Archives par mot-clé : exilés

Pirogues- le vol. Texte de A. Galitzine-Loumpet

P1140643Pirogues – le vol

Vol Bruxelles-Yaoundé, le 24 juillet 2015. Embarquement normal, aéroport de Bruxelles.  A l’arrière de l’appareil, dans les tarifs les plus économiques, les passagers sont presque tous assis. Bagages à main empilés, personnes installées,  conversations nouées entre voisins. On vante Douala ou Yaoundé, on parle vacances au pays. Les enfants regardent le programme des jeux et des films.  Je remarque la rubrique « Films Africains »  et, parmi trois titres,   La pirogue de Moussa Touré (2012) – les films ‘africains’ sont presque toujours d’Afrique de l’Ouest, mais ce fait est légèrement étonnant pour une compagnie belge.  J’avais déjà vu cette coproduction franco-sénégalaise décrivant l’errance d’une pirogue et le terrible destin de ses passagers en Méditerranée dans un vol Air France pour la même destination, à la fois émue par le film et troublée par sa programmation dans un vol à destination de l’Afrique. Me souvenant d’une discussion lors d’un colloque sur le rire que ce film avait suscité lors d’une projection à Dakar[1], je me promets de le revoir une fois encore.  Un pré-décollage sans histoire donc, des passagers heureux du départ imminent, des enfants qui s’agitent et des bébés qui pleurent.

C’est sans doute la raison pour laquelle les hurlements étouffés n’ont pas été immédiatement identifiés comme tels, ni par mes voisins immédiats ni par moi-même. Il a fallu qu’ils se répètent, incompréhensibles comme les vagissements terrifiés, amplifiés, d’un nouveau-né pour que je me lève avec ma voisine. D’autres étaient déjà debout. Au fond de l’appareil, on ne voyait que des hommes en uniforme, de dos, masquant quelqu’un qui criait. D’abord personne n’a tout à fait compris ce qui se passait. Puis les rangs les plus proches ont décrit au fur et à mesure : quatre ou cinq hommes de la police des frontières,  vêtus de bleu foncé, mains gantées de noir, tentaient d’attacher sur un siège un clandestin qui se débattait, le bâillonnant.

Continuer la lecture de Pirogues- le vol. Texte de A. Galitzine-Loumpet

Nous sommes tous des exilés. Texte d’Alexis Nouss

NOUS SOMMES TOUS DES EXILÉS

« Je suis Charlie ». Avec le nom viennent une identité et un lieu. Si Charlie vient de Charlie Hebdo, Charlie Hebdo du mensuel Charlie et que ce dernier prit son nom de la BD américaine Peanuts, le personnage de Charlie (Brown) y possède une maison, typiquement américaine avec ses lattes de bois en façade et son intérieur aux profonds fauteuils, rideaux à fleurs, meuble-télé et téléphone de bakélite noire. Bref, le confort du sédentaire qui s’étend jusqu’à Snoopy, lequel peut passer beaucoup de temps à méditer sur le toit de sa niche puisque, au moins, il a un toit.

Charlie Hebdo eut plusieurs maisons, jouant à la marelle dans les arrondissements parisiens, avant d’être hébergé par Libération suite au carnage du 7 janvier 2015. C’est parce que le journal avait une porte que les assassins purent y sonner. Quant au Charlie en bonnet et en pull à rayures blanches et rouges, si l’on peut se demander « Où est-il ? », c’est bien qu’il se trouve normalement quelque part. À noter qu’il se nomme Wally en Grande-Bretagne et Waldo aux Etats-Unis, ce qui contraindrait le Charlie français au statut de SDF dans ces pays-là.

Bref, Charlie a un nom, une identité et un lieu de résidence. Est-ce la raison pour laquelle des millions de personnes, possédant pareillement un nom, des papiers et une demeure purent affirmer « Je suis Charlie » tandis que personne n’est jamais descendu dans la rue en criant « Je suis (un) migrant » ou « Je suis (un) exilé », un exilé  sans nom, sans visa et sans abri ? Car force est de constater que  face à la grave crise qui frappe l’Europe quant à l’exil de masse contemporain (des milliers de morts, des milliers de détenus dans des conditions misérables, des milliers de clandestins en survie dans les  jungles, camps et autres bidonvilles multipliés), les opinions publiques semblent indifférentes alors même que les média en traitent désormais abondamment.  Aucun émoi à la mesure de la nation en France, comparable à celui qui animait les défilés du 11 janvier.

Continuer la lecture de Nous sommes tous des exilés. Texte d’Alexis Nouss

Colloque Etudier l’exil (19-23 mai 2015). Retour sur images

Quelques images des 4 jours de riches débats du colloque international « Etudier l’exil » (programme complet : ici) , dans l’attente de la mise en ligne des captations sur le site des Archives audiovisuelles de la recherche.

