre aux Mains Nues de « Käthchen, mon amour », dans une mise en scène d’Eloi Recoing, d’après l’œuvre de Heinrich Von Kleist, il nous a semblé propice, dans le cadre des rencontres Non-lieux de l’exil, d’interroger par le prisme de Kleist cette relation entre le théâtre et l’exil.

L’œuvre de Kleist est inséparable de son auteur et de la solitude qui fut la sienne. Exilé dans son époque, trop fragile pour être au monde, dans un monde contraire à tout son être, Kleist s’exila dans son théâtre dans un geste de survie. Cet être inexprimable trouva dans la fiction et le simulacre une réponse provisoire à la crise éthique profonde qu’il traversait.

Il s’est fait le sismographe de sa vie psychique et il a produit un théâtre fantasmatique fort inquiétant. Pouvoir d’inquiétude en effet de ces drames où chaque personnage semble rêver la scène qu’il est en train de jouer. C’est un théâtre de la nuit, écrin de l’exilé, où la langue s’écorche et se blesse à dire l’innommable.
Un théâtre en lisière du rêve, dans l’entre-deux de la conscience, et qui pourtant ne bascule jamais dans l’onirisme. Un théâtre tout en tension, faisant surgir dans le réel un niveau de conscience exacerbé. 

Le cas Kleist est sans doute exemplaire. Son théâtre est le lieu d’une expérience exilique. Et la cage de scène : un laboratoire de la conscience, un lieu de solitude où le sujet, dans un combat de soi avec soi, tente d’échapper à ses propres affects, cherche obscurément l’accès à la vérité de son histoire.

Comme il le rappelle dans son célèbre essai sur le théâtre de marionnette, l’homme est condamné à cette solitude, égaré qu’il est entre deux infinis : le pantin articulé et le dieu.

Au-delà de Kleist, cette dimension « exilante » de la scène, pour celui qui s’y expose, mérite d’être questionnée. Le traducteur, l’acteur, le metteur en scène, sont autant de figures exposées à l’exil : dans leur propre langue, dans les coulisses de leur rôle ou, dans le cas du metteur en scène, condamné à se tenir sur le seuil, entre la scène et la salle, dans ce va-et-vient permanent de projection de soi dans l’autre et de retrait, dans cette distance nécessaire qu’il faut construire avec son sujet, afin que le théâtre soit pour le spectateur une expérience exilique « réussie ».

Programme

Table ronde n°1 La scène comme exil

13h45 Accueil des participants

14h Introduction/présentation

14h15 Première table ronde
Coordination : Eloi Recoing
Intervenants : Alexis Nuselovici (Nouss), André Markowicz, Wajdi Mouawad, Sedef Ecer, Marie Lelardoux

15h15 Discussion

15h45 Pause café 

Table ronde n°2 Solitude de Kleist

16h15 Introduction/présentation

16h30 Seconde table ronde
Coordination : Alexis Nuselovici (Nouss)
Intervenants : Eloi Recoing,Béatrice Gonzales-Vangell, Anne Françoise Benhamou, Flore Garcin-Marrou, Maëlle Dequiedt.

17h30 Echange final

18h Clôture de la journée

20h : Représentation de Käthchen, mon amour
adaptation d’après La petite Catherine de Heilbronn de Kleist
Mise en scène : Eloi Recoing
Marionnettes et théâtre d’acteurs, tout public dès 10 ans.

