Archives par mot-clé : images

Exil : Interpréter, interargir. Dispositifs d’artistes / SÉMINAIRE NLE-IRIS, 14 janvier 2019

Seconde séance de janvier 2019:

Exil :  interpréter, interargir / dispositifs d’artistes

( attention 17-20h, salle 2, 105 bd Raspail 75006 Paris, entrée libre)

avec Emmanuel GUILLAUD, Malik NEJMI, Guy  WOUETE, artistes.

Discutante : Dominique Malaquais (historienne de l’art et critique). Coordination : Alexandra Galitzine Loumpet

F​aire face à l’exil engage les positions des artistes, une réflexion sur leurs pratiques​. Eviter l’obscène de l’esthétisation du politique, co-agir et co-signer avec des exilés, montrer ou non les visages, ouvrir un espace politique, trouver place dans les espaces de monstration postcoloniaux, questionner les assignations des exilé.e.es à partir de celles faites aux artistes ou aux identités minorisées, seront discutés pendant cette séance.  Récemment Guy Wouété posait la question suivante, à propos de ses créations dans les camps et campements à Malte ou Calais, centrale dans ce propos : comment fait-on pour être noir sans être assigné migrant aujourd’hui ?  ​Plus largement, comment interroger les dispositifs d’artistes face à l’exil, en relation avec ceux de la recherche ?

Bandeau : Emmanuel Guillaud, installation « Brûler les abîmes ».  Photo Christelle Maly 2017 December 01_09424 (courtoisie)

Présentation des intervenants :

Continuer la lecture de Exil : Interpréter, interargir. Dispositifs d’artistes / SÉMINAIRE NLE-IRIS, 14 janvier 2019

Poétique et politique de l’infra-ordinaire, à propos de Entre-retiens (2018) de Beraat Gökkus / Emilie Da Lage

Poétique et politique de l’infra-ordinaire

 

A propos du court métrage   Entre-retiens (2018) de Beraat Gökkus, séance Voix de l’exil, 20 juin 2018.

« Toute vie humaine, qu’elle le veuille ou non, est toujours aussi une vie quotidienne »
Bruce Bégout, La découverte du quotidien, ed. Allia, 2005, p. 91.

Le film de Beraat Gökkus nous invite à intervertir le propos de Bruce Bégout : la vie quotidienne, qu’on le veuille ou non, est toujours aussi une vie humaine. Le film est ainsi traversé par une interrogation qui peut être une interrogation commune et non pas seulement celle des demandeurs d’asile. Comment faire mémoire de cette quotidienneté qui échappe à une mise en récit linéaire, et ne se laisse saisir que par et dans les détails ? Comment la vie quotidienne peut-elle être une vie résistante ? Le film trace une voie entre la singularité d’une pratique visuelle, celle de l’artiste, une expérience de l’attente, commune aux demandeurs d’asile et une expérience de la ville au quotidien.

Le temps de la demande d’asile est souvent formulé comme un temps suspendu, comme si la vie elle-même devenait impossible mangée toute entière par l’attente. Au lieu de parler en termes négatifs de cette condensation du temps, au point d’annihiler la puissance de ce temps vécu, de le réduire à une forme de « non-vécu », le film expose plutôt une vie resserrée sur la quotidienneté, sans passé et sans futur, une vie au présent. Une vie dans laquelle le temps passe. Le film lie l’exposition de l’intimité-toute contemporaine de nos objets techniques comme le téléphone mobile et connecté, et la vie publique. Des images de moments de convivialité, des paysages, des instants fugaces, alternent avec des images de festival de journalisme. On suit Beraat Gökkus dans ces passages de moments d’intimités partagées, de solitude contemplative et de vie publique et le film dé-hiérarchise, par la juxtaposition, ces trois registres de la vie. Ces images passantes, nous n’avons pas le temps de les fixer dans notre propre mémoire, elles sont rendues un peu floues par la juxtaposition parfois rapide, mais elles sont néanmoins là, elles existent sous cette forme apparemment désordonnée, elles permettent de dire : ce temps-là a été vécu. En cela le film est une belle résistance à la « suspension de la vie », à sa mise entre parenthèse dans le temps de la demande d’asile. Bien sûr il est important de pointer et de dénoncer la gestion administrative de ce temps, mais la critique risque l’effet pervers d’effacer complètement ce qui en fait a été vécu par des sujets dont la vie ne se réduit pas à « demander l’asile ».

Continuer la lecture de Poétique et politique de l’infra-ordinaire, à propos de Entre-retiens (2018) de Beraat Gökkus / Emilie Da Lage

Colloque international : Objets & sujets de la migration dans l’espace médiatique, 22-23 mai 2018 / Inalco

Non-lieux de l’exil est une composante de Migrobjets (Inalco) et plusieurs de ses membres participent au colloque international de clôture du programme.

OBJETS ET SUJETS DE LA MIGRATION DANS L’ESPACE MEDIATIQUE : CONSTRUCTION DES DISCOURS ET DES REPRESENTATIONS.