N’hésitez pas à transmettre vos photos.

Et  à tous : merci.

 

 

 

« Etudier l’exil »Colloque international Aix & Marseille 19-23 mai 2015

L’initiative Non-lieux de l’exil  (Fondation maison des sciences de l’homme) organise en collaboration avec l’Université d’Aix-Marseille (CIELAM, axe Transpositions) le colloque international :

Malka N.
Malka N.

Etudier l’exil

19-23 mai 2015

19-21 mai Maison de la recherche (Aix en Provence) / 22-23 mai MUCEM (Marseille)

  • Direction scientifique  : Alexis Nuselovici (Nouss) (AMU)
  • Comité scientifique : Alexandra Galitzine-Loumpet (NLE/CEM), Alexis Nuselovici (AMU/CEM), Crystel Pinçonnat (AMU)
  • Coordination et administration : Absa D’Agaro-Ndiaye (AMU) contact : absa.ndiaye@univ-amu.fr

Attention le colloque est soumis à frais d’inscription et les places peuvent être limitées selon les salles. Inscription :  etudierlexil@gmail.com

Présentation

Argumentaire 

Alors que le nombre des migrants dans le monde est estimé à près d’un milliard (migrants externes et internes) et que le nombre des déplacés à l’intérieur de leurs propres pays vient de dépasser celui de la Seconde guerre mondiale, ce qui entraîne de graves crises en Europe comme ailleurs, les sciences sociales et humaines se doivent de mieux comprendre ce qu’impliquent ces phénomènes sur le plan social comme sur le plan politique. Les réalités migratoires contemporaines sont complexes en raison d’une quadruple caractéristique : mobilité accrue ; extension planétaire ; diversité du sens des flux ; variété des causes (économiques, politiques, environnementales). Elles créent en conséquence des catégories migratoires extrêmement variées qu’il importe de penser ensemble, comme il importe de penser conjointement les rencontres multiples de langues et de cultures et les tensions politiques et sociales suscitées.

À cette fin, il est proposé de définir un objet d’étude à nommer expérience de l’exil et un domaine de recherche à nommer études exiliques dont le présent colloque contribuera à la fondation.

Continuer la lecture de « Etudier l’exil »Colloque international Aix & Marseille 19-23 mai 2015

Triple non-lieu au Canal de Sicile : 45 morts / Alexis Nuselovici (Nouss)

'Untitled' Malka N. (c)
‘Untitled’ Malka N. (c) 

 

 

Triple non-lieu au Canal de Sicile : 45 morts

Les 45 exilés morts débarqués mardi dernier, le 1er juillet, dans la petite ville sicilienne de Pozzallo bénéficiaient d’un triple non-lieu. Face à l’horreur des drames provoqués par la crise des migrations contemporaines, notamment en Europe, le non-lieu désigne une réalité propre à l’expérience exilique, à savoir une spatialité géographiquement localisée mais échappant au type d’assignation qui dans la culture des humains ferait d’un lieu un endroit habitable et habité; bref, le non-lieu est un nulle-part qui serait malgré tout quelque part.

Triple non-lieu que le lieu de leur mort. La mer, d’abord : une immensité sans signes ni repères, interdisant toute inscription individuelle, rendant impossible l’ancrage subjectif.

Continuer la lecture de Triple non-lieu au Canal de Sicile : 45 morts / Alexis Nuselovici (Nouss)

Alexis Nuselovici (Nouss)

Professeur de littérature générale et comparée
Université d’Aix-Marseille

More Posts - Website

« Ecrire l’exil » I La Fabrique de l’histoire – France Culture, 22 mai 2014

« Ecrire l’exil »,  4e élement d’une série consacrée par « La fabrique de l’histoire  » aux exils, avec la participation d’Alexis Nuselovici (Nouss)

A réécouter en cliquant sur l’image

Cliquez sur l'image pour accéder à l'émission
Cliquez sur l’image pour accéder à l’émission

 

 

CFP Memory on the Move: Theory and Methodology of Memory and Migration. Budapest 29-30 September 2014

 

Memory on the Move: Theory and Methodology of Memory and Migration

Workshop, Budapest 29-30 September 2014 

The dominant framework and metaphor for memory studies has been place and nation. However, in a society characterized by mobility and migration, by transnational trajectories across borders, place and nation as point of departures for memory studies have become untenable. Moreover, they have failed to respond to an analysis of the agency of diasporic and transnational communities.

Continuer la lecture de CFP Memory on the Move: Theory and Methodology of Memory and Migration. Budapest 29-30 September 2014