Au Théâtre aux Mains Nues
Réservation obligatoire au 01 43 72 19 79
rp.mediation.tmn@wanadoo.fr
Tarifs 5€ / 7€ / 12 €

Théâtre aux Mains Nues 7 square des Cardeurs 75020 Paris
www.theatre-aux-mains-nues.fr
Métro Porte de Montreuil ou Maraîchers, Ligne 9 (10 min à pied)
Porte de Bagnolet, Ligne 3 (10 min à pied)

Partenaires 

  • Programme Non-lieux de l’exil (Fondation Maison des Sciences de l’Homme )
  • Laboratoire International de Recherche sur les Arts (LIRA), Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3
  • Théâtre aux Mains Nues (7 square des Cardeurs 75020 Paris)

Organisation

  • Alexis Nuselovici (Nouss) (Non-lieux de l’exil/Cardiff University)
  • Eloi Recoing (LIRA/Sorbonne Nouvelle/Théâtre aux Mains Nues)

 

Lieu de la journée
Médiathèque Marguerite Duras
115 rue de Bagnolet 75020 Paris
Bus : 26, 64, 76, Traverse de Charonne et PC2
Métro Porte de Bagnolet, ligne 3

Réservation auprès du Théâtre aux Mains Nues 01 43 72 19 79

Rencontre du 25 Avril 2013 : Objets de l’exil IV. Le corps-objet de l’exil. Ibrahima Thioub, Olga Odgers Ortiz, Eugenia Vilela

Logo FMS-PS-CEM png

Intervenant : Ibrahima THIOUB (professeur d’histoire à l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar, Chaire Collège d’Etudes mondiales (FMSH) empèché

“Le corps exilé: un lieu de marquage identitaire”

Discutantes : Olga Odgers Ortiz ( El Colegio de la Frontera Norte, Tijuana,  intervention par visioconférence),  Eugenia Vilela (Université de Porto) 

Continuer la lecture de Rencontre du 25 Avril 2013 : Objets de l’exil IV. Le corps-objet de l’exil. Ibrahima Thioub, Olga Odgers Ortiz, Eugenia Vilela

Séminaire « L’expérience de l’exil », Collège d’études mondiales, 20 février 2013, séance inaugurale. Alexis Nuselovici (Nouss), Michel Wieviorka.

Séminaire « L’expérience de l’exil », Collège d’études mondiales (FMSH)

Ce séminaire  dont l’objectif est de conceptualiser l’expérience de l’exil, prolonge et complète les réflexions menées dans le cadre des rencontres du programme scientifique FMSH Non-lieux de l’exil.

La séance inaugurale du séminaire « L’expérience de l’exil » dirigé par Alexis Nuselovici au Collège d’études mondiales aura lieu le 20 février 2013. Il y présentera une communication intitulée « L’exil comme expérience » et accueillera son premier invité, Michel Wieviorka, dont l’intervention portera sur« Pour un concept de l’exil ».

Continuer la lecture de Séminaire « L’expérience de l’exil », Collège d’études mondiales, 20 février 2013, séance inaugurale. Alexis Nuselovici (Nouss), Michel Wieviorka.

« Conditions d’étranger », rencontre samedi 2 février,15h à l’Harmattan

L’équipe de l’ouvrage Les Corps subalternes (éditions L’Harmattan, Paris, 2012) nous convie à une Rencontre internationale et pluridisciplinaire sur le thème.

CONDITIONS D’ ÉTRANGER, POSITIONS SUBALTERNES

avec les interventions de :

– Eugénia Vilela,
Professeur de philosophie à l’Université de Porto au Portugal, également invitée dans le cadre de la rencontre des Non-lieux de l’exil du 25 avril 2013

– Alain Brossat,
Professeur émérite de philosophie à l’Université Paris 8

– Vladimir Nunez-Camacho,
Professeur Assistant à la Pontificia Université Javeriana, à Bogota, Colombie
Modération : Christiane Vollaire, (auteur de Le Milieu de nulle part, ed. Créaphis, 2012)

15h, 21 bis rue des Ecoles 75005 Paris

 

« L’accent, traces de l’exil », colloque 7 avril 2013, MAJH

Cette annonce d’un passionnant colloque en perspective, organisé par Natalie FelzenszwalbeEric Ghozlan et Céline Masson ; université Paris- Diderot (CRPMS) avec le concours de l’OSE, et qui aura lieu le 7 avril prochain au Musée d’Art et d’histoire du judaïsme (Paris).