22-23 mai 2018 – INALCO, Auditorium, 65 rue des Grands Moulins 75013 Paris (entrée libre)

Intervention inaugurale : François Héran (chaire Migrations & sociétés, Collège de France)

Avec :  Karen Akoka, Corinne Alexandre-Garner, Medhi Alioua, Sophie Bava et Malik Nejmi, Maryline Baumard, Gabriel Coutane, Saskia Cousin,  Sébastien Dion,  Aude Fanlot et Isabelle Marquette, Sébastien Févry,  Alexandra Galitzine-Loumpet,  Beraat Gökkus,  Sandrine Le Corre, Arthur Levivier,   Chowra Makaremi, Laurent Malone,   Anne-Louise Milne et Melissa Thackway,  Chiara Pilotto,  Marie-Caroline Saglio Yatzimirsky, Claire Scopsi , Maud Seruscet-Natale,  Peter Stockinger,  Taina Tervonen,     Eugenia Villela, Christiane Vollaire, Albin Wagener.

Crédit image : « Regarde ailleurs » d’Arthur Levivier (2018), courtoisie

Programme définitif ici

Argumentaire

Continuer la lecture de Colloque international : Objets & sujets de la migration dans l’espace médiatique, 22-23 mai 2018 / Inalco

Non-lieux de l’exil : Programme Mai-Juin 2018

Les prochaines séances du séminaire  Non-lieux de l’exil – IIAC (EHESS-CNRS)  consacrées à la thématique Traces, empreintes & engagements et des manifestations associées sont les suivantes – l’entrée est libre et chaque séance fera l’objet d’une annonce individuelle :

Lundi 14 MAI 2018 / Hommage à Etienne Tassin : avec Michel Agier, Catherine Coquio et Camille Louis (Modération Marie-Caroline Saglio Yatzimirsky). Lieu / horaires : 16h30-19h Ehess 105 bd Raspail, 75006 Paris, salle 13 

Lundi 22 – mardi 23 MAI 2018 / Objets et sujets de la migration dans l’espace médiatique,  Colloque terminal Migrobjets / Inalco,  Auditorium, 65 rue des Grand Moulins 75013 Paris 

Mercredi 20 JUIN 2018 / Voix de l’exil – Ehess 105  bd Raspail, 75006 Paris, salle 2 : Marie Darrieussecq, Emilie Da Lage, Beraat Gökkus, Chowra Makaremi, Marie-Caroline  Saglio Yatzimirsky, Hassan Yassin. Lieu / horaires : 17h-20h Ehess 105 bd Raspail, 75006 Paris, salle 2

Vidéo. Esthétique & Politique de l’exil (3) La question de la photographie / 02 février 2017

Captation de la séance  du séminaire IRIS (EHESS-CNRS) / NON-LIEUX DE L’EXIL Esthétique & politique (3), La question de la photographie.

Avec : Joerg BADER  (Responsable du Centre de la Photographie de Genève),  Marianna CAPUANO (Photographe),   Sébastien FEVRY (Historien, Université de Louvain),  Anne-Marie FILAIRE (Photographe,  Enseignante à l’Institut d’études politiques de Paris, Sciences Po)

Cliquer sur l’image pour accéder à la vidéo.

Attention : des difficultés de lecture peuvent ponctuellement survenir sur chrome. La vidéo est également accessible sur https://medihal.archives-ouvertes.fr/ 

Vidéo. Esthétique & Politique de l’exil : la question du cinéma / 1er décembre 2016

Captation de la séance  du séminaire IRIS (EHESS-CNRS) / NON-LIEUX DE L’EXIL   Esthétique & Politique : la question du cinéma

avec : Claire Angelini (cinéaste et artiste), Patrice Chagnard (réalisateur), Léda Mansour (Chaire Dialogue des Cultures, Paris I Panthéon-Sorbonne), Christiane Vollaire.

Cliquez sur l’image pour accéder à la vidéo.

Attention : des difficultés de lecture peuvent ponctuellement survenir sur chrome. La vidéo est également accessible sur https://medihal.archives-ouvertes.fr/ 

Seminaire EHESS Non-lieux de l’exil, Murs III – (Im)matérialité des murs / 1er juin 2017

Le 01 juin 2017 dernière séance du cycle du séminaire EHESS NON-LIEUX DE L’EXIL, MURS  qui fait suite aux séances consacrées au thème Esthétique & Politique. Il est coordonné par Chowra Makaremi (IRIS EHESS/CNRS) & Eugénia Vilela (Université de Porto IF/ FCT)

Séance III : (Im)matérialité des murs

17 h à 20 h – EHESS,  54 bd Raspail, 75006 Paris,  salle BS1_05, 1er sous-sol, Entrée libre

Avec  : 

  • Anne-Laure Amhilat Szary (Géographe, Université de Grenoble) Les frontières, lieu/locus d’une post-politique des images  
  • Philippe Rekacewicz (Géographe, University of Helsinki) Lignes frontières, entre imaginaire et réalité et vice versa

Présentation des intervenants : 

Continuer la lecture de Seminaire EHESS Non-lieux de l’exil, Murs III – (Im)matérialité des murs / 1er juin 2017