Argumentaire :

« Après les colloques Shmattes (2004), Panim (2006) et La Force du nom (2009), nous souhaiterions interroger la force des accents. Nous prendrons les langues juives comme exemple de langues de culture et poursuivrons ainsi nos réflexions sur la « route de soi ». L’accent est une trace d’origine – il pénètre la langue, la saisit, lui donne vie, identifie le lieu géographique (imaginaire). À partir de l’accent comme rythme essentiel de la langue et comme « restes de transmission», nous tenterons alors d’entendre ce qu’il en est de ces « traces de vie » que nous proposons de nommer « traces de culture » …  lire la suite et accéder au programme complet  ici 
Avec la participation de :
flecheCyril Aslanov, professeur de linguistique, université hébraïque de Jérusalem
flechePaul Laurent Assoun, psychanalyste, professeur à l’université Paris-Diderot
flecheAlexandre Beider, linguiste
flecheRobert Bober, écrivain, réalisateur
flecheAlain Fleischer, cinéaste, photographe, écrivain
flecheEric Ghozlan, directeur du pôle enfance de l’OSE ;
flecheFrancine Kaufmann, professeur émérite, département de traduction et d’interprétation, université Bar-Ilan
flecheMichèle Tauber, chanteuse, maître de conférences à l’Université Paris-8
flecheHaim Vidal Sephiha, linguiste et professeur émérite des universités
flecheBernard Vaisbrot, traducteur, enseignant de yiddish à l’université Paris-8
flecheGérard Wajcman, psychanalyste, maître de conférences à l’université Paris-8.

Et les artistes
flecheSandra Bessis, chanteuse
flecheSimon Elbaz, auteur, comédien, musicien
flecheMichel Elias, comédien
flecheJacinta, chanteuse
flechePopeck, comédien
flecheTalila, chanteuse
flecheMichel Rechtman, musicien

Le second volet du colloque aura lieu en Argentine courant 2013.

Attention, réservation obligatoire  par téléphone  (01 53 01 86 48) ou par mail. Plus d’informations sur le site du Musée d’Art et d’histoire du Judaïsme.

Rencontre du 31 janvier 2013. Langages de l’exil V. Habib Tengour, Pierre Oster, Mourad Yelles

 

Textes traduits et édités par Pierre Joris (Black Widow Press Modern Poetry, 2012)

 

Intervenant :  Habib Tengour, poète, sociologue

« L’exil est mon métier »

Rencontre autour de son oeuvre .

Projection du film « Retraite » (témoignages), photographies d’Olivier de Sépibus, texte de Habib Tengour

Discutants : Pierre Oster (poète), Mourad Yelles (Inalco)

de 14h30-18h, salle 638, Plateau CNRS, Noyau A, 190 avenue deFrance, 75013 Paris (M° Quai de la Gare, bus 89)

 

 

 

Retraite – Edition bilingue français-arabe, Habib Tengour, Olivier de Sépibus, traductions Saïd Djabelkheir et Esma Hind Tengour, Le Bec en l’air éditions, 2004

 

 

  

 

 

 

 

 

 

 

Eléments bio-bibliographiques 

TENGOUR, Habib,  poète et anthropologue, né  à Mostaganem, vit et travaille entre Constantine et Paris. Il traduit des poètes de langue anglaise et américaine (P. Joris) et de langue arabe (Saadi Youssef, Chawki Abdelamir, Moncef Louhaïbi). Parmi ses oeuvres en prose :  Tapapakitaques – La poésie-île. Chronique 196 567 897 012 ( Oswald, 1976) , Le Vieux de la montagne, 1983 (coll. « Minos », La Différence, 2008),  Gens de Mosta. Moments 1990/1994 (Actes Sud/Sindbad, 1997), Le Poisson de Moïse. Fiction, 1995-2001, (éditions Paris-Méditerranée, 2001), Le Maître de l’Heure (La Différence, 2008), Dans le soulèvement. Algérie et retours (La Différence, 2012). Il a également publié différents recueils de poésie depuis 2000, parmi lesquels : Ce Tatar-là 2 ( Éditions Dana, 2000), Traverser, (La Rumeur des âges, 2002), Retraite, avec le photographe Olivier de Sépibus (Le Bec en l’air, 2004),  L’Arc et la cicatrice (La Différence, 2006),  La Sandale d’Empédocle  Gênes, San Marco dei Giustinani, 2006 ou L’Ancêtre cinéphile, La Différence, 2010. Son oeuvre a par ailleurs fait l’objet de plusieurs analyses critiques : Mourad Yelles (éd.), collectif, Habib Tengour ou l’ancre et la vague. Traverses et détours du texte maghrébin, éditions Khartala, 2003 et Expressions maghrébines, revue internationale de la coordination des chercheurs sur les littératures du Maghreb (CICLIM), spécial Habib Tengour, coordonné par Pierre Joris et Sonia Zlitni Fitouri, vol. 11, n° 1, Centre Dona i Literatura, Universitat de Barcelona, été 2012.

OSTER Pierre, poète. Il publie « Premier poème » dans Le Mercure de France en 1954, grâce à Pierre-Jean Jouve puis « Quatre Quatrains gnomiques » dans La Nouvelle Revue française. Son premier recueil, « Le Champ de mai », paraît en 1955 dans la collection « Métamorphoses », dirigée par Jean Paulhan. Il reçoit pour celui-ci le prix Felix-Fénéon, comme il recevra en 1958 le prix Max-Jacob pour « Solitude de la lumière », une année après la résiliation de son sursis, qui provoque son départ aux armées, en Algérie. Parmi une oeuvre très riche :   « Chiffres en ballade », avec Yutaka Sugita, (Paris, Hachette, 1972), « Requête » ( frontispice de Jean Bazaine, Montpellier, Fata Morgana, 1977), « Saint-John Perse » ( Mazamet, Babel Éditeur, 1992);  « Le Savoir de la terre » ( Mazamet, Babel éditeur, 1998), « Membres épars des dieux », ( Sauveterre, Jean-Louis Meunier, 1999), « Paysage du Tout 1951-2000 » ( préface d’Henri Mitterand, Paris, Gallimard, 2000); « Vignettes russes, avant-propos au volume d’Anna Akhmatova, » (Genève, La Dogana, 2010), « Utinam varietur » ( Montreuil, Gourcuff Gradenigo, 2012).

YELLES Mourad est écrivain et Professeur des universités (Littératures maghrébines et comparées) à l’INALCO, institution qu’il a intégré après une quinzaine d’années d’enseignement au Département de Français de l’Université d’Alger, puis au sein des Départements de littérature française et comparée des universités Paris VIII et Paris III. Spécialiste des littératures maghrébines (en arabe maghrébin et d’expression française), mais également intéressé par les productions littéraires francophones d’Amérique et des Antilles, ses travaux portent depuis plus de vingt ans sur les phénomènes de métissage des formes, des pratiques et des imaginaires à travers l’étude comparée de ces littératures (orales et écrites). Parmi ses derniers travaux et publications : « Les Miroirs de Janus. Littératures orales et écritures postcoloniales » (Alger, OPU, 2002) ; « Cultures et métissages en Algérie. La racine et la trace » (Paris, L’Harmattan, 2005); « Habib Tengour. L’arc et la lyre. Dialogues (1988-2004) » (Alger, Casbah Editions, 2006). Ses travaux de création sont parus dans des revues (Algérie Littérature/Actions, Phréatique, Le Jardin d’essai, Estuaires, Po&sie) et des recueils collectifs (Pour Nedjma, Femmes de Timimoun, La Cendre des mots, Nouvelles d’Algérie, Couleurs solides, Sortilèges sahariens).

Inscription conseillée : marine.sam@cnrs.